Accueil > Annonces top site 2 > Azawad > Mise au point sur la situation à Gao
Mise au point sur la situation à Gao
jeudi 28 juin 2012
par Masin

Aujourd’hui, l’AFP, reprise en boucle par un certain nombre de médias occidentaux, maliens et algériens, annonçait que le "MUJAO avait occupé le QG du MNLA". Ils annonçaient que le MNLA avait subit une sérieuse défaite face au MUJAO et que Les combattants du MNLA "ont fui, d’autres ont été tués, d’autres arrêtés". Il convient de préciser que :

- le QG du CTEA était occupé par des civils et non des militaires, le QG militaire du MNLA se trouve au camps militaire 1 et non au siège du gouvernorat ;

- les victimes ne se comptent pas uniquement dans les rangs du MNLA mais nous nous abstiendrons de faire de décomptes macabres. L’avenir proche rétablira les fait ;

- les islamistes du MUJAO ont reçu le renfort de plusieurs unités de l’AQMI dont l’un des chefs a été abattu aujourd’hui par les combattants du MNLA. Nous confirmerons ultérieurement l’identité du terroriste abattu ;

- les combattants du MNLA qui avaient la charge de protéger le QG ont tenté d’éviter au maximum l’usage des armes lourdes en raison de la localisation en plein centre ville du QG ;

- les combattants du MNLA arrivés du camps militaire 1, zone aéroportuaire, ont tenté de déplacer les combats à l’extérieur de la ville mais les djihadistes du MUJAO ont ouvert le feu dans les rues, exposant ainsi les populations et poussant le MNLA à se replier dans le camps militaire toujours occupé par les combattants du MNLA, contrairement aux affirmations de l’AFP qui annonçait "la fuite des combattants du MNLA".


Par ailleurs, il y a également lieu de préciser que les forces en présence dans l’Azawad ne se limitent pas à la seule présence physique des groupes armés, il y a aussi et surtout tout le soutien logistique, financier et médiatique de certaines puissances étrangères qui appuient sans réserve les groupes islamistes opérant dans notre territoire tout en dénigrant outrageusement le seul mouvement démocratique du pays.

Où est cette communauté internationale qui n’a eu de cesse d’exiger du MNLA qu’il "précise" sa position vis à vis de l’islamisme et pour certain de "mener le combat contre les islamistes" ?

Quel soutien apporte-t-elle au MNLA dans cette nouvelle guerre que nous sommes en train de mener contre les narco-terroristes du MUJAO ?

Où est la presse internationale sensée promouvoir la liberté et la démocratie ?

Où sont donc tous les donneurs de leçons ?

Avec ou sans l’aide de la communauté internationale, le MNLA combattra jusqu’au bout les ennemis de l’Azawad et n’abandonnera jamais le combat qu’il a entrepris de mener pour la liberté du peuple de l’Azawad.

En ce moment une partie des unités du MNLA, stationnées aux frontières de l’Azawad, reviennent à l’intérieur du territoire pour achever de débarrasser la ville de Gao des groupes islamistes du MUJAO qui terrorisent la population. C’est une nouvelle phase de cette guerre que les ennemis de notre peuple nous imposent. Nous l’affronterons avec courage et détermination et nous appelons l’ensemble des peuples frères et amis à nous soutenir massivement par tous les moyens dont ils disposent.

Gloire à nos martyrs d’hier et d’aujourd’hui.

Vive l’Azawad libre et démocratique.


Mossa Ag Attaher,
Chargé de communication du MNLA.


Paris, le 28 juin 2012

Articles dans la rubrique :

Azawad
13/07/15
1
Un jeune touareg de l’Azawad ainsi que deux Amazighs de Meknès ont été arrêtés par la police de la (...)

Lire l'article

19/06/15
1
Les milices gouvernementales maliennes installées à Ménaka depuis le 27 mai ne cessent de (...)

Lire l'article

13/06/15
0
L’Observatoire amazigh des droits et libertés (OADL), basé à Rabat (Tamazgha occidentale), dénonce (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


7 Messages

  • Mise au point sur la situation à Gao 28 juin 2012 11:50, par lurcher

    Le MNLA n’est pas entrain de se battre contre Anser merde l’Islamiste au fouet, mais aussi les deux autres MUJAO / AQMI plus atroce que le premier.
    Ces trois organisations terroristes Anser Dine / MUJAO / AQMI sont que des fabrications bien orchestees par les Arabes,les Negros et les Occidents qui ont des interets dans la region.
    Ou est la communaute internationale qui ne cesse de precher la Liberte droit humain ext....Qu’el choix est donne aux AZAWADis ? La communaute internationale est t’elle entrain de forcer le MNLA a joindre et se lier aux Islamistes MUJAO,Anser merde et AQMI ?
    C’est quoi tout cela ? des delegations terroristes qui se rendent librement de pays en pays << Ces pays qui se disent entrain de combattre le terrorisme >>.
    On a pas besoin d’etre malin pour de deviner qe les Anser Dine, MUJAO, AQMI sont mis en place par les nations ennemies de l’AZAWAD libre pour combattre le MNLA, creer desordres et tragedies pour jusifier une intervention / invasion etrangere.

    Des nations Arabes soutenues par l’Occident qui recoivent chez eux des organisations terroristes avec tapis rouges et l’aide financier.

    Les attaques du Mujao visent, à l’évidence, à remettre en cause le statut et place du MNLA, à Gao. Il faudra attendre les prises de positions publiques d’Ançar Eddine pour se faire une idée plus correcte des tenants et aboutissants de la « bataille de Gao ». Cet accès de fièvre guerrière à Gao intervient au lendemain de déclarations relativement optimistes d’officiels algériens sur la situation des sept Algériens détenus par le Mujao. Le ministre des Affaires maghrébines et africaines Abdelkader Messahel a déclaré que les « otages se portent bien » en ajoutant qu’il ne pouvait en dire davantage. « C’est une question très sensible qui requiert la discrétion, gage d’efficacité ». Des informations ont fait état, ces derniers jours, de la présence d’une délégation d’Ançar Eddine en Algérie. « Notre délégation se trouve actuellement en Algérie pour des discussions avec les autorités. Pour avoir la paix, il faut aller partout. Nous pensons aller en Mauritanie et même au Qatar, si c’est nécessaire », a affirmé Laabasa Ag Intallah, un des porte-parole de ce groupe armé. Ces discussions ne constituent pas une surprise. C’était objectivement la seule voie à prendre pour essayer de récupérer les otages et le vrai levier de pression. D’où l’intérêt de connaître la position d’Ançar Eddine dans la bataille de Gao.

    Voir en ligne : Mise au point sur la situation a Gao

    repondre message

  • Mise au point sur la situation à Gao 28 juin 2012 12:13, par La Mecreante !

    dans cette affaire c’est la France et l’Algérie qui viennent de se tirer une balle dans les pattes.

    ce sont ces deux salopes qui tirent les ficelles de la marionnette aqmi.

    ces deux salopes ne veulent pas engager leurs troupes. elles ont choisi de "sous-traiter" la tuerie des berbères laïcs (touaregs et kabyles).

    lorsque leurs plans auront abouti, lorsque toute l’Afrique du Nord, de l’Est, de l’Ouest et centrale, seront pourries d’égorgeurs mahométans,
    les deux salopes seront frappées à mort à la tête et au coeur !

    Y viva la muerte ! (pour la poignée de resistants...)

    repondre message

  • Tous les grands chanteurs kabyles ou Amazighs et autres chanteurs amis de l’Azawad de par le monde devraient organiser des concerts pour aider le MNLA et le peuple de l’Azawad.

    En France par exemple, Takfarinas, Idir, Ait Menguelette, Allaoua etc peuvent a eux seuls remplir de monde les gradins du stade de St-Denis, France.

    Il est temps que les peuples exercent leur volonté en tirant la chasse sur leurs gouvernements hypocrites, inhumains et criminels ! Les peuples peuvent et doivent s’aider entre-eux !

    Vive l’Azawad libre et heureux ! Vive le MNLA !!!!!!!

    repondre message

    • " Le ministre des Affaires maghrébines et africaines Abdelkader Messahel a déclaré que les « otages se portent bien » en ajoutant qu’il ne pouvait en dire davantage."

      CROIRE LE POUVOIR MAFFIEUX ALGERIEN, C’EST COMME CROIRE A Allah usurpé AUX PAÏENS POUR JUSTIFIER LES MASSACRES.

      AVEC CETTE FAMILLE ARAOISLAMIQUE DIABOLIQUE POINT DE CONFIANCE.

      COMME VOUS LE SAVEZ LES PSEUDO OTAGES NE SONT EN FINALE QUE DES ELEMENTS INTRODUITS DANS LES RANGS DES ISLAMSITES POUR MENER BATAILLE AUX TOUAREGS LAÏCS SOUS COUVERT DE CES OFFICINES..CELA DOIT VOUS FAIRE PENSEZ AUX TACTITES EMPLOY2ES CONTRE NOS HEROS MORTS JUSTEMENT PAR TRAHISON ET NAÏVETE. INFILTRE LE MNLA POUR FAIRE CAPOTER SON PROJET TOUS LES MOYENS SONT BONS.

      POUR MA PART, L’ASSOCIATION DE MALFAITERUS FRANCO-ARABIQUES A TOUT CE QUI EST AMAZGH ET KABYLE N’EST PLUS A DEMONTRER .il suffIt de voir l’omerta ET LE DENI QUI LES FRAPPENT EN PLUS D’ETRE CONFONDU SCIEMMENT AVEC LES ARABES.

      TOUTE MA SOLIDARITE AVEC LES TOUAREGS...

      repondre message

    • - « Takfarinas, Idir, Ait Menguelette, Allaoua etc peuvent a eux seuls remplir de monde les gradins du stade de St-Denis, France. »

      ne rêve pas trop... Ces arabistes (Idir excepté) vous prennent du pognon pour leur gueule et point final ! C’est à qui lèchera le plus le cul de Boutef ! La Kabylie ? ils ne savent même pas où elle se trouve !... Et tu voudrais q’ils s’émeuvent pour les touaregs !?...

      toute la bande que tu cites + ceux qui les écoutent et vont à leurs concerts, je les mets dans le même tonneau arabo-arabiste.

      repondre message

  • Mise au point sur la situation à Gao 28 juin 2012 21:56, par Timunent i Azawad

    Le MAK-GPK peut solliciter des dons pour le MNLA chez les grands industriels kabyles tels que Rebrab par exemple !

    Si Rebrab accepte de faire un don d’un a deux million(s) de dollars pour le MNLA, toute Tamazgha sera si fière et heureuse que ses propres enfants ont enfin appris a se défendre par eux-mêmes !

    Vive l’Azawad libre !!!!!!!! Vive Tamazgha libre !!!!!!!!

    repondre message

  • Mise au point sur la situation à Gao 28 juin 2012 22:36, par Timunent i Azawad

    L’alliance terroriste franco-arabe contre les peuples amazighs remonte au 8eme siècle

    Comme les colons arabes ou arabo-musulmans dont l’identité ethnique, culturelle et civilisationnelle a toujours et depuis le début été TERRORISTE savaient très bien qu’ils ne pouvaient pas imposer éternellement leurs diktats sataniques et tyranniques aux redoutables peuples amazighs, ils se sont alliés a la France terroriste pour détruire les peuples amazighs et faire de notre Tamazgha une colonie Franco-arabe.

    Ci-dessous un article qui traite de cette alliance terroriste franco-arabe contre les peuples amazighs qui perdure depuis le 8eme siècle :

    Berbères : L’ombre des revenants

    L’affaire est d’importance, et elle n’est pas facile à traiter.

    D’abord, elle remonte loin. Ensuite, les personnages impliqués ont dominé l’Histoire. Enfin, les victimes n’ont, jusqu’à maintenant, pas eu droit à la parole.

    Pour une fois, attaquons le problème en commençant par la fin. Il s’agit d’une partie du patrimoine berbère et il se trouve que des pages de l’Histoire des Berbères ont été éparpillées aux quatre vents de la planète par ceux que cela arrangeait dans leurs affaires. De ce fait, pas de livre de l’Histoire des Berbères, pas de comptes à rendre à la postérité. Mais il arrive que des retournements se produisent dans le cours des évènements et, dans ce cas, la réalité reprend ses droits. Aujourd’hui, les enfants de la postérité demandent des comptes et il convient de rouvrir le dossier escamoté, mais qui a réellement existé. II convient de reconstituer un par un les éléments se rapportant à la mémoire du peuple berbère. Allonsy doucement.

    Du IIè siècle au VIè siècle, l’Eglise Chrétienne était principalement installée à Carthage. Elle rayonnait sur le monde occidental avec un prestige et une domination incontestables. Cette église chrétienne d’Afrique du Nord était essentiellement composée, dans ses adeptes, et constituée dans sa hiérarchie, par des Berbères. Ses martyrs, sous le joug des Romains, se sont comptés par milliers et la plupart des noms de ces martyrs chrétiens berbères, reconnus comme Saints. Les dépouilles des intéressés ont été ensevelies soit sur les lieux du martyr, soit dans des cryptes ou des chapelles citées par les martyrologes romains, soit mêlées à d’autres Berbères anonymes persécutés en nombre.

    Toujours est-il que ces Berbères reposaient en terre de Berbérie. Et voilà qu’en fin duVIIIè et au début du IXè siècle, sans que l’Histoire ne nous précise si l’événement a précédé ou suivi son fameux sacre de l’an 800, Charlemagne, puisque c’est de lui qu’il s’agit, Empereur et maître du monde occidental chrétien, a décidé de regrouper à Rome les restes des dépouilles de ces hauts personnages de la chrétienté. La motivation principale était que les reliques convoitées reposaient en terre d’infidèles puisque l’Afrique du Nord avait été, entre-temps, conquise et occupée par les arabo-musulmans.

    Pour réaliser son projet et mener à bien son entreprise, Charlemagne, l’occidental, noua des relations avec son homologue oriental, le maître de ce monde d’occupation arabo-islamique, dénommé Haroun-Ar-Rachid.

    Des tractations se sont engagées de part et d’autre pour aboutir à des échanges divers. On ne sait pas exactement ce que l’Empereur à la barbe fleurie a proposé et donné en échange au potentat des mille et une nuits, mais il a obtenu de son nouvel affidé le transfert en terre d’Europe des restes des corps des Saints chrétiens berbères martyrisés par le pouvoir de Rome en Afrique. Et voilà comment Carthage a été pillée par raison de religions, et l’Afrique du Nord détroussée de ce qui fait les témoins de sa mémoire.

    Afin d’élaborer un dossier approprié et suffisamment conséquent sur cette affaire, il faudrait résoudre quatre problèmes : 1 - Reconstituer la liste exacte des personnages historiques dont l’Afrique, en général, et l’Afrique du Nord, en particulier, ont été dépossédées ; 2 - Enquêter de façon approfondie et circonstanciée sur les reliques de nos compatriotes afin de les retrouver ; 3 - Etudier les suites à donner à ce préjudice de patrimoine ; 4 - Lever cette chape de silence quia étouffé la vérité sur les origines et les racines des victimes de cette profanation.

    Cette quête pour la réhabilitation de ce qui fait la mémoire de notre peuple introduit quatre questions : A - Charlemagne, serait-il un voleur d’âmes au préjudice des Africains ? B - Haroun-ar-Rachid serait-il son complice sur le dos des Berbères ? C- L’Eglise, serait-elle disposée à reconnaître cette vérité historique ? D - Les Berbères, seraient-ils prêts à réintégrer cette page dans le livre de l’Histoire de la civilisation de leurs ancêtres ?

    Cette recherche ressemble fort, toutes proportions gardées, à celle de ce mouvement italien désireux de récupérer la dépouille de Saint-Benoit, paraît-il déterrée du Mont Cassin où elle reposait en Italie, par un religieux français, nommé Aygulf, et ramenée en France, pour être déposée au couvent des Bénédictins, à Saint Benoit sur Loire. Nous avons appris cette affaire à Cassino, pendant la campagne d’Italie, où nous étions, au cours de la 2ème guerre mondiale. Quant à Aygulf lui-même, il semblerait qu’il ait eu de nombreux démêlés avec plusieurs de ses confrères, aussi bien sur les bords de la Loire qu’en Méditerranée, et que sa derrière mésaventure lui a coûté la tête, par décapitation, attribuée à une sombre affaire de piraterie.

    Par un curieux hasard, le siège de A.B.C.D. est aujourd’hui situé à Saint Aygulf. Mais ce n’est là qu’une simple coïncidence. Nous ne savons pas ce qu’est devenu le mouvement italien concerné par le geste du moine Aygulf, surtout depuis qu’il a été question de consacrer Saint Benoît comme Saint patron de l’Europe mais, pour ce qui nous intéresse, le geste du tandem Charlemagne /Haroun-Ar-Rachid nous interpelle. Ce serait une aeuvre de simple justice que de faire la lumière et proclamer la vérité sur cet épisode appartenant à l’Histoire de la civilisation des Berbères.

    Juste à titre de respect des réalités historiques.

    Wynna Nat-Iraten

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.