Accueil > Dossiers et documents > Lounès Matoub > Qui a dit que ce n’est pas l’Etat algérien qui a tué (...)
Crimes d’Etats...
Qui a dit que ce n'est pas l'Etat algérien qui a tué Lounès Matoub ?
jeudi 23 juin 2005
par Kamel
Le 24 juin 1998, un officier des renseignements algériens fut assassiné à Kouba (Alger) dans des circonstances obscures. Cet acte a-t-il un lien avec l’assassinat, le lendemain, du chanteur Lounès Matoub ? Cet officier connaît-il les tenants du projet d’assassinat du rebelle ? Connaît-il les exécutants de ce projet dont les Groupes Islamiques de l’Armée ?


Le 25 juin de l’année 1998, revenant de Tizi-Ouzou afin de rentrer chez lui en compagnie de sa femme et ses belles sœurs, Matoub Lounès fut lâchement assassiné par un groupe armé dans des circonstances encore obscures. Ainsi nous quitta à jamais un symbole de la chanson kabyle engagée. Tel un coup de tonner, l’information jaillissait de partout en Kabylie. Une grande révolte des populations se succéda à sa disparition...

Or, la veille de son assassinat, un officier supérieur des renseignements algériens, Djeghloul Aïssa en l’occurrence, a été liquidé à Kouba (Alger). Cet officier aurait déjà occupé plusieurs fonctions importantes au sein des services de renseignements. Il était secrétaire spécial du général Lakhal Ayat avant octobre 1988. Il a, par la suite, exercé ses fonctions au sein de la caserne Ben-Bouzid des renseignements avant d’intégrer le Groupe d’Intervention Spécial (GIS) chargé de la sécurité au sein du palais présidentiel. En 1997 il rejoint le général major Smaïn Lamari à la DDSE (Directeur de la Documentation et Sécurité Extérieure).

La mort de l’officier Aïssa Djeghloul aurait-elle un lien avec l’assassinat de Lounès, le lendemain ? Serait-il liquidé par ses supérieurs parce qu’il refusait d’accepter un plan machiavélique à savoir l’assassinat de Lounès suivi du soulèvement de la Kabylie et tout cela visant la destitution du général-président Zeroual ?

La machine infernale à laquelle le général Zeroual a contribué s’est retournée contre lui et il s’est retrouvé face à un clan des militaires décidés à le déstabiliser et le pousser à la démission. Les services de la présidence l’informaient sur les différents plans de déstabilisation orchestrés contre lui comme, par exemple, les massacres aux portes d’Alger organisés par les Groupes Islamiques de l’Armée et dirigé minutieusement à partir des casernes des services spéciaux.

L’ultime moyen pour en finir avec Zeroual et son conseiller le général Betchine était de susciter le soulèvement de la Kabylie. Les ingrédients sont prêts, et parmi eux il y a lieu de citer, entre autre, la mise en application de la loi d’arabisation à partir du 5 juillet 1998. La déstabilisation de la Kabylie par l’assassinat de Lounès devait le pousser à la démission, ce qui a fini par se produire. En effet, après l’assassinat de Matoub et le soulèvement de la Kabylie, le général Betchine démissionne quelques mois plus tard et le général Zeroual annonce des "élections" présidentielles anticipées.

Lounès Matoub a été assassiné. La Kabylie se soulève. Manifestations, affrontements, marches... sont devenus le lot quasi-quotidien des habitants de la Kabylie.
La presse algérienne et internationale a couvert l’ensemble de ces évènements dès les premières heures de l’annonce de l’assassinat de Lounès Matoub. Seulement, à l’exception du quotidien El-Qouds El-Arabi, aucun journal imprimé, radiophonique ou télévisuel n’a osé rapporté l’information concernant l’assassinat de l’officier Djeghloul Aïssa. Dans son édition du 26/27 juin 1998, El-Qouds El-Arabi a rapporté les deux informations (Assassinat de Djeghloul et assassinat de Matoub Lounès) dans un même article publié en Une. Toutefois, le journaliste n’a pas fait le lien entre les deux assassinats. Mais l’on s’interroge sur le traitement typographique du titre incluant l’assassinat d’un officier inconnu du grand publique et une star de la chanson mondialement connue. Le journaliste livre son information en mentionnant un indice sur sa source à savoir un diplomate exerçant en France sans aller plus loin dans ses explications.
Ne voulait-il pas trop s’impliquer alors que la presse algérienne n’a même pas daigné consacré un article à l’assassinat de cet officier des renseignements alors que le moindre assassinat perpétré par les GIA faisait les Une des journaux et de multiples articles d’"analyse",.... Les journalistes algériens qui tenaient leurs informations de "sources généralement bien informées" n’ont-ils pas reçu l’ordre de taire cette information ? Ou ont-ils essayé de diffuser l’information et se sont vus contraints de la retirer après contrôle des journaux par le "BSP" [1] ?
En tous les cas, il existerait bien un lien direct entre les deux assassinats. Si l’on croit certaines affirmations selon lesquelles l’officier Djeghloul est une taupe de Betchine au sein du clan adverse, sa liquidation pourrait être vue comme un règlement de compte entre clans. Mais pourquoi le faire la veille de l’assassinat de Lounès ? Djeghloul connaît-il les tenants du projet d’assassinat de Lounès ? Connaît-il les exécutants de ce projet dont les Groupes Islamiques de l’Armée ? Connaît-il les deux officiers qui auraient été dépêchés à Tizi-Ouzou pour planifier l’assassinat du 25 juin ? S’était-il insurgé contre ce projet déstabilisateur et pour la Kabylie et pour Zeroual ainsi que Betchine ?... Toutes ces questions sembleraient sans réponses. Mais la dénonciation populaire du DRS dans l’assassinat de Matoub et l’enterrement de l’enquête qui en a suivi poussent de nombreux observateurs à conclure qu’il y a une forte implication de clans de l’armée dans cet assassinat.

Dans l’article d’El Qouds El-Arabi, le journaliste voulait peut-être établir un lien entre les deux assassinats. Il ne l’a pas fait explicitement mais pour un lecteur averti peu de mots suffisent.

Djeghloul est une perte pour un clan.

Matoub, quant à lui, est une victime de luttes de clans. Combien d’innocents vont encore périr avant que la lumière soit faite sur tous les assassinats ? On n’en sait rien. Ce qui est sur c’est que ceux qui gouvernent sont toujours prêts à envoyer à l’abattoir des centaines de milliers d’individus, comme ils l’ont déjà fait avec plus de 200.000 autres, pourvu que l’appareil d’Etat et la rente pétrolière restent leurs propriétés privées.
Lounès n’avait-il pas raison de dire Ulayγar ner’ja asirem a nsenned af ss’ber... (Inutile d’espérer, mieux vaut se résigner).

Kamel Mohand-Kaci & David Liatard

Notes

[1Bureau de surveillance de la presse

Articles dans la rubrique :

Lounès Matoub
24/06/12
9
Quatorze ans après l’assassinat de Lounès Matoub, le régime algérien ne fait que confirmer sa haine (...)

Lire l'article

08/10/09
24
C’était un certain 8 octobre 1988, un gendarme algérien avait tiré à bout portant sur Lounès Matoub. (...)

Lire l'article

25/06/09
9
Le 25 juin 1998 à la mi-journée, Lounès Matoub fut assassiné pas loin de son village au cœur de la (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


21 Messages

  • Trop simpliste l’article. Loin de moi, toute idée de soutenir et/ou de défendre le pouvoir maffieux qui nous gouverne depuis "l’independance". Aucun doute sur le fait que Lounes ait été lachement assasiné par un clan du pouvoir politique réel, à des fins politiciennes destabilisatrices, seulement je ne trouve pas l’article revelateur de grand chose, mis à part, (peu-être) le lien avec l’elimination physique d’un officier superieur des renseignements algèriens. Mais, là aussi, il y a plus de questionnements que de réponses.
    "Le vin est tiré, il faut le boire", autant aller au fond des choses en révelant plus sur le lien entre les deux affaires, ce qui rendra la thése plus plosible, et par là même, l’article plus crédible.

    Cependant, fais gaffe à ce que tu avances, tu marches sur un champs de mines, et ne pense surtout pas que le fait de vivre là-bas te rend forcement hors de leur portée. Souvens-toi, Abane à été assassiné au Maroc, Krim en Allemagne et Khider en Espagne. Et si le premier et le dernier son des homme politique, en revanche, Krim n’est pas né de la dernière pluie ; c’est un homme de terrain, un baroudeur qui ne s’est jamais séparé de son arme. Il l’a fait une seul fois, c’été suffisant aux fossoyeurs pour le liquider. Doucement mon cher !

    • Doucement mon cher ! 29 juin 2005 17:48

      Doucement mon cher !
      la redaction de tamazgha.fr devrais censurer cette derniere intervention de l’observateur atentif , elle est violente et menacante, elle sent les sbires de ..........Smain Lamari qui essayent de semer la peur sur ce site .

      idira hotmail.com

      • Peur de la verité 1er juillet 2005 15:08, par heaven_angel
        vous savez chers lecteurs, personne n’est la pour semer la peur, ni la zizanie dans les tetes des gens alors monsieur "la bonne conscience" je voudrai just te dire que les algeriens ont toujours tournés le dos aux maccabres affaires brulantes(escroqueries, assassinas, ...etc) et ça n’a jamais ramener grande evolution dans la vie des algeriens alors si nous faisanons comme nos ancetres , tourner et encore tourner le dos a tout ça je pense mon vieux qu’on ira pa loin, qu’on patogera toujours dans l’infamie totale, et aussi je voudrai vous dire monsieur que depuis la mort de Lounes personne et je di personne en tant que personne ne s’est jamais lever contre notre pouvoir pourri, alors le jour ou un homme un vrai brave et courageux patriote s’est manifesté enfin vous essayer deja de le descendre ? reviser votre deffinition du patriotisme et aussi just pour finir je voudrai dire à l’auteur de se mefier car comme dit LOUNES "dhiâdhawen n’toudharth" je suis de ta region et tu es la fierté de la region
      • > Doucement mon cher ! 3 juillet 2005 16:12

        Libre à toi "mon cher" de voir de la méchanceté et/ou de la violence dans ma réaction, mais de là à t’ériger en donneur de leçons et de demander à la rédaction de pratiquer le sport favoris des gens que tu dénonces (les sbires de Smaîn Lamari), je pense que c’est là un pas de trop. Je n’ai fais en fin de compte que donner mon avis sur un écrit que j’ai bien lu et relu.

        Pour ce qui est de vouloir "semer la terreur", pour reprendre tes mots, je préfères mettre ça plutôt sur le dos de l’ignorance de la réalité des choses et des pratiques du pouvoir algérien. Pour avoir été moi-même parmi le million de manifestants de l’historique marche du 14 juin 2001 et acteurs durant les nombreux affrontements entre manifestants et gendarmes, je me permets de te rappeler que ces derniers n’ont hésité à aucun moment à utiliser des balles explosives, même à bout portant, de la torture et de persécution. Combien d’enfants de cette Kabylie faudra t-il encore sacrifier pour qu’enfin nous cessions de nous envoyer mutuellement en enfer, droit dans la gueule du loup ? A ne pas confondre avec un appel à démobilisation. Continuer le combat : OUI, mais envoyer les gens dans la gueule du loup, je dis : NON ! BASTA !!! Après 124 martyres du printemps noir, que voyons-nous aujourd’hui ? Des "leaders" AUTOPROCLAMES du mouvement citoyen, vont jusqu’à attribuer de bons points au pouvoir algérien. Quand à nos revendications, elle sont emprisonnées dans des négociations à plusieurs rounds, dont personne n’est pressé d’en atteindre le dernier, tant le gâteau à partager est grand. C’est ça la réalité "mon cher" ! Pour finir, je réitère mon conseil à l’endroit de l’auteur de la révelation et de tous les militants sincères des causes justes. Faites attention !! ça n’arrive pas qu’aux autres. Et Bonne continuation.

  • J’ai l’intime conviction que l’assassinat de Matoub est le fait d’individus autres que des islamistes. Des éléments téléguidés à distance par des Lascars aux intérêts evidents quant à la prise de pouvoir,sont probablement derrière cet assassinat horrible. Les responsable du mouvement de sauvegarde de la republique et de leurs soutiens au sein du gouvernement de l’époque ,projetaient la venue de l’Emblêmatique Matoub Lounes pour appuyer le combat contre le projet de l’arabisation. Dans des livres parus après la mort de Lounes,beaucoup de gens essaient de se justifier .L’un d’entre a retenu mon intention,le titre est "Assassinat de Matoub,verités et anathèmes". L’auteur sur lequel pèsent de gros soupçon sur sa participation ou organisation de ce crime,ne dit à aucun moment où il se trouvait pendant l’assassinat de Lounes.Il essaie de faire maladroitement diversion sur les marabouts de takhoukht,les consacrant tous de terroristes pour la peine. Dans ce livre,il n’y a qu’accusations vagues et non fondées et des tentatives de justifier des amitiés passées etc... Au delà de ces anegdotes de l’auteur,la preuve n’est pas apportée car des points comme le faire venir avec des promesses de securité ou les accusations de confiscation du passeport de Mme Matoub,restent à eclaircir et d’autres questionnements sur le déroulement de l’assassinat. Boualem Yakkar
  • Azul
    Je suis choqué une fois de plus par l’affaire dite "Affaire Matoub". 7 ans plus tard, il existe des gens qui ne croient pas que le pouvoir est deriére l’assassinat du chanteur. Cet article n’est qu’un autre éléments parmi d’autres qui rassure et non alimenter les convictions sur les auteurs de l’assassinat.

    Je remercie le site de Tamazgha pour avoir chercher ces vérités, je me suis jamais douté des compétences des rédacteurs.

    Bon courage !

  • Lettre ouverte à Lounes Matoub 28 juin 2005 13:27, par Tassadit F.

    Lettre ouverte à lounès
    LOUNES, je t’écris au nom de tous les tiens, ceux qui comme moi t’ont côtoyer, que tu as traînés dans ton sillage, que tu as séduits par la richesse de tes oeuvres et de ton cœur, de ta détermination, de ton entité et j’en passe…enfin de ta légende.
    Aussi des millions de femmes et d’hommes et surtout de jeunes qui comme toi, refusent le chaos et le malheur, nous voulons juste te dire que ce malheureux 25 juin (que je déteste) pointe dans nos cœurs cette douleur insupportable d’une blessure qui ne veut pas cicatriser. Nous sommes inconsolables, car nous n’avons pas fait ton deuil, ceux qui t’ont tué, sont libres, bien lotis au gouvernement ou graciés par la concorde civile de BOUTEF ( la réconciliation des généraux et des islamistes a déjà eu lieu su le dos du peuple comme tu nous l’as annoncé, ils continuent leur politique despotique.
    "dh widhak ir yesmoundlen assa id yourallen yidhsen an qavel lessnin " (ta vision est bien vraie, ceux sont ceux qui nous ont aveuglés depuis 1962 qui ont repris les rênes.

    Mais ma désolation et mon amertume viennent des partis politiques qui se sont servi de ton aura pour accaparer ton public, ces gens là t’ont oublié.
    Ta mère et ta sœur qui n’ont pour péché que de réclamer la vérité sur ta mort, sont des cibles d’attaques permanentes de diffamation, de la part de ces même partis ( qui n’ont rien fait pour que l’enquête ne soit pas occultée).

    Ta trahison annoncée, préméditée, est bien là, toi qui as chanté « l’inhumanité de l’humain, la fratrie divisée, mon frère, tes adversaires qui ont colporté contre toi des ragots de ton vivant auxquels tu rétorquais d’un lyrisme ou satyrisme hors pair se sont débarrassé de toi, tu ne voles la vedette à personne, tu ne gênes plus personne ; hélas, les vautours ont eu raison du Faucon d’azzrou laghriv . AYEN ? Malheur aux chasseurs de lumière.

    Ton combat, tes valeurs ont fait de toi un monument, ta géniale parodie de « qqassamen » à fait passer ton appel au monde entier ; même les oiseaux de kabylie la chante ; tu es mort, ton mythe est né, désormais tu fais partie des grands hommes qui ont marqué l’histoire de la Numidie.
    Ton peuple vient en procession voir ta tombe, évoquer ta probité, chanter tes chansons dans lesquelles tu avais tout prédit. Mais le sacrifice de ta vie et de celles de tous ces astres éteints à la fleur de l’âge pour avoir refusé le chaos et le malheur, a laissé des stigmates dans nos âmes.
    Salut l’artiste, repose en paix tu as honoré ton peuple,
    Ta mission est accomplie, ton message est passé,
    Ton nom est désormais universel

    Tassadit F
    Le 25 juin 2005

    • > Lettre ouverte à Lounes Matoub 1er juillet 2005 22:20, par jeune kabyle libre

      Azul fellawen,

      Matoub ait et le sera toujours la lumière qui éclaire mon chemin, ceux qui l’ont assasiné avait peur de cet éclat de verité, qui allait briser leurs carrières, leurs buts. Cela aurait pu les priver de leurs profits, ca ne fait aucun doute. Ce qu’il faut à l’Algérie ce sont des Hommes qui n’ayant aucune peur remettent en place l’ordre et la dignité, je ne me fais pas d’illusions je sais que ca n’est pas près d’arriver ce n’est pas parce qu’on manque d’Homme bien au contraire, mais il y’aura toujours un traître niché dans un coin et qui sera assez furitf pour agir dans le dos des gens. J’espere sincérement avoir tort est que prochainement un Homme sans vice saura nous montrer la voie, comme l’a fait Matoub, en aucun cas je veux remplacer notre rebelle et cela aucun le fera car c’est tout bonnement impossible a mes yeux, mais ce n’est pas de Saadi (par exemple) que je veux, ce n’est pas des Hommes de cette envergure qui pourrait maitriser un pays comme le notre. Pour l’instant je fais confiance à notre jeunesse qui est bien plus rebelle qu’on voudrait le croire, et qui ait je pense l’un des seuls mouvement à être sincére.

      Courage à tous nos jeunes rebelles, artistes, sportifs qui portent le flambeau de notre fierté si haut dans le ciel...

  • lounes adyougri toujour degoulawen vivant vivant vivant
    • azul c’est vrais ce que vous avez dit comme i l a dit il xas muten assa deg ulawen negh mazaliten dren il a dit dans une de ces chanson c’était sur tous ce qui qont mort pour la langue et pour la libérté