Accueil > Annonces top site 2 > BIYA > Mise au point du MNLA concernant le mouvement (...)
Mise au point du MNLA concernant le mouvement djihadiste Ansar Edine
lundi 19 mars 2012
par Masin
Dans un communiqué, daté du 18 mars 2012, le chargé de communication du MNLA, Mossa ag Attaher, dénonce l’instrumentalisation faite par l’Etat malien et ses relais pour semer la confusion entre le combat du MNLA pour la libération de l’Azawad et le mouvement djihadiste Ansar Edine dirigé par Iyad Ghali, un ex-dirigeant d’un mouvement touareg des années 90.
Le but étant bien entendu de créer l’amalgame afin de conforter l’idée que le Mali et ses relais font circuler depuis le début du conflit de l’Azawad laissant entendre que le MNLA est lié à l’AQMI.
Ci-après le communiqué du MNLA.

a Rédaction.




Communique de presse

Le Mouvement National pour la libération de l’Azawad poursuit un objectif indépendantiste clair et sans ambiguïté. Cet objectif a été annoncé de façon transparente dès les premières heures de sa création. La lutte armée n’est pas un objectif en soi mais un moyen pour se faire entendre faute d’accord pacifique avec l’occupant sur les modalités concrètes de cette indépendance.

Comme l’atteste la vidéo qui a largement circulé, le mouvement Ansar Edine se réclame du Mali avec comme objectif l’instauration de la charia au Mali et non pas seulement dans l’Azawad.

Il faudra rappeler que le nom Ansar Edine n’est pas fortuit. Cette association créée en 1983 à Bamako et qui compte les non moins bien célèbres salafistes Cherif Ousmane Haidara et Mohamed Dicko, tous deux bien connus pour avoir planifié la mort du code de la famille au Mali et déclaré publiquement leur engagement politique à influer les résultats des élections présidentielles à venir au Mali, ont certainement trouvé des oreilles attentives pour œuvrer dans le même sens sur le territoire de l’Azawad, espérant l’effet domino qui consiste à perturber les élections présidentielles en se positionnant comme recours ultime en tant que médiateurs tout en permettant au président Amadou Toumani Touré de garder la main en fin de mandat sur l’avenir du pays sous quelque forme que ce soit.

Le MNLA dans ses objectifs de libération de l’Azawad ne poursuit nullement cet objectif et ne se préoccupe pas du climat politique malien qui ne concerne pas le peuple de l’Azawad.

A ce titre, il est évident que le MNLA ne peut souscrire dans une lutte qui n’est pas la sienne et qui concerne exclusivement le cadre malien.

Les tentatives d’amalgames orchestré par le pouvoir de Bamako et ses acolytes, les manigances et les montages grossiers ont cette limite que la communauté internationale, notamment la France et les Etats Unis auxquelles ils sont destinés, connaissent parfaitement mieux que l’Etat malien lui-même la réalité et les acteurs, vu qu’elles lui fournissent souvent des renseignements dont il ne dispose pas.

Les milliards d’aide militaire destinés à engraisser les comptes bancaires des états-majors militaires avec le double langage préfabriqué dans le combat anti-AQMI et le mensonge d’Etat depuis plusieurs années ne peuvent aujourd’hui continuer de façon crédible.

Le MNLA poursuivra sa lutte pour l’indépendance de l’Azawad et uniquement l’indépendance quelques soient les embuches et les coups tordus destinés à semer le doute et la méfiance envers la légitimité de ce combat.

Vive l’Azawad libre, vive le peuple de l’Azawad !

Paris, le 18 Mars 2012

Mossa Ag Attaher
Chargé de communication


Articles dans la rubrique :

BIYA
11/11/16
0
Après une semaine de répit, mais aussi de travail, la rue a été de nouveau investie à Biya (...)

Lire l'article

11/11/16
0
Deux semaines après le cruel assassina de Mohcine Fekri à Biya (Housayma) sur ordre d’un officier (...)

Lire l'article

07/11/16
0
Quelques milliers de manifestants ont manifesté dimanche 6 novembre 2016 à Rabat en solidarité (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


2 Messages

  • Les touaregs habitent de vastes régions désertiques, qu’il ne peut être question de mettre en valeur d’une façon immédiate, le but à atteindre doit être de les administrer de la façon la plus économique avec justice et sans tracasseries administratives inutiles. Il n’ya pas a s’immiscer dans le règlement intérieur des tribus. Bon nombre d’entre vous conservaient une préférence inavouée pour les touaregs qui étaient demeuré dans leur genre de vie, leur métier, leur habillement, leur système de valeur, et donc pour nous différente des africains de Maliens du sud que nous sommes : des noirs et les touaregs des blancs. Il est admis que les touaregs font partie du groupe berbère. Car le seul fait indéniable est qu’ils sont berbérophone, et que leur langue appartient au même groupe linguistique que les kabyles les chleuhs et autres. L’élément fondamental de leur identité est tamajaq. Leur langue axée central de leur société. Les touaregs se batte uniquement pour garder leurs langues car s’ils gardent la langue, il garde leur différence car rien ne diffère d’un peuple d’un autre que la langue. Alors dans la rebellions au Mali et au Niger c’est uniquement les touaregs qui se lèvent. Il identifie leur communauté à la langue. Comment une seule communauté se réclame d’une société qu’il ne sauvegarde pas. L’azawad est une étendue géographique où vivent : Bambara, peulh soninké maures et touaregs (blanc) car il n’y a pas de touaregs noirs. Si les touaregs sont des berbères. Quand sont ils arrivés au Sahara ? Ils se sont refugiés au fonds du désert, au moment des invasions arabes .Cette théorie est plausible. L’ensemble touaregs s’est constitué par l’arrivée du Maghreb et en particulier de cyrénaïque de groupes chassés par l’invasion arabes qui repoussèrent et souvent assimilèrent les populations. Par vagues successives se chassant les unes des autres des groupes touaregs s’avancèrent vers le sud en faisant étapes dans les montagnes sahariennes de l’adar des ifoghas. Avant leurs entrés dans les plaines peuplés et cultivées par des Noirs sudistes .Ses touaregs étaient armées iles conquièrent par force de nombreuses populations Noires qu’ils assimilèrent rapidement en leur faisant perdre leurs culture leur langues et le souvenir de leur origine : C’est ceux là que vous appelé touaregs Noirs comme Mossa ag attaher et ag assarid qui sont noirs mais les ascendants ont perdu leur langue, leur culture au profit des touaregs. Ibrahim sada. Gembloux Belgique. mail : tourei2002 hotmail.com
  • J’aimerai comprendre le silence du porte parole !?!

    Ca commence à m’inquieter.