Accueil > Actualité > La Une > Journée de réflexion sur la Kabylie
Journée de réflexion sur la Kabylie
Paris, le 25 octobre 2014, de 14h00 à 19h30.
mardi 21 octobre 2014
par Masin
Face à un État algérien engagé dans la "destruction" de la Kabylie et ce par tous les moyens, avec la complicité de ses relais kabyles livrés à la corruption, on ne peut rester indifférents. Notre inaction serait synonyme de notre complicité dans ce projet d’éradication de la kabylité. Et rien ne saurait justifier notre position d’observateurs de notre propre disparition. Bien entendu, il ne s’agit pas là d’amoindrir les initiatives et les actions qui se mènent depuis des années notamment en Kabylie.

La Kabylie est sérieusement menacée. Les événements récents qui contribuent à salir son image – l’image qu’elle a d’elle-même et celle qu’elle donne aux autres – , et à l’enfoncer davantage dans le chaos ne peuvent que, encore une fois, nous interpeller, nous qui sommes loin du pays. Nous prenons ainsi la mesure de la gravité des choses et, plus encore, conscience de l’absolue nécessité d’agir.
Qui ne voudrait pas que la Kabylie se redresse et prenne sa destinée en main ?

C’est dans cet esprit que Tamazgha organise une journée de réflexion sur la Kabylie, le samedi 25 octobre 2014 à Paris.

Le but est de réunir des acteurs concernés par la Kabylie en région parisienne (et pourquoi pas ailleurs) pour réfléchir ensemble sur ce que pourrait être l’apport de la diaspora kabyle quant à ce qui devra se faire pour sortir la Kabylie du gouffre dans lequel elle se trouve.

Il s’agira, lors de cette rencontre, de dresser un constat de la situation en pointant les dangers qui menacent la Kabylie, mais aussi, et surtout, proposer des pistes d’action qui pourraient permettre à la diaspora d’apporter une contribution à une action globale plus que nécessaire pour arrêter l’hémorragie qui frappe la Kabylie.

Il s’agit donc surtout de tenter d’amorcer, dans la mesure du possible, un mouvement de réflexion (voire d’action) au sujet de la situation en Kabylie et de son avenir.

Pour la participation à cette rencontre, l’inscription est obligatoire.

- Par E-mail : tamazgha.paris gmail.com
- par téléphone ou SMS : 0652101563.

Articles dans la rubrique :

La Une
30/09/16
1
Tamazgha organise une rencontre-débat autour de la question amazighe en Tunisie, à Paris le (...)

Lire l'article

16/09/16
1
Chanteuse belgo-rifaine, Fatoum est une voix singulière. Ses chants doux et révoltés célèbrent le (...)

Lire l'article

27/08/16
0
L’association AZAR (Taknara) et Tamazgha (Paris) scellent leurs liens par un acte symbolique et (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


13 Messages

  • Journée de réflexion sur la Kabylie 21 octobre 2014 18:44, par Ait

    DE QUOI PARLONS-NOUS ?

    Les mots sont importants, et il faut une nette précision. il s’agira, mot par mot, d’analyser les usages (et mésusages) politiques des mots récurrents dans le discours politique kabyle, dans les médias kabyles ou ailleurs De quoi parlons-nous alors quand on dit " État algérien " ? Il y’a d’abord l’attitude, qui dénote une position politique par laquelle on se refuse à aborder la question fondamentale qu’est lka " question du pouvoir, la question de la nature du pouvoir ". Le fait est que la " plupart des " agitateurs " (les extrémistes de tous bords, les faux-opposnants) pour ne pas dire " opposants " ont " un fil à la patte ", et ne peuvent donc avoir ce courage de dire la (double) nature " militaire et mafieuse " du pouvoir en place depyuis 1962....

    Sur la " destruction " de la Kabylie, il faut dire par qui et qui, qui sont ces complices, par qules moyens, qui sont ces / ses relais kabyles livrés à la corruption (uniquement ? ), on ne peut rester indifférents.

    Et puis " Notre inaction ", l’inaction de qui et qui, erait synonyme de notre complicité dans ce

    Et qui est derrière ce " projet d’éradication de la kabylité " ? Il faut le dire ! Le nommer !

    Dire que " La Kabylie est sérieusement menacée " ( le mot " menace " revient plusieurs fois) cela s’appelle l’alarmisme ", qui mène vers le sécuritarisme, les réflexes de peur ou de réaction imprévisibleet...des positions extrêmes.

    Et puis "" réfléchir ensemble ", avec qui ? " réunir des acteurs " qui et qui. Des opposants ? des militants associatifs ? des radicaux ? des extrémistes ? des... ? Quant à la " la diaspora kabyle " , elle est " éparpillée, éprouvée par la crise (...), le chomage et la précarité, lassée par les divisions et l’éparpillement des rangs, déçue par la neutralisation de l’opposition ( tous les partis sont foutus, sont dans le rang, dans le giron du Pouvoir militaire).....En réalité, il y’a une " Stratégie délibérée du DRS " pour casser la Kabylie

    UNE " STRATÉGIE DÉLIBÉRÉE " POUR CASSER LA KABYLIE.

    Violences, corruption, arrestations, assassinats, kidnappings, rapts, prostitution, proxénétisme, débauche, drogues, alcool, trafics en tous genres, et autres maux et fléaux, " liés dialectiquement et logiquement " à la nature dictatoriale militaire ultra-autoriatire du pouvoir régnant. Tout y est pour casser complètement la région, et ce depuis longtemps déjà ! Le Pouvoir militaro-mafieux a déployé toute cette panoplie, une boite-à-outils pour embrigader complètement la population, conter toute velléité de résistance et d’opposition contre la Dictature militaire en place depuis 1962 !
    ANNEXE : quelques mots sur la débauche, la prostitution...
    Les tenanciers des lieux de débauche sont réputés " intouchables ", car se sont des gens appartenant au DRS, cette gestapiste de " Police politique " du Régime militaire, aujourd’hui " muée en mafia tentaculaire " qui a tissé ses mailles dans tous les secteurs et domaines d’activités économiques, politiques, sécuritaires.....et infiltrée à tous les échelons et échelles ! La prostitution, la débauche, l’alcool, la drogue : c’est ce qui rapporte énormément d’argent, de surcroit c’est dans leurs hôtels-bars-restaurants. De plus, ça participe à l’embrigadement et l’endormissement de la population ! Pour le Régime militaire, pour vue que ça dure ainsi !
    Les Facs, Instituts, Centres (...) sont " remplis " à 75% de filles, donc " ultra-féminisés " dans le but de " dépolitiser " les campus, car quoi qu’on pense, hélas, elles rares les filles qui " font de la politique " ! La Sécurité militaire et les Services du protocole ont décidé d’un commun accord dès les débuts 80, d’intégrer énormément de filles dans les Universités. Pour la dite Police politique, il s’agit de contrer l’agitation contestataire, protestataire. Pour le Protocole, il était temps de trouver des épouses lettrées pour les Diplomates, Ministres, Officiers....comme c’est le cas partout ailleurs. Mais au Bled de la démesure et du khalouta, les dirigeants ont optés pour la " totale " : gonfler les notes pour accorder les " bacs cadeaux ", et c’est le fait accompli pour les parents et la société en générale, contrainte d’accepter l’inscription de leurs filles, memes on sachant qu’elles sont en réalité médiocres, le niveau au plus bas....et c’est le bordel à la Fac !
    Autre phénomène dont on ne parle pas, c’est le recrutement massif d’indicatrices, informatrices et mouchardes par la SM-DRS, et ce depuis les années 80 !
    Ceux qui organisent et tiennent ces lieux de débauche, de prostitution, drogue, alcool, sont pour la plupart des Agents du DRS, cette " organisation criminelle " et " mafia tentaculaire " qui, du même coup, " anesthésie la population par la débauche ", et accapare un argent fou !

    repondre message

    • Journée de réflexion sur la Kabylie 23 octobre 2014 01:27, par adrar n zzan
      Belle liste de fléaux menaçant la Kabylie, mon ami, tu as oublié juste la salafisation de la société kabyle. Est-ce délibéré ?

      repondre message

      • Journée de réflexion sur la Kabylie 23 octobre 2014 06:43, par La Mecreante !

        @adrar n zzan

        le seul et unique "fléau" qui a pourri et pourrit de plus en plus la Kabylie est : l’islamo-araberie.

        l’islamo-araberie et la "culture" de madrasa ont rendu les kabyles imbéciles.

        l’islamo-araberie n’a qu’un but : rendre imbécile.

        aucun animal sur la terre ne peut être touché par cette mortelle maladie : l’imbécillité !

        repondre message

    • Journée de réflexion sur la Kabylie 24 octobre 2014 13:52, par ’idir
      Cher Ait, A toutes les questions que vous vous posiez en préambule de votre écrit, vous y avez répondu un peu plus loin de façon limpide. Donc vous savez "qui et qui" parfaitement ! Mais, votre analyse des "mots" "mot par mot" nous emmène à quoi en réalité ? A ne plus écrire, à ne plus dire ? A ne plus inviter et sensibiliser les uns et les autres à débattre de notre situation, puisque ceux qui avaient vocation à le faire (les partis politiques) sont décimés ? Le début de votre commentaire incite fortement à ne pas débattre, il coupe court à tout. Permettez de vous faire remarquer que la ligne éditoriale de Tamazgha.fr est claire depuis plus de vingt temps maintenant. Il serait nécessaire probablement de faire un lexique sur tout les "mots" usités dans ce site et j’en conviens ! Après nous avoir dit tout cela, vous nous ne dites pas s’il est intéressant de nous rencontrer autour de la Kabylie pour relancer justement le débat et réitérer la constance, cette constance frondeuse kabyle, qui ne cesse de défier ceux que vous appelez à juste titre la "mafia". Quant au pouvoir, sa nature, son identité, sa genèse, ses perversions, ses trahisons... c’est justement sur site que vous pouvez trouver votre bonheur, cher ami ! Je crois profondément à la gravité de la situation, je ne sais pas si d’ici 50 ans le terme Kabyle aura encore droit de citer avec l’islamisation rampante et l’arabisation arrogante et galopante, je crois aussi que le temps ne nous permet pas de trop nous attarder sur "ce moi puéril", clé de voute de notre déchéance ... c’est du de débat, de la réflexion, pas forcément de l’entente, que jaillira la lumière... Merci !

      repondre message

    • Journée de réflexion sur la Kabylie 24 octobre 2014 13:54, par ’idir
      Cher Ait, A toutes les questions que vous vous posiez en préambule de votre écrit, vous y avez répondu un peu plus loin de façon limpide. Donc vous savez "qui et qui" parfaitement ! Mais, votre analyse des "mots" "mot par mot" nous emmène à quoi en réalité ? A ne plus écrire, à ne plus dire ? A ne plus inviter et sensibiliser les uns et les autres à débattre de notre situation, puisque ceux qui avaient vocation à le faire (les partis politiques) sont décimés ? Le début de votre commentaire incite fortement à ne pas débattre, il coupe court à tout. C’est la soupe à la grimace, le moins qu’on puisse dire... Permettez de vous faire remarquer que la ligne éditoriale de Tamazgha.fr est claire depuis plus de vingt temps maintenant. Il serait nécessaire probablement de faire un lexique sur tout les "mots" usités dans ce site et j’en conviens ! Après nous avoir dit tout cela, vous nous ne dites pas s’il est intéressant de nous rencontrer autour de la Kabylie pour relancer justement le débat et réitérer la constance, cette constance frondeuse kabyle, qui ne cesse de défier ceux que vous appelez à juste titre la "mafia". Quant au pouvoir, sa nature, son identité, sa genèse, ses perversions, ses trahisons... c’est justement sur site que vous pouvez trouver votre bonheur, cher ami ! Je crois profondément à la gravité de la situation, je ne sais pas si d’ici 50 ans le terme Kabyle aura encore droit de citer avec l’islamisation rampante et l’arabisation arrogante et galopante, je crois aussi que le temps ne nous permet pas de trop nous attarder sur "ce moi puéril", clé de voute de notre déchéance ... c’est du de débat, de la réflexion, pas forcément de l’entente, que jaillira la lumière... Merci !

      repondre message

  • Journée de réflexion sur la Kabylie 22 octobre 2014 06:46, par La Mecreante !
    Bonne chance...

    repondre message

  • Journée de réflexion sur la Kabylie 24 octobre 2014 12:08
    Un seul moyen efficace pour federer les kabyles : creation de medias lourds kabyles, une ou des chaines TV pour parler uniquement aux kabyle afin de les rapprocher les uns des autres. Tous les autres moyens de communication, internet, journaux, reunion ici, là-bas etc... c’est juste de la gesticulation.

    repondre message

    • Journée de réflexion sur la Kabylie 25 octobre 2014 14:10, par La Mecreante !

      - « Un seul moyen efficace pour federer les kabyles : creation de medias lourds kabyles, une ou des chaines TV pour parler uniquement aux kabyle »

      salut anonyme,

      si tu as quelques millions de dollars ou d’euros, et si tu es "bien, dans les petits papiers" du CSA (France) ou lois locales ailleurs, et si tu as une cinquantaines de professionnels à dispositions, on peut commencer à discuter d’une chaine TV. Mais juste discuter...

      je plaisante... ta naïveté m’attendrit.

      Rien ne peut fédérer les kabyles. ce n’est pas dans leur nature. ce n’est pas dans leurs gènes.

      encore une ou deux générations, et il n’y aura plus de kabyles. Il n’y aura que des abrutis qui ignoreront leur origine, ils se promèneront en kamis et tchador et ils égorgeront tout ce qui bouge sans même savoir pourquoi !

      tous les kabyles qui ne voulaient pas de ça sont depuis longtemps en diaspora et... pour toujours !

      ceux qui ont combattu pour la oumma du FLN pour « l’indépendance nationale dans le cadre des principes islamiques », ne peuvent plus se plaindre. Ils sont servis.

      repondre message

      • Journée de réflexion sur la Kabylie 26 octobre 2014 11:19
        Bonjour. Merci pour ta reponse. Je prefere etre naif et le rester jusqu’à la fin de mes jours. Aussi, je crois à la theorie de "cause and effect". Je ne suis pas en diaspora je vis toujours parmi les miens et je l’espere jusqu’à la fin de mes jours aussi.

        repondre message

        • Journée de réflexion sur la Kabylie 27 octobre 2014 17:53, par La Mécréante !

          cher anonyme,
          de tout mon coeur je te souhaite le meilleur où que tu sois puisque tu es kabyle.

          pour ma part, je suis tellement écoeurée, dégoûtée (par les kabyles dégénérés), que j’ai définitivement perdu la foi.

          quand j’entends des kabyles dire : "mektoub, inch allah", j’ai envie des les... dissoudre !

          bref, démerdez-vous comme vous pouvez... (votre inch allah fera le reste...)

          repondre message

    • Journée de réflexion sur la Kabylie 26 octobre 2014 12:15, par Amar

      Fédérer avec qui, contre qui, comment ?

      " Fédérer " n’est pas seulement une question de moyens médiatiques, logistiques et financiers, quoi que l’action politique en a besoin. Mais, le problème principal est lié au positionnement politique : " quelle " position juste ’ pour notre " cause juste " ? Comment convaincre et ratisser plusieurs sensibilités et mouvances politiques et idéologiques ? Gagne-t-on à droite, au centre ou à gauche ? Quels sont les mots d’ordre fédérateurs, rassembleurs ? Avec qui rassembler et fédérer ? Quelle rapport et quelle position face au Pouvoir militaire régnant ? Et ses alliés (les extrémistes, les faux opposants, les pseudo-démocrates, les partis-officines, les associations-relais. les médias-pourris...) ? Fédérer qui et avec qui ? Avec les extrémistes ? les modérés ? les khobzistes ? les faux-opposants ? les pseudo-démocrates ? Quels discours et communications politiques ? Radicaux ? Mous ? Doux ? Et autres questions.....

      repondre message

      • Journée de réflexion sur la Kabylie 26 octobre 2014 22:47
        Bonjour Federer les gens malgré leurs differences et leurs tendances. Par federer, je voulais dire se rapprocher les uns des autres dans un mode consensuel. Ne rejeter personne. Se mettre autour d’une table et debattre de ce qui nous rapproche en tant que peuple kabyle. Nous sommes trop emmietés et le systeme coloniale algerien travaille dans le sens de notre emmiettement. A chaque fois qu’une elite kabyle se forme et tente d’emmerger le systeme algerien la chasse par tout les moyens. Le peuple kabyle n’a pas une elite federee. C’est dans ce sens qu’un grand travaille nous attend.

        repondre message

  • Journée de réflexion sur la Kabylie 28 mars 2015 13:27, par Ait

    La symbolique du drapeau et son impact immédiat

    Le Drapeau régional, après l’Hymne régional et le Gouvernement régional : la « symbolique » est là, mais pas « l’effectivité » d’un Etat régional, kabyle. Mais alors, quel impact direct, quel visée réelle, quel but immédiat ? Ce sont les questions qui s’imposent.

    On admet en effet que ces trois éléments – une population permanente, un gouvernement élu, un territoire défini– sont constitutifs d’un Etat. Mais ils ne suffisent pas à rendre compte de la dynamique de la création d’un Etat. Pour être indépendant, un Etat a besoin du " regard des autres", de la reconnaissance de bon nombre d’Etats. On peut penser par exemple au cas de l’Ossétie du sud, de l’Abkhazie ou de la République turque de Chypre Nord qui se sont proclamés indépendants, mais qui ont été reconnus par un si faible nombre d’Etats qu’en fait, leur effectivité internationale est quasi nulle.

    Or, cette reconnaissance n’est pas immédiatement donnée, c’est un processus long et complexe. Un processus long parce qu’il s’agit d’amorcer des relations diplomatiques, des discussions entre les représentants et à la fin du processus, il s’agit d‘échanger des « Lettres » entre les Etats qui se reconnaissent mutuellement.

    C’est aussi un processus complexe parce qu’il y a des enjeux politiques régionaux et internationaux la plupart du temps à la clé. On a vu cela avec le Soudan du sud indépendant depuis 2011, avec le Monténégro indépendant en 2006 et puis le Kosovo qui a proclamé son indépendance en février 2008. La définition d’un Etat relève finalement autant du politique que du juridique.

    Et si la reconnaissance des autres Etats est essentielle, elle permet aussi – dans certaines conditions de majorité bien évidemment – l’adhésion à des organisations internationales et régionales.

    D’un autre côté, l’adhésion à l’ONU – au premier rang de ces organisations internationales – ne va pas déterminer la nature étatique d’un territoire. Certains Etats dans les faits, comme Taïwan, ne sont pas membres des Nations Unies. Un Etat ce n’est pas seulement un ensemble de règles, un ensemble d’institutions, c’est aussi une pratique. Une pratique de la souveraineté chez soi et vis-à-vis des autres Etats.

    Or le Pouvoir militaire en Algérie demeure fort -et ne cède rien, et n’accepte aucune solution- car il a le soutien de l’Occident, et est " arrimé dans l’orbite américaine ", et bénéficie du soutien politique de la France (qui détermine la politique algérienne de l’Europe), il a la manne financière issue de la rente pétrolière qu’il accapare, a sous sa férule les forces de répression et les moyens de propagande, la population est traumatisée, l’opposition décimée, la protestation maitrisée, les syndicats réprimés...

    Dans le cas de l’action du MAK-GPK (toléré et laissé agir librement en Kabylie et en France, alors qu’il n’est pas agrée), c’est la symbolique qu’il faut cerner, l’impact direct du " coup ", le but politique immédiat vraiment visé, qui n’est effectivement pas l’effectivité d’un Etat kabyle, mais plutôt pour « rendre réel, concret, vrai » ce qui n’était que propagande officielle (avant 2001), et donc pour « parvenir au point de non-retour , à l’achèvement » de « la séparation (définitive), de l’isolement (complet), de la division (totale)) et la délégitimation politique » de la Kabylie (une région, plusieurs départements), ce qui garantit alors « un sursis assuré » pour le Régime militaire en place....qui ne sera plus jamais menacé par une quelconque rébellion ou mouvement insurrectionnel, une fois cete région « tête dela locomotive rebellionnaire », bastion de la contestation, proche d’Alger (lieu géographique du pouvoir) est neutralisée (isolée, séparée, divisée, délégitimée/discréditée politiquement) !

    Et puis ce Gouvernement-GPK (1) est contesté et controversé sur le Territoire kabyle (2) par la Population locale (3), et pas du tout reconnu par les Etats (4), ni par l’ONU (5) et les Grandes institutions internationales , le FMI, la BM, la CEE, le PE, etc. etc.(6).

    Il faut se rendre à l’évidence et dire que sans « rapport de force politique » vraiment déterminant et conséquent, une pression intérieure forte conjugée à une pression extérieure accrue, le Pouvoir dictatorial militaire (DRS) ne se résoudra jamais à lâcher du lest, n’acceptera aucune solution juste et légitime (Tamazight, l’autonomie régionale, démocratie, Etat de droit...), et ne laisse agir que ce qui l’arrange (violences, extrémismes, salafisme, divisionismes, séparatismes, régionalismes, isolationnismes, pourrissement et exacerbation de la situation), ce qui lui assure sa pérennité, donc le prolongement de son existence.....
    _____________________________________________________________________
    Liire sur Google.fr :

    A propos de l’autonomie de la Kabylie, Ramdane Achab, algeria-watch, novembre 2001

    La Kabylie cherche sa voie vers l’autonomie, Arezki Ait-Larbi Le Figaro 21/04/2010
    ".....Certains de ses conseillers, prompts à la surenchère, travailleraient, dit-on, pour les Services algériens qui tentent d’instrumentaliser ainsi la région dans les jeux claniques du sérail. "

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.