Accueil > Culture > Agenda (concerts, colloques, confèrences,...) > Teshumara : les guitares de la rébellion touarègue
Teshumara : les guitares de la rébellion touarègue
Projection-débat, le venderdi 30 novembre à 19h30 à Paris
vendredi 23 novembre 2012
par Masin
Face à la campagne anti-Azawad et anti-MNLA que mènent certains médias, avec un traitement tellement unilatéral et partial qu’il n’est pas inutile d’apporter quelques éléments pouvant servir de rappel historique afin de rétablir certaines vérités et de "contrecarrer" cette campagne de désinformation dont fait l’objet ce mouvement et la noble cause qu’il défend.


C’est à ce titre que Tamazgha propose une projection vidéo suivie d’un débat autour du film "Teshumara, les guitares de la rébellion touarègue", de Jérémie Reichenbach.
La tragédie du peuple touareg est racontée par Jérémie Reichenbach dans ce film, à travers la musique et les témoignages des fondateurs du groupe Tinariwen.

C’est l’occasion d’échanger sur l’actualité dans l’Azawad et d’envisager également des actions de solidarité avec le MNLA.




Teshumara
Les guitares de la rébellion touarègue

Un documentaire musical de 55 minutes
Version en Tamasheq sous titrée en français


Un film de
Jérémie Reichenbach

Co-production de
Hibou Production / Mezzo / Images Plus / Les tisserands de la mémoire

Vendredi 30 novembre 2012
à 19h30



Local associatif,
12, rue du Moulin des Lapins,
75014 Paris.
Métro : Pernéty (Ligne 13)

La projection sera suivie d’un débat.



Renseignements
Tel : 06.52.10.15.63
E-mail : tamazgha.paris gmail.com





En 1963, peu après le départ de la colonisation française, les Touaregs soumis à l’État malien se soulèvent contre les nouvelles autorités de Bamako. Cette révolte est réprimée dans le sang. Elle est suivie de terribles sécheresses qui poussent sur les routes des milliers de réfugiés touaregs vers le nord (notamment le territoire algérien et libyen).

C’est dans la douleur de l’exil que naît la Teshumara, mouvement affirmant l’existence mais aussi la nécessaire évolution du peuple touareg.

Alors on entendit vibrer les guitares du groupe Tinariwen.

Leur musique dans laquelle se mêlent rythmes ancestraux et guitares électriques saturées, appelle à l’éveil politique des consciences et occupera un rôle capital lors de la rébellion Touareg.

Ce film par la musique et les témoignages des fondateurs du groupe Tinariwen, mais aussi par la musique traditionnelle et la poésie, conte la mémoire de la tragédie du peuple touareg.
En savoir plus sur le film






Solidarité avec les Touaregs de l’Azawad...



Articles dans la rubrique :

Agenda (concerts, colloques, confèrences,...)
08/12/16
0
Taferka organise une conférnce avec Saïd Doumane, professeur en économie, sur la "fuite des (...)

Lire l'article

02/11/16
0
L’association Taferka organise une conférence avec le sociologue Ahcène Zehraoui, le samedi 5 (...)

Lire l'article

13/05/16
0
Plusieurs activités ont lieu dans le cadre d’un action placée sous le signe de la fraternité (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


2 Messages

  • Azul, bonjour

    Merci de de prendre une autre police pour les articles ; en effet celle que vous utilisez n’est pas assez lisible, du moins facilement.
    Et mettre vos textes en gras merci.

    VIVE L’AZAWAD LIBRE ET INDEPENDANT.

    repondre message

  • Bravo a gma Massin

    Pour l aide que tu apporte au tamasheq,face à la pression occidentale et orientale ,je leur souhaite qu ils obtiennent leurs état.Tu fais un travail remarquable ,j espère etre prsent
    Ton ami virtuel sur facebook : Wugust Poète Franco-Kabyle

    J ai changé "Amasihi" par Franco-Kabyle" car certain "haineux"m ont demander de tirer le "concept ou le mot" selon eux, le nom Kabyle de mon vocabulaire.J ai rectifier "amasihi" par"franco kabyle" comme ça ils l auront devant leurs nez (lol)

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.