Accueil > Actualité > Azawad : les risques d’une éventuelle intervention de la (...)
Azawad : les risques d'une éventuelle intervention de la CEDEAO...
dimanche 28 octobre 2012
par Masin
La communauté internationale, avec la bénédiction du Conseil de sécurité des Nations Unies, a donné son feu vert à une intervention militaire de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dans l’Azawad, laquelle CEDEAO sera soutenue logistiquement par la France, les USA, l’Allemagne et d’autres États encore.



Pour légitimer cette intervention militaire, la France, qui a usé de son poids au sein du Conseil de sécurité, a mis en avant l’occupation de l’Azawad par des groupes terroristes. Seulement voilà, ces derniers sont en réalité des groupes introduits, notamment par l’Algérie, dans ce territoire depuis plusieurs années. Par ailleurs, l’on sait que l’État malien ne s’est jamais préoccupé de butter hors de l’Azawad ce fléau alors même qu’il bénéficiait de l’aide internationale allouée pour combattre le terrorisme. Pis encore, les hautes sphères du pouvoir malien sont impliquées dans le narco-trafic organisé par ces terroristes.

Le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) étant exclu de toute concertation, tout laisse à croire que cette intervention ne sera qu’un alibi pour re-coloniser l’Azawad. Connaissant l’armée malienne et ses pratiques racistes et génocidaires, on peut d’ores et déjà prédire les massacres dont seront victimes les populations civiles de l’Azawad. Faut-il signaler qu’en moins d’une semaine, et depuis la décision du Conseil de Sécurité, cette même armée malienne s’est livrée à des exécutions sommaires de civils Touaregs aux frontières entre l’Azawad et le Mali.

Pour avoir le point de vue du MNLA, nous avons rencontré Hama ag Mahmoud, membre de l’Exécutif du MNLA et chargé des relations extérieures et de la coopération internationale au sein du Conseil transitoire de l’État de l’Azawad (CTEA), qui est revenu sur la situation dans l’Azawad et qui nous a expliqué les risques que prend la communauté internationale en autorisant et soutenant une intervention militaire dans l’Azawad qui sera conduite par la CEDEAO. Il estime qu’en agissant ainsi, la communauté internationale financera et cautionnera un véritable génocide.
Hama ag Mahmoud, au nom du MNLA, lance un appel à la communauté internationale pour qu’elle prenne la mesure des risques de son action. Il lance également un appel aux Imazighen et aux épris de justice afin de venir en aide aux populations de l’Azawad ainsi qu’au MNLA.

Ci-après, la vidéo de l’entretien réalisé à Paris avec Hama ag Mahmoud

La Rédaction

VIDEO.

Articles dans la rubrique :

Actualité
22/09/16
0
L’Etat présente son troisième rapport périodique au Comité des droits économiques, sociaux et (...)

Lire l'article

03/09/16
0
Les autorités marocaines viennent, une fois de plus, d’user d’arbitraire à l’égard des militants de (...)

Lire l'article

30/08/16
0
En mars 2016, nous avons publié un article sur notre site pour évoquer le cas de la montagne (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


3 Messages

  • A quoi cela servira de lancer quoique cela soit ? La decision est prise pour sacrifier les Habitants et natives del’AZAWAD. C’est comme toujours, c’est la Loi du plus fort qui decide, les puissances et gardiennes du droit humain ont decide ainsi. Apres tout le peuple d’Afrique du Nord est un peuple tres docile et se trouve dans le coma.Ces genres de decisions ne seront jamais prises par l’Occident ( envahir ) un pays Arabe Palestine ou autres. Il y a des millions d’Amazighs en Europe et encore plus en Afrique et incapables meme de soulever leurs voix et se faire entendre. C’est la voix des amazighs muets que personne n’entend. L’appel d’Amag Ag Mahmoud representant du MNLA aux Amazighs malheureusement est une perte de temps, car les Amazighs se trouve en permanente hibernation. .Maintenent que l’invasion de l’AZAWAD a commence et les principaux orchestrateurs et manipulateurs comme tout le monde le sait sont la France et l’Algerie. Pour que le peuple de l’AZAWAD evite de se faire massacrer, il faut qu’ils partent en exode et tous vers la France et l’Algerie, sinon on va temoigner une genocide pareille que le Rouwanda. << Pire que le Rouwanda >> car cette fois-ci c’est les noirs du Sud qui se vengeront contre le peuple Nord Africain a la peau claire. Le sacrifice de l’Aid a fait 5 muillions de victimes (moutons)en Algerie. L’intervention dans l’AZAWAD va faire le meme nombre d’AZAWADis, << qui pour les Occidents n’est pas plus important que le nombre de celui des moutons >>. Bonne hibernation 2012 et bientot 2013 a tous les Autochtones d’Afrique du Nord.

    Voir en ligne : Aawad : les risques d’une eventuelle intervention de la CEDEAO

    repondre message

    • Parfaitement d’accord sur le constat ! Quoi que (...) Les amazighs, désaxés depuis 2001, semblent naviguer dans une léthargie décennale. Comme souvent. L’hibernation est cependant propice... aux sauts qualitatifs. Quoi qu’on dise. Mais concernant l’Azawad, il faudra se préparer à verser des larmes... d’impuissance. Tikuk

      repondre message

  • « les risques » : c’est la boîte de Pandore .

    l’enjeu n’est pas l’Azawad, ni la zaama reconquête du "nord de cucugnan-sur marigot", ni défaire les hordes d’égorgeurs.

    - l’enjeu en Libye n’était pas de "sauver" la populace de Benghazi.

    - l’enjeu en Syrie n’est pas de "défendre" la démocratie.

    - l’enjeu en Irak n’était pas de rendre la liberté aux peuples étranglés et gazés par Saddam Hussein.

    - l’enjeu en Egypte n’était pas de faire tomber un dictateur.

    PS : que la fête de l’impérialisme (et de ses esclaves consentants) commence donc !

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.