Accueil > Annonces top site 2 > BIYA > Combats terribles vers Tessalit entre le MNLA et les (...)
Combats terribles vers Tessalit entre le MNLA et les milices Tamasheq et Maures du Mali
Article puiblié sur Touamst Presse le 29 févérier 2012.
vendredi 2 mars 2012
par Masin
Depuis hier, de lourds combats ont lieux entre les combattants du MNLA et des milices qui supportent et protège le peu de militaire Malien présent sur le front aux alentours de Tessalit. Le convoi impressionnant conduit par les Colonel-Majors AlHaji Ag Gamou et Abderahmane Ould Meydou et l’ancien Colonel Libyen Mohamed Ag Bachir est composé à 95% de Tamasheq et de Maures et fait face depuis le Mardi à des brigades dirigés par un grand nombre d’officiers supérieurs du MNLA. A la tombée de la nuit, nos sources étaient dans l’impossibilité de fournir un bilan mais notent des dégâts importants au sein des milices de l’armée Malienne qui n’ont pas encore pu rentrer dans la ville de Tessalit.

Le Samedi 25 Février dernier nous notions le convoi militaire de plus de 180 véhicules conduits par les Colonel-Major AlHaji Ag Gamou et Abderahmane qui avait quitté la ville de Gao. Ce convoi passera la journée du Dimanche à Anefif. Une partie des militaires Militaire Malien et miliciens présent dans la ville à Anefif le rejoindront avant d’être rejoint encore par plus de deux cents miliciens Tamasheq depuis la ville de Kidal. Une fois complets, ce n’est pas moins de 300 véhicules qui quitteront Anefif en direction de la ville de Tessalit.

Après une avancée lente, le convoi fera une escale vers le site d’Annou Malane, distant d’environ 80 Kilomètres de Tessalit. C’est à partir de ce site que les Colonel-Major Ag Gamou et Ould Meydou ont voulu attirer les troupes du MNLA pour leur tendre une embuscade un peu plus loin. Cette attente était sans compter sur les stratèges militaires du MNLA. Le désir d’embuscade de l’armée Malienne s’est retourné en une embuscade contre elle-même. En effet, pour faire face aux nombreux officiers et miliciens de l’armée Malienne, de nombreux officiers du MNLA et pas des moindres se sont donné également rendez sur le tronçon Annou Malane – Tessalit.

Ce sont les compagnons de feu Ibrahim Ag Bahanga au sein de l’ancien ATNM (Alliance Touareg Nord Mali) qui ont ouvert le bal. Kojak, fidèle parmi les plus fidèles d’Ag Bahanga, à la tête de jeunes combattants sur-motivées ont fait croire à l’armée Malienne qu’ils étaient sur le point de tomber dans le piège qu’elle leur a tendue. Croyant avoir la chance de neutraliser Kojak dont la bravoure est chantée dans les poésies dans tout l’Azawad, une cinquantaine de véhicules des miliciens Maliens ont été accueillis par deux brigades sous les commandements des Colonels Assalat Ag Habi, Ibah Ag Moussa (Bamoussa). Une fois pris entre le marteau (Assalat Ag Habi, et Ibah Ag Moussa) et l’enclume (Kojak), les soldats Maliens ont essayé de sortir de ce bourbier pendant plus d’une heure de temps lesquels ils étaient bombardés sans repris par les deux groupes du MNLA. Moins de la moitié des véhicules ont réussis à sortir de cette embuscade.

Sa mission accomplie, le Colonel Assalat Ag Habi et une partie de sa brigade sont reparti vers le camp Amashash qu’il continuait à pilonner jusqu’à la tombée de la nuit dans l’objectif de l’affaiblir et permettre sa prise dans les jours à venir. Rappelons que ce camp contient uniquement les soldats Maliens. Les femmes et les enfants de ces soldats ont reçu la permission du MNLA pour l’évacuer afin d’éviter qu’elles ne soient victimes des affrontements qui auront lieu dans le camp mais surtout pour qu’ils échappent à l’embargo du MNLA au tour du camp qui est rupture de stocks en nourriture. C’est ainsi que le 18 Février, cinq camions transportant femmes et enfants avec leurs bagages ont quittés le camp Amashash pour s’abriter dans la ville de Tessalit.

Le gros des troupes Malienne est entré dans les combats après le départ du Colonel Assalat Ag Habi. C’est alors que les convois du Commandant Haroune Ag Saghid et celui de Rhissa Ag Berguel ont porté mains forte à celui d’Ibah Ag Mossa et au restant de la brigade du Colonel Assalat Ag Habi. C’est également à ce moment, plus précisément vers 12H de l’après-midi, que les mercenaires Ukrainiens employés par l’aviation Malienne ont fait quelques tirs vers les combattants du MNLA avant de faire un demi-tour face aux batteries anti-aériennes du mouvement révolutionnaire.

Au petit soir, nos sources nous apprennent que le MNLA a réussi a diviser l’armée Malienne et ses milices en trois groupes. Le groupe du Colonel-Major Ould Meydou composé totalement de miliciens Maures a été le premier à faire un "retrait tactique" dans le nouveau langage militaire Malien (comprenez une fuite du champ des combats). Ne voulant plus donner des instants de repis aux milices de l’armée Malienne, Rhissa Berguel et ses hommes ont suivi ce groupe jusqu’à la tombée de la nuit.

Les plus durs des combats se sont produits entre le reste des combattants du MNLA sur place et le groupe conduit par le Colonel-Major AlHaji Ag Gamou. Il faut dire que ce groupe comprend non seulement des miliciens Tamasheq mais aussi et surtout un contingent d’anciens soldats Libyens regroupés autour des Colonels Mohamed Ag Bachir (ex-Commandant de zones de Beni Walid en Libye), Wakki Ag Ossad et Sidi Lama Ag Imikal tous rentrés de Libye après la chute du Colonel Kadhafi. A la tombée de la nuit, nos sources nous apprenaient qu’après des combats terribles, le groupe du Colonel-Major AlHaji Ag Gamou a été scindé en deux sous-groupes et que le sous-groupe contenant la majorité des anciens soldats Libyens a été éloigné afin de les mettre dans un terrain qui leur est inconnu et dans lequel leurs techniques de loin meilleur que celle des autres soldats Maliens seront inadaptées.

Avec la tombé de la nuit il était impossible d’établir un bilan provisoire de ces affrontements. Mais selon nos sources plus d’une centaine de militaires Maliens ont surement péri parce que plus d’une vingtaine de véhicules ont été calcinés lorsque prises en tenaille entre les brigades de Kojak et d’Assalat Ag Habi, sans parler des affrontements violents durant toute la journée. Selon nos sources, les combattants du MNLA font preuve d’un grand optimisme dû au fait que le MNLA recevra dans les prochaines heures un renfort de Tinzawatene conduit par Rhissa Ag Akli, un autre fidèle de feu Ibrahim Ag Bahanga qui ne l’a jamais quitté et a participé à toutes ses batailles. Les jours suivant seront sans aucun doute déterminants pour le control de l’Azawad par le MNLA. Nous demandons à nos lecteurs de rester serein et de ne pas se fier à la propagande mensongère du Mali qui comme à son habitude déclarera sans aucun doute dans les prochaines heures que son armée a repris Tessalit et à lever l’embargo autour du camp Amashash.

Ikhlou Ag Azzezen

Source : Toumast Presse

Articles dans la rubrique :

BIYA
11/11/16
0
Après une semaine de répit, mais aussi de travail, la rue a été de nouveau investie à Biya (...)

Lire l'article

11/11/16
0
Deux semaines après le cruel assassina de Mohcine Fekri à Biya (Housayma) sur ordre d’un officier (...)

Lire l'article

07/11/16
0
Quelques milliers de manifestants ont manifesté dimanche 6 novembre 2016 à Rabat en solidarité (...)

Lire l'article


Rejoignez nous