Accueil > Actualité > La France assume la discrimination à l’égard des (...)
La France et la discrimination raciale
La France assume la discrimination à l'égard des Berbères
Déclare Tamazgha dans un communiqué
lundi 23 août 2010
par Masin

Dans un communiqué à propos de l’examen du rapport de la France par le Comité pour l’élimination de la discrimantion raciale (CERD), Tamazgha dénonce une discrimination délibérée de la part de l’Etat français à l’égard des Berbères de France. En effet, l’Etat français trouve normal que la langue berbère ne soit pas enseignée en France à partir du moment où cette langue n’est reconnue comme langue officilelle nulle part dans le monde.

Cependant, les services du Ministère de l’Education nationale n’hésitent pas à proposer aux enfants berbères l’apprentissage des langue et civilisation arabes, leur présentant ces dernières comme étant leurs langue et civilisation d’origine. Et cela s’appelle rendre service à ses amis arabo-musulmans de l’autre côté de la Méditerrannée... Et c’est également de la participation à l’arabisation et l’islamisation des Berbères en France...

Qui sont alors les amis de la France ? Du moins ceux que la France veut avoir comme amis ! Ce ne sont certainement pas les Berbères ...


La Rédaction.





2Communiqué2

La France assume la discrimination à l’égard des Berbères



Lors de la 77ème session du Comité pour l’élimination de la discrimination raciale (CERD) qui se tient à Genève du 2 au 27 août 2010, l’Etat français a eu à fournir un rapport sur les mesures législatives, judiciaires et administratives qui ont été prises pour s’acquitter de ses obligations en vertu de l’article 9 de la Convention internationale pour l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale (ICERD).
 
A cette occasion, Tamazgha a présenté un rapport alternatif par lequel elle entend attirer l’attention des membres du CERD sur l’état des droits linguistiques et culturels des Berbères en France. Une délégation s’est rendue à Genève pour présenter devant les membres du CERD le rapport de Tamazgha ainsi que ses demandes afin que cessent les discriminations dont font l’objet les Berbères de France.
 
Les berbérophones émigrés ou natifs de parents d’origine berbère et ayant la citoyenneté française ne bénéficient pas de tous leurs droits en matière de respect de leurs langue et culture. La France toujours liée par des conventions désuètes aux pouvoirs en place en Afrique du Nord n’a pas pensé à "évoluer".
 
Les rapports officiels élaborés à la demande du gouvernement et/ou de la Présidence de la République ont insisté sur la nécessité de reconnaître le berbère comme langue de France non territoriale qu’il convient de protéger et d’enseigner. Ainsi, Guy Carcassonne, dans son rapport au Premier ministre, Lionel Jospin, en 1998, préconise l’intégration du berbère dans la liste des langues que l’Etat se doit de protéger car faisant partie de son patrimoine linguistique. En 2003, c’est Bernard Stasi, président de la Commission de réflexion sur l’application du principe de laïcité dans la République, qui plaide, lui aussi, pour la nécessité d’enseigner le berbère en France. Il relève par ailleurs une situation qui est porteuse de germes de discrimination dans la mesure où les élèves berbérophones, comme tous ceux dont les langues d’origine ne sont reconnues par aucun Etat, sont privés de l’apprentissage de leur langue. Mais aucune de ces différentes recommandations n’est suivie de concrétisation.

Afin de réparer l’injustice faite aux milliers de candidats à l’épreuve facultative de berbère au baccalauréat qui se s’y présentent chaque année sans aucune préparation, une Convention-Cadre a été signée entre le Ministère de l’Education nationale et l’Inalco en février 2006. Le but étant de mettre en place un enseignement préparatoire à cette épreuve dans les lycées. Il est à déplorer que cette Convention-cadre soit restée lettre morte : l’Etat n’a pas honoré ses obligations et n’a dégagé aucun moyen pour la mise en œuvre de cette Convention-cadre.

Dans son rapport soumis au CERD, et en réponse à une recommandation du CERD plaidant pour l’enseignement du berbère, l’Etat français assume le non-enseignement de la langue berbère et justifie cela par la non-reconnaissance du berbère en tant que langue officielle dans aucun pays au monde. Nous déplorons cette position qui, de notre point de vue, dévoile le mépris qu’ont les autorités françaises envers les Berbères. Par cette position, la France assume son choix d’œuvrer plutôt en faveur des divers intérêts avec les systèmes arabo-islamiques d’Afrique du Nord au détriment des intérêts de centaines de milliers de citoyens français d’origine berbère.

Tamazgha estime qu’il est temps que l’Etat français assume ses responsabilités et prenne, par la même, des positions indépendantes d’intérêts politiques et stratégiques immédiats. Il doit, dans l’intérêt de la République, songer à une prise en charge réelle et effective des langue et culture berbères et à leur assurer les moyens de leur promotion et épanouissement.

Attachés à la pluralité linguistique au sein de la République, nous estimons que l’ensemble des langues de France, parlées par les citoyens français, doivent être reconnues et prises en charge. Aussi, nous ne pouvons que nous indigner de l’attitude de la France qui est à la traîne des pays européens en cette matière ; elle tarde toujours à ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Il nous semble que la République française a tout à gagner en reconnaissant la réalité linguistique et culturelle des peuples de l’Hexagone et se conformer ainsi aux textes internationaux comme la Convention internationale pour l’élimination de toutes formes de discrimination raciale. La doctrine traditionnelle de la France sur les minorités doit céder la place au bon sens et à une vision digne du 21ème siècle.

Tamazgha appelle de tous ses vœux pour que les membres du CERD, dans leurs observations finales, interpellent l’Etat français quant à la situation des langues et cultures de l’Hexagone.
 

Paris, le 23 août 2010.

Tamazgha

Rapport alternatif de Tamazgha : Les droits linguistiques et culturels des Berbères en France



Lire aussi sur ce sujet :

- La France et la discrimination raciale

Télécharger le communiqué en pdf

PDF - 36.7 ko

Articles dans la rubrique :

Actualité
02/12/16
0
Samedi 3 décembre 2016 à 15h, à Place de la République à Paris. Le Comité international pour la (...)

Lire l'article

26/11/16
0
Rmexzen aɛuṛubi n ccuṛfa di Rbaṭ, i dinni yegga ufṛansis d uṣpanyu, lebda ixes ad yarz tagrawla di (...)

Lire l'article

11/11/16
0
Le président du MAK, Bouaziz Aït-Chebib, qui devait animer un meeting du MAK à Timizar ce vendredi (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


7 Messages

  • la nébuleuse 30 août 2010 06:49, par La Mécréante !

    C’est bien fait ! et la françarabia a bien raison ! pourquoi ? parce que s’il existe vraiment "des berbères de France" ils n’ont qu’à se manifester en tant que tels ! Au lieu de cela :

    - 1 ils remplissent les mosquées de la françarabia,
    - 2 leurs gosses sont tous des mohamed, des Ali et des Aïcha à l’état civil,
    - 3 l’institut du monde arabe est leur seul lieu de culture,
    - 4 la korânerie, l’araberie et l’islamerie sont les 3 neurones qui composent leur
    cervelle,
    - 5 la liste est trop longue, la poursuive qui veut...

    lorsque "les berbères" s’organiseront pour mettre en évidence et imposer leur berbérité (école privées, librairies, lieux de cultes éventuels, soutien d’associations berbères exclusivement, bannissement de l’arabe et du dogme muZ,....), ils auront le droit de protester... et encore !...

    en peu de mots :

    - "berbères" = une nébuleuse.
    - une nébuleuse = coquille de gaz éjectée par les étoiles en fin de vie.

    • la nébuleuse 31 août 2010 14:03, par Un autre mécréant

      Avec quelques nuances Chère Mécréante, il existent encore des kabyles fiers de leur passé et qui refusent l’assimilation que veulent nous faire subir les mahométans avec l’aide des politicards français,
      de l’hadj, Sarkozy, l’Hadj Berlusconi etc...

      Eux ils nous bassinent surtout avec la dette que l’on va laisser à nos enfants. Toujours le fric qu’ils ont peur de lâcher. La réalité si on ne réagit pas, c’est une France totalement islamisée qu’on va leur laisser. Bien pire que la dette !

      Après notre Kabylie, le Kosovo. Et demain peut être la Seine Saint Denis, Marseille, Roubaix ? Le pays des droits de l’homme risque de n’avoir plus de droit du tout, et la charia sera reine. Plus besoin de tribunaux les froussards de la dette seront satisfaits. Plus rien à financer retour au moyen âge Oriental.

      Où es- tu FRANCE de mon enfance ? réveilles toi, Reviens !

      • la nébuleuse 1er septembre 2010 05:26, par La Mécréante !

        salut à toi autre Mécréant,

        l’article qui me fait bondir concerne la nébuleuse "berbères de France" . J’ignore si les "berbères d’ailleurs" sont aussi cons que ceux de la françarabia...

        ce que je sais : les "berbères" de boutef, de M-6, de Kadafi, et de tout ce continent de m..de, ne veulent pas sortir de leur maladie du cul en l’air ! et je ne vois pas pourquoi la françarabia les contrarierait !

        quant aux kabyles et à la Kabylie (auxquels je refuse viscéralement le qualificatif de "berbère"), c’est une tout autre histoire...

        pardon si je te chagrine, mais le devenir de la françarabia je m’en tape. Rien ni personne (et surtout pas cette pute françaIslamiya) ne pourra jamais m’imposer sa culture de cul en l’air et égorgeuse !

        anecdote : j’habite dans un coin où il n’existe aucun de ces reptiles venimeux hormis un seul bon à rien qui n’a jamais bossé sauf à faire une nichée élevée par la CAF. la moitié de cette nichée à fini en taule et l’un des fils s’est trucidé tout seul en se pendant...

        après tout ça, ce bon à rien et squatteur de bar-PMU, a viré taliban en kamis et barbe de circonstance.

        chaque fois que je le croise sur le trottoir je lui souffle la fumée de mon clope dans la gueule ! il me flingue de son regard qui lance des flammes et je recommence !

        • la nébuleuse 3 septembre 2010 06:05, par Akhnaton

          C’est les pets eternels de Mahomerde avec ceux du boureau Allah (islam) qui ont fait des amazighs des esclaves arabes eternels !

          Celui qui aime sentir le pets restera a jamais esclave de leurs pets !

  • La France assume la discrimination à l ?égard des Berbères 6 septembre 2010 19:34, par mirsamazigh
    cependant continuons a se battre contre cette culture arabo-musulmane en regnant cette langue et cette religion qui nous rend duppes...et ainsi faire connaitre aux p’tits imazighen leur réelle culture, tanmirth !
    • cependant continuons a se battre contre cette culture arabo-musulmane en regnant cette langue et cette religion qui nous rend duppes...et ainsi faire connaitre aux p’tits imazighen leur réelle culture, tanmirth !

      +1

      Pack Xbox 360

      • Azul fellawen fellak°ent
        Il est nécessaire de se battre avec les lois qui nous protègent, l’insulte (et je fais références aux autres commentaires plus haut) non seulement ne nous servent pas mais en plus nous sommes capables de bien mieux. Nous pouvons nous organiser pour faire une enquête sur le financement et le programme dispensé au sein de l’école laïque et républicaine par les enseignants arabes. Des abus vont-être repéré ex : dans un collège un professeur d’arabe vient enseigner, le cours doit-être "ouvert à tous les enfants du collège" Mais le professeur pour détourner cette règle, il annonce aux 6ième qu’il n’accepte pas de prendre ceux qui ne parle pas cette langue. Donc il ne sélectionne que les marocains, algériens et tunisiens leur faisant croire que leur langue n’est qu’une langue à corriger.
        Il gagne sur deux tableaux l’acculturation et l’arabisation !!!
        Bonne lecture :)

        Kcem dagi : http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/la-constitution-du-4-octobre-1958/preambule-de-la-constitution-du-27-octobre-1946.5077.html
        Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946

        1. Au lendemain de la victoire remportée par les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d’asservir et de dégrader la personne humaine, le peuple français proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés. Il réaffirme solennellement les droits et libertés de l’homme et du citoyen consacrés par la Déclaration des droits de 1789 et les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République.

        PRÉAMBULE
        Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu’aux droits et devoirs définis dans la Charte de l’environnement de 2004.
        En vertu de ces principes et de celui de la libre détermination des peuples, la République offre aux territoires d’outre-mer qui manifestent la volonté d’y adhérer des institutions nouvelles fondées sur l’idéal commun de liberté, d’égalité et de fraternité et conçues en vue de leur évolution démocratique.


        ARTICLE PREMIER. La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.
        La loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales.

        Ar tikkelt nniden une berberiste de kabylie