Accueil > Culture > Agenda (concerts, colloques, confèrences,...) > Toutes et tous à Carcassonne, le 24 octobre, pour la (...)
Toutes et tous à Carcassonne, le 24 octobre, pour la langue occitane !
mardi 20 octobre 2009
par Masin

Cinq organisations occitanes, soutenues par l’ensemble des acteurs des langue et culture occitanes, appellent à une manifestation le 24 octobre 2009 à Carcassonne en faveur de la langue et de la culture occitanes qui sont toujours marginalisées au même titre que les autres langues et cultures historiques de l’Hexagone (basque, corse, breton, alsacien,...).
En effet, la République et ses institutions laissent très peu de place à ces langues et cultures autrefois combattues.

A travers cette manifestation, les militants occitans entendent dire combien leur langue est marginalisée et privée des moyens qui lui permettent de s’épanouir et se développer. Le 24 octobre à Carcassonne, ils diront, encore une fois, que l’Etat français doit cesser sa politique jacobine favorable à l’unique langue française. Ils diront que les langue et culture occitanes doivent être prises en charge par l’Etat qui doit débloquer les moyens nécessaires pour leur développement à tous les niveaux (médias, enseignement, création culturelle, ...).

C’est la troisième fois que les organisations occitanes organisent ce genre de manifestation. En 2005, une manifestation a eu lieu à Carcassonne et a rassemblé plus de 10.000 personnes ; en 2007, c’est à Béziers que quelques 20.000 personnes avaient manifesté.

Tamazgha soutient cette manifestation et sera présente aux côtés des manifestants pour exprimer la solidarité amazighe au combat occitan. Elle appelle Imazighen d’Occitanie à venir nombreux manifester ce samedi 24 octobre à Carcassonne.

Tamazgha.





[|Appel pour la manifestation du 24 octobre 2009 à Carcassonne|]

La préservation de la diversité linguistique et culturelle dans le monde est un enjeu majeur pour les années à venir. En France, la situation légale est pourtant défavorable à cette préservation. La langue occitane, notamment, est particulièrement menacée par l’absence de politique positive pour sa transmission.

Il faut donc, sur le territoire où se parle l’occitan, créer un environnement favorable à l’enseignement de la langue et dans la langue, à la création culturelle en occitan, à la présence de la langue dans les médias électroniques, audiovisuels et écrits, à son emploi dans la vie publique et sociale. Tout cela sera un encouragement à la transmission familiale de l’occitan.

2
Les médias
2

Nous voulons un service public de radio et de télévision en langue occitane.

Nous demandons une aide spécifique pour les opérateurs privés (radios associatives, télévisions, presse) qui travaillent en faveur de la langue occitane.

2La création2

Le soutien à la création, c’est une politique spécifique en faveur de l’édition, du théâtre, du spectacle vivant en général, du cinéma et de la musique. La population doit pouvoir découvrir une culture trop souvent occultée.

2L’enseignement2

Il faut que chacun puisse choisir s’il le souhaite un enseignement sous des formes diverses :

un enseignement en occitan (bilingue à parité horaire ou en immersion) ;

un enseignement de la langue et de la culture occitanes

un enseignement spécifique en direction des adultes

Il s’agit d’une politique d’offre généralisée.

2La vie publique2

L’occitan doit être présent dans la vie publique. Cela veut dire par exemple :

* le respect de la toponymie et la mise en place d’une signalisation bilingue ;
* l’encouragement à l’utilisation de la langue occitane dans les lieux publics et dans la vie sociale.

Toutes ces demandes ont pour seul but de permettre à une langue de vivre et à ceux qui le désirent de l’utiliser . Elles s’adressent à la fois aux collectivités locales occitanes (communes, communautés de communes, départements , régions) et à l’Etat. Chacun doit prendre en charge ce qui est de sa responsabilité. Il appartient à l’Etat d’adapter sa législation.

[|Coordinacion Anem Òc !
|]

-  Institut d’Estudis Occitans , organisme culturel reconnu d’utilité publique

-  F.E.L.C.O. Fédération des Enseignants de Langue et Culture d’Oc,

-  Calandreta , écoles occitanes associatives laïques

-  Òc-Bi, association de parents d’élèves pour l’enseignement bilingue public

-  Felibrige , mouvement de défense de la Langue d’Òc fondé en 1854 par Fréderic Mistral

[|Allons oui ! pour la langue occitane !|]



[|En savoir plus sur la manifestation|]

Lire également :

- L’Occitanie se mobilise pour sa langue

Articles dans la rubrique :

Agenda (concerts, colloques, confèrences,...)
13/05/16
0
Plusieurs activités ont lieu dans le cadre d’un action placée sous le signe de la fraternité (...)

Lire l'article

18/04/16
0
L’Association "Action artistique amazighe" (AAA) organise une rencontre autour de Lounès Matoub (...)

Lire l'article

15/04/16
0
L’association berbère TAFERKA fête son dix-huitième anniversaire à Montreuil le samedi 23 avril 2016 (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


3 Messages

  • Mon corps ne pourra pas y être mais mon esprit et mon coeur y seront. Comme on dit, ceux qui se ressemblent se rassemblent. Mon identité et ma culture berbères n’ayant pas encore un état disposé à affirmer la première et promouvoir efficacement la seconde, me portent à me solidariser avec toutes les langues et cultures opprimées. Je souhaite un franc succès à toutes vos revendications et puisse ma langue et ma culture arracher les mêmes droits en Afrique du Nord que ceux qui vous seront prochainement acquis ici en France.
  • Aux locuteurs de la langue occitane,

    je comprends tout à fait votre démarche en faveur de votre langue marginalisée par l’Etat français tout comme les autres langues régionales de France. Car depuis l’ordonnance de Villers-Cotterêt de 1539, le français est l’unique langue de l’Etat. En Kabylie c’est la même chose depuis 1962, par le pouvoir colonialiste "algérien" ou plutôt devrai-je dire algérois, car "l’algérien" n’existe pas. Nous avons vous et nous un point en commun qui est la négation de nos langues respectives. Néanmoins vous pourrez intenter une action contre l’Etat qui essayerait de marginaliser votre langue, puisque depuis la révision constitutionnelle de 2008, "les langues régionales font parties du patrimoine de la France" (art. 75-1 de la Constitution issue de la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008). Vous pourrez au même titre que les Bretons, les Corses, les Alsaciens etc.... faire prévaloir vos droits à ce que vous puissiez avoir des écoles en langue occitane. J’espère de tout coeur que votre marche aboutira à des actions concrètes pour que vos droits soient rétablis.

    Saga des Gémeaux.