Accueil > Actualité > Kabyle : cours du soir à l’Inalco
Kabyle : cours du soir à l'Inalco
vendredi 28 août 2015
par Masin (Date de rédaction antérieure : 28 août 2013).

L’Inalco propose des cours du soir de kabyle pour toutes celles et tous ceux qui souhaiteraient s’initier à cette langue ou encore améliorer leurs connaissances. Les cours sont destinés aux adultes, notamment salariés.

Le niveau 1, destiné aux grands débutants : personnes n’ayant jamais appris et pratiqué la langue.
Le but de la formation est de permettre aux stagiaires d’acquérir les structures de base de la langue, de reconnaître et utiliser le vocabulaire et les expressions les plus courants et communiquer à l’oral dans des situations simples de la vie quotidienne.

Le niveau 2 est destiné aux kabylophones qui maîtrisent plus ou moins bien la langue kabyle à l’oral. L’objectif de la formation est de permettre aux stagiaires l’amélioration de leurs connaissances en kabyle mais surtout d’acquérir les bases nécessaires pour l’écriture et la lecture en kabyle.

Pour avoir des informations sur l’inscription, cliquer ici


Pour davantage d’information, contacter le service de formation continue de l’Inalco :

Pôle des langues & civilisations (PLC)
65, rue des Grands Moulins - 75013 Paris.
Bureaux : 2.01 et 2.02.

  Métro : Bibliothèque François Mitterrand (Ligne 14 et RER C).

horaires d’ouverture
du lundi au jeudi : 9h30-18h30
vendredi : : 9h30-18h00.

- Tél : 01 81 70 11 44 / 01 81 70 11 49 / 01 81 70 11 47

- E-mail : coursdusoir.fc inalco.fr ou formation.continue inalco.fr

Site web

Articles dans la rubrique :

Actualité
22/09/16
0
L’Etat présente son troisième rapport périodique au Comité des droits économiques, sociaux et (...)

Lire l'article

03/09/16
0
Les autorités marocaines viennent, une fois de plus, d’user d’arbitraire à l’égard des militants de (...)

Lire l'article

30/08/16
0
En mars 2016, nous avons publié un article sur notre site pour évoquer le cas de la montagne (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


10 Messages

  • C’est une heureuse initiative à encourager, surtout pour ce qui est de la langue Kabyle, qui véhicule toute une façon d’être et surtout beaucoup de valeurs. Merci aux initiateurs

    repondre message

  • Kabyle : cours du soir à l’Inalco 30 août 2013 21:16, par amdan
    Même si l’INALCO est une institution reconnue, les prétendants ne se bousculent pas à son portillon. Est-ce parce que les cours y sont chers (environ 700€ par an) comparés à ceux qui sont dispensés par les associations (environ 100€) ou bien y a t-il d’autres raisons ? Quelqu’un peut-il nous expliquer ?

    repondre message

    • Si vous parlez des formations universitaires de l’Inalco en berbère (Licence, Master, etc.), je pense que les frais d’inscription sont les frais que payent les étudiants partout en France et ce n’est pas 700 euros... Ces formations n’existent nulle part ailleurs. Quant à ce cours de kabyle pour débutants, c’est un cours qui est proposé, au même titre que plusieurs autres cours d’autres langues enseignées à l’Inalco, dans le cadre de la formation continue que cette institution assure depuis longtemps. Les tarifs qui sont pratiqués et qui sont de 590 euros pour les particuliers (financements individuels) sont les mêmes tarifs appliqués pour toutes les autres langues à l’Inalco. Je ne vois pas pourquoi comparer ce cours à ceux assurés par les associations kabyles. Les compétences ne sont pas les mêmes, les exigences aussi. Pour les tarifs, les tarifs pratiqués par l’Inalco sont dans le même ordre que ceux pratiqués par l’ensemble des institutions qui proposent des cours de langues.
      Voici des exemples de cours proposés à Paris (regardez bien les tarifs) :
      Cours de chinois : http://aaaparis.net/Chinois/fr/regularClasses.php
      Cours d’arabe à l’IMA : http://www.imarabe.org/cours-apprendre-arabe/dialectal-maghrebin
      Cours d’hébreu : http://amformation.com/formation-langue-neuilly-paris.php?mode=20&base=Formations&modifier=34&page=1&max=30&listefiltre=1&r2=2
      http://paris.cervantes.es/fr/cours/cours_espagnol/debutant_A1.htm

      Maintenant, pourquoi les gens ne se bousculent pas à l’Inalco pour faire du kabyle, et je ne pense pas d’ailleurs qu’ils se bousculent aux associations qui les font à 100 euros, 50 eurios ou voir même gratuitement, la réponse semble être simple : l’apprentissqage de cette langue n’intéresse pas beaucoup de monde, à commencer par les Kabyles eux-mêmes... Rien qu’à voir le nombre de petits kabyles qui vont apprendre l’arabe parfois même dans les mosquées... et vous aurez la réponse à votre question.

      Ceci étant dit, maintenant je pense que ceux qui veulent qui veulent voir du monde aller apprendre le kabyle, ils peuvent déjà commencer par faire connaître dans leurs entourages les possibilités existantes pour l’apprentissage du kabyle (à l’Inalco ou ailleurs, là n’est pas le souci) et inciter les gens à qui cela pourrait être utile d’aller apprendre cette langue... C’est plus constructif à mon avis.

      Moi, de mon côté, j’ai fait suivre l’information diffusée par Tamzgha à 375 de mes contacts.

      Yuba.

      repondre message

      • Kabyle : cours du soir à l’Inalco 31 août 2013 02:47, par Arezqi Nat Winat

        Tanemmirt, a gma Yuba ghef tririt- agi.
        D awal igerrzen.Ilaq yiwen ad yili positif deg uqerruy ines.
        Tqbaylit a s-ffken azal warraw-is asmi ara tili ddula taqbaylit. Ass-a Iqbayliyen mazal-iten d igujilen.

        Agujil meskin yettmeyyiz kan am meskin !

        repondre message

      • Kabyle : cours du soir à l’Inalco 2 septembre 2013 07:19, par La Mecreante !

        salut Yuva,

        ce qui est désolant c’est que les parents kabyles ne parlent pas à leurs enfants en kabyle dès la naissance.

        la langue kabyle c’est comme la Kabylie : on les a dans la peau ou on ne les a pas.

        Mais chapeau à l’Inalco et à tous ceux qui s’échinent à promouvoir son enseignement.

        repondre message

      • Kabyle : cours du soir à l’Inalco 18 janvier 2014 00:38
        Moi je suis preneur de toute info d’organisme donnant des cours de Kabyle sérieux. J’habite le Maine et Loire. Si vous avez des infos, merci ...

        repondre message

  • Kabyle : cours du soir à l’Inalco 16 septembre 2013 01:28, par Am’stan
    La vraie raison selon moi qui expliquerait ce désintérêt c’est que le Kabyle, pas plus qu’une autre langue amazighe, ne rapporte pas de l’argent.... L’arabe, bien que chargée de détritus idéologiques, leur donne l’impression qu’ils vont être engagés par une entreprise française pour aller travailler au Moyen-Orient alors que là-bas si vous parlez l’arabe, on se moquera de vous .... ! Pourquoi tant d’écrivains amazighs (Apulée, Fronton, Cicéro, Saint Augustin, etc...) de l’antiquité avaient déjà laissé Tamazight pour le Latin ? La même cause produit les mêmes effets ! Ar kudnna Tamazight arad tawi aghrum i mualis, uratn isbed awdyan ! Am’stan

    repondre message

    • Kabyle : cours du soir à l’Inalco 18 septembre 2013 05:25, par La Mecreante !

      - « Pourquoi tant d’écrivains amazighs (Apulée, Fronton, Cicéro, Saint Augustin, etc...) de l’antiquité avaient déjà laissé Tamazight pour le Latin ? »

      tu vois du fric à faire partout avec ton araberie, toi !? Pffff !

      De tout temps et partout c’est la langue du dominant qui s’applique :
      - à l’école
      - dans les institutions.

      Parce que c’est le dominant qui rédige les textes fondateurs et les applique ! tu peux piger ça ?

      je te donne un devoir et va gamberger un peu avant que je te file un zéro pointé :

      1) Pourquoi La Gaule est devenue la France ?
      2) Pourquoi le gréco-latin est devenu le français ?
      3) Pourquoi le Niger est devenu le Mali ?
      4) Pourquoi la Numidie est devenue le gros merdier mahométan ?
      5) Pourquoi la Kabylie est devenue le chiotte de l’ângérie islamo-
      arabe ?

      repondre message

  • Kabyle : cours du soir à l’Inalco 29 septembre 2013 12:24, par muhend
    Azul, annect-a akk d ayen yelhan, maca atan d wid kan izedγen di Paris, ara iγelten s temsirin-a, awi yufan ad awwḍ-ent ar Iqbayliyen d teqbayliyin merra, imi ass-a atan tamurt yečča-tt unaγur : lğameε yessγaray, aγerbaz yessγaray deg dderya-nneγ i wakken a ten-id-rebbin mgal-nneγ, rrnu tiddukla iqra ar wanda ttemzuγarent teqbayliyin a sent-id-slemden amek ar lsent lḥiğab. Iwakken ad nmagger tagnitt am ta, yessefk ad neg ugar n wakka, am akken gan Ikaṭaluniyen, mačči ad nettgani anwa ara tt-id-yebdun, akken is-yenna Muḥya, ilaq ad nekker, ma ulac-itt a tt-id-nessnulfu. Ad nesnemmer imeγnasen i mazal qeddcen yal yiwen s wayen yezmer, nessaram ad neg awanek a sen-yerr azal deg wayen εattben γef tutlayt-nneγ, ad uγalan d agraw i ubaγur-is.

    repondre message

  • Question grammaticale. 6 septembre 2014 22:31, par IZEM
    On sait très bien que les noms COMMUNS (masculins ou féminins) subissent des changement à l’état d’annexion. Qu’en est-il des noms PROPRES féminins issus des noms communs, comme "Tamilla" ou "Tiziri", changent-ils à l’état d’annexion ? Merci de me répondre !

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.