Accueil > Actualité > "Agdud n Imilchil", histoire d’une dépossession
"Agdud n Imilchil", histoire d'une dépossession
vendredi 28 septembre 2012
par Masin

"Agdud", "Moussem des fiancailles", "Festival de la musique des cimes", trois noms pour désigner un seul événement. Ils illustrent parfaitement ainsi l’histoire de la dépossession des Aït Hdiddou de leur Agdud (grand marché annuel) par les autorités marocaines.

Autrefois, cet événement, connu localement sous le nom d’"Agdud", était un grand marché où se rencontraient vers les débuts du mois de septembre, à la fin des moissons, toutes les tribus de la confédération des Aït Yafelman pour s’approvisionner en vivres avant les premières neiges qui bloquaient les pistes d’Asif Melloul (2 000 m d’altitude) où les Aït Hdiddou s’étaient implantés depuis le 17ème siècle. L’Agdud se déroulait sans grand tapage en raison de l’éloignement des Aït Hdiddou des grands axes routiers.

Ce n’est qu’en 1965 que le ministère marocain du tourisme découvre cet Agdud authentique. Il en dépossède la tribu, l’officialise et le rebaptise "Moussem des fiançailles". L’Agdud devint alors célèbre. Dans ses brochures, le ministère explique que tout homme désireux de prendre femme peut se rendre à Imilchil et se marier sur la champ avec une femme de la tribu. A l’origine de cette tradition singulière, une légende dont le ministère a fait la promotion. A force d’être répété, ce mensonge a fini par être adopté. Aux touristes avides d’exotisme, on raconte qu’un jeune homme et une jeune femme qui voulaient se marier en furent empêcher par leurs familles par ce qu’ils appartenaient à deux tribus différentes, les Ayt Yazza et Ayt Brahim. Désespérés, ils décidèrent de de se donner la mort. Ils se jetèrent alors chacun dans un lac. C’est ainsi que les lacs Isli et Tislit aurait gagné leurs renommée désormais mondiale. Traumatisés par cette perte, les Aït Hdiddou décidèrent alors d’accorder la liberté à leurs enfants quant aux choix de leurs conjoints.

"Agdud" : une photo de Michaël Peyron


Au fil des années, le festival acquiert une notoriété internationale. La région attire des milliers de touristes, mais le quotidien des Aït Hdiddou reste le même : misère et précarité. Ni écoles, ni routes, ni infrastructures. L’Agdud, le marché, a fini par perdre de son utilité initiale. Marginalisé, il n’est fréquenté que par peu d’habitants.

Au début des années 2000, le centre Tarek Ibn Ziyad, présidé par Hassan Aourid, récupère le "Moussem des fiancailles". Il lui change de nom. Il devient "Festival des musiques des cimes". La neuvième édition de ce festival a été organisée les 13, 14 et 15 septembre 2012. Cette implication du centre Tarek Ibn Ziyad ne change rien à la situation de la région. Les Aït Hdidou ont été tout simplement dépossédés de leur Agdud sans qu’on leur demande leur avis. Les Aït Hdiddou subissent les décisions prises à Rabat ou à Meknès.

La situation de cet Agdud est révélatrice de la politique anti-amazighe initiée par la monarchie marocaine depuis des décennies. Celle-ci a récupéré à travers ses institutions plusieurs manifestations culturelles amazighes avant de les folkloriser et les vider de leur utilité, poussant même les Imazighen à s’en éloigner et à s’en démarquer.


Lhoussain Azergui

Voir vidéo "Noces blanches" (reportage de Malek Sahraoui et Manoël Pénicaud, France 3, 2007) :

Articles dans la rubrique :

Actualité
02/12/16
0
Samedi 3 décembre 2016 à 15h, à Place de la République à Paris. Le Comité international pour la (...)

Lire l'article

26/11/16
0
Rmexzen aɛuṛubi n ccuṛfa di Rbaṭ, i dinni yegga ufṛansis d uṣpanyu, lebda ixes ad yarz tagrawla di (...)

Lire l'article

11/11/16
0
Le président du MAK, Bouaziz Aït-Chebib, qui devait animer un meeting du MAK à Timizar ce vendredi (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


9 Messages

  • "Agdud n Imilchil", histoire d’une dépossession 28 septembre 2012 15:58, par farid at cemlul qbayli
    et bien ces AMAZIGH dont moi , ils n’ont qu’as bouger leurs culs pénétré par le colonialisme arabo-islamo-baathiste !!! nous devons reprendre nos terre !nous sommes chez nous a ddin rebbbbbbb ! il faudrait une révolution et un soulèvement général des AMAZIGH là oui là la donne changera !!!pleurniché sur notre sort basta basta ,nous sommes aussi responsable de ce qui nous arrive !

    repondre message

  • "Agdud n Imilchil", histoire d’une dépossession 29 septembre 2012 00:15, par avrid
    Il faudrait songer à organiser un jour une manifestation de tous les amazighs du monde, des iles Canaries à siwa. De Dakar à Stockholm. Sous le même crédo "nous existons", pour que le monde fasse compte avec nous

    repondre message

    • "Agdud n Imilchil", histoire d’une dépossession 30 septembre 2012 13:39, par La Mecreante !

      @avrid (chemin de la sagesse ?), Azul

      Ne rêve pas, ami.

      Dans ce monde de merde il y a ceux qui plantent leur nez au sol (et leur cul au ciel) cinq fois par jour et il y a les autres (insoumis).

      - les soumis rampent (comme des cons qu’ils sont)
      - les insoumis les mènent par le licou. Tout est en ordre...

      autrement dit, ne demande pas à des "soumis" de revendiquer ne serait-ce qu’un verre d’eau par jour.

      s’ils en sont privés ils te diront : "mektoub", "allahghaleb", et ils iront continuer à ramper jusqu’à la prochaine égorgerie d’un mouton ou d’un voisin détesté.

      repondre message

    • imazighen se sont fait arnaquer ! 1er octobre 2012 09:04, par lekabylien
      le jour ou imazighen se resoudront a aller ailleurs qu’au paradis arabe, ils commenceront à exister sur leurs terres non-arabes. pas avant.

      repondre message

  • "Agdud n Imilchil", histoire d’une dépossession 29 septembre 2012 12:45, par ameghnas
    Le Makhzen arabo-musulman reproduit ce que le colonialisme français avait déjà fait jusqu’en 56 jour de la remise de pouvoir aux arabo-baathistes marocains(les fassi et les andalous.) Les Amazighs marocains doivent chercher la solution et leur unité dans la berberité et leur culture mais pas dans l’islam entaché du nationalisme arabe. Beaucoup de familles marocaines berbères adhérent à l’idée arabo-islamique comme pour se faire "pardonner leur pêcher d’être nés amazighs et non arabe".

    repondre message

  • "Agdud n Imilchil", histoire d’une dépossession 17 janvier 2013 11:36, par Charline

    Les sites internet comme celui-ci devraient être bien plus présents sur la toile. Un grand merci pour votre boulot et j’attends vos prochains papiers.

    blackjack en ligne


    blackjack how to play


    blackjack live black jack oav black jack tezuka blackjack yahoo games blackjack 3 card poker odds

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.