Accueil > Actualité > La Une > Azawad : l’indépendance est inéluctable !
Azawad : l'indépendance est inéluctable !
Entretien avec Habaye ag Mohamed.
lundi 26 août 2013
par Masin
Afin de mieux comprendre la situation, pour le moins floue, qui règne dans l’Azawad depuis quelques mois, nous avons sollicité Habaye Ag Mohamed qui a toujours accepté de partager avec nous ses analyses pertinentes. Et à la veille de la reprise des négociations entre le Mali et différents mouvements de l’Azawad, alors que règne la confusion la plus totale sur ce qui peut être appelé le "dossier de l’Azawad", nous avons voulu faire le point avec Habaye Ag Mohamed et passer en revue les différents aspects de ce dossier.



INTERVIEW.

Tamazgha.fr : Un an et demi après le déclenchement du dernier soulèvement dans l’Azawad contre l’Etat malien, quel bilan faites-vous de l’action du MNLA [1] ?

Habaye ag Mohamed : "Poule… que de bruit pour un œuf !", dit un diction amazigh, bien de chez nous… Un grand gâchis !!!


Comment expliquer le recul du MNLA sur la question de l’indépendance de l’Azawad qui est pourtant l’axe central de sa plateforme politique qui demeure, jusqu’à preuve du contraire, le seul document qui définit les principes et objectifs du mouvement, document qui a été élaboré de manière collégiale et qui a été démocratiquement adopté ?

Une erreur politique majeure aux conséquences incommensurables mais aussi une félonie impardonnable et inoubliable. Ceux qui nous ont conduits dans cette impasse payeront à terme. Mais à franchement parler, ce n’est pas le MNLA qui a reculé, mais ceux parmi le MNLA dont la France a fait les interlocuteurs de service.
A terme, la France va regretter d’avoir formé des élites francophones, voire francophiles et les écarter chaque fois que des discussions franches et sans complexe sont nécessaires sur les questions cruciales qui concernent les Etats africains même si des enjeux français sont impliqués.


La France a exercé d’énormes pressions sur le MNLA afin qu’il renonce à l’idée de l’indépendance. Pourquoi ?

Il appartenait au MNLA de résister. Dès le 1er avril 2013, l’indépendance de l’Etat de l’Azawad a franchi le stade de l’idée, lorsque les Azawadiens ont bouté hors de leur territoire l’occupant après plus de cinquante ans de colonialisme sauvage… La déclaration d’indépendance, le 6 avril 2013, est irréversible, la matérialisation de cet acte est inéluctable.
Le fait que le régime de Hollande ait ré-hypothéqué cette indépendance ne change absolument rien à la détermination du peuple amazigh de l’Azawad à concrétiser son projet de liberté obsessionnel !!! En ce qui concerne les motivations de la France, le trio Hollande, Fabius et Le Drian sont les mieux placés pour y répondre.


La France a choisi de nous priver de notre territoire que nous avons toujours défendu pour l’offrir à d’autres en récompense de leur obéissance servile.

Notre Peuple résistera à toutes les formes d’intégrisme y compris l’intégrisme jacobin !!!

Notre Peuple se bat pour une cause légitime, il a tout le temps devant lui, Hollande, quant à lui, il n’a que deux mandats, peut être un seul !!!


Quel commentaire faites-vous des accords de Ouagadougou ?

Une pantalonnade légendaire dans l’histoire touarègue et amazighe. Elle restera imprimée sur la face de ceux qui en sont responsables.


L’élection présidentielle malienne représente-t-elle un espoir dans le règlement de la question de l’Azawad ?

AUCUN…


Comment interpréteriez-vous la nomination de Sanogo [2] au grade de Général du corps d’armée ? Et pourquoi l’avoir fait avant l’investiture d’IBK [3]

Cette promotion renvoie au cinglant échec des efforts de l’Union européenne à reconstruire l’armée malienne. Elle nous rappelle que nous sommes effectivement en plein Gondwana. C’est une insulte à la culture de l’impunité dans un nouvel Etat ‘’territoire d’outre sahel’’ qui pense pouvoir renaitre sur fond de promotion de l’impunité.
Elle est ridicule parce que le grade de général est une ineptie dans une armée qui compte à peine 20.000 hommes (l’armée malienne en dénombre déjà une cinquantaine). Aux regards de tels effectifs, des équipements et du faible niveau de diversification des armes de cette armée, un Général de corps d’armée, cela est plus que grotesque.
Sanogo est un brave garçon, qu’une perfide stratégie entend glisser comme une peau de banane sous les pieds du bélier malinké (IBK).


Alger a été, disons-le, écartée des négociations entre le MNLA et le Mali qui ont abouti aux accords de Ouagadougou. Qu’est-ce qui justifie cela ? Et pensez-vous qu’Alger va rester sans réaction ?

Objectivement, si c’est le cas, c’est une erreur. Aucun Etat du champ n’aurait du être écarté d’un processus tendant véritablement à trouver une solution pérenne à la question de l’indépendance de l’Azawad. Alger a ses propres problèmes désormais qui passent avant ceux de l’Azawad !!!


La ville d’In-Ideq [4], située à une dizaine de kilomètres de la frontière entre l’Etat algérien et l’Azawad, a vu des affrontements sans précédent entre Touaregs et Berabichs. Comment analysez-vous ces affrontements qui ont vu en réalité les Touaregs attaqués dans leurs quartiers par les Arabes, en plein crise de l’Azawad et à l’approche d’un nouveau round de négociations entre mouvements de l’Azawad et l’Etat malien ?

Ce n’est pas seulement à In Edeq (qui est touareg) que les Touaregs sont mis à mal… c’est seulement l’un des points chauds où nos compatriotes sont dramatiquement martyrisés chez eux y compris par ceux qui ont la responsabilité de les sécuriser. Depuis que notre territoire a été morcelé entre plusieurs Etats créés par la colonisation, notre Peuple vit de drame en drame.
La situation dans les camps de réfugiés n’est pas plus agréable. Les populations vivent dans l’humiliation des agences en charge de la protection des réfugiés, la terreur et la ratonnade des services de sécurité et des administrations locales… cela est aussi insupportable que les massacres de l’armée malienne et de ses milices !!!



Quelle analyse portez-vous sur l’avenir proche de l’Azawad ?


L’échéance de l’aboutissement de la lutte de notre Peuple n’est plus loin… malgré les traitres dans nos propres rangs, les forces ultra puissantes et la multiplicité des adversités qui entourent notre pays !!!


Propos recueillis par
Masin Ferkal.



Lire également :

- Les cadres de l’Azawad s’élèvent contre toute alliance avec les islamistes

- Les cadres de l’Azawad dénoncent la barbarie d’Ansar-Dine
- L’Azawad contre vents et manœuvres

- Les cadres de l’Azawad s’adressent à la communauté internationale

- "La ville est à vous, mon Colonel !"

- Azawad : l’attitude de la France iquiète les Touaregs !

- "La coopération décentralisée française, sur les traces de l’opération Serval"

P.-S.

Habaye Ag Mohamed est natif de Tombouctou. Il milite très tôt pour l’identité et la culture touarègues et a assuré le lien au début des années 90 entre les militants touaregs et les autres composantes amazighes. Très actif dans le soulèvement des années 90, Habaye représente, avec d’autres, le courant indépendantiste du mouvement touareg. Durant les soulèvements des années 1990, il a eu aussi à jouer un rôle important dans le cadre de l’Association des Réfugiés et victimes de la répression de l’Azawad (ARVRA) basée en Mauritanie qui a accueilli l’essentiel des réfugiés de l’Azawad.
Juriste de formation, il a été, naturellement, impliqué dans la rédaction de nombres des textes fondateurs des mouvements touaregs et s’est impliqué également dans nombre des négociations qui ont lieu entre ces mouvements et l’Etat malien jusqu’à ce que des dirigeants de ces mouvements mettent en péril leur indépendance, ce que Habaye n’a jamais cautionné et parfois même dénoncé. L’on se souvient, en mai 2012, lorsque certains dirigeants du MNLA se sont aventurés dans une tentative de rapprochement avec Ansar-Dine, Habaye et d’autres cadres du mouvement ont très vite réagi et ont dénoncé cette tentative.

Porte-parole de la Coordination des cadres de l’Azawad et membre de l’Exécutif du Conseil transitoire de l’État de l’Azawad (CTEA), chargé des questions juridiques, il a été l’une des chevilles ouvrières de la rédaction de la Plateforme politique du MNLA.

Notes

[1Mouvement national pour la libération de l’Azawad

[2Le capitaine Amadou Haya Sanogo est l’artisan de la mutinerie du 22 mars 2012 ayant abouti au renversement du régime d’Amadou Toumani Touré (ATT).

[3IBK est le surnom d’Ibrahim Boubacar Keïta. Il est élu président du Mali à l’issu du deuxième tour du scrutin qui a eu lieu le 11 août 2013. Cette élection a été surtout voulue par la France qui l’a organisée. La cérémonie d’investiture de ce président élu (même s’il conviendrait mieux de parler de "gouverneur de Paris à Bamako", aura lieu le 19 septembre 2013 en présence de François Hollande.

[4In-Ideq est le véritable nom de ce que l’administration française a baptisé "Bordj Le Prieur" avant que l’Etat algérien le rabaptise (plutôt l’arabise) à son tour en "Bordj Badji Mokhtar".

Articles dans la rubrique :

La Une
01/11/16
1
La cruauté, l’"inhumanisme", l’humiliation, la répression, l’excès de zèle des tenants du pouvoir, le (...)

Lire l'article

11/10/16
1
Le comité des droits économiques, sociaux et culturels (CESCR) des Nations Unies a rendu public (...)

Lire l'article

30/09/16
2
Tamazgha organise une rencontre-débat autour de la question amazighe en Tunisie, à Paris le (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


2 Messages

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.