Accueil > Actualité > Brèves > Rassemblement en mémoire d’Améziane Mehenni
Rassemblement en mémoire d'Améziane Mehenni
Dimanche 15 juin 2008 à 14h30 à Paris
jeudi 12 juin 2008
par Masin
Comme tous les ans, depuis 2005, l’Association Kabylie et Mémoire Améziane Mehenni (AKMAM) appelle à un rassemblement sur les lieux où a été assassiné Ameziane Mehenni, fils de Ferhat Mehenni, le 19 juin 2004. A cette occasion, l’AKMAM demande à ce que l’enquête sur cet assassinat puisse aller jusqu’à son terme. Rendez-vous donc le dimanche 15 juin à 14h30 face au 100, boulevard de Clichy à Paris (Métro : Blanche).

Ci-après l’appel de l’AKMAM.

La Rédaction



[|

Association Kabylie et Mémoire Ameziane Mehenni


AKMAM


2Assassinat d’Ameziane Mehenni2
Quatre ans de non-enquête|]


Le 19 juin 2004, vers 1h 45, Améziane Mehenni, fils aîné du leader autonomiste kabyle, est mortellement poignardé par deux personnes sur le terre-plein à hauteur du 100 boulevard Clichy à Paris.

Dès le premier jour, l’enquête diligentée à cet effet est mise sur une voie de garage. En décidant, délibérément, d’écarter la piste politique pour ne pas gêner les amis de la France susceptibles d’être impliqués dans ce crime, l’équipe responsable des investigations au Quai des Orfèvres a permis que les indices et autres preuves puissent s’évaporer avec le temps. Quatre ans plus tard, le résultat en est que les assassins courent toujours et leurs commanditaires politico-militaires sont probablement en train de programmer dans l’ombre d’autres crimes pour, comme c’est dans leurs coutumes, se venger ou se débarrasser des opposants qui leur posent problème.

Il y a deux ans, Ferhat Mehenni, père de la victime, adressait une lettre ouverte à M. Jacques Chirac, alors Président de la République française, dans laquelle il lui demandait de relancer l’enquête depuis le début. Elle est confiée depuis bientôt deux ans à une nouvelle équipe sur laquelle nous fondons beaucoup d’espoirs d’aboutir pour mettre en échec la volonté de classer sans suite le dossier, comme cela a déjà été proposé à la famille au bout d’un an de recherches "infructueuses". Nous refusons le naufrage de cette enquête en dépit d’une certaine hiérarchie politique française complexée devant le régime sans scrupules d’Alger. Nous sommes conscients des limites de l’indépendance de la justice dans un pays où la raison d’État met toujours le couvercle sur les assassinats politiques commis sur son territoire. L’affaire Mecili, à laquelle pourrait ressembler, en plus sophistiquée, celle d’Améziane Mehenni, est là pour nous le démontrer.

Refusant de se taire devant cet état de fait, l’Association Kabylie et Mémoire Améziane Mehenni (AKMAM) invite toutes les organisations démocratiques à soutenir la quête et l’exigence de vérité dans cette affaire qui, non aboutie, ternit l’image de la France.

Un rassemblement sur les lieux du crime (100 Boulevard Clichy, Métro Blanche à Paris) aura lieu le 15 juin 2008 à 14h 30 pour :
1) demander que l’enquête puisse aller jusqu’à son terme et que justice passe,
2) dénoncer de nouveau cet assassinat et tous les crimes politiques commis en France, en Algérie et à travers le monde.

Articles dans la rubrique :

Brèves
24/01/12
0
Le chanteur compositeur kabyle, Chérif Kheddam, est décédé, à l’âge de 85 ans, à Paris des suites (...)

Lire l'article

07/05/11
0
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Paulette Galand-Pernet à (...)

Lire l'article

02/02/11
1
Huit jours après le dernier acte de vandalisme ayant visé le drapeau amazigh qui flotte sur la (...)

Lire l'article


Rejoignez nous