Accueil > Actualité > Fil de l’actualité > Le siège du CNT à Benghazi attaqué par des manifestants.
Le siège du CNT à Benghazi attaqué par des manifestants.
Est-ce la fin de l’équipe d’Abdouldjalil ?
dimanche 22 janvier 2012
par Masin
L’homme à la zébiba qui se voyait déjà héritier du despote de Tripoli s’est vu attquer aujourd’hui par des manifestants à benghazi qui ont investi les locaux du CNT. La voilture personnelle de Moustapha Abdouldjalil saccagé et ses gardes de corps se sont rendus aux manifestants abandonnant ainsi l’homme qui a déjà prévu l’application de la chari’a en Libye. L’un de ses conseillers, , un fidèle de Kadhafi, a été agressé à l’Université de Benghazi jeudi 19 janvier.

L’on ne peut que se réjouir de cette détermination des Libyens à ne pas laisser les résidus de kadhafisme s’assoir sur leur sacrifice et le sang de ceux qui se sont battus pour la liberté et la fin de l’obscurantisme.

Ainsi, tous les espoirs sont permis pour que la Libye échappe à un autre régime qui risque de pourrir la vie des citoyens.

Ci-après une dépêche de l’AFP qui relate l’attaque du siège du CNT ce samedi 22 janvier par des manifestants.

La Rédaction.





Libye : le siège du CNT à Benghazi attaqué par des manifestants

BENGHAZI (Libye) (AFP) - Des manifestants en colère ont pris d’assaut samedi le siège du Conseil national de transition libyen à Benghazi (est), une attaque qui pourrait affaiblir de nouveaux dirigeants peinant à asseoir leur autorité après un conflit de plusieurs mois.

Cet incident, le plus grave à viser le CNT depuis qu’il a pris les rênes du pays suite à la chute de Mouammar Kadhafi, intervient après des semaines d’un sit-in réclamant aux nouvelles autorités plus de transparence et l’exclusion des personnes ayant collaboré avec l’ancien régime.

Signe de la colère qui monte contre le CNT, son vice-président, Abdelhafidh Ghoga, a été agressé jeudi par des étudiants à l’université de Benghazi.

Samedi, jusqu’à 1.500 personnes, dont d’anciens combattants rebelles blessés pendant la révolution, se sont rassemblées devant le siège du CNT. Plusieurs grenades artisanales ont été lancées sur le bâtiment avant que les protestataires ne l’envahissent et le saccagent.

"Ils ont mis le feu à la façade, brisé des fenêtres et cassé l’une des voitures blindées qui se trouvait là. Des manifestants nous ont aménagé un passage et nous avons pu sortir, personne n’a été blessé. Je suis sorti d’un côté et Moustapha Abdeljalil (le chef du CNT) de l’autre", a dit à l’AFP par téléphone Fathi Baja, le responsable des affaires politiques du Conseil, qui se trouvait sur place.

A l’intérieur des locaux, les manifestants criaient : "Le peuple veut corriger le cours de la révolution", "On ne veut plus de Ghoga".

Les protestataires, armés de pierres et de barres de fer, avaient investi les lieux puis saccagé les locaux, ont rapporté des témoins à l’AFP.

Auparavant, le chef du CNT était sorti pour tenter de les calmer mais des manifestants l’ont conspué et lui ont jeté des bouteilles en plastique, selon les mêmes sources.

Dans l’après-midi, des manifestants avaient jeté plusieurs "jelatinas", des grenades artisanales à base de TNT, sur le siège du CNT sans faire de victimes, toujours selon des témoins.

Les protestataires réclament plus de transparence de la part du CNT, l’exclusion des "opportunistes" des postes à responsabilité et dénoncent "la marginalisation des blessés".

Ces incidents interviennent à la veille de l’annonce, prévue dimanche, de la loi électorale élaborée par le CNT en prévision de l’élection en juin d’une assemblée constituante. La composition de la commission électorale doit également être annoncée.

Le secrétaire du CNT, Moustapha al-Manae, avait indiqué à l’AFP plus tôt dans la journée que M. Abdeljalil avait reçu un groupe de manifestants afin d’examiner leurs demandes.

"Il leur a ensuite envoyé trois ministres pour en discuter. Leurs demandes sont légitimes", a-t-il ajouté.

Selon des responsables locaux, une enquête est en cours pour identifier les auteurs de l’attaque.

Le CNT a récemment fait face à des critiques inédites depuis la chute de Mouammar Kadhafi. Un sit-in est en cours depuis plusieurs semaines à Benghazi, berceau de la rébellion, pour notamment réclamer davantage de transparence.

Jeudi, le vice-président du Conseil, Abdelhafidh Ghoga, accusé d’être "un opportuniste" et d’avoir fait partie de l’ancien régime, a été agressé par des étudiants en colère à l’université de Benghazi.

Le CNT avait alors haussé le ton, mettant en garde contre "toute atteinte ou agression" à son encontre et affirmant dans un communiqué qu’il était "la plus haute autorité politique légitime" jusqu’à l’élection de l’assemblée constituante.

Le CNT a aussi dénoncé des "campagnes agressives et programmées pour porter atteinte à sa réputation", accusant des partisans de l’ancien régime d’être derrière ces campagnes en vue de "faire échouer la révolution".

L’agression jeudi de M. Ghoga "ne sort pas de ce contexte et fait partie d’un plan odieux", a ajouté le CNT.

AFP, le 22 janvier 2012.



Les photos ne sont pas de l’AFP.

La voiture de Moustapha Abdouldjalil saccagée par des manifestants à Benghazi






Les gardes du corps de Moustapha Abdouldjalil se rendent aux manifestants au siège du CNT

Articles dans la rubrique :

Fil de l'actualité
27/08/13
0
La Fédération Régions et Peuples solidaires (R&PS), qui regroupe des partis autonomistes de (...)

Lire l'article

18/08/13
0
Tripoli, 18 August 2013 - Special Representative of the Secretary-General for Libya, Tarek (...)

Lire l'article

03/03/12
0
Genève / Niamey (CICR) – Agissant en qualité d’intermédiaire neutre, le Comité international de la (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


5 Messages

  • Le siège du CNT à Benghazi attaqué par des manifestants. 22 janvier 2012 21:24, par tamazightconnection

    HAHAHAHAHAHAHA et lui ( moustafa abdoul ) qui se voyait futur président ! ya pas à dire tadhssa assurée ! voilà ce qui arrive quand on veut se foutre de la gueule de tout le monde !
    Imazighen étaient les premiers à contester cette bande de rigolards barbe-kadhafiens ! heureusement que les autres se sont réveillé ! imazighen ne seront plus les seuls en bras de fer avec ces c... ! même si je ne me fais pas trop d’illusions concernant les buts des uns et des autres !

    l’AFP aurait dû prendre plus d’images afin d’assurer une tadhssa plus longue !

     ;-))))))))))))))))))))))))))))))))))))

  • Le siège du CNT à Benghazi attaqué par des manifestants. 22 janvier 2012 23:58, par Anir-suisse
    Il est temps que le peuple amazigh libyen se manifeste autrement contre ces schamponzes qui etaient juste hier des traitre du dictateur arabiste khadafi, ces barbus ne comprennet que le dialogue de la force, il faut ecarter ce 2 ieme khadafi du nouveau gouvernement, avec des gens pareil, les libyens doivent se preparer a une deuxieme revolution. sil le faut il doit etre liquider, car c’est un parametre du desorde .
    • , c’es le meme b...qui continue.tout le monde en colere, rien de nouveau..ces toujours la raison du plus fort, le chomage des jeunes continue,les memes sales tetes qui tiennent les rennes partout,interieures et exterieur,les discriminers le sont toujours..professionnels et honetes gents sont toujours au chaumage
  • il faut écrabouiller Le siège du CNT et tous ses occupants ! 23 janvier 2012 11:53, par La Mécréante !

    Seulement une attaque dans un moment de colère et ras-le-bol ne mène pas à grand chose.

    il faut finir la révolution et que chacun rentre chez soi : les Mazighs chez eux, les arabes chez eux...