Accueil > Actualité > La Une > L’autonomie de la Kabylie expliquée à Insi – suite (...)
L'autonomie de la Kabylie expliquée à Insi – suite 1
Entretien imaginé par INSI
samedi 11 juin 2011
par Masin
Insi a rencontré Si Ouahmed Ouelbachir el Ibrahimi, un grand militant kabyle (je ne veux pas dire personne âgée !), à Paris. Ils ont discuté de la situation actuelle en Kabylie. Si Ouahmed Ouelbachir el Ibrahimi défend une Kabylie autonome au sein de l’Algérie arabo-islamique. Voici donc les impressions que notre ami Si Ouahmed Ouelbachir el Ibrahimi a livré à notre ami Insi.

Insi : Ces derniers temps, on a remarqué que certains Autonomistes kabyles parlent plus que le pouvoir algérien de l’unité nationale. Qu’en pensez-vous ?

SOOB : C’est vrai. Mais nous ne défendons pas la même unité nationale. Nous, les Autonomistes, défendons l’unité nationale rêvée par nos ancêtres, en l’occurrence Abane, Krim, Amirouche et d’autres.

Insi : Comme dirait l’autre : "Elle n’est jamais la même, elle n’est jamais une autre."

SOOB : Comment ?

Insi : Je parle de l’eau.

SOOB : De l’eau ? Rien qu’avec le barrage de Oued-Aïssi, nous pourrons subvenir à tous les besoins de notre Pays.

Insi : L’Algérie ?

SOOB : Non, la Kabylie, mais je tiens à rassurer nos compatriotes algériens : nous leur donnerons de l’eau même si nous restons à sec. C’est une question de Nnif.

Insi : Revenons à l’unité nationale.

SOOB : Revenons.

Insi : N’est-ce pas la même unité nationale dont ont rêvé tes proches ancêtres, en l’occurrence Abane, Krim, Amirouche et compagnie, laquelle unité mise en œuvre par le pouvoir algérien ?

SOOB : Pas exactement.

Insi : Où est la différence ?

SOOB : L’unité nationale mise en œuvre par le pouvoir algérien est beaucoup moins nationale. Elle n’intègre pas les Kabyles en tant que peuple dans celle-ci. Après tout, c’est le peuple kabyle qui a arraché l’indépendance de la Kabylie, pardon, de l’Algérie. Voilà pourquoi nous, Kabyles d’aujourd’hui, devons continuer le combat de Cheikh Aheddad et d’el Mokrani,...

Insi : Et de Tarik Ben Ziad...

SOOB : Aussi.

Insi : Et de Dihya et Aksil...

SOOB : Oui. Mais avec ces deux-là, Kahina et Qosayla, il faut être très prudent. Il ne faut pas les utiliser comme symboles de lutte contre l’Islam. Ça risque de choquer nos frères algériens. On peut en parler, mais il faut dire qu’à la fin de leur vie, ces deux héros ont embrassé l’Islam. Mais il est aussi essentiel de continuer leur combat.

Insi : Quel combat ?

SOOB : Le combat de Mouloud Mammeri et de Kateb Yacine.

Insi : Et de Lalla Fadhma n’Soumer…

SOOB : Et de Tahar Djaout et de toutes les familles qui avancent

Insi : Vers le précipice.

SOOB : Comment ?

Insi : Je n’ai rien compris.

SOOB : Tant mieux.

Insi : Beaucoup de Kabyles se demandent de quoi vont-ils vivre demain si la Kabylie venait à accéder à son autonomie. Qu’avez-vous à leur répondre ?

SOOB : Je tiens à les rassurer que la Kabylie autonome aura sa part de pétrole. Le Sahara nous appartient autant qu’il appartient aux autres Algériens.

Insi : Moi, je croyais que le Sahara est plutôt le bien des Touaregs.

SOOB : Non, c’est un bien de notre peuple.

Insi : Le peuple kabyle ?

SOOB : Non, le peuple algérien.

Insi : Alors le Sahara n’est donc pas au peuple touareg ?

SOOB : De toute façon, une chose est sûre : il n’appartient ni aux Mozabites ni aux Chaouis, ni aux Chinois et encore moins au groupe Ichenouiyen. La Kabylie ne peut plus lutter pour les autres Berbères. La Kabylie a beaucoup fait pour les autres. Il est temps maintenant qu’elle s’occupe d’elle-même. Cela dit, je tiens à rassurer nos frères algériens que l’autonomie n’est pas la séparation. Quoiqu’il arrive, nous resterons toujours unis pour le meilleur et pour le pire.

Insi : Surtout pour le pire.

SOOB : Comment ?

Insi : Je parle des mariages forcés.

SOOB : Les Kabyles auront le droit d’épouser des algériens non-Kabyles et vis-versa. On est pour l’ouverture culturelle.

Insi : Attention, dans le mot culturel, il y a cul.

SOOB : C’est vrai qu’il y a parfois des culs-de-sac, mais il faut savoir les dépasser.

Insi : A coups de zoob sans doute.

SOOB : Il ne faut pas dire ça. Les autres algériens risquent d’être choqués par ce mot.

Insi : Pourquoi donc ?

SOOB : Il vont penser que vous faites allusion à Zoubaida, la femme du prophète.

Insi : C’est vrai. Revenons aux Touaregs.

SOOB : Revenons.

Insi : Êtes-vous pour l’Indépendance du peuple Touareg ?

SOOB : Moi, personnellement, en tant que militant autonomiste, je suis contre toute idée de séparation. Je serai donc pour l’option autonomiste, si jamais un jour les Touaregs viennent à demander leur souveraineté.

Insi : Pourquoi le mot séparation vous est allergique à ce point ?

SOOB : La séparation est une épreuve très difficile. C’est comme le divorce. C’est très dur...

Insi : Surtout pour les enfants... que nous sommes !

A Suivre

- L’autonomie de la Kabylie expliquée à Insi (première partie)

Articles dans la rubrique :

La Une
01/11/16
1
La cruauté, l’"inhumanisme", l’humiliation, la répression, l’excès de zèle des tenants du pouvoir, le (...)

Lire l'article

11/10/16
1
Le comité des droits économiques, sociaux et culturels (CESCR) des Nations Unies a rendu public (...)

Lire l'article

30/09/16
2
Tamazgha organise une rencontre-débat autour de la question amazighe en Tunisie, à Paris le (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


11 Messages

  • Pour INSI 11 juin 2011 17:05

    Azul INSI

    Je tiens à vous féliciter pour vos articles, qui me font beaucoup rire et réfléchir.

    Comme vous aviez écrit sur le Match Algérie-Égypte qualificatif pour la coupe du monde 2010, j’aurais souhaité un clin d’œil à la double confrontation Algérie-Maroc de cette année. Et je vous assure qu’il y a de quoi rire, et de quoi faire allusion aux joueurs berbères des deux équipes(kabyles, chleuhs et rifs).

    A vous de jugez Insi

    • Pour INSI 15 juin 2011 13:38, par aman idurar
      azul @l’annonyme du commentaire,si insi continue à etre lu que par des gens comme vous, juste pour rire ,moi je le conseille bien d’arreter d’ecrire parce que il est comparable à celui qui danse pour un aveugle ou à celui qui met du sable sous les fondations. insi ecrit dont le but de vous faire travailler un peu la khachekhoucha dans vos têtes mais remarquez bien que dans le mot khachekhouche,il y a deux mot qui veulent dirent la meme chose khouche.insi doit redoubler d’effort pour influer sur vos caboches. tanemirt
      • Pour INSI 15 juin 2011 22:40, par amazigh2959

        @ aman idurar

        Azul

        Nki nigh "rire et réfléchir". Peut-être devais-je ajouter AGIR. Et agir je compte bien le faire.
        Je ne suis pas un anonyme. C’est la précipitation qui m’a fait oublié d’écrire. En plus vous avec un pseudo, vous restez anonyme . . .

      • Pour INSI 15 juin 2011 23:00, par Akli at Yidir

        Pour moi, le message de celui que le pseudo "aman idurar" appelle "anonyme" est clair. Il le précise lui-même : l’entretien lui a donné à rire et à réfléchir. Le propre de la satire est de passer un message par l’humour. Un texte satirique est par essence un texte qui fait rire...

        Quant à l’anonymat, je pense que tant qu’une personne ne se présente pas par sa véritable identité (et encore, faudrait-il que ça soit la véritable identité), c’est un peu culotté de sa part de reprocher aux autres l’anonymat. Il ne suffit pas que quelqu’un signe "Uccen n tezgi", "Aghyul idurar", "Taghat’ uzaghar", Itri n umalu", Izz’an ugudu", "Amazigh ahr’ur’", etc. Pour reprocher à ceux qui ne mettent rien l’anonymat.

        Akli at Yidir
        (Et même cette signature ne veut rien dire.... qu’est-ce qui peut prouver que je suis "Akli at Yidir" ?)

        • Pour INSI 16 juin 2011 14:04, par aman idurar
          @ akli heureusement que je suis annonyme sinon tu aurais pu prendre un aveckid (fusil) pour tirer sur moi. je sens que je vous ai derangé dans vos rire et de ne pas vous laisser rire à votre guise .j’ai essayé de vous faire passer attessendem cituh allagh n wen. tanemirt
          • Pour INSI 16 juin 2011 14:43, par Akli at Yidir

            Acugher ara dmegh avechkidh ghurek ? Ur lligh ara segwidak agi.
            Le débat ne me fait pas peur et ne me pose aucun problème, bien au contraire.
            T’as exprimé un point de vue et j’ai exprimé le mien.
            J’ai trouvé que ta remarque faite à celui que t’as appelé anonyme injuste et pas réfléchi. Alors que l’anonyme était très claire : il avait bien dit qu’INSi lui a donné à rire et à réfléchir, ce qui est normal e logique lors de la lecture d’une texte satirique. J’insiste qu’un texte satirique doit faire rire... et faire réfléchir (en d’autres termes faire passer un message).
            Et puis ta façon de te présenter en donneur de leçons me dérange un peu. A te lire ; on croirait que toi t’as tout compris et que nous, de notre côté, sommes à côté de la plaque. Tu te propose alors de nous aider à faire travailler nos cervelles... Merci pour ta proposition, mais moi je te suggère de t’aider toi-même avant d’aider les autres...

            Tanemmirt-nnwen ay aman idurar (je suppose que d aman n idurar n Djerdjer !!!)

            Akli at Yidir.

        • Pour INSI 16 juin 2011 14:07, par Ayur

          Azul fellawen,

          Idir qui te dit que ces pseudos "Uccen n tezgi", "Aghyul idurar", "Taghat’ uzaghar", Itri n umalu", Izz’an ugudu", "Amazigh ahr’ur’", sont anonymes ?
          N’est-ce pas les noms proches de la nature et de nos amis les bêtes que nous devrions avoir au lieu de mohamed, dahmane, nordine, salim, rachid... ??????????????????????!!!!!!!!!!!!!!!!

          • Pour INSI 16 juin 2011 14:50, par Akli at Yidir

            Azul,

            Nek d Akli, matchi d Yidir (At Yidir d adrum inu di taddart nnegh).

            Ay Ayur, l’anonymat n’a rien à voir avec la construction des noms et prénoms. J’avais bien dis dans mon message que moi-même, avec Akli at Yidir, rien ne prouve que ce n’est pas anonyme : c’est le problème du virtuel.
            En ce qui me concerne, je préfère m’appeler Izzan uqadus que Mohamed. Et je ne t’ai pas attendu pour cela... Et ton intervention n’a rien à voir avec ce sujet d’anonymat. car tout simplement, même quelqu’un qui signerait Madjid, Chahrazad, Samir, Ramadan, etc. ne veut pas dire qu’il n’est pas anonyme : le même principe s’applique à toutes les signatures. Mais, tu remarqueras que dans mon premier message, j’ai choisi des noms amazighs comme pseudos, car tout simplement dans ma tête les choses sont claires : les patronymes doivent être amazighs et surtout pas tirés d’une langue de colonialisme...

            Akli at Yidir.

  • L’autonomie de la Kabylie expliquée à Insi – suite 1 20 juin 2011 11:18, par La Mécréante !

    « Alors le Sahara n’est donc pas au peuple touareg ? »

    Insi,

    tu poses cette question à un imbécile heureux ! Que veux-tu que te réponde un tel crétin !?

    dans sa connerie de zaouïste-tchadorienne il ignore que :

    1) le Sahara actuel, prétendument ângérien, appartenait en partie aux touaregs et en partie au Maroc avant que la françarabia ne ramasse la mise en s’appropriant le tout via "les possessions française" issues des empires coloniaux.

    2) Le crétin de ton interview ignore que cheikh-de Gaulle, qui ne voulait plus entendre parler de l’ângérie, avait proposé un modus vivendi aux kabyles et aux touaregs, à savoir :

    aux kabyles : leur rendre leur indépendance et revenir à leur situation d’avant 1830. Leur réponse : niet ! on veut être ângériens !

    aux touaregs : idem que pour les kabyles : on redessine la carte comme avant 1830, on vous rend votre sahara, vous redevenez indépendants, on continue à bosser ensemble. Réponse des touaregs : niet ! on veut être ângériens !

    aux marocains : on redessine la carte comme avant 1830, on vous rend la part de sahara qu’on s’est appropriée en 1830 pour l’annexer à "nos possessions françaises" et on continue à bosser ensemble.

    réponse des marocains : niet ! on continue à soutenir le FLN et on verra tout ça entre nous quand vous aurez foutu le camp. On s’arrangera entre "frères"...

    résultat des courses : tous cocus et tous ensevelis dans le trou du cul du monde.

    alors, qui veut pleurer sur le sort de tels imbéciles ? Pas moi en tous cas !

    • L’autonomie de la Kabylie expliquée à Insi – suite 1 20 juin 2011 14:00, par aman idurar
      azul tanemirt massa la mecreante,pour ces quelques verités que vous avez dits mais ça rentre aussi dans la strategie guerriere. quand on sait que le vieux monde est beaucoup geré par diviser pour régner. mais juste une remarque insi ne vous demande pas encore une fois de rire et ni de pleurer d’ailleurs. si d’un coté des gens veulent rire et de l’autre coté des gens veulent pleurer,je ne sais pas à quoi j’assiste à un enterrement oû une fete de mariage. je vais vous ajouter un quatieme point :l’existance d’un emir à l’ouest d’anegerie,peut s’expliquer que cette emir est sous l’autorité d’un roi et le seul roi(echarif) le plus proche est celui du maroc. je ne vois ce que fait le peuple kabyle dans le sahara des toueregs et dans l’emirat marocaine de l’ouest. tanemirt
    • L’autonomie de la Kabylie expliquée à Insi – suite 1 31 juillet 2011 12:56, par Ighemrasen

      Un peu de pragmatisme et de réalisme a massa tamikryunt. Revenir aux frontières de 1830 ou plus exactement aux frontières d’avant 1857 est une nouvelle idée assez osée. Mais il est, il faut le reconnaître, très facile de balancer des idées. Mais concrètement comment réaliser cette idée ? Comment convaincre certains arabophones qui étaient en 1830 totalement kabylophones (algérois, tisemsilt, setifois, jijel, etc.) et qui ne se reconnaissent plus aujourd’hui dans la kabylité ?

      Bref, passons. Discuter et gamberger est une chose. Proposer un projet réalisable et réaliste en est complètement une autre. Sinon, moi, revenir exactement à la configuration géographique et nationale de Taferka ugafa à l’époque d’Agellid Masensen est très bandant. Mais comment faire ? Guerre, paix, asqizeb,...ulac seg-sen akw.

      Quant à notre Insi national, je le trouve marrant et intelligent. Je ne suis pas toujours content quand il ridiculise certaines causes, comme l’autonomie, mais c’est sa liberté et son choix.