Accueil > Culture > Agenda (concerts, colloques, confèrences,...) > Hommage à Lounès Matoub à Saint-Denis et à Paris
Hommage à Lounès Matoub à Saint-Denis et à Paris
lundi 21 juin 2010
par Masin
L’association des Jeunes kabyles de France et l’association des étudiants berbères de Paris 8, TIKLI, organisent une journée d’activités en hommage à Lounès Matoub, le vendredi 25 juin 2010.
A partir de 13h30, à l’Université Paris 8 - Salle D002.

13h30 : Rencontre – débat "Lounès Matoub : puisque je suis né Kabyle…"

Avec Yalla SEDDIKI et Hacène HIRECHE.

15h00 : Projection de films et documentaires sur la vie et l’œuvre de Lounès Matoub (avec des inédits)


A 18h, les deux associations organisatrices donnent rendez-vous au public à Paris, dans le 19e arrondissement à la Rue Matoub Lounès pour un rassemblement où il y aura des prises de parole (scène ouverte, témoignages,...)


Renseignements : tel : 06.64.84.74.00. E-Mail : tikliparis8 yahoo.fr ou ajkf live.fr

Université Paris 8 Saint-Denis : 2 rue de la Liberté (Métro : Terminus de la ligne 13 : Université).



Lire également :


- Tamazgha boycotte la cérémonie d’inauguration de la rue Lounès Matoub à Paris

- Lounès Matoub est algérien d’expression berbère, selon la Mairie de Paris...
- Affaire Matoub : qui sont les assassins ?
- Qui a dit que ce n’est pas l’Etat algérien qui a tué Lounès Matoub ?
- En 1988, un gendarme algérien avait tiré sur Lounès Matoub...
- Les algériens veulent classer l’affaire !

Articles dans la rubrique :

Agenda (concerts, colloques, confèrences,...)
13/05/16
0
Plusieurs activités ont lieu dans le cadre d’un action placée sous le signe de la fraternité (...)

Lire l'article

18/04/16
0
L’Association "Action artistique amazighe" (AAA) organise une rencontre autour de Lounès Matoub (...)

Lire l'article

15/04/16
0
L’association berbère TAFERKA fête son dix-huitième anniversaire à Montreuil le samedi 23 avril 2016 (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


1 Message

  • Hommage à Lounès Matoub à Saint-Denis et à Paris 26 juin 2010 09:11, par Amazone

    Je viens de lire les longs articles et échanges sur l’assassinat de Matoub Lounes .
    Connaissant peu les subtilités de la politique algérienne, je m’interroge.

    Comment des membres du RCD auraient-ils pu vouloir la mort de Matoub Lounes dans un but de destabiliser Zeroual alors qu’il me semble qu’ à l’époque le RCD était justement assez proche de ce dernier pour ses positions éradicatrices.
    Ne peut-on pas tout simplement interpréter l’ attitude du RCD vis à vis de la famille de Matoub Lounes , je veux parler des pressions pour que le GIA soit accusé, comme une volonté de protéger Zeroual.

    Mon autre question, c’est faut-il réduire de façon absolue les divergences au sein du pouvoir à de simples intérêts claniques ? Il me semble qu’ entre un Zeroual et un Bouteflika, il y a bien quelques différences politiques.

    Je me souviens que dans les années 90, il y avait en France et sans doute ailleurs aussi, le grand débat de "qui tue qui", les islamistes ou l’armée. Je reste très suspicieuse et en colère vis à vis des gens qui disent que c’est toujours l’armée ("Les musulmans n’ont jamais tué personne" ). Par contre je n’ai jamais pensé que la vérité était aussi simple que de dire symétriquement que cétait le GIA, ou même plutôt les GIA, ce qui est déjà une spécification intéressante à précser.
    Et puis l’armée qu’est-ce que ça veut dire puisque le pouvoir est parfois divisé ? Un intervenant du fil de discussion parlait même de groupes islamistes dans l’armée. Cette histoire binaire de "qui tue qui" peut être bonne pour le grand public mais je ne comprends pas pourquoi des partis comme le FFS à l’époque et encore plus le RCD pouvait nager dans un discours aussi simpliste.

    Voilà ce qui me trotte donc dans la tête. Par contre j’aurais peut-être du poster dans le sujet historique mais comme ça datait de plusieurs années j’ai préféré poster ici. Si cela pose un problème on n’aura qu’à supprimer le message.

    (Ni Kabyle ni Algérienne mais sympathisante des luttes des Amazighs contre le totalitarisme)