Accueil > Actualité > Et si on osait ?
Et si on osait ?
mardi 14 avril 2009
par Masin

Pour la Kabylie, les carottes sont cuites et ce, depuis 1962. Rien ne sert de gémir sur le sort du pays kabyle tant que les Kabyles ne se montrent pas fermes, clairs et précis quant à ce qu’ils souhaitent réellement faire de leur Terre.

Aujourd’hui, nous sommes toutes et tous d’accord sur le constat. Le pays kabyle va mal et son salut ne viendra point de l’Algérie. C’est ainsi. Rien ne sert de courir, nos ancêtres se sont trompés de guerre et nous voici en train de payer chèrement leurs erreurs politiques.

Le combat culturel mené jusque-là par plusieurs générations est dépassé. Aujourd’hui, il faut poser le problème en termes politiques. Se fixer un objectif, radicaliser le discours et convaincre ainsi la communauté internationale de la justesse de notre cause.

Pou ce faire, la rupture est incontournable. Une vraie rupture avec l’Etat algérien et son idéologie arabo-musulmane. La Kabylie doit manifester définitivement son désir d’indépendance et le fasse savoir aux yeux du monde.

Nous sommes environ dix millions d’habitants et nous n’avons jamais songé à fonder un Etat, alors que nous trouvons légitime la création d’un Etat palestinien avec trois millions d’habitants ou encore l’Etat du Polisario fort de quelques 75000 âmes.

La Kabylie est différente de l’Algérie. Tout le monde le reconnaît et le dit excepté certains intellectuels kabyles. Ces derniers se contentent de dénoncer les agissements du pouvoir algérien, des islamistes et des Kabyles de service. A propos, ces Kabyles de service ne sont-ils pas des Algériens au même titre que ces intellectuels qui les dénoncent ? Non messieurs, accepter d’être algérien, c’est accepter que le président de l’Etat algérien vienne en Kabylie, c’est respecter le choix des "Kabyles de service" qui le soutiennent. En revanche, si la Kabylie manifeste son désir d’indépendance, ces Kabyles de service disparaîtront naturellement de notre paysage. Ils iront vivre en Algérie ou ailleurs car en Kabylie, il n y aura plus de place à celles et ceux qui n’y croient pas.

Si nous, Kabyles, ne croyons pas à notre indépendance, mais qu’en revanche nous voulons nous débarrasser de l’arabo-islamisme, faisons alors, par exemple, comme Mayotte. Organisons un référendum pour la réintégration de la Kabylie dans le giron de la République française. Beaucoup trouveront cette idée absurde, mais est-elle plus absurde que celle d’accepter l’appartenance à la Ouma arabia-islamia ? Il est quasi-certain que la France ne souhaitera pas réintégrer la Kabylie dans la République, mais on l’aura fait. Et le jeu en vaut la chandelle. L’intégration de l’Italie ou l’Espagne peut bien entendu s’envisager, sauf que les rapports à la France sont particuliers. En effet, le passé et les liens historiques qu’il y a entre les deux pays, la proximité géographique et surtout la communauté linguistique dans la mesure où la langue française est l’une des langues de la Kabylie, font que la France est une destination privilégiée des Kabyles.

L’on sait très bien que la Kabylie a plus de liens avec la France qu’avec l’Etat algérien, que nous faisons plus confiance à la justice française qu’à celle de l’Etat algérien, que nombre de ressortissants kabyles se naturalisent ou réintègrent la nationalité française... Il est grand temps de sortir de cette hypocrisie qui pousse à dire que nous ne devons pas trahir le sang de nos ancêtres qui sont morts pour l’Algérie. Non, la vérité est que nos ancêtres se sont trompés d’ennemis et de cause, que l’Algérie nous a fait plus de mal que la France coloniale, sinon comment expliquer cet exode "massif" vers la France ? Sans oublier que si la France n’était pas passée par l’Afrique du Nord, aujourd’hui, la Kabylie ne serait qu’un patelin arabo-islamico-terroriste. Disculpons-nous du mythe de la guerre d’Algérie, changeons de références historiques, optons pour les combats de Aksel et Dihya : les ennemis jurés des Arabo-Musulmans. Débarrassons-nous du nationalisme algérien menaçant et dangereux pour notre civilisation, voire notre existence même. Libérons-nous de la culpabilité d’être Kabyles.

Mon article soulèverait-t-ils des critiques, voire des insultes genre "aherki", "esprit colonisable", etc., mais n’empêche que les faits sont là : l’horizon de la Kabylie était, reste et restera la France et l’Occident. Osons l’assumer, disons-le haut et fort : soyons libres, réhabilitons Anzar et les autres dieux, retournons à nos sources libyco-gréco-romaines, ré-intégrons la Méditerranée et l’Afrique de Massinissa. L’on finira enfin avec le monde des ténèbres arabo-islamiques, la ligue arabe qui protège les criminels de guerre, la conférence islamique qui empêche tout progrès scientifique, le passeport vert islamico-terroriste qui nous ferme toutes les frontières... Donnons sa chance à la Kabylie, sortons de l’Enfer, convainquons l’Europe à nous accepter comme une entité méditerranéenne, non orientalo-arabo-musulmane.

Pourtant un exemple existe : celui de nos frères rifains qui ont la chance de ne pas subir la monarchie marocaine, échappant ainsi à l’arabo-islamisme. Mélila, tout en étant dans le Rif, reste une entité administrative espagnole, donc européenne. Il fait tout de même bon vivre à Mélila (colonie espagnole) plutôt qu’ à Nador (colonie marocaine) ou à Tizi-Ouzou (colonie algérienne).

L’on me dira qu’un colonialisme reste un colonialisme ! Oui, sauf que vivre au sein d’un Etat où règne la démocratie, fusse-telle est relative, vaut mieux que subir un Etat totalitaire et arabo-musulman de surcroît.

Et bien entendu, me concernant, je préfère de loin un Etat kabyle libre et indépendant.

Youba si Micli

Articles dans la rubrique :

Actualité
22/09/16
0
L’Etat présente son troisième rapport périodique au Comité des droits économiques, sociaux et (...)

Lire l'article

03/09/16
0
Les autorités marocaines viennent, une fois de plus, d’user d’arbitraire à l’égard des militants de (...)

Lire l'article

30/08/16
0
En mars 2016, nous avons publié un article sur notre site pour évoquer le cas de la montagne (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


82 Messages

  • Et si on osait ? 15 avril 2009 09:12, par Amazigh
    Azul fellak a Yuba si Micli, Ayen akka id tennidh d-tidett. Amazigh si Bgayet ad-ak iqqar cic, iyyaw a-nelhu-t ar waya s uzekka... Vive la KABYLIE
  • Et si on osait ? 15 avril 2009 17:45, par Saga des Gémeaux.

    Youba tu résumes bien par ton article ce que je pense de l’avenir de notre patrie kabyle. Le temps est effectivement venu pour nous de quitter cette nation artificielle qu’est l’"Algérie". Comme tu le dis dans ton article nos ancêtres se sont trompés de combats : la France n’est pas notre ennemie, mais ces sauvages qui depuis treize siècles nos oppriment avec leur islam abject et leur langue arabe impure. La Kabylie doit quitter définitivement l’Algérie et poser les fondations de sa démocratie constitutionnelle. Mais pour cela il faut tout d’abord que le FFS et le RCD se mettent d’accord sur la création d’un gouvernement provisoire en exil et d’un Parlement qui doit préparer l’indépendance de notre nation. Cela suppose que le peuple kabyle soit conscient de l’enjeu qui se joue en ce moment. Une fois que nous aurons obtenu l’indépendance, le gouvernement devra se mettre au travail immédiatement et poser les fondations de la République de Kabylie ; pour cela il devra avec l’aide de toutes les associations et les partis politiques définir le régime constitutionnel que prendra notre nation (je pense notamment à l’exemple du Bénin qui a vu au début des années 90 l’instauration d’une Conférence des forces vives de la Nation qui a su contribuer à l’instauration d’une authentique démocratie pluraliste et qui aujourd’hui fait figure d’exception en Afrique de l’Ouest francophone). Notre gouvernement devra dans la période de transition instituer quatre commissions de réforme : la commission pour la réforme politique, la commission pour la réforme administrative, la commission pour la réforme judiciaire et la commission pour la réforme du droit. Ces quatre commissions présenteront au gouvernement les projets de réforme qui doivent contribuer à l’instauration d’un véritable Etat de droit en Kabylie. Dans le même temps le gouvernement présentera un plan pour le développement économique et social de la nation. Bien évidemment le Parlement devra suivre par le biais de la commission de l’évaluation des politiques publiques que le gouvernement a bien mené ce qu’il est censé faire. Une fois que la période de transition sera finie, on devra procéder à l’élection d’une assemblée constituante qui rédigera la Constitution définitive de la République. Celle devra prévoir ce qui suit : le suffrage universelle est la source de toute légitimité populaire en qu’en dehors de lui il y en a pas d’autre, les pouvoirs législatif, éxécutif et judiciaire sont séparés et équilibrés, le gouvernement est responsable de la nation devant le Parlement et enfin la garantie juridictionnelle de la Constitution est du ressort exclusive de la Cour constitutionnelle. La laïcité de la République et de l’Etat devra être inscrite dans notre Constitution. Une Kabylie indépendante suppose que seul le Kabyle et le Français sont les seules langues nationales et officielles de l’Etat, de l’administration, de l’état civil, de l’enseignement et des tribunaux. En ce qui concerne nos relations diplomatiques, il est claire que nous ne devons avoir aucune relation avec les pays arabes, mais que nous devons avoir des relations diplomatiques avec les Etats occidentaux et les pays qui partagent les mêmes valeurs que nous. Prenons notre destin en main et luttons pour l’indépendance de notre Patrie, car une fois l’indépendance et la fondation de notre République acquise on pourra alors devenir un exemple pour les autres régions berbères qui souffrent du joug du colonialisme arabo-musulman. Nous prouverons alors au monde que nous imazighen sommes capables de nous organiser politiquement et économiquement. Quant aux Kabyles de service du régime colonialiste d’Alger, à ceux-là je leur conseille de rester dans cette Algérie qu’ils servent tant. A nous de jouer maintenant.
    Vive la République de Kabylie indépendante.

    Saga des Gémeaux

    • Et si on osait ? 16 avril 2009 15:39, par winn n"da
      . Une Kabylie indépendante suppose que seul le Kabyle et le Français sont les seules langues nationales et officielles de l’Etat, de l’administration, de l’état civil, de l’enseignement et des tribunaux. En ce qui concerne nos relations diplomatiques, il est claire que nous ne devons avoir aucune relation avec les pays arabes, mais que nous devons avoir des relations diplomatiques avec les Etats occidentaux et les pays qui partagent les mêmes tamazight langue officielle,d’accord,mais pourquoi pas l’anglais a la place du francais ? pérsonnellement,je considére que c’est l’anglais qui peut nous ouvrir les portes du savoir et de la science. pour la langue francaise,je pense,qu’elle a assez fait de dégats dans nos propres patrononymes et la toponomie de l’afrique du nord,et jusqu’a maintenant,nous ne savons pas que dit quoi ?pour la et la simple raison:que la langue francaise,ne prononce pas corréctement tamazight.contrairement a l’anglais. pour les relations diplomatiques,la kabylie sera comme a dit george wachington:la ou il y’a de l’intétét ,nous devons etres présents dhaya.
      • Et si on osait ? 18 avril 2009 16:53, par Saga des gémeaux.

        Cher Winn n da,

        dans ton message tu dis que la langue française a fait le plus de dégâts en Kabylie, mais ne penses-tu pas que la langue arabe en a fait plus que le français ? Comment ce fait-il que l’on retrouve des expressions arabes dans notre langue ? Voilà une question qu’il faudrait se poser si on veut un jour l’indépendance de notre patrie. Autre chose encore, le français comme le disait l’écrivain chawi Kateb Yacine est un "butin de guerre", donc quoi de plus normal que d’utiliser la langue des "Lumières européennes" ; je tiens à te rappeler que nos écrivains sous l’époque coloniale ne voyaient aucun inconvénient à utiliser le français car cela leur permettaient de diffuser leurs oeuvres et de faire connaître la culture kabyle. Que tu le veuille ou non le français est la deuxième langue de Kabylie, et par conséquent fait partie de notre identité. Aussi quand la Kabylie obtiendra son indépendance le français aura le même statut que notre langue kabyle. Je vais te donner deux exemples : en Irlande l’anglais que tu semble priser est avec le gaëlique langue officiel (la deuxième) en Inde c’est la même chose avec les autres langues que compte ce pays. Je pourrais dire la même chose de l’Afrique du sud et dans les pays du commonwealth britannique. Par contre ce que nous pouvons faire après l’indépendance c’est de passer une convention avec le Royaume-Uni pour l’apprentissage de l’anglais dans nos écoles, et pourquoi pas l’espagnol, l’allemand voir l’italien..... Ainsi on pourra s’ouvrir sur le monde extérieur. Mais gardons le français car c’est quand même grace à cette langue que s’est fait le combat nationaliste et ce même si nos ancêtres se sont trompés de combat comme le dit Youba Si Micli dans son article. Je pense que si nous ostracisons le français de notre patrie, nous ne fassions comme ces misérables baathistes qui veulent faire table rase de ce que le colonialisme européen a eu de bon (faut pas non négliger cela même s’il y a eu des abus et je serai tout à fait d’accord avec toi). Gardons le français comme deuxième langue officiel et n’ayons pas peur d’assumer notre francophonie.

        Saga des Gémeaux.

        • Et si on osait ? 19 avril 2009 18:48, par winn"da
          azul a la saga des jumeaux le jour ou la kabylie sera autonome ou indépandante,nous n’aurons plus besoin de butin de guerre.c’est vrai aussi que jusqu’ici,nous avons adoptés le francais comme bouclier pour nous protégés contre l’arabisation.mais demain,une fois libres,nous n’aurons plus besoin. nous aurons besoin d’un outil qui peut nous frayer un chemin dans le concert des nations,et je pense que l’anglais est le plus pérformant.un constat maintenant:la france a bel et bien férmé ses portes aux etrangers(y compris pour les kabyles)l’anglais peut ouvrir plusieurs horizons:les ameriques,les pays du nord,le monde entier y compris la france.mais,on est pas encore la,évitons de mettre la charrue avant les boeufs.
          • Et si on osait ? 21 avril 2009 17:24, par Saga des Gémeaux

            cher(e) Winn da,

            j’ai lu ton message, et je te propose une chose : demandons aux internautes kabyles de savoir qu’elle devra être la place du français dans notre pays une fois que la Kabylie sera indépendante. Outre le kabyle qui bien évidemment sera langue nationale et officielle de l’Etat, pourquoi ne pas prendre le français comme je l’ai dit dans mes précédents messages. Je tiens à te rappeler que nous n’avons pas de liens particuliers avec le Royaume-Uni mais que par contre on peut passer une convention avec le gouvernement britannique pour asseoir l’enseignement de l’anglais dans nos écoles comme je l’ai dit dans mon précédent message. Il est vrai et je suis d’accord avec toi que l’anglais est la langue internationale et que nous devons prendre notre place dans la mondialisation, mais ne répudions pas pour autant la langue française qui fait partie de notre identité malgré tout. N’ayons pas honte de notre francophonie. Il reviendra à l’Assemblée constituante de déterminer si oui ou non le français peut au côté du kabyle être la deuxième langue de la République.

            Sur ce à bon entendeur.

            Saga des Gémeaux.

          • Et si on osait ? 20 octobre 2009 22:22, par abgayti
            azul fellawen win itt azalen f tsekurt ,as truh tyazit
      • Et si on osait ? 27 avril 2009 18:02, par Honoratus

        Bonjour
        Impeccable votre réponse. Sauf que, le Français que je suis espère vous voir adopter le français comme 2ième lanque officielle, si comme je vous le souhaite de tout coeur vous arrivez un jour à votre indépendance. Le mur de Berlin est bien tombé ! Pourquoi pas ce mur là. Français né au Maroc,j’ai toujours eu une très grande admiration pour votre peuple (Berbères au Maroc ou Kabyles en Algérie)
        dont j’ai pu apprécier au cours d’un camp, ( ATLAS- 1939) la chaleureuse hospitalité. J’ai bien aimé votre article de fond, notamment lorsque.."L’on me dira qu’un colonialisme reste un colonialisme ! Oui, sauf que vivre au sein d’un Etat où règne la démocratie, fusse-telle est relative, vaut mieux que subir un Etat totalitaire et arabo-musulman de surcroît".

        Un petit bémol au sujet de l’aspect colonialiste : je crois que le colonialisme français , même avec ses défauts, vous paraitra d’une toute autre qualité que celui des puissances coloniales de cette époque. Pas tout blanc,certes, mais pas tout noir non plus !!! Comparer les infrastructures que la France a laissées. Il n’y a pas photos. Derechef, toute mon admiration Honoratus

        • Et si on osait ? 13 mai 2009 15:43, par yisseri
          vous faites pitié mes "amis" !!! la france se fout complètement de la kabylie et des kabyles XD y’a t-il du gaz ou du pétrole en kabylie ? NON !!! de plus les montagnes kabyles sont blindées de terros !!! le jour où les soldats algériens se retireront ces terros vont vous anéantir et la france ne voudra pas envoyer ses soldats dans un bourbier qu’est aujourd’hui nommé KABYLISTAN.
          • tu ne pourrais pas aller chialer chez ta mère !? 14 mai 2009 16:42, par La Mécréante !

            eh ! yisseri la loose !

            tu ne jures que par le gaz et le pétrole en bon wahhabite que tu es. tous vos pays gaziers et pétroliers sont pourris par les tueries, les pendaisons, les égorgements, les décapitations, les peuples crevards qui se jettent tous dans la gueule des poissons. Tu sais quoi ? je ne mange plus la moindre sardine de crainte de me faire inoculer votre araberie à trois neurones dégénérés !

            es-tu assez stupide pour croire que ton armée ângérienne est en kabylie pour protéger les kabyles ? tu es un âne ou quoi !? Non, tu es indigne d’être un âne !

            (pardon âne, toi qui as tant rendu de services à l’humanité. je parlais juste à un humanoïde qui ne t’arrive pas au sabot)

            yisseri, prie ton allah et ton momoh pour que les "terros" restent longtemps en kabylie. le jour où ils en sortiront... je ne t’en dis pas plus parce qu’il n’y a pas assez de place dans ta micro-cervelle.

            • Contribution à la mise à nue de nos fausses convictions

              L’escargot, la fourmi et l’agneau ; un mollusque, un insecte et un petit quadrupède. Trois êtres de nature inoffensive, héros préférés des fabulistes( si LaFontaine savait !) mais porteurs d’un esprit maléfique et mortifère qui les hante et les oriente en dénaturant complètement leurs instincts .

              Tout commence par la lente « vadrouille » quasi indifférente de l’escargot. Comme chacun le sait, les secrétions de notre mollusque forme un sillon tellement limpide qu’il n’échappe guère à la fourmi, laquelle, poussée par une nature innocemment curieuse et aventuriste, s’y rapproche pour abreuver sa soif et sa faim des délices gracieusement offerts par « la voie lactée » de l’escargot. Mais son instinct grégaire lui rappelle aussitôt son devoir de partage et, toute contente d’être tombée sur une manne providentielle qui mettrait son « ethnie » de termites à l’abris de la disette, elle s’en va prévenir sa fourmilière ; et c’est ainsi que toutes ses congénères se retrouvent festoyant, elles aussi, en s’adonnant copieusement et sans retenue au met de la bave du mollusque.

              Malheureusement la fête tourne vite au cauchemar ; l’eau bénite de l’escargot s’avère être, en réalité, hautement maudite car contenant la larve de la douve que la pauvre fourmi ingurgitait trompeusement. Aussitôt le corps de l’innocente envahit, le redoutable mal invisible prend possession de son esprit pour corrompre à jamais son destin d‘honnête ouvrière. Le cycle de la métamorphose accomplie, la fourmi, entièrement gagné par une étrange « seconde nature », se découvre en mutante une nouvelle mission tout aussi étrange : « L’Alien » la mène droit vers un champs où broutent de petits agneaux et des vaches pourtant sous l’œil vigilant d’un berger mais dont la garde est tellement verticale qu’il ne s’aperçoit guère de l’esprit qui rôde sous ses pieds. La fourmi, calculant la trajectoire du pâtissage d’un petit agneau, se met en travers de son chemin en se précipitant d’escalader jusqu’au sommet la tige de la plante préférée du pauvre petit herbivore qui la happe aussitôt arrivé. C’est ainsi que la fourmi se retrouve hachée délibérément dans la gueule du petit agneau. Qui a dit que le hara-kiri est d’origine japonaise ?! Une fourmi toute peureuse et innocente devient, l’instant d’après, une véritable kamikaze ! Enceint de la larve de la douve inoculée par la bave de l’escargot, « l’ermite » malgré lui, comme endoctriné, à dessein qu‘il ignore totalement, se jette en « faux martyr » dans la gueule de l’agneau !

              La tête de la fourmi-cobaye doit être explosée par la détonation dentaire du quadrupède pour libérer l’infiniment petite larve qui assiège, en vermine sournoise et insidieuse, son foie, seul environnement offrant la bile indispensable à sa mue en ver et ultime étape d’une « solution finale » que seul la douve sait programmée. Qui a dit que le nazisme est d’origine allemande ?!

              A l’intention des visiteurs du site Tamazgha :

              Pour conjurer des condamnation collectives injustes, afin de situer les vraies responsabilités dans le but de porter une accusation fondée et une condamnation justifiée, établissons, d’abord, le schéma actantiel de cette narration qui n’a rien d’une fiction littéraire, genre fable, car s’inspirant d’un fait naturel, réel, scientifiquement observable et ce, en trouvant à ses actants animés et inanimés ( adjuvants et opposants) des équivalents culturels, sociaux, idéologiques… et humains tirés de la société algérienne.

              Consciencieusement Kabyle, Midah.

  • Et si on osait ? 16 avril 2009 01:34, par Kabyle unitaire

    En tout cas Imazughen Imula ke dit bien das la chonson "Tiz Bwassa".
    le dernier couplet : "Nved zaf tizi bwessa ne sikd ar zet imugraghid u manugh,
    Amanugh nekni at nedham sighalen netdukli negh"

    Interpretaion proche : "Si nous regardons vers l’avenir, nous ferons face à une guerre,
    une guerre que nous afronterons avec notre union"
    Le future d’hier et le present d’aujoud’hui. Unissons nous pour afronter nos ennemis d’hier, d’aujourd’hui et de demain !
    Reglons nos problems entre nous et ne lessons pas les ennemies emprofiter de nos différents !
    Allez, RCD, FFS. MAK, PST, PT, Arch... etc.
    Vous voyez bien aujourd’hui que nous avons un ennemi comun.
    Oublier vous disputes qui ne menemt ni à votre bien et celle de vos peuple qui est le peuple Kabyle.
    à moins que vous vous innissier au jeu du diable, donc vous etes des KDS aussi, le temps va vous mettre à nu et vous ne pouver meme pas vous excuser.

    Un Kabyle qui aime la Kabylie et tous ce qui se reconnaissent Kabyles et qui font quelque chose pour le prouver.

  • Et si on osait ? 16 avril 2009 14:52, par Idir

    Merci à Youba si Micli, pour cette contribution. Même si elle est teintée de pessimiste.

    Youba SMicli a dans ce commentaire trouvé les mots justes et me conforte dans ma pensée.

    En même temps il me fait mal parceque, je n’ai jamais osé.

    Je pardonne à mes parents de s’être trompés d’ennemis, mais moi, je suis sûr que je n’ai pas ce choix d’ignorer notre triste réalité.

    Nous nous sommes mentis en croyant que nous sommes des orientaux alors que les arabes eux-même nous considèrent comme des occidentaux.

    Tant que les kabyles étaient encore des hommes libres ils n’étaient inféodés à aucune religion. Aujourd’hui, nous constatons avec tristesse la tragédie dans laquelle nous a plongé l’Islam ce poison redoutable.

    Réhabilitons notre histoire, notre culture dans notre attitude au quotidien.

    " donnons la chance à la Kabylie et sortons de l’enfer" j’ai dit plus haut que ce texte était teinté de pessimisme, mais cette très belle phrase donne beaucoup d’espoir. Elle sera pour moi notre "Yes We Can".

    Faisons que cette belle formule ne reste pas au stade du slogan.

    OSONS !

    Idir

  • Et si on osait ? 16 avril 2009 17:47, par thiziri8
    Azul et tanmirt pour cet article. J’ai vraiment beaucoup apprécié de le lire. Je ne sais si Youba est de France ou de Kabylie (je m’interroge en fait sur ce qu’en pensent les Kabyles vivant en Kabylie de leur opinion sur la France, le rattachement à une nation) mais en tout cas bizarrement moi je me suis toujours sentie Kabyle en premier au fond de moi même et dans mon coeur et Française (s’il faut choisir une nation, une nationalité) ensuite car quand même en vivant en France on acquiert un mode de réflexion peut-être typiquement francaise ou bien universelle pourrait-on mieux dire. De toutes les façons le lien entre la France et la Kabylie, en dehors des valeurs communes (laïcité, liberté de penser, et de s’exprimer) que nous avons, ce serait des liens d’intérêts peut-être. Après tout si les présidents français se sont si bien entendus avec les présidents assasins algériens, c’était pour des raisons d’intérêt (pétrole) enfin moi je ne peux l’expliquer que comme ça.. On vit dans un de ces mondes hypocrites aujourd’hui, il y a de quoi en être dégouté ! Je rêve de voir un jour notre "Obama" ou "Obamane" qui nous guiderait mieux que nous avons été guidé. Car la Kabylie, et tous ces Berbères d’Afrique du Nord ne méritent pas ce qu’ils vivent aujourd’hui, ils méritent mieux, beaucoup mieux ! Notre objectif est pourtant claire : la culture. Il ne faut pas tourner autour du pot comme on l’a trop fait, mais il ne faut pas être amère mais réunir toutes les forces et bonnes volontés pour atteindre l’objectif.. Au plaisir de relire de nouvels articles. Ar timlilit !!