Accueil > Dossiers et documents > AFRIN > Si rien n’est fait, Afrin sera pire que Ghouta
Si rien n'est fait, Afrin sera pire que Ghouta
samedi 10 mars 2018
par Masin
Nous reprenons ici un article de Jérémy André‏, un journaliste français de retour de la Syrie et qui s’est rendu récemment à Afrin, publié dans "Kurdistan au Féminin".
Le journaliste tire la sonnette d’alarme sur les crimes commis par l’armée turque et ses alliés jihadistes dans la région kurde d’Afrin. Il pense que si rien n’est fait pour stopper la folie meurtrière d’Erdogan, le monde assistera à un bain de sang pire que celui de la Ghouta.

La Rédaction.


<



De retour à Paris, après un long périple. Je reviens d’Afrin, enclave kurde au Nord-Ouest de la Syrie où la Turquie et des milices islamistes s’apprêtent à commettre un bain de sang. Moins de morts qu’à la Goutha pour l’instant, mais bientôt, si rien n’est fait, Afrin sera pire.

Pire d’abord parce qu’Afrin est plus peuplé. 900 mille personnes y vivent, dont 400 mille déplacés. Ils n’ont nulle part où aller. Pas question de fuir vers l’ennemi, la Turquie ou les zones "rebelles" islamistes. Ni vers le régime qui arrêterait les hommes pour les enrôler de force.

Pire parce que les assaillants d’Afrin sont des groupes radicaux ultra-violents, qui commettent déjà des actes de nettoyage ethnique (destructions de temples yézidis, déplacements forcés...), et veulent détruire tous les progrès politiques et sociaux (égalité H/F...) du Rojava.

Pire aussi parce que la population d’Afrin soutient indéfectiblement les YPG, le PYD et le projet de Fédération du Rojava. Les enfants, les femmes, les vieillards se battront, ils n’abandonneront pas leurs terres. Il n’y aura pas d’évacuation humanitaire.

Pire enfin parce qu’il y a une faillite complète des médias internationaux à couvrir le conflit de manière équilibrée. L’enclave d’Afrin est très difficile d’accès. Les chaînes d’info servent la soupe au camp turc, en suivant ses opérations de communication.

Dans les cas d’Alep, d’Idlib, de la Ghouta, mais aussi de Raqqa et Mossoul, les télés n’ont jamais eu aucun scrupule à employer des vidéos de journalistes locaux ou d’activistes - même de Daesh ! Pourquoi ne montrent-elles pas déjà les frappes turques à Afrin alors ?

A Afrin, le camp turc est en train de fabriquer un récit calqué sur les batailles de Mossoul et de Raqqa. Comme si éliminer les YPG et le PKK du Rojava équivalait à éliminer Daesh et son califat. Les journalistes doivent démonter cette propagande grossière.
Jérémy André‏, journaliste francais de retour de la Syrie, était à Afrin récemment.

Un article paru dans "Kurdistan au Féminin

Articles dans la rubrique :

AFRIN
21/04/18
0
Nous publions ci-après le bulletin hebdomadaire de la situation à Afrin entre les 13 et 19 avril (...)

Lire l'article

11/03/18
0
Jean-Luc Mélenchon a réagi, à travers une vidéo, ce samedi 10 mars pour dénoncer l’invasion turque (...)

Lire l'article

01/03/18
0
Nous l’avions signalé dans un précédent article, Salih Müslim, dirigeant politique kurde, a été (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.