Accueil > Actualité > Les semeurs de la haine et de la division en (...)
Les semeurs de la haine et de la division en Kabylie
jeudi 10 novembre 2016
par Rédaction-Tamazgha
Certains politiques, plus ils vieillissent, plus leurs nobles convictions de jeunesse s’affaiblissent et plus ils versent dans la trahison de ceux qu’ils prétendent représenter.



Noureddine Aït Hammouda [1] arrive sur le plateau de BRTV [2] et, endossant cet air d’innocence feinte propre aux politiciens chevronnés où le téléspectateur risque fort de confondre gouttes de sueur et larmes et théâtralisant à la perfection le rôle d’avoir été la cible d’un complot, actionne contre Saïd Sadi [3] et son parti une violente charge nourrie de graves révélations concernant des affaires de corruption à grande échelle remontant jusqu’aux années 1990. Il nous dévoile tout un pan d’une "vie politique double et cachée" de Sadi dont il est le seul à détenir le secret. Il l’accuse d’accointances et même d’intelligence avec l’ennemi de la Kabylie, le DRS [4], contre avantages en biens matériels divers et autres innombrables passe-droits. C’est ainsi que le commun, ébahi et se sentant désabusé, apprend, entre autres, que Reb Dzair, l’ex général de la sécurité militaire algérienne, Mohamed Lamine Mediene dit Toufik, lui permit d’acquérir un terrain à bâtir dans le quartier huppé d’Alger, El Biar, où il construisit une villa de luxe qu’il loue à une ambassade étrangère pour la coquette somme de douze milles euros net le mois ! On ne peut pas dire que notre "plus grand laïc" n’a pas assuré sa retraite !

Si la révélation est fort probablement vraie, une question essentielle s’impose, néanmoins, de fait. Pourquoi attendre 2016 pour dénoncer une malversation remontant aux années 1990 ? Cela rend déjà le dénonciateur complice d’un délit sachant qu’il a été le compagnon de "toujours" de l’homme qu’il accuse. Une dénonciation à la hussarde et notamment sans garde-fou aucun d’autant que la partie adverse l’accuse des mêmes délits [5]. Lui aussi aurait bénéficié des mêmes avantages via les mêmes voies détournées : trois villas dans son village natal, divers logements de grand standing à Tizi Ouzou et au Club des Pins et, surtout, un appartement en plein centre d’Alger qui lui aurait été offert par l’ex Chef d’Etat algérien, le raciste et anti kabyle né Ahmed Ben Bella. Béant donc est son gosier lui aussi, le fils du colonel kabyle de l’ALN [6] ! De cela découle une deuxième question : pourquoi un politicien qui, selon les accusations qui pèsent sur lui, a tout d’un corrompu avéré décide-t-il de dénoncer un autre politicien, lui aussi apparemment corrompu, sachant qu’ils n’ont jamais été pris officiellement dans leurs délits, leurs trahisons ? Ce n’est donc ni le remord d’avoir trahi l’idéal de liberté et de démocratie porté par la Kabylie ni un quelconque sentiment de justice citoyen ni la confiance des partisans du parti et des électeurs kabyles se sentant désabusés et encore moins les intérêts suprêmes de la Kabylie trahie et meurtrie qui ont animé les dénonciations à la vingt-cinquième heure de Noureddine Ait Hammouda. En politique algérienne, il semblerait que l’absence de dignité a ceci de particulier qu’elle développe une addiction permanente au mensonge et un amour morbide particulier à la culture de l’intrigue. L’enjeu politique est donc ailleurs. En effet, comment peut-on croire un homme qui aurait accepté un appartement offert en guise de cadeau par un potentat, Ben Bella, sans doute pour soulager sa conscience de criminel pour son appartenance à la même famille d’imposteurs, le MALG [7], à l’origine de la mort de son propre père, le colonel Amirouche ? [8]

Nous avons, hélas, assisté à des manœuvres des plus condamnables de la part de ce trublion de la réal politik algérienne des années 90-2000. Dans la guerre qui opposait les militaires algériens aux groupes islamistes, notre guerrier en chef s’est drapé du treillis militaire : il a mordu à l’hameçon et la Kabylie découvre son premier seigneur de la guerre. Nombreux sont les Kabyles qui ont pointé du doigt une similitude malheureuse avec la guerre du FLN, qui a engendré un drame humanitaire des plus graves. En effet, au lendemain du déclenchement de cette guerre, menée par le peuple, la colonisation a distribué des armes et des treillis à ceux qui veulent se défendre et défendre leur territoire : on les appelait jadis les harkis. Une des questions qui se posait était de savoir ce que faisait un « civil » avec les militaire et comment se fait-il qu’il avait les prérogatives d’un vrai militaire, notamment en allant chercher lui-même un des présumés assassins de Lounes Matoub par exemple.

Dans son livre [9], il est rapporté à la page 46 « nous avons retrouvé certains des ravisseurs : entretien » où il était question de retrouvailles avec des gens qu’il combattait hier sans « relâche ». Sur tous les chapitres du livre, notre trublion est tel ce sanglier qu’on suit dans une forêt, la forêt du mensonge. C’est déjeuner avec des « démocrates », diner avec des militaires et coucher avec des islamistes ? Le lecteur est sincèrement désabusé.

Un Tartuffe qui nous prend vraiment pour des truffes ! Rappelons que l’enfant de Tasaft [10] a évolué dans le même réseau relationnel que celui dans lequel a délibérément sombré Said Sadi, à savoir le Département du renseignement et de sécurité algérien (DRS). De son propre aveu, Ait Hamouda a été l’intermédiaire attitré qui a permis au DRS d’armer des milliers de patriotes en Kabylie et ailleurs [11]. Par son implication, il aurait donc participé grandement à la compromission du destin de la Kabylie qui se retrouve aujourd’hui infestée de militaires, d’islamistes et des plus criminelles de toutes les maffia existantes. Rappelons également qu’il a été, avec Sadi, parmi les premiers à chercher avec zèle à disculper l’implication du DRS dans la mort de Matoub Lounes. D’où cette troisième question : pourquoi Noureddine cherche-t-il aujourd’hui à diaboliser Sadi alors qu’il a été lui aussi abreuvé à la même culture de l’intrigue dispensée à la même école de malheur algérien ? Peut-on s’empêcher de penser que Noureddine Ait Hamouda est à la Kabylie ce que le Général est à l’Algérie : des semeurs de haines, de complots et de divisions.

En effet, et certainement pour des considérations politiques strictement personnelles et d’intérêts matériels non avoués, il fait feu de tout bois contre son ex-parti pour abattre son ex-ami Said Sadi. Une attaque tout azimute quitte même à chercher des alliances parmi ses ennemis d’hier. Ainsi, le FFS [12] redevient à ses yeux, subitement et comme par enchantement, un parti fréquentable et qui n’est dirigé que par des hommes intègres. Il informe en direct sa direction que malgré leurs divergences politiques, qui lui semblent "minimes", il n’en demeure pas moins qu’il reste fidèle au principe de la solidarité kabyle du fait même qu’il s’est rendu à At Ahmed, contrairement au "traitre" Said Sadi, pour assister, profondément ému de cette perte, à l’enterrement de Hocine Ait Ahmed. Comment oser aller à l’enterrement de quelqu’un qu’on a toujours vilipendé de façon éhontée.

Nous n’avons rien contre ce monsieur, sauf que nous avons le devoir de pointer ses traitrises et ses marchandages qui ont coûté cher à la Kabylie. Ce sont justement cette compromission, ces aveuglements et ces échecs répétés qui ont fait de notre chère Kabyle le théâtre d’un massacre en 2001. De qui se moque-t-on ?
Au même moment, il adresse un message de sympathie "contre nature" à la direction du MAK [13] pour lui témoigner toute sa solidarité devant les diverses attaques que ce mouvement subit particulièrement celles venant du leader du RCD [14] qui le traite d’intégriste. Ait Hamouda se découvre subitement doué de vertus le plaçant comme grand médiateur de la réconciliation fraternelle de tous les enfants de Kabylie déchirés entre la peste proposée par les uns et le choléra des autres. Un miracle ! Dans le même élan, il informe son auditoire que son ex-parti et Said Sadi sont actuellement en négociations secrètes très avancées avec le FLN [15] et le clan présidentiel en vue des présidentielles algériennes de 2019. Sans doute, Ait Hammouda sait très bien titiller la fibre haineuse que les Kabyles ressentent contre l’imposteur FLN ! Mais, lui qui semble être dans le secret des dieux, il doit savoir que ce même parti dont il cherche à gagner aujourd’hui l’estime, le FFS, et de la bouche même de son ex-secrétaire général, Karim Tabou, a négocié sa participation aux dernières législatives [16] où il s’est vu attribuer des sièges en dehors de la Kabylie pour lui donner le cachet de parti national. Alors, pourquoi dénoncer en dévoilant les tractations menées par l’un avec le pouvoir et faire l’impasse sur celles de l’autre alors que la corruption politique et morale touche les deux partis ? Quelles en sont les motivations cachées d’Aït Hamouda Noureddine ?

Mais le ridicule ne tue jamais personne, dit-on. Le comble est qu’il reçoit, lui-même, un émissaire de ce même Bouteflika, en la personne du ministre des moudjahidine, Zitouni [17], dépêché d’Alger pour assister à l’hommage rendu récemment au colonel Amirouche à Tasaft [18] et organisé par la Fondation portant le même nom et dont il est le président exclusif. Un émissaire qu’il accueille tambours battant et à qui il offrit même une tribune pour aller discourir, au nom de l’imposteur Bouteflka [19], de la grandeur du défunt père. Mais, pourquoi aller donc reprocher aux autres la chose qu’il se permet pour lui-même ?

Sauf que voilà, une fondation pourrait signifier « accès à des privilèges financiers ». Et nous le savons très bien que le régime algérien ne concède jamais de privilèges sans contreparties ! Et si le régime algérien, par son projet de classer "patrimoine culturel national algérien" [20] projetterait uniquement de canaliser par le biais de cette fondation une nouvelle clientèle qui lui assurerait une nouvelle base sociale en Kabylie ? Une base sociale pour sauver le régime comme il l’a souhaité déjà en octobre 1988 lorsqu’il appela la Kabylie à soutenir le chef d’Etat d’alors, le colonel Chadli Bendjedid [21].

A ce propos justement, que fait Malika Matoub, la sœur de Lounes, à Tasaft [22] que la caméra montra en compagnie du président de la Fondation, celui-là même qu’elle chargea dans l’affaire de l’assassinat de son frère ? Dix-huit ans d’accusations et de violences verbales notamment à travers la presse ainsi que tribunes et officines politiques et idéologiques interposées. Alors pensent-t-ils que leurs retrouvailles inattendues dissiperaient comme par enchantement tout cela ? Mais les plus avertis des Kabyles libres avaient déjà compris que "quelque chose était déjà pourrie au royaume du Danemark". C’était quelques jours auparavant déjà, quand nous découvrîmes Malika dans son nouveau rôle navrant d’historienne révisionniste de sa famille, lorsqu’elle se fait inviter par la chaine de télévision arabo-islamiste, Echourok TV [23], où elle s’adonna honteusement à une déconstruction monstrueuse du parcours militant et artistique de son frère, Matoub Lounes.

Se prévalant des titres "d’historienne, de critique et de redresseuse des torts", Malika Matoub, nous apprit que son frère était un musulman et un nationaliste algérien. Devrions-nous comprendre par-là que Matoub Lounes était un fervent défenseur de l’unité nationale algérienne et qu’il passait "fièrement" son identité arabo-islamiste algérienne bien avant son appartenance amazighe kabyle ? N’est-ce pas là une perversion de la mémoire d’un mythe qu’on souhaite dissocier de toute idée de libération de la Kabylie. Il redeviendrait ainsi un nouveau symbole de l’aspiration algérienne de la Kabylie ! Il est tout à fait clair que l’affirmation assumée, toute honte bue, de tels propos répond à une exigence du pouvoir posée comme sa condition contre des attributs de coulisse que l’on devine aisément ! Des affirmations ayant, de plus, cette particularité même de disculper, implicitement, le pouvoir de la mort de Lounes. En tentant de priver ainsi toute une génération d’une référence identitaire hautement distinguée, ce sont tous les Kabyles fières et attachés à leur dignité et leur liberté qu’elle cherche à placer en porte à faux. A-t-elle, pour cela, reçu l’autorisation de formuler une demande officielle à la direction de la culture de Tizi Ouzou pour classer la maison de Matoub Lounes patrimoine culturel national algérien ? Si ce projet vient à se concrétiser, il serait difficile de ne pas le considérer comme une autre trahison.

Finalement, et tout bien réfléchi, que ce soit Ait Hamouda, Saïd Sadi, Malika Matoub ou encore Amara Ben Younes, Khalida Toumi, Smaïl Mira, Ould Ali, Ali Haddad, Hanachi [24],... le FFS, le RCD ainsi qu’une bonne partie de leurs cadres transfuges, ils sont tous logés à la même enseigne et tous assis autour d’une même agape garnie fournie par le même Maître et où chacun est accroché par un fatal appât propre servi comme son petit péché mignon. Un péché mignon dont la valeur est indexée proportionnellement au degré de sa trahison de la Kabylie et par sa capacité à diviser les Kabyles.


Cavan u Muh et Mestafa G’idir.

Notes

[1Fils du colonel Amirouche. Il est l’un des fondateurs du RCD, Rassemblement pour la culture et la démocratie, et des groupes de légitime défense (GLD) en Kabylie. Il est aussi ancien député du RCD.

[3Ex-leader du RCD, Rassemblement pour la culture et la démocratie.

[4Département du renseignement et du service.

[6ALN : Armée de libération nationale qui fut le bras armée du FLN lors de la guerre du FLN contre le colonialisme français.

[7Ministère de l’armement et des liaisons générales, ancêtre de la sécurité militaire algérienne.

[8Combattant kabyle, mort trahi pendant la guerre d’Algérie.

[9Assassinat de Matoub : vérités, anathèmes et dérives, de Djaffar Benmesbah et Nordine Aït Hamouda, 221 pages, Éditions SAEC-Liberté, Alger 2003.

[10Village kabyle natal de Noureddine Aït Hamouda.

[12Front des Forces Socialistes, parti politique d’opposition kabyle appartenant à la mouvance réconciliatrice.

[13MAK : Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie devenu Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie.

[14RCD : Rassemblement pour la culture et la démocratie, parti politique kabyle de la mouvance éradicatrice.

[15FLN : Front de libération national, le parti au pouvoir depuis 1962.

[19Bouteflika, actuel chef de l’Etat algérien.

[24Députés, ministres, hommes d’affaires,... Kabyles que la rue kabyle qualifie de KDS (Kabyles de service) en raison de leur accointance avec le pouvoir algérien.

Articles dans la rubrique :

Actualité
22/04/17
0
Chez Gallimard dans la prestigieuse collection Poésie/Gallimard, vient de paraître l’anthologie (...)

Lire l'article

17/04/17
0
Un collectif de cinq associations appellent à un rassemblement pour commémorer le Printemps (...)

Lire l'article

30/03/17
1
Il n’a pas fallu grand-chose pour que les habitants de Gsar Ouled Debbab, au sud de la Tunisie, (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


2 Messages

  • Les semeurs de la haine et de la division en Kabylie 13 novembre 2016 05:07, par Ait Amar

    FAUX-OPPOSANTS, PSEUDO-DÉMOCRATES, EXTRÉMISTES DE TOUS BORDS : LE POKER-MENTEUR OU LE FAÇONNAGE ARTIFICIEL DU CHAMP POLITIQUE ET MÉDIATIQUE

    Préambule. La " fausse ouverture " (ou l’ouverture contrôlée) de 1988 nous a conduit à l’impasse actuelle. A ce blocage de la situation politique, " la case départ " = 1962 en l’occurrence, qui signifie l’usurpation de la souveraineté populaire. Car, " la question principale, primordiale, fondamentale ", c’est la " question du pouvoir ", de la légitimité (ou non) du pouvoir ..... Et tant qu’elle n’est pas " réglée ", rien n’est possible : ni paix, ni prospérité, ni démocratie, ni État de droit, ni Tamazyght .... Oulech, rien, niet !

    Le RCD : UN PARTI-OFFICINE CRÉÉ DE TOUTES PIÈCES PAR LE PUISSANT CLAN BELKHEIR-AYYAT (amarré à la puissante SM).

    On le savait dès 1989, et on ne cessait de le dire : le RCD fait partie de ces partis-officines créés en 1989 à la faveur de la fameuse " ouverture contrôlée ", ce Poker-menteur fait par un " façonnage artificiel du champ politique et médiatique ", en sponsorisant et propulsant une cohorte de faux-opposants, de pseudo-démocrates et d’extrémistes de tous bords (....), et les mettant au devant de la scène avec des partis, des associations-relais et des organes de propagandes " nés dans les Laboratoires de la Police politique ", laquelle avait présidé à cette manœuvre machiavélique, et supervisé sa mise en œuvre.....

    Le RCD est " né avant termes " (Février 1989), avant même la promulgation (Mars 1989) de la Constitution qui allait autoriser le multipartisme. Dans la foulée, la SM créa d’autre formations, le FIS, le PSD, le PRA (N. Boukrouh, Capitaine de l’ANP), etc., dont les directions et staffs sont dirigés par des agents notoirement connus pour leur affiliation à ladite Police politique secrète =le Pouvoir réel....

    Le RCD était sponsorisé par le le Clan le plus puissant en 1988-89 (et après), le Clan Belkheir-Ayyat_Belkaid-Khédiri-Megueddem, puissamment amarré à la puissante SM. D’où les soutiens financiers, logistiques et matériels très importants octroyés au RCD, lequel RCD a soutenu les campagnes de répression, les manipulations et provocations du Régime militaire (SM), dédouanant les crimes de ladite Police secrète, ses attentats, massacres, et sa création et l’instrumentalisation des groupes terroristes...

    Dès sa création, plusiers v Animateurs du MCB avient dénoncé la trahison, nomre d’intellectuels comme Chaker, Mammeri, K. Yacine, Th. Yacine, Mohya aussi, ainsi que plusieurs militants en opposants au Pouvoir militaire....

    Le RCD était considéré par la SM comme sa carte-maîtresse et valet d’atout en Kabylie, et aavit tenu à le sécuriser et le préserver, quitte à intimider, menacer et même à tuer....Mammeri, Matoub, Djaout étaient assassiné peu après leur opposition au RCD.

    LES REVELATION DE N. AIT HAMOUDA SONT A RELATIVISER :

    Proche de Sadi, Ait Hamouda savait tout depuis les années 80, et ce n’est qu’en 2016 qu’il vient nous dire ce que que nous avons majoritairement : les liens du RCD à la SM-DRS sont notoires, dénoncés moult fois....

    En vérité, c’est du à la " nouvelle recomposition " du " système militaro-mafieux ", le Clan qui sponsorisait le RCD est " tombé ". De plus le Pouvoir militaire n’a plus besoin du RCD et de Sadi puisque le FFS est foutu et AIt Ahmed est mort.....

    Une nouvelle " carte politique " est en prévision. Le néo-DRS vise vraisemblablement sur certains autonomistes et indépendantistes.....

    NON AUX DÉNONCIATIONS SÉLECTIVES !

    Dénoncer tout et tous, sans complaisance sinon rien ! Il faut éviter les " dénonciations sélectives ". Expliquer sans raccourcis ni simplisme c’est encore mieux ! Une sorte bilan auquel nous devons nous y employer et donner des clés. De 1988 à 2016, qu’ont-ils fait ces gens-là outre leur soumission au Pouvoir militaro-mafieux.

    Comprendre pourquoi cette permanence dans la soumission ? Pourquoi tant de trahisons ? Pourquoi cet abandon de la question sociale, des sans-logis, des précaires, des syndicalistes, et ce creusement constant des inégalités ? Pourquoi rien rien contre les discriminations, et puis la « sécurité » placée au centre du (faux) débat politique ? Pourquoi cette politique contre son camp, contre le salariat et singulièrement contre les jeunes et contre les femmes au travail ? Pourquoi cette politique sécuritaire, la criminalisation du mouvement social, les violences millitaires et policières et tant de jeux sur les peurs, quitte à faire monter le FIS et l’islamisme en général ? Pourquoi aucune démocratisation, pas dé " dégel " ?

    Il nous faut trouver et dire les explications pour que demain ne se répète plus jamais....

    TOUS PAREILS : CORROMPUS ET TENUS PAR LE POUVOIR MILITARO-MAFIEUX (SM-DRS-DSS)

    Les " dirigeants " et " ex-dirigeants " du RCD sont tous pareils : tous corrompus, achetés et " tenus " par le Régime militaire. Sadi d’abord, en premier, puis Ait Larbi, Lounaouci, Khalida, Ferhat, Ait Hamouda, O. Ait Menguellet, Goumeziane, Ouahioune, Ait Said, Benyounès, Oulamara, Ould Ali et la clique sont " allés très loin dans la compromission avec les Généraux faucons, ultras, les " éradicateurs " dits les Janviéristes, les tenants de la ligne dure, ceux qui ont sponsorisé et propulsé le RCD.

    Tous les gens susnommés ont bénéficié d’avantages matériels, immobiliers, administratifs et autres, octroyés par la SM-DRS : appartements, villas, terrains à bâtir, licences et agréments, bourses, etc. etc. en échange de leur soumission / soutien au Régime militaire....

    De nos jours, le Régime dictatorial militaire s’est restructuré, ceux qui les ont sponsorisés ne sont plus là, leurs missions sont terminées, étant donné que FFS est neutralisé, le MCB mort, Ait Ahmed décédé, La LADDH éclatée ......

    Le Régime militaire a troué d’autres clients, le MAK et son adversaire le MK (Manifeste kabyle) qui vont s’entre-déchirer, et diviser davantage la kabylie, l’isoler encore plus, la séparer des autres régions amazighs, la délégitimer à fond, et donc la neutraliser.....au bénéfice du Régime militaire ! Et la Dictature continue ! Le pillage des richesses aussi !

    VERS UNE " NOUVELLE CARTE POLITIQUE " EN KABYLIE :

    (Presque) la fin de mission pour le RCD car le FFS est foutu, fini pour Sadi car Ait Ahmed est décédé.

    Le RCD de Sadi a été créé pour barrer la route au FFS d’Ait Ahmed. C’était bel et bien la SM qui avait conçu et mis en œuvre en 1988-89 cette stratégie machiavélique et diabolique pour la " neutralisation politique " de la Kabylie....

    Le néo-DRS / DSS, la Police politique (Pouvoir réel) récemment " restructurée " va procéder à une " restructuration " du champs politique et médiatique, dont une nouvelle " carte politique" en Kabylie, en sponsorisant et propulsant de nouveaux agitateurs ou faux-acteurs qui vont s’entredéchirer, comme naguère le RCD et le FFS....

    Le vigilance est recommandée !
    .
    POUR UNE OPPOSITION VRAIMENT OPPOSITIONNELLE, RADICALE, MODERNISTE, LAIQUE, AMAZYGHISTE ET POPULAIRE :
    .
    Il faut rejeter » dos à dos Les Généraux et » leurs alliés objectifs », les Faux-opposant, les Pseudo-démocrates et les Extrémistes de tous bords ( baassistes, islamistes, militaristes, racistes, xénophobes, séparatistes, etc.). Dénoncer et condamner et Le Terrorisme d’État et le Terrorisme Islamiste , et les Généraux et les Extrémistes, tous les Extrémistes ( tous sont manipulés et instrumentalisés par le DRS-DSS, ex-SM). C’est à partir de là que va naître la voie démocratique radicale, la seule à même de mettre fin à la " bipolarisation Généraux / Islamistes " . Sinon, pas d’espoir, rien, niet, oulech ….
    .
    LA " PERCÉE POLITIQUE " A SES EXIGENCES ET SES CONDITIONS :
    .
    Aucun mouvement ou parti ne pourra susciter " l’adhésion populaire, et donc opérer une véritable " percée politique " s’il ne s’oppose pas vraiment et véritablement, frontalement et directement aux Généraux-et-Colonels criminels et prédateurs qui tiennent ce Pouvoir militaro-mafieux = l’Ennemi commun = l’Ennemi principal = le Mal originel = l’Origine du mal = le Démiurge.

    repondre message

    • Les semeurs de la haine et de la division en Kabylie 13 novembre 2016 12:01, par Salem

      LA SOLUTION EST (POURTANT)A NOTRE PORTEE !
      .

      Bon nombre d’activistes, de militants, d’opposants sont à l’extérieur, en Europe (France, Angleterre, Allemagne,...)et en Amérique du Nord (Canada, USA), qui n’ont donc pas beaucoup à craindre des tracasseries des criminels de la SM/DRS (surtout s’ils sont naturalisés, et ne se rendent pas au bled p...), et l’on peut imaginer possible la création d’un Pôle oppositionnel vraiment opposé au Régime militaro-mafieux d’Alger, qui le " problème /l’obstacle principal .....
      .
      Sinon, ça va continuer comme ça. Le Régime militaro-mafieux fait tout pour perdurer et prolonger son existence, en utilisant de tous les stratagèmes et de coups de force. Et on aura rien tant que ces Généraux sont là, commandent tout, et décident de tout.....
      .
      Ils ne se résoudront jamais à lâcher du lest, d’autant plus ils ont tué des " centaines de milliers de citoyens ", et " volé des centaines de milliards ", sachant qu’ils sont obligatoirement redevables devant les Tribunaux internationaux... Ils ne lâcheront pas parce qu’ils bénéficient du soutien stratégiquo-diplomatique du Grand Gendarme Américain (qui a pris son Grand morceau au Sahara), de la " caution politique " de la France (qui a pris sa part aussi), la population est traumatisée par la " guerre interne " (1991-2016) qui continue, la division est totale, l’opposition neutralisée .....
      .

      LES FAUX-OPPOSANTS, LES PSEUDO-DEMOCRATES ET LES EXTREMISTES.
      .

      En instrumentalisant et manipulant ces trois composantes, La Police politique (SM/DRS/CSS) barre la route à toute opposition vraiment oppositionnelle, car tous ces valets et ponce-pilâtes rendent impossible la trouvaille de " compromis, coordinations et convergences " nécessaires à la construction d’un Pole oppositionnel capable de faire face au Pouvoir criminel et mafieux ....
      .
      Vous avez raison de dénoncer le FFS et le RCD, qui sont dans le giron de la Junte dictatoriale, mais il faut aussi dénoncer le PT de la fausse trotskyste L. Hanoun, le PST des pseudo-gauchiste, le MPR de Benyounès, ETTAHADI et le PADS, ces ex du pourri et infeste PAGS. Et dire que le MPR de Benyounès et le M%AK de Ferhat sont " ramifiés " / des ramifications du RCD (créé par la SM, actuel DRS-CSS). Le MAK bénéficie du " vide politique " créé par ladite Police secrète, et agit librement sans entraves alors même qu’il n’est pas agréé ..... Et puis, l’action et le discours du MAK, aligné à la " droite extrême " a pour " impact immédiat ", " visée réelle " et " véritable but " de diviser-séparer-isoler-délégitimer la Kabylie.....au profit du Régime militaire. Mais pas l’autonomie ou l’indépendance, l’extrémisme droitiste ethno-populiste ne mêne jamais à une une quelconque solution juste... Il faut dire ça aussi .....

      repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.