Accueil > Actualité > Au-delà des idées reçues... Tamazight s’écrit bel et bien (...)
Entretien
Au-delà des idées reçues... Tamazight s'écrit bel et bien !
Entretien avec Lahoucine Bouyaakoubi
mardi 19 octobre 2010
par Masin
Lahoucine Bouyaakoubi a publié récemment son premier roman en langue amazighe. Intitulé "Igdad n Wihran" (Les oiseaux d’Oran), cette œuvre vient enrichir la littérature amazighe à Tamazgha occidentale. Nous l’avons rencontré à Paris. Interview.



Tamazgha.fr : Vous venez de publier "Igdad n Wihran", un roman en langue amazighe, est ce que vous pouvez nous en parler ?
 
Lahoucine Bouyaakoubi : L’idée d’écrire un roman en amazighe s’intègre dans le cadre d’une effervescence que le domaine amazigh a connue depuis quelques années. Sans parler des précurseurs comme Moustaoui, Ali Sedki Azayku (1989-1995), Hassan Id Belkacem ou Brahim Akhyat et d’autres qui ont écrit depuis la fin des années soixante. La publication de la Charte d’Agadir en 1991 fut suivie d’un côté par l’élargissement du tissu associatif amazigh au Maroc, et d’un autre côté une grande volonté de la part des acteurs du mouvement amazigh d’écrire dans leur langue maternelle. Personnellement, je fais partie de cette génération d’après la Charte d’Agadir qui avait cette envie de dépasser l’idée selon laquelle l’amazighe n’est pas une langue écrite. À Agadir, la section de Tamaynut (créée en 1991) était, par ses rencontres hebdomadaires et ses revues internes comme Anaruz (Espoir), le lieu d’initiation à l’écrit en amazighe. Elle était une sorte de club littéraire qui a donné, quelques années plus tard, des écrivains renommés dans ce domaine comme Mohamed Akounad, Mohamed Oussous, Brahim Lasri, Mohamed Ouagrar, El Khatir Aboulkacem… (et d’autres qui n’ont pas eu l’occasion de publier leurs textes comme Mohamed Ouafi et Abdelkrim Elqadi…). Cette génération a bien évidemment influencé d’autres écrivains, hommes et femmes plus jeunes, qui tracent avec beaucoup de confiance leur chemin dans le domaine de l’écriture en amazighe. Des noms comme Abdallah Elmennani, Rachid Jadal, Hassan Laaguir,… représentent cette génération. La même expérience a vu le jour dans d’autres régions du Maroc : Casablanca, Rabat, dans le Rif, le Moyen-Atlas et le Sud-Est. Les sites Internet permettent aussi aux Amazighs d’initier l’écrit dans leur langue.

Moi je fais partie du groupe d’Agadir. J’ai choisi d’écrire un roman, car ce genre littéraire (d’ailleurs comme la traduction et les nouvelles) est moins présent devant la domination de la poésie. A ce jour, 16 romans en amazighe sont parus au Maroc. Le mien "Igdad n Wihran" est le sixième dans la région du Souss - après Imula n tmkwtit (ombres de mémoires) d’Elkhatir Aboulkacem (2002), Tawargit d imik (rêve et un peu plus) (2002) et ijjign n tidi (fleurs de la sueur) (2006) de Mohamed Akounad, azerf akucham (droit paralysé) d’Abdallah Sabri (2009) et Ijawwan n tayri (sirocco de l’amour) de Brahim Lasri (2009). Mon roman, à partir de l’expérience d’un étudiant émigrant du Sud du Maroc vers la France, traite de la complexité des relations historiques, politiques, économiques et idéologiques entre les deux rives de la méditerranée. Le titre choisi "Igdad n Wihran" (les oiseaux d’Oran) est une expression connue au Sud du Maroc (l’aire tachelhit). D’après Léopold Justinard (1928), cette expression est inventée par les gens de la tribu d’Idaoubaaqil (sud du Maroc) pour désigner leurs premiers émigrés en France qui passent d’abord par la ville d’Oran (Algérie) avant de rejoindre la métropole. J’ai trouvé que cette expression reflète parfaitement l’idée que je veux traiter dans mon roman. Aujourd’hui, cette expression, même si elle est connue, a perdu son sens premier et est devenue le synonyme de l’instabilité ou la mobilité permanente… Par ce titre, je veux officialiser cette expression, montrer son origine et la faire revivre via la littérature écrite.
 

Ecrire en langue amazighe est souvent un véritable parcours de combattant et pose plusieurs défis. Quelles sont les difficultés auxquelles vous avez fait face avant et après la publication ?

Certes, écrire dans une langue à domination orale (malgré la présence de manuscrits depuis longtemps) n’est pas une tâche facile. Heureusement pour moi (contrairement aux premiers écrivains en amazighe), j’ai écrit en 2010 au moment où la langue amazighe fut déjà l’objet d’un grand travail linguistique. Mon contact personnel avec la production écrite amazighe et l’intérêt que je porte à cette littérature m’ont relativement facilité l’écriture. De même, tout le travail qui a été fait par les spécialistes sur les trois graphies (arabe, latine et tifinagh) m’a laissé, sans hésitation - malgré tout le débat que ça peut susciter -, le choix d’utiliser la graphie latine que je considère plus adéquat à la langue amazighe. Après le choix de l’alphabet, s’impose le choix de la nature de la langue à utiliser. La langue amazighe est marquée à la fois par une unité profonde et une diversité flagrante. Entre une langue submergée par la néologie, qui fait une chasse systématique aux emprunts et préfère emprunter aux autres variantes amazighes même si le mot existe dans la variante natale de l’écrivain, j’ai opté à utiliser ma variante tachelhit (heureusement l’amazighe du Sud du Maroc garde encore son lexique très riche dans plusieurs domaines) comme base du texte, en acceptant les emprunts très intégrés comme taẓallit (prière), uẓum (jeûne), empruntés à l’arabe, avec beaucoup de tolérance envers des emprunts d’autres langues exprimant des objets nouveaux liés à la vie moderne et pour qui l’amazighe n’a pas encore trouvé de nom comme lkamyyu (camion), lkar (le car), ṭamubil (l’automobile)…, avec une "dose" bien calculée du néologisme (50 nouveaux mots pour tout le roman) qui ne rend pas le texte incompréhensible à un amazigh (notamment tachelhitophone). Dans ce sens, la priorité pour moi est d’utiliser le mot amazigh existant en tachelhit pour le faire connaître aux autres amazighophones qui parlent d’autres variantes de cette même langue. Je crois que la standardisation de l’amazighe ne va pas se faire par la négligence des mots existant dans "nos" amazighes locales en faveur d’autres termes existant dans d’autres variantes. Sans tomber inconsciemment dans le mépris de soi et de tout ce qui est local en faveur de "l’idéale unité", la standardisation de l’amazighe, si elle est nécessaire, va se faire à partir de la valorisation du lexique local, de chercher le socle commun, et, bien évidemment, par l’intervention d’autres conditions politiques et économiques loin de la volonté personnelle de l’écrivain. Dans le contexte actuel où l’amazighe écrite est en cours de construction et cherche à avoir ses lecteurs, mon objectif est que le lecteur de mon texte comprenne sans être obligé de faire recours aux dictionnaires plusieurs fois pour lire une page, ce qui risque de l’empêcher de continuer la lecture. Ce choix certes n’est pratique que dans des domaines bien précis : la poésie, le roman, la nouvelle…, mais dès qu’on veut écrire sur des sujets très spécialisés comme l’informatique, l’astronomie, ou la médecine… certainement le texte sera plus compliqué.
 
En ce qui concerne la publication, en dehors de ce qui est publié par l’IRCAM (l’Institut royal de la culture amazighe), de quelques associations comme Tamaynut, azetta, Awrir ou Afrak, de la chaîne 2M (pas très significatif) dans le cadre de son prix de littérature, les auteurs en amazighe publient à leur compte et généralement font l’auto-distribution. Ce qui pose de grands problèmes pour rendre accessible le livre amazigh à tous ceux qui s’y intéressent, dispersés sur tout le territoire marocain. C’est mon cas. J’ai publié à mon compte et je fais de l’auto-distribution. Tout cela montre que le fait d’écrire en amazighe, loin du plaisir littéraire qu’on peut y trouver, est avant tout une action militante. L’ouverture des filières et masters amazighs dans quelques universités marocaines (Agadir, Oujda et Fès) en attendant qu’elles soient généralisées à toutes les universités, donne l’espoir de former des lecteurs et des critiques littéraires. Les étudiants sont invités à présenter des livres et faire des rapports d’analyse sur les œuvres écrites en amazighe. Devant la rareté des écrits dans cette langue, je peux même dire que ces étudiants attendent impatiemment la publication de nouveaux romans en amazighe. Pour cela, jusqu’à aujourd’hui, je ne peux parler que des prémices d’une critique de la littérature amazighe écrite. Généralement, les écrivains, eux-mêmes, lisent et critiquent les œuvres des autres. La création de l’Alliance des écrivains en amazighe (Tirra) à Agadir en 2009 vient pour encourager à la fois l’écrit en amazighe et la critique littéraire dans ce domaine. Dans ce sens, mon roman a fait l’objet d’une table ronde littéraire organisée par cette Alliance le 21 août 2010 (http://www.amazighnews.net).
 

Peut-on désormais parler de l’émergence d’une nouvelle littérature amazighe écrite au Maroc ?
 
D’abord il faut définir ce qu’on veut dire par "littérature amazighe". Quelques uns ont tendance à considérer tout ce que les Amazighs ont écrit comme littérature amazighe. Mais dans ce cas, ils ne pensent qu’à Apulée par exemple ou Saint Augustin qui ont écrit en latin. Dans ce cas là, pourquoi ne pas considérer les écrits de Taher Benjelloun ou Mohamed Choukri... qui ont écrit en arabe ou en français comme littérature amazighe ? A ce niveau, le cas de Mohamed Kheir Eddin est flagrant. Grand écrivain conscient de son amazighité, toutes ses œuvres sont écrites en français. Peut-on les considérer comme littérature amazighe d’expression française (comme littérature nord-africaine d’expression française). On sera donc obligés, nous aussi, de catégoriser notre littérature en littérature amazighe et littérature amazighophone. La première est celle produite par des écrivains d’origine amazighe et qui traitent des sujets dans des espaces renvoyant à la culture amazighe (l’Afrique du nord en général), et la deuxième est celle écrite en langue amazighe. Pour moi, je considère que la littérature amazighe, qu’elle soit orale ou écrite, ne peut se produire que dans la langue amazighe. Ce qu’on appelle aujourd’hui la néo-littérature amazighe est forcément celle produite en amazighe. Dans le cas du Souss, on a le droit de parler d’une nouvelle littérature écrite en amazighe par opposition à l’ancienne littérature écrite qui remonte au Moyen âge comme les textes religieux de Mhend Ou Ali Awzal, ou les différents manuscrits (azerf) traitant de la vie sociale, économique ou juridique de la société amazighe du sud du Maroc. Pour les autres groupes amazighophones, qui n’ont pas cette tradition des manuscrits dans leur variante, on ne peut parler que de littérature écrite.

Avec le nombre de livres écrits en amazighe, on peut parler d’une littérature écrite en amazighe. Elle a besoin d’études critiques pour soulever ses caractéristiques. Ses auteurs sont presque tous formés dans l’école moderne (en français ou en arabe) et ont majoritairement des contacts avec d’autres littératures écrites dans d’autres langues. Ce qu’on appelle néo-littérature amazighe est marquée par cet aspect. Des études approfondies vont nous révéler la part du patrimoine amazigh et l’apport des littératures (arabe, française ou espagnole) dans l’œuvre des nouveaux auteurs en amazighe. 
 

Quel regard portez-vous sur cette littérature ?
 
Je trouve que cette littérature est très prometteuse. De plus en plus, elle attire des jeunes. Certes, on n’est pas encore arrivé à l’étape de l’évaluation pour chercher ce qui est bien de ce qui ne l’est pas. Tout le monde contribue à ce que la langue amazighe ait sa part dans le marché des biens symboliques au Maroc. Aussi la possibilité de gagner des prix (le prix de l’IRCAM par exemple, de la chaîne 2M, ou des prix proposés par les associations) encourage les gens à écrire en amazighe. On assiste aussi à l’émergence d’une production féminine écrite en amazighe. Elle marque un tournant dans cette littérature. Des écrivains comme Khadija Arouhal (Tiznit), Khadija Abernous (Casablanca), Khadija Ikkan (Casablanca), Aziza Nafiaa et Hanan Gahmou (Agadir) posent les bases d’une littérature amazighe au féminin. Dans l’autre rive de la Méditerranée, en France, Lhoussain Azergui (2009) et Fatima Moutaouakil, avec son recueil de poème (tagziwin n itran, 2010), représentent cette mouvance en Europe. La première remarque que l’on puisse faire, notamment sur les romans, est qu’ils sont très liés à la vie marocaine. Très enracinés sur la terre marocaine, les thèmes abordés ne cherchent pas l’imitation. Peut être que la langue de l’écrit impose aux auteurs d’être attachés aux pays de cette langue. Si les auteurs arabes de l’Orient reprochent aux écrivains marocains d’imiter les orientaux, la littérature amazighe pourra refléter réellement le vécu de l’Afrique du nord en général sans chercher à imiter ni l’Orient ni l’Occident.

Entretien réalisé par
Lhoussain Azergui

Articles dans la rubrique :

Actualité
17/08/17
0
Les associations Azar et Tamazgha ont rendu publique une déclaration par laquelle elles dénoncent (...)

Lire l'article

09/08/17
0
Les autorités marocaines – véritables autorités néocoloniales – ont annoncé mardi 8 août la mort de (...)

Lire l'article

20/07/17
0
Deux militants mozabites risquent l’extradition vers Alger par les autorités espagnoles. Les (...)

Lire l'article


Rejoignez nous