Accueil > Annonce top site > Oppression en Kabylie : arrestation du président du MAK (...)
Oppression en Kabylie : arrestation du président du MAK !
dimanche 10 mars 2013
par Masin
Les autorités algériennes, véritables autorités coloniales, ne cessent de verser dans l’humiliation de la Kabylie. Le président du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK), Bouaziz Aït Chebib, est arrêté ce dimanche 10 mars 2013 peu de temps avant le rendez-vous prévu du rassemblement auquel a appelé le mouvement autonomiste à Tizi-Ouzou devant l’Ancienne mairie. Au moment où nous rédigeons cette dépêche, nous apprenons que d’autres militants auraient été également arrêtés.


Bouaziz Aït-Chebib


Le MAK a appelé à un rassemblement devant l’Ancienne mairie à Tizi-Ouzou le 10 mars 2013 à 10h. C’est dans le cadre de la célébration du vingt-troisième anniversaire du Printemps berbère (ou du Printemps kabyle dirait le MAK). En effet, c’est le 10 mars 1980 que la conférence de Mouloud Mammeri sur la Poésie kabyle ancienne qui devait avoir lieu à l’Université de Tizi-Ouzou fut "interdite" par les autorités algériennes. Et c’est suite à cela qu’un mouvement de protestation a pris forme au sein de la communauté universitaire de Tizi-Ouzou qui a très vite débouché sur un bras de fer entre les étudiants et les autorités algériennes qui ne voulaient rien lâcher. Le bras de fer s’est soldé par une intervention des forces militaires et policières algériennes dans l’enceinte universitaire dans la nuit du 19 au 20 avril 1980, ce qui a conduit à l’embrasement de la Kabylie. Ainsi est né ce qui est resté dans l’Histoire comme "Le Printemps berbère" ou "Tafsut Imazighen".

Ce n’est pas la première fois que les autorités algériennes interdisent des manifestations publiques qui portent sur la Kabylie ou la question amazighe. En janvier dernier, à l’occasion de Yennayer, nouvel an amzigh, et toujours à Tizi-Ouzou, la police algérienne avait empêché le MAK, toujours lui, de marcher dans les rues de la ville kabyle.

Tout en interdisant des actions auxquelles appellent le MAK, les autorités algériennes, par le biais de leurs relais en Kabylie, à l’instar des dirigeants de la Maison de la culture de Tizi-Ouzou, organisent des festivités autour de thèmes qui se rapportent à la question amazighe.

Il est clair que l’État algérien s’inscrit dans la provocation et l’humiliation permanentes vis-à-vis de la Kabylie. Et de telles provocations ne sont-elles le présage d’un énième plan machiavélique que les voyous d’Alger préparent pour la Kabylie ?

La Rédaction.

Articles dans la rubrique :

Annonce top site
16/07/16
0
Nous avons appris, avec tristesse, le décès du poète-écrivain rifain Ahmed Ziani, à Mellila le (...)

Lire l'article

21/02/16
0
Le 17 mai 2015, le tribunal de Ouarzazat a condamné trois militants arrêtés lors de manifestations (...)

Lire l'article

31/01/16
0
Nous publions ci-après le communiqué de l’Observatoire amazighs des droits et eds libertés (OADL) (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


2 Messages

  • Oppression en Kabylie : arrestation du président du MAK ! 10 mars 2013 15:10, par akli ighil ouis
    azul di tazawara tanemmirt i yimeghnasen iqbayliyen id iheggan anejmu3a ;ad asinigh i mass AT CHEBIB dwatmaten-is aqlagh yidwen,ad tidir tmurt n yiqbayliyen di talwit d timanit....gher zdat ay atmaten,timanit d asirem angaru n YIQBAYLIYEN...tanemmirt-ik a mass FERKAL AMEGHNAS ghef leqdic-ik,ASS-A AZEKKA L MAK YELLA YELLA,ighil ouis ass 10 meghres 2013 ghef 15:00

    repondre message

  • Azul, nnighawen yal tikkelt amakken imir id yennulfa u3ekkaz agi inerwa akken nella, dacu ma zemregh ad inigh kan dacu ttwaligh di taluft agi ; ihi araju agi anettraju yal wa di tghummert -is acku ur thuz ara tyita srid agh tedru aminna yurgan yufad tacekkart n yedrimen teqqers as dgha imedlitt asmi d yuki tafrara yufad adad-is deffires .

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.