Accueil > Actualité > Amnésie internationale et politique du "deux poids, deux (...)
Azawad
Amnésie internationale et politique du "deux poids, deux mesures"
mercredi 15 avril 2015
par Masin

"Je réitère mon appel aux parties […] à redoubler d’efforts pour négocier une solution politique mutuellement acceptable qui permette une autodétermination pour la population", a écrit M. Ban Ki-moon le 10 avril 2015. Cette déclaration du chef du Conseil de sécurité de l’ONU pourrait parfaitement s’appliquer à l’Azawad qui depuis 50 ans réclame le droit de s’autogérer. Mais non, détrompez-vous, ce discours raisonnable concerne exclusivement la population du Sahara occidental. Au contraire, pour l’Azawad, M. Ban Ki-moon pense détenir la solution "convenable", bien que l’une des parties la trouve inacceptable en l’état et le fasse savoir.
C’est la politique du "deux poids, deux mesures".

Ban Ki-Moon, Secrétaire général de l’ONU


Le Conseil de sécurité décrète et répète en effet à qui veut l’entendre que "l’accord [d’Alger] est équilibré et complet". Et c’est au nom de cet équilibre et de cette complétude, décidés unilatéralement par la communauté internationale et contre l’avis de la population de l’Azawad, que M. Ban Ki-moon, ce même vendredi 10 avril, a exhorté la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) à parapher sans délai le projet d’accord, afin de résoudre la crise et de ne pas entraver la paix. La communauté internationale a intensifié ses injonctions et ses pressions sur la CMA, mais se heurtant aux réserves de la Coordination, elle a commencé à la diaboliser selon les bons vieux procédés qui font vibrer l’opinion publique, l’accusant d’enrôler des enfants, de détenir des prisonniers, d’être mêlée au trafic de drogue, etc.
De son côté, le ministre malien des affaires étrangères, Mr Diop, a étalé sans complexe sa sémantique musclée d’autocrate habitué à contraindre plutôt qu’à convaincre, demandant à "isoler" et à "sanctionner" ceux qu’il qualifie de "groupe d’individus radicaux et extrémistes" qui, par son refus de parapher le projet d’accord, "défie" la communauté internationale et "favorise les groupes terroristes et de narco-trafiquants dans leurs actions de déstabilisation du Nord du Mali et de toute la région du Sahel, voire au-delà" !

Enfin, du côté de l’Azawad, le peuple, par des manifestations nombreuses, a réussi à faire entendre sa voix à ses représentants et à empêcher leur compromission avec les pouvoirs établis toujours obtenue en échange d’avantages personnels sous forme de fonctions honorifiques et lucratives. Bilal ag Achérif, chef de file de la CMA, a été tenté de signer cet accord comme le prouve le courrier entretenu avec le ministre algérien des affaires étrangères, M. Lamamra. Mais il n’a pu s’exécuter face au refus de la population qui a exprimé sa désapprobation, rendant audible sa voix grâce aux réseaux sociaux notamment. Manifestations filmées, déclarations écrites ou orales enregistrées, débats restitués par les internautes ou les télévisions associatives, mises en scène théâtrales, sur le mode parodique, des accords de paix à Alger… On entend enfin parler les acteurs sociaux. Les modes d’expression ont changé avec l’usage, bien qu’encore très limité, des réseaux Internet auxquels peu ont accès.

Que dit la population ? Depuis vingt-cinq ans, dans des scénarios semblables, beaucoup de signatures ont déjà été apposées par les chefs des fronts contestataires dans des documents engageant l’Etat malien pour gérer plus équitablement l’Azawad. Des engagements restés vains. C’est après avoir signé divers accords répétitifs instaurant l’arrêt des combats, alors que l’armée malienne était perdante, que les pires exactions ont été commises par les militaires et les milices qu’ils encadraient, s’en prenant aux civils touaregs et maures, dont ni la vie, ni les biens n’ont été épargnés.

Faut-il en conclure que M. Ban Ki-moon et la communauté internationale sont amnésiques ? Pourquoi taisent-ils tous les événements traumatiques des années 1990, demeurés jusqu’ici impunis ? Pourquoi feignent-ils d’être surpris par les réticences qu’exprime le peuple de l’Azawad face à cet énième "accord" qui reprend, au rabais, les résolutions jamais appliquées des précédents accords signés à Alger ?
Pourquoi ferment-ils les yeux sur les milices gouvernementales dites d’auto-défense qui terrorisent la population et instaurent la guerre civile selon des critères racistes ? Pourquoi ne pipent-ils mot sur les groupes salafistes que les Etats installent sur les terres de l’Azawad pour étouffer toute revendication indépendantiste ou autonomiste locale et faire l’amalgame, au gré de leurs intérêts, entre "terroristes" et indépendantistes ?
Mystère et bouche cousue.


Akolen.

Articles dans la rubrique :

Actualité
22/09/16
1
L’Etat présente son troisième rapport périodique au Comité des droits économiques, sociaux et (...)

Lire l'article

03/09/16
0
Les autorités marocaines viennent, une fois de plus, d’user d’arbitraire à l’égard des militants de (...)

Lire l'article

30/08/16
0
En mars 2016, nous avons publié un article sur notre site pour évoquer le cas de la montagne (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


2 Messages

  • c’est a croire que ces gens là ne se regardent jamais dans un mirroir,autrement ils auraient dù voir le ridicule se refleté de leurs visages.et l’axe du mal est maintenant identifié concernant l’autodetermination de l’azawad,et c’est alger-paris,l’onu,ce machin ridicule a en tuer plus d’un de rire.

    repondre message

  • Ban ki Ment ? 18 avril 2015 00:13, par copi
    Ban Ki Moon ou Ban Ki ment ? Pour faire pression sur le MNLA et le contraindre à parapher l’accord d’Alger, Mr Ban Ki Ment vient de rajouter encore un nouveau grief - très très original - à la liste de ceux qu’ils a inventés ces derniers jours contre ceux qui refusent de signer : à présent, voici le "viol"… Et vlan ! tout ça pour justifier les sanctions à venir et arracher une malheureuse signature qui permettra à l’armée malienne de reprendre ses exactions dans l’Azawad !! ça s’appelle du chantage, Mr Ban, du chantage de bas etage.

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.