Accueil > Actualité > La Une > La monarchie de la cruauté.
La monarchie de la cruauté.
mardi 1er novembre 2016
par Masin
La cruauté, l’"inhumanisme", l’humiliation, la répression, l’excès de zèle des tenants du pouvoir, le mépris, la violence et la répression font partie de ces régimes qui ont hérité le pouvoir du colonialisme français en Afrique du nord, et en Terre amazighe de manière générale, depuis leurs existences. L’idéologie sur laquelle sont basés ces régimes est meurtrière. A l’instar des autres régimes voisins, comme le régime algérien, la monarchie alaouite est totalitaire, raciste et haineuse.
La vie humaine, notamment celle du simple citoyen démuni, n’a donc aucune importance aux yeux des représentants de l’Etat marocain ? Broyer un être humain ne serait que quelque chose de banal pour ce policier qui a ordonné au machiniste du système de compactage d’une benne à ordures de broyer un pauvre vendeur de poisson. Comment le policier et après lui le machiniste, dénués de tout humanisme, ont-ils pu exécuter un tel acte pour mettre fin, par ce geste, à la vie de Mohcine Fikri ? Comment des êtres humains peuvent-ils tuer de sang-froid et de la plus horrible des manières un autre être humain dont le tort principal est d’être pauvre et se trouver sous le joug d’un pouvoir implacable et déshumanisé ?


Nouveau drapeau de la monarchie alaouite.



Ainsi, Mouhcine Fikri, Rifain de trente-et-un ans, vendeur de poisson, a été broyé par une benne à ordures, sur ordre, semble-t-il, d’un officier de police de la monarchie, à Biya (Housayma), une des principales villes d’Arif (Rif). Auparavant, la police marocaine lui a confisqué sa marchandise (plusieurs caisses d’espadon [1]) – son gagne-pain – qui a été également confisquée et broyée dans la benne à ordures. Et c’est justement en essayant de récupérer ne serait-ce qu’une partie de sa marchandise et empêcher sa destruction que Mohcine Fikri a été broyé délibérément : un officier de la police royale aurait ordonné son broyage et il aurait dit au machiniste du compacteur "broies la race de sa mère !". L’acte barbare dont a été victime Mohcine Fikri le vendredi 28 octobre 2016 a choqué l’ensemble d’Arif et au-delà. Une vague d’indignation et de colère a très vite gagné le pays rifain. En effet, une vidéo de l’acte barbare ainsi qu’une photo montrant la tête et un bras de la victime ont été diffusées sur Internet. Plusieurs manifestations et rassemblements ont lieu notamment à Biya et dans d’autres villes rifaines dès le vendredi soir, manifestations qui se sont renouvelées le samedi 29 octobre. Le dimanche 30 octobre lors de l’enterrement de la victime à Imzuren (Imzourène), une foule impressionnante s’est rendue aux funérailles : ce sont des milliers de personnes. Dans la soirée, c’est une marée humaine qui a déferlé sur les rues et les places de Biya avec notamment des drapeaux amazighs et des portraits d’Abdelkrim Khattabi [2]. Les manifestants ont tenu à exprimer leur colère en scandant des slogans comme "halte à l’arbitraire et à l’injustice !", "Le Makhzen n’humiliera jamais le peuple rifain" ou encore l’incontournable "Imazighen !" qui exprime l’attachement à l’Amazighité, âme d’Arif (et aussi de l’ensemble du monde amazigh). Plusieurs manifestations sont organisées dans pas moins de dix-huit autres comme Rabat, Tanger, Casablanca, Marrakech, Imteghren, Ouarzazat ainsi que dans la quasi-totalité des universités.

Rassemblement à Biya


Ce fait tragique a enclenché une vaste mobilisation populaire nourrie par de nombreux griefs contre un pouvoir abusif. Si la situation économique désastreuse imposée par la monarchie alaouite aux populations d’Arif qui vivent dans des conditions très difficiles en est l’une des raisons, l’humiliation au quotidien d’un régime arabo-islamique qui a pour projet l’éradication de l’Amazighité est également un motif de cette révolte populaire. C’est en réalité le motif fondamental. Le seul combat qui que les Amazighs doivent mener aujourd’hui, à Arif ou ailleurs à travers Tamazgha, c’est celui qui consiste à les débarrasser de l’obscurantisme importé par l’arabo-islamisme, et l’accès à leur souveraineté, seule à même de leur permettre de recouvrer leur dignité et leur liberté. La monarchie alaouite est un régime néocolonial, supplétif du colonialisme d’hier, avec l’aide d’une armée de corrompus locaux qui ont renoncé à leur dignité et à leur amazighité. Lors de l’une des nombreuses manifestations que la ville de Biya (Housayma) a connues ces derniers jours, une femme n’a pas pu contenir sa colère et a tenu à dire sa rage envers les autorités marocaines. "Cet Etat marocain tue nos enfants, il leur confisque leur poisson, leurs légumes, leurs fruits, il leur vole leur travail. C’est de l’humiliation. L’Etat marocain nous a apporté la faim et la misère, notre Arif n’était pas ainsi, mais l’Etat marocain est venu abîmer".
En quatre jours, la mobilisation ne cesse de prendre de l’ampleur à travers Arif et la jeunesse rifaine qui est à l’avant-garde de cette mobilisation semble déterminée. Mais la monarchie, avec ses services ainsi que ses relais locaux, usera certainement de tous les moyens pour mettre fin à ce mouvement populaire. Les manipulations et les efforts des services de renseignements (DGST), ou encore la corruption, auront-ils raison de la spectaculaire mobilisation qui gagne le pays rifain ? Et la monarchie réussira-t-elle à clamer la colère rifaine et acheter la paix sociale ? Déjà selon des informations relayées par certains sites rifains, le PJD (Parti de la justice et du développement), parti islamiste de Benkirane chef du gouvernement de la monarchie marocaine, aurait mobilisé des "soldats" pour mener une campagne sur la toile Internet visant à discréditer la mobilisation rifaine et distiller des accusations gratuites afin de dissuader les populations de participer aux manifestations qui se multiplient. Ainsi, les messages diffusés à travers différents réseaux sociaux mais aussi diverses messageries (‘Facebook, WhatsApp, Viber, …) qualifient les manifestations à Arif de "fitna" [3] et mettent en garde contre les dangers de ces manifestations. Ils appellent à l’obéissance à M6 [4]. Les animateurs de ces manifestations, seraient, selon la propagande islamiste, des semeurs d’anarchie et de désordre. Le message est voulu par ses auteurs comme "conseil fraternel et islamique". Effectivement l’islam est toujours utilisé pour salir des actions aussi nobles que celle des populations d’Arif qui veulent défendre leur dignité et pour maintenir les gens dans la soumission totale et l’esclavagisme moderne. La même propagande présente l’action de la police comme légitime et remet en cause les informations connues. On nous dira peut-être, un jour, que Mohcine Fikri n’a pas été broyé dans cette benne à ordure !

C’est de bonne guerre que la monarchie alaouite mène sa propagande et fasse en sorte de tuer dans l’œuf un mouvement populaire qui a décidé de mettre fin à l’injustice et à la violence ciblée du pouvoir, mais la lucidité et la détermination de la jeunesse rifaine devront l’emporter car si la jeunesse d’Arif arrive à garder une cohésion des rangs et reste déterminée dans sa lutte pour un objectif clairement défini, rien ne l’arrêtera. La monarchie et tous ses moyens ne sont qu’une chimère qui va, un jour ou l’autre, disparaître dès que le vent de liberté soufflera enfin sur la terre Amazighe : celle des femmes et des hommes libres !
Aujourd’hui Arif est face à un moment que nous espérons initiateur. Une page importante d’une Histoire pourra être écrite et la jeunesse doit honorer ce pays qui a tant souffert. Faudrait-il rappeler que le pays rifain a eu, par le passé, à affronter les affres des colonialismes : l’Espagne, la France et la monarchie alaouite ont eu à conjuguer leurs forces pour combattre l’armée rifaine et tout a été fait pour détruire et ce pays et annihiler toute velléité de liberté dans cette partie de Tamazgha ; même les armes chimiques ont été utilisées et des massacres sans précédent ont été commis sur les Rifains.

Masin Ferkal.



Notes

[1L’espadon est une espèce de poisson déclarée "espèce protégée" et dont la pêche est actuellement interdite par les autorités marocaines.

[2Abdelkrim Khattabi est une figure charismatique d’Arif. Après la victoire de son armée sur l’armée espagnole dans la bataille d’Anwal en 1921 il proclame en 1922 la République du Rif. En 1925, l’armée d’Abdelkrim fait face à l’alliance des armées française et espagnole appuyée par leurs supplétifs de la monarchie alaouite (un total de plus de 500.000 soldats) et se voit battu. Abdelkrim se rend aux Français comme prisonnier de guerre, et cela n’a pas empêché l’armée espagnole de faire usage de gaz moutarde contre des villages rifains qui ont été ainsi bombardés.

[3La "fitna" est une notion islamique qui signifie "zizanie politique ou armée" ou encore « conflit fratricide ». Il est évident que le régime et ses relais useront de l’islam pour justement semer la zizanie et casser a mobilisation rifaine. Cela fait quatorze siècles qu’ils sont habitués à ces pratiques…

[4"M6" est l’autre nom de Mohamed VI.

Articles dans la rubrique :

La Une
22/04/17
0
Chez Gallimard dans la prestigieuse collection Poésie/Gallimard, vient de paraître l’anthologie (...)

Lire l'article

30/03/17
0
Nacira Abrous et Mohand Belkacem nous proposent un moment de discussion autour d’un programme (...)

Lire l'article

18/03/17
0
Pour rendre hommage au combat d’Arif, Tamazgha organise une rencontre sur le Rif le samedi 25 (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


1 Message

  • La monarchie de la cruauté. 14 novembre 2016 19:23, par RIVA
    La cruauté de certains êtres humains semble sans limite. Et le silence des médias internationaux est consternant. Il n’y a dans ce monde corrompu de jutice que pour les puissants. Une judtice dont les poids et mesures sont faussés depuis bien trop longtemps.

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.