Accueil > Annonces top site 2 > Azawad > La France désigne un représentant spécial pour le (...)
La France désigne un représentant spécial pour le Sahel.
lundi 25 juin 2012
par Masin
Le ministre des affaires étrangères français, Laurent Fabius, a nommé l’ambassadeur Jean Felix-Paganon comme son représentant spécial pour le Sahel.



Nous publions ci-après des extraits de la déclaration du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, le lundi 25 juin 2012, lors du point presse. Ces extraits portent sur la nomination, par Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères, d’un représentant spécial pour le Sahel ainsi que le séminaire régional sur la protection civile en Afrique (Ouagadougou, 26-27 juin)

Sahel - Nomination de l’ambassadeur Jean Felix-Paganon, représentant spécial pour le Sahel

M. Laurent Fabius a désigné l’ambassadeur Jean Felix-Paganon comme son représentant spécial pour le Sahel.

Ce matin, à Luxembourg, le ministre des Affaires étrangères a rappelé l’importance que la France attache à la sécurité, à la stabilité et au développement de cette région et au Mali tout particulièrement.

La France œuvre à la nécessaire mobilisation de l’Union européenne ainsi que du Conseil de sécurité des Nations unies en étroite concertation et en appui de l’action de la CEDEAO et des demandes des autorités maliennes.

M. Jean Felix-Paganon est à Bamako aujourd’hui où il remettra un message du ministre en ce sens, au Premier ministre de transition malien M. Cheick Modibo Diarra. Il se rendra, également, dans les prochains jours dans plusieurs autres pays de la région.

M. Laurent Fabius a demandé au représentant spécial de lui remettre, à l’issue de ses contacts, un plan d’action pour le Sahel.

Séminaire régional sur la protection civile en Afrique (Ouagadougou, 26-27 juin)

Demain s’ouvre à Ouagadougou un séminaire régional consacré au renforcement des services de protection civile en Afrique, organisé sur deux jours par le Burkina Faso et la France. Présidé par M. Bougouma, ministre burkinabé de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité, et en présence du général Clément-Bollée, directeur de la coopération de sécurité et de défense (DCSD) au ministère des Affaires étrangères, cette manifestation lancera officiellement le projet d’appui à la protection civile en Afrique (APCA). Géré par la DCSD, ce projet soutient à ce jour neuf pays : le Bénin, le Burkina-Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Togo.

Face aux catastrophes naturelles ou accidentelles dont les populations sont les premières victimes, nos partenaires d’Afrique de l’ouest souhaitent développer les capacités qui leur permettront de mieux répondre aux attentes fortes de leurs citoyens. Elles doivent leur permettre de mieux répondre au plus tôt à ces événements, organiser les capacités d’interventions spécialisées, adopter les procédures nécessaires pour répondre à l’urgence et structurer un véritable outil efficace.

Premier programme à dimension régionale sur cette thématique, le projet APCA a ainsi été mis en place sur le Fonds de solidarité prioritaire du ministère des Affaires étrangères, avec un budget d’1,5 millions d’euros. En s’inspirant de l’expertise française dans le domaine de la protection civile, il vise en priorité à aider nos partenaires à moderniser leurs structures d’urgence et améliorer leurs capacités de réponse en matière de protection civile.

Concrètement, le projet APCA proposera un appui à la modernisation des structures de protection civile, et insistera sur le volet formation, en particulier en développant celle de formateurs. Une synergie sera créée avec l’Institut supérieur d’études de protection civile de Ouagadougou (ISEPC), école burkinabé de formation à vocation régionale dont la montée en puissance est soutenue par le ministère des Affaires étrangères français. Cette démarche sera complétée par la réalisation d’un schéma national d’analyse et de couverture des risques dans chaque pays.

Outre les États concernés, ce séminaire regroupera des représentants de l’UMEOA (Union économique et monétaire ouest-africaine) et de l’Union européenne. À terme, l’ensemble des pays de la zone pourrait intégrer ce projet dont la mise en œuvre s’étendra de 2012 à 2015.

Articles dans la rubrique :

Azawad
13/07/15
1
Un jeune touareg de l’Azawad ainsi que deux Amazighs de Meknès ont été arrêtés par la police de la (...)

Lire l'article

19/06/15
1
Les milices gouvernementales maliennes installées à Ménaka depuis le 27 mai ne cessent de (...)

Lire l'article

13/06/15
0
L’Observatoire amazigh des droits et libertés (OADL), basé à Rabat (Tamazgha occidentale), dénonce (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


3 Messages

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.