Accueil > Actualité > Fil de l’actualité > Le G8 réaffirme que Kadhafi n’a pas d’avenir dans la Libye (...)
Le G8 réaffirme que Kadhafi n'a pas d'avenir dans la Libye libre
par Reuters, le 27 mai 2011
vendredi 27 mai 2011
par Masin
Le G8 a réaffirmé, dans une déclaration approuvée par la Russie au sommet de Deauville, que Mouammar Kadhafi n’avait pas d’avenir dans une Libye démocratique et devait partir.

Dans ce texte obtenu par Reuters, les huit pays demandent l’arrêt immédiat du recours à la force contre des civils par les troupes du régime de Mouammar Kadhafi.

Les chefs d’Etat et de gouvernement américain, russe, canadien, japonais, français, britannique, allemand et italien "prennent note" des actions entreprises depuis la mi-mars par une coalition internationale pour faire appliquer les résolutions 1970 et 1973 du Conseil de sécurité de l’Onu.

"Nous insistons sur la nécessité pour les responsables d’attaques contre des civils de rendre des comptes", lit-on dans la version en anglais de la déclaration finale du G8. "Ces actions criminelles ne resteront pas impunies."

Le G8 salue le travail d’investigation de la Cour pénale internationale et prend acte de l’émission par la CPI, le 16 mai, de trois mandats d’arrêt visant Mouammar Kadhafi, son fils Saïf al Islam et le chef des services de renseignement libyens, Abdoullah al Senoussi, pour crimes contre l’humanité.

"Kadhafi et le gouvernement libyen ont manqué à leur devoir de protection de la population libyenne et ont perdu toute légitimité", ajoute le G8. Mouammar Kadhafi "n’a aucun avenir dans une Libye libre et démocratique. Il doit partir."

Le G8 s’engage à soutenir une transition politique qui reflète la volonté du peuple libyen et réaffirme son attachement à l’unité nationale, l’intégrité territoriale, la souveraineté et l’indépendance de la Libye.

Membre du G8, la Russie a approuvé cette déclaration alors qu’elle s’était abstenue lors du vote de la résolution 1973 autorisant l’instauration d’une zone d’interdiction aérienne en Libye et qu’elle a critiqué les opérations de la coalition menée par la France, le Royaume Uni et les Etats-Unis dans ce pays.

Alliés de longue date de Damas, les dirigeants russes semblent en revanche avoir obtenu un adoucissement du projet de déclaration finale à propos de la Syrie.

Le G8 demande au gouvernement syrien de cesser "immédiatement" l’usage de la force et de l’intimidation contre son peuple et de répondre "à ses demandes légitimes de liberté d’expression, de droits universels et à ses aspirations". Il réclame la libération de tous les prisonniers politiques.

Mais la déclaration ne mentionne pas la menace, présente dans un état antérieur du texte, d’une saisie du Conseil de sécurité de l’Onu si la Syrie n’obtempère pas.

Reuters






Fil de l’actualité sur Tamazgha.fr
Suivre l’actualité en Libye







Articles dans la rubrique :

Fil de l'actualité
27/08/13
0
La Fédération Régions et Peuples solidaires (R&PS), qui regroupe des partis autonomistes de (...)

Lire l'article

18/08/13
0
Tripoli, 18 August 2013 - Special Representative of the Secretary-General for Libya, Tarek (...)

Lire l'article

03/03/12
0
Genève / Niamey (CICR) – Agissant en qualité d’intermédiaire neutre, le Comité international de la (...)

Lire l'article


Rejoignez nous