Accueil > Actualité > La Une > Préservons la Kabylie !
Préservons la Kabylie !
jeudi 6 mars 2014
par Masin

Les luttes intestines des clans du pouvoir algérien ne concernent que le régime lui-même, ses supplétifs locaux et ses soutiens internationaux

Manifestation à Paris, Printemps 2002



En avril prochain, le régime algérien organise une nouvelle "élection" présidentielle. Le suspense est poignant. Non pas sur l’issue du "scrutin", ni qui sera le prochain président car le résultat est désormais scellé. Mais par les dégâts collatéraux habituels à ces occasions : c’est que la reconduite récurrente d’un régime anti-amazigh et égocentrique est inhérente aux coups tordus !
Les supplétifs et les renégats se mobilisent. Les Berbères (particulièrement les Kabyles) ne doivent ni s’immiscer ni être partie prenante de ces luttes claniques. Les mandats ne changent pas la nature du pouvoir !

Il est inutile de faire le bilan de ce régime tant il est calamiteux. Citons quelques points caractéristiques tout de même :

- Fuite à l’étranger de tous ceux qui l’ont pu : hommes, femmes, cadres et capitaux !
- Répression récurrente : politique, cultuelle, linguistique… Économique aussi : l’état de la Kabylie est éloquent à ce propos ;
- Instrumentalisation de la Kabylie, puis récemment du Mzab ;
- Aucun projet de développement durable, et ce malgré un excèdent faramineux des finances (200 milliards de dollars) ;
- Corruption érigée en système de gouvernance (l’État algérien obtient la note de 2,6/10, il est classé 88ème sur 133 pays au classement de Transparency International de 2013) ;
- Le régime s’enfonce dans l’arabisation et l’islamisation totales : c’est notamment là l’explication de la répression du Mzab ;
- Le régime s’avère plus ploutocratique que jamais. Il est seul, esseulé en interne et livré aux luttes intestines ;
- L’Amazighité souveraine et démocratique note bien ce que ce régime nous inflige. Voici quelques méfaits récents qui lui sont dus : l’Azawad torpillé, le Mzab instrumentalisé, Adrar n Infousen [1] saboté !

Le constat est éloquent. Le régime algérien exporte ses méthodes aux alentours. Mais en interne la dualité reste frappante.

En effet, le clan de Bouteflika est à l’ouvrage de sa survie dynastique alors que le clan du DRS [2] est à l’œuvre occulte !

Qu’est-ce qui se trame ?

Les luttes intestines s’exacerbent au sein du cercle des maîtres de l’Etat algérien (principalement le clan Bouteflika et le clan DRS). Elles s’enflamment et risquent de prendre un nouveau visage.
Deux titans s’affrontent pour une mainmise totale. Leur conflit n’est pas économique car ils contrôlent la rente pétrolière et dirigent l’économie parallèle. Il n’est pas idéologique non plus car ils font feu de tout bois. La seule chose qui les hante, l’un comme l’autre, est le pouvoir absolu.
Ils en ont l’outil : la violence.

Du premier clan : on y retrouve celui du "président" actuel qui brigue un quatrième mandat. S’il le termine (ce dont nous doutons au vu de sa décomposition physique et mentale), on se le sera coltiné pendant vingt ans. Toute une génération ! Sa mayonnaise englobe le FLN [3] et une partie importante des généraux. On peut ajouter, pour rappel, quelques satellites oppositionnels : renégats de tout bord et supplétifs, kabyles ou chaouis pour la plupart.

Le deuxième clan est constitué du DRS. Centre névralgique, il veut lui aussi tout le pouvoir. Il a à sa solde les journaux francophones "oppositionnels et se revendiquant très indépendants". Il est illusoire pour tous de rappeler que ce clan fait preuve d’une grande capacité de nuisance et de manipulation.
Les exemples sont nombreux : Printemps Noir de Kabylie en 2001, événements récents de Tagherdayt (Ghardaïa) ou encore ceux d’In-Ideq (Borj Baji Mokhtar), le scandale Khalifa Banque qui impliqua les proches de Bouteflika, l’affaire Chakib Khellil, ex-ministre et grand ami du Sultan d’Alger, que la Constitution du régime appelle "Le président"…

Mais le clan du "président" n’est pas en reste sur les coups tordus. Les assassinats de Matoub Lounès, Boudiaf, les moines de Tibhirine ont été clairement attribués par lui au DRS.

Responsables et coupables, conjointement à vrai dire.

Maintenant des luttes à couteaux tirés s’annoncent de nouveau…
Le DRS sait que la Kabylie rejette profondément le régime en place. Et que ses jeunes sont sujets aux réactions. Le sous-développement dans lequel est volontairement maintenu la Kabylie – ainsi que d’autres régions amazighiphones – mène inexorablement à ce désir de s’extraire au fatras algérien.
Ce temps viendra inéluctablement. Mais en attendant…

Quels sont les enjeux ?

Deux clans mafieux au sommet s’apprêtent à en découdre. Celui du "président" bénéficie notamment du soutien (honteux du reste) de la France. La cause semble entendue, mais en interne les choses ne sont pas tout à fait jouées. Les récentes manifestations "anti-quatrième mandat" en sont la preuve. De nouveau nous reviennent ces vieilles images des "supplétifs"…

L’affrontement qui s’annonce et les heurts qui vont en découler doivent rester à l’intérieur de la sphère du régime.

La Kabylie, toujours prompte aux réactions, doit comprendre que cet enjeu n’est pas le sien. Pour une fois elle pourra compter les points... si elle reste vigilante et hors des conflagrations claniques qui s’annoncent.
Une Kabylie orchestrée n’en sortira que meurtrie de nouveau. L’histoire regorge de tant d’exemples ! Le pouvoir entretient un contentieux vieux de plusieurs décennies avec la Kabylie, et celle-ci ne doit pas oublier que ce dernier œuvre pour annihiler son identité, sa langue, sa culture et son économie.

Par ailleurs, sa construction ou reconstruction n’émanera que d’elle-même et uniquement de sa propre ressource interne !

Au-delà de la Kabylie, ce jeu clanique ne concerne pas les Amazighs non plus. Il peut certes comme auparavant essayer de pervertir des éléments sincères. Mais, ces derniers sont à l’évidence avertis : ils ne sauraient goûter plusieurs fois le même plat empoisonné.


Que les "loups d’Alger" s’entre-tuent autour du mandat présidentiel ou du pouvoir !
Cela ne nous concerne pas !



Tamazgha,

Paris, le 5 mars 2014.



Manifestation à Paris : Printemps 2002









Notes

[1Montagne d’Infoussen en Libye ; région berbérophone.

[2DRS : Département du renseignement et de la sécurité, services de renseignements algériens, contemporains de la funeste Sécurité militaire ( S. M.)

[3FLN : Front de libération nationale, parti au pouvoir depuis 1962.

Articles dans la rubrique :

La Une
16/09/16
0
Chanteuse belgo-rifaine, Fatoum est une voix singulière. Ses chants doux et révoltés célèbrent le (...)

Lire l'article

27/08/16
0
L’association AZAR (Taknara) et Tamazgha (Paris) scellent leurs liens par un acte symbolique et (...)

Lire l'article

11/07/16
4
La voyoucratie algérienne n’a jamais cessé d’œuvrer pour la destruction de l’Amazighité. La Kabylie (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


13 Messages

  • Préservons la Kabylie ! 6 mars 2014 03:43, par Lwennas
    Dtidett akka tura ad qwunt tlufa am tinna akken "acut ssirk agi ? n Muhya , attas akka ara d ecc s tidett nsen as tibnid thukdasen azegduf, llan dighen kra nniden lhasun d axeddim nnsen imi yettwahukkuyasen ifelfel aqerhan seg asmi idlulen dgha tsettiten -id ilebda. Ihi limer ad taghem rray -iw eyyaw anmagret tafsut akken nxeddem zzik nni amzun akken acemma ur d yettili di yebrir agi (ulac tifranin ulac tifelflin ) akka kan ala amager n tefsut , imir ma yella ad yurar yidsen atan nnighawen ger uzegduf d ifelfel tefkam tefkam ma teddam.

    repondre message

  • Préservons la Kabylie ! 6 mars 2014 10:22, par La Mecreante !

    La pauvre Kabylie aurait besoin que tous les kabyles de la diaspora se lèvent et se fassent entendre sans relâche, sans trêve ni repos, sans discontinuer, sans jamais la fermer ! sans jamais reculer, pour soutenir où qu’ils se trouvent dans le monde, le Mouvement pour l’Indépendance de la Kabylie.

    - le soutien financier ne suffit pas. Le soutien politique est primordial.

    repondre message

    • Préservons la Kabylie ! 23 mars 2014 01:00, par Idir

      Malheureusement, on n’a pas encore trouvé l’antidote au poison qu’est l’islam.

      Bien entendu le soutien politique est primordial.Pourtant le nombre des kabyles est important en France mais aussi en Europe.Il n’y aurait qu’à ! Le comble c’est que les barbus mahométans viennent s’installer en France comme si ils étaient chez eux.Ils se reproduisent à une vitesse grand V et comprennent très vite le jeu politique. La lâcheté des hommes politiques français et européens est criante.Je ne parle pas de tous les fossoyeurs de l’identité française, Ils ne protègent tous en cœur que leurs intérêts sous les ordres de l’oncle Sam et de la bourse.

      Quant à nous on a beau être intégré bonjour l’amalgame !

      repondre message

  • Préservons la Kabylie ! 6 mars 2014 17:25, par aman idurar

    AZUL

    ça c’est la politique d’ait boycotte. Le boycotte "cot-cot-cot" du dictateur ideologique kabyle si lhocine comme vous aimez le disigné vous a appris la soumission. IL faut plutot penser comment mettre le feu des chars,des avions,des kalachnikov ect..d’oran à tirer sur celles de constantine.

    il faut comme forgeron ,battre le fer quand il est chaud.

    CETTE façon de penser est d’un sous devellopement flagrant du peuple kabyle.

    repondre message

    • Préservons la Kabylie ! 6 mars 2014 22:36, par warnenuc
      Justement,tu arrêtes,pour commencer, avec tes idées de sous développé !!!!Il faut que tu saches une chose, parfois il vaut mieux le silence que de débiter, comme tule fais, des inéptiesou des idioties !!!! Quand on a rien à dire il vaut mieux se la fermer.... je te salue quand même !!

      repondre message

      • Préservons la Kabylie ! 8 mars 2014 14:45, par aman idurar

        azul

        ihi preservite la kabili nwen. cachez vous ! sellal a dit qu’ils vont mourrir debout pour bouteflika.

        Tanemirt nagh ma ulac tamrart

        repondre message

  • Préservons la Kabylie ! 6 mars 2014 18:42, par malik
    La Kabylie doit rester en dehors de ce marasme .Elle doit se concentrer sur l’intérêt de ses enfants. Rappeler -vous de 2001.

    repondre message

    • Préservons la Kabylie ! 7 mars 2014 11:06, par La Mecreante !

      salut malik,

      aucun kabyle aussi détaché soit-il ne peut oublier "le 14 juin 2001" et ses suites.

      à part ce crétin "aman idurar" qui n’a pas plus de sens politique qu’une savate et ose venir ici insulter le peuple kabyle.

      heureusement qu’on n’en a rien à cirer de cette graine de zaouïa zarabiste.

      repondre message

  • Préservons la Kabylie ! 7 mars 2014 11:13, par Ait

    VERS UNE ENIEME TRANSITION « DEMO-Q-RATIQUE ».....CONDUITE PAR LES GENERAUX ? Hum !!!!

    Des manifs’ ici et là, des émeutes et des foyers de protestation " émeutière " (Béjaia) ne sont peut-être qu’une entrée en matière. Or, nous savons que, dans le recours à la rue, personne n’est en position de rivaliser avec le DRS qui n’est plus la Police politique d’il y a vingt ou trente ans mais s’est mué en mafia tentaculaire, à la fois sécuritaire, politique, économique, sociale et associative, dont la toile d’araignée a tissé ses mailles dans tous les foyers d’activité. Que nous propose-t-on comme force d’organisation ? Les groupes Facebook venant régénérer une opposition mise en lambeaux, neutralisée par deux décennies de Terreur/risme d’Etat, de noyautage massif et d’infiltrations destructrice et fratricides ? La vogue est aujourd’hui à un " spontanéisme plus que suspect " qui a toujours été, immanquablement, le signe avant-coureur de la violence extrême, donc du malheur. Tant on sait le nombre incroyable de provocasseurs, d’agents manipulateurs réquisitionnés par les criminels du DRS ! Les questions auxquelles ils faut répondre sont pourtant cruciales : pourquoi ce recours à la violence qui est le terrain de prédilection du DRS ? Pourquoi s’en remet-on à la protestation sous sa forme " émeutière " (à Béjaia c’est le cas) ? Quelle est donc cette unité d’action ? Veut-on ignorer que " les lignes de fracture des années 90 " est autre chose qu’une fâcheuse division des rangs ", qu’elle est" un clivage politique fondamental " qu’une vigilance de tous les instants doit préserver de l’oubli, et par conséquent la donnée de base de toute analyse et de toute action ?

    UN " SPONTANÉISME " PLUS QUE SUSPECT ! LES MANOEUVRES ET MANIGANCES DU DRS.

    Y’a-t-il vraiment une " situation (pré-) révolutionnaire " ? Comment ça se fait que pendant les (fausses) révolution arabes, le pays n’a pas bougé, et aujourd’hui, comme par miracle, soudainement, " ça révolutionne ", sous le seul pétexte du 4° mandat ? Est-ce la ratification de " la méthodologie DRS " qui se met en place ? Elle ne serait que le pavillon sous lequel le Régime militaire actuel nous vendrait une énième transition « démocratique » conduite par l’Armée. Hum ! Le pays en a déjà connu quatre, en 65, en 92 par deux fois et en 98. Autant dire qu’une telle perspective relèverait plus de la tradition que de la révolution, quels que puissent être les ingrédients inventifs qui pourraient l’agrément....

    Les slogans très orientés contre le 4° mandat nous amènent à penser qu’une partie des manifestants est fortement influencée par les manipulateurs et diaboliques sbires de la SM-DRS, comme cette Police politique l’a toujours fait, sachant que le DRS amarre le Clan Medienne-Nezzar (le Clan -le plus-fort car fortement arrimé-accroché-amarré au DRS/néo-MALG)), rival/antagoniste du Clan Boutef-Koudjetti (ex-MALG)

    La manipulation et l’instrumentalisation font partie des attributions et missions de cette "organisation criminelle et mafieuse " qu’est le DRS !

    La vigilance est recommandée, d’autant plus que plusieurs Officiers supérieurs, les Généraux Djebbar, Tartag, Ait Ourib et cie ont été évincés suite à " l’exigence express " des occidentaux après la gigantesque manipulation (1) et le carnage (2) du DRS à In Aménas.....qui a couté des milliards pour les indemnisations, les réparations, les dégâts divers, etc. Ce qui a amené les Américains, Britanniques et leurs Multinationales à mettre les pressions ultimes sur les Généraux...

    Bien sur, la presse d’Alger, totalement contrôlée par le DRS, ne fait ni un mot ni une ligne dans ce sens. En lisant l’interview récente d’Alain Chouet, ancien Directeur de la DGSE, on décèle alors qu’il y’avait eu bel et bien des pressions fortes sur le Régime militaro-mafieux pour exiger la restructuration du DRS et de l’Armée, et l’éviction des " éléments (fusibles) visibles et notoirement connus pour leurs implication dans le Terrorisme d’Etat (assassinats, massacres, attentats), la création et la manipulation des groupes terroristes djhadistes, et les extrémistes de tous bords (...)...

    LE POUVOIR MILITARO-MAFIEUX DEMEURE FORT, ET LES GESTICULATIONS NE RISQUENT PAS DE LE SECOUER !

    Le Pouvoir militaro-mafieux demeure fort ; fort par son système répressif et corrupteur / anesthésiant puissant, par l’accaparement et la spoliation des richesses, par le soutien politique diplomatico-stratégique de l’Occident, par le façonnage artificiel du champ politique et médiatique, par le désengagement militant et la désaffection vis-à-vis des partis, par la neutralisation de la dite opposition, par l’absence de fédérateur, par délitément du " lien national" et la division "quasi-totale", par l’écartement des positions vers les extrêmes, par les traumatismes de la guerre civile, par le dépassement du « seuil d’intolérable » …..autant de raisons qui contribuent au statu quo, et main du " système militaroèmafio-bureaucratique " !

    Le Pouvoir militaro-mafieux se maintient par la violence, a besoin d’un certain « seuil de violence » ; la violence est sa logique motrice, inhérente, intrinsèque. C’est un régime militaire né dans la violence, qui pratique la violence, manipule la violence, vit avec/par/de….la violence, et…pour la violence.

    La « guerre interne » n’est pas terminée. Elle se poursuit à faible allure, mais elle est toujours là : assassinats, kidnappings, enlèvements, arrestations, tortures, viols, escarmouches, embuscades, manipulations, provocations……

    Les Généraux du DRS et de l’Etat-major (les vrais décideurs) persiste(ro)nt à demeurer au pouvoir, entendant le faire par la violence, la ruse et la force, les provocations et les manipulations, et ça demeurera ainsi……Et tant que le Régime militaire est là, il n’y’aura ni paix, ni bonheur, ni prospérité,….oualou, rien, niet !

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.