Accueil > Actualité > La Une > La voix des Touaregs a retenti à Paris !
La voix des Touaregs a retenti à Paris !
Samedi 15 décembre, le Parvis des Droits de l’Homme au Trocadéro était aux couleurs berbères...
lundi 17 décembre 2007
par Masin

A travers le rassemblement qui a eu lieu à Paris le samedi 15 décembre les organisateurs ont voulu tout d’abord dire aux Touaregs qu’ils ne sont désormais pas seuls dans le combat qui les oppose aux Etats du Niger et du Mali. Les manifestants venus au Trocadéro sont plus que jamais décidés à être aux côtés du peuple touareg mais aussi à dénoncer l’injustice dont ils sont victimes ainsi que la complicité des puissances qui exploitent les richesses du sous-sol du pays des "Hommes bleus" notamment l’uranium.

Malgré un froid glacial, quelque trois cents personnes se sont rassemblées sur le Parvis des droits de l’Homme au Trocadéro à Paris ce samedi 15 décembre pour exprimer leur solidarité avec le peuple touareg en lutte.

Dès 14h00 les premières banderoles ont été accrochées et un gigantesque drapeau amazigh a été brandi sur la Parvis des Droits de l’Homme.

Ainsi, pouvions-nous lire sur les banderoles "France-Areva : Uranium contre Touaregs", "Halte à l’ethnocide des Touaregs !", "Halte à la marginalisation du peuple touareg par les Etats du Mali et du Niger !" ou encore "Tanakra fel toumast" (Debout pour libérer la Nation amazighe". Les drapeaux amazighs ont donné des couleurs à la Place.


Extrait de l’intervention de Kaocen Maïga



Extrait de l’intervention de Ghissa ag Boula


Ce rassemblement a été l’occasion e s’informer et d’échanger sur la situation actuelle au Pays touareg. En effet, nombre des personnes présentes sont arrivées récemment du pays.

Tamazgha dont les militants étaient très actifs lors de ce rassemblement a tenu à dénoncer les Etats du Mali et du Niger et en particulier l’attitude ethnocidaire de l’armée nigérienne. Pas de cadeau pour l’Etat français qui soutient et assiste les armées des Etats malien et nigérien.

Plusieurs personnes ont pris la parole à cette occasion.

Kaocen Maïga, porte parole du MNJ, a tenu tout d’abord à rendre hommage à Mano Dayak, un résistant touareg impliqué dans le soulèvement armé des années 1990 et qui est décèdé le 15 décembre 1995 dans un accident d’avion.
Il a dénoncé la dictature du régime de Tanja, une dictature soutenue par certaines puissances dont la France et les Etats-Unis. Il rajoute que ce régime de Niamey pratique le massacre quotidien à l’égard des populations touarègues.

Ahmed Akoli, Secrétaire politique du MNJ, a évoqué les injustices faites aux Touaregs par les différents Etats qu’ils subissent ainsi que de la marginalisation dont ils sont victimes. Il n’a également épargné l’Etat français dont les responsabilités historiques sont manifestes. Il a rendu hommage à la fraternité amazighe (berbère) et à la solidarité des citoyens français et européens venus à ce rassemblement. Il a enfin appelé à la poursuite de la mobilisation afin de faire réagir l’opinion internationale sur la question touarègue, une question victime d’indifférence et parfois de mépris.

L’écrivain touareg, Moussa ag Assarid, a tenu à préciser combien le combat touareg est celui, plus général, des Imazighen à travers toute l’Afrique du Nord.

Ghissa ag Boula, un des combattants qui a pris les armes en 1990 déjà, s’est réjouit de l’implication des jeunes dans la lutte actuelle des Touaregs. Il estime que "la jeunesse est le flambeau de la lutte". Il dit que ce qui se passe aujourd’hui dans le Pays touareg est très grave et a tenu à parler du "silence des Etats qui se disent démocratiques, civilisés et développés" ainsi que du silence des médias et des organisations des droits de l’Homme. Certains Etats qui se disent "berceau des droits de l’Homme" se taisent préférant l’uranium aux Touaregs. C’est la triste réalité sur laquelle il a tenu à attirer l’attention de l’opinion.





Martine Bigot, représentante de la Fondation "France Liberté", a tenu à préciser combien les Touaregs vivent dans une situation catastrophique. "Le monde a décidé que le profit est plus important que l’être humain" a-t-elle précisé. France Liberté soutient la cause du peuple touareg comme elle a toujours soutenu les causes des peuples menacés et qui sont en danger. Elle trouve scandaleux que les richesses du Pays touareg soient exploitées sans qu’il y ait la moindre retombée pour les populations locales. France Libertés dénonce cette situation et espère relayer la voix des Touaregs. Elle déplore la façon dont les médias traite l’actualité et la façon dont ils passent sous silence des situations aussi graves que ce qui se passe aujourd’hui dans le Pays touareg.

Le coordinateur du Collectif pour la préparation de la Conférence internationale sur la question touarègue, Dam Das, a tenu à se faire le relais de la coordination de la société civile d’Arlit qui a adressé une lettre à la Direction d’AREVA pour poser un certain nombre de préoccupations ainsi que des revendications de la communauté locale qui espère avoir des retombées de l’exploitation de l’Uranium par AREVA.



Une représentante du MRAP avait également pris la parole pour exprimer la solidarité du MRAP avec les Touaregs qu’elle estime être considérés comme des sous-citoyens aussi bien par l’Etat du Niger que du l’Etat du Mali. Elle se dit compréhensive des Touaregs "qui ne pouvaient faire autrement que se rebeller". Elle estime qu’une solution doit être trouvée à cette situation, et le MRAP s’emploiera pour essayer de faire plier la France et l’Europe afin de trouver une solution à ce conflit.


Enfin, il a été donné lecture au message de soutien et de solidarité adressé par L’association amazighe des Etats-Unis (ACAA) aux organisateurs du rassemblement et au peuple touareg en lutte.


Il est évident que l’attitude des puissances, comme la France et les Etats-Unis en particulier, a scandalisé l’ensemble des intervenants et des manifestants. Mais cette attitude est-elle surprenante ? Elles ont montré par le passé que lorsqu’il s’agit de leurs intérêts, notamment en matière énergétique, ils s’assoient très facilement sur ce qu’ils appellent “principes”. Le seul principe auquel ils ne dérogent pas : “défendre et protéger leurs intérêts par tous les moyens”.

Ces puissances, comme la France, qui donnent des leçons de droits de l’Homme et de justice sont entrain de participer à la répression d’un peuple et à son extermination.

Aujourd’hui, il est illusoire de croire que ces puissances, “patries des droits de l’Homme et de la démocratie”, puissent aider un peuple à se libérer ou à se débarrasser des dictateurs et de gouvernements oppresseurs.

C’est pourquoi, nous Imazighen (Berbères), l’on ne doit compter que sur nous-mêmes. Aussi, pouvons-nous nous passer d’Etat(s) si nous voulons vraiment exister ? Nous n’avons pas d’autre choix que de prendre notre destin en main. C’est bien d’une lutte de libération nationale dont il s’agit, et c’est celle là que nous devrions mener si nous tenons à notre existence qui ne doit en aucun cas se négocier. Il s’agit de (re)devenir ce que nous sommes censés être : des femmes et des hommes libres... n’est-ce pas ce que veut dire le mot “Amazigh” ?

Quant au peuple touareg qui mène une lutte difficile face à des Etats "sauvages" soutenus par des puissances qui ne se soucient que de leurs intérêts économiques, il peut être rassuré que la diaspora amazighe ne ménagera aucun effort pour faire entendre sa voix et pour être à ses côtés dans ce combat qui est le nôtre.





La Rédaction


info portfolio

Articles dans la rubrique :

La Une
07/08/19
0
Les munitions sont entre les mains des ennemis de Tamazgha et de ceux qui envisagent éradiquer (...)

Lire l'article

29/06/19
0
L’Union pour une République Kabyle (URK) se veut un mouvement politique et citoyen qui a pour (...)

Lire l'article

28/05/19
2
Les membres de la Rédaction de Tamazgha.fr ainsi que l’ensemble des militantes et militants de (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


1 Message

  • La voix des Touaregs a retenti à Paris ! 18 décembre 2007 04:56, par Hsen

    Bravo pour ce rassemblement. Enfin qq’un qui fait qq chose pour des Imazighen qui luttent veritablement !
    Ce sera toujours a nous de faire quelque chose pour nous !

    Bravo aussi pour la revision du site. Du beau travail !

    Hsen