Accueil > Annonces top site 2 > BIYA > Azawad : rudes combats autour de Ménaka
Azawad : rudes combats autour de Ménaka
mardi 20 novembre 2012
par Masin

Après la défaite cuisante qu’a essuyé le Mouvement pour l’unicité du jihad en Afrique de l’ouest (MUJAO) près d’Ansongo par les troupes du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) le 16 novembre, les hordes islamistes présentes dans l’Azawad par la volonté de certains États ont convergé le 19 novembre vers Ménaka, l’un des bastions du MNLA. Selon des sources militaires du MNLA, ce sont pas moins de quatre-vingt pick-up transportant plusieurs centaines de djihadistes décidés à en découdre avec un mouvement qui dérange. Il faut dire que si les terroristes islamistes viendraient à bout du MNLA, cela ne laisserait aucun doute sur l’opportunité de l’intervention militaire dans l’Azawad. C’est ce qui expliquerait en partie l’attitude de l’AFP, via notamment son correspndant local préféré en Afrique, en la personne de Serge Daniel, qui n’hésite pas à verser dans le mensonge et la désinformation en annonçant la victoire du MUJAO sur le MNLA lors des combats d’Ansongo le 16 novembre.


Depuis le matin du 19 novembre, des affrontements violents ont lieu entre les djihadistes [1] MUJAO, AQMI et BOKO-HARAM et les combattants du MNLA stationnés à Ménaka. Un communiqué du MNLA, daté du 19 novembre, donne un bilan des combats de la journée annonçant que les forces du MNLA ont détruit huit véhicules appartenant aux islamistes et ont récupéré deux autres. Les combattants du MNLA auraient tué dix hommes parmi les djihadistes qui ont enregistré plusieurs blessés. Le MNLA, selon e même communiqué, déplore un mort et quatre blessés.

Cette bataille qui s’annonce rude sera certainement déterminante pour la suite des évènements dans l’Azawad. Le MNLA est plus que jamais déterminé à emporter cette bataille qui lui permettra d’entamer l’action de nettoyage de l’Azawad de ces énergumènes qui empestent le pays.


La Rédaction.


Solidarité avec les Touaregs de l’Azawad...

Notes

[1On ignore si des djihadistes appartenant au Ansar-Dine auraient participé à ces combats ou pas !

Articles dans la rubrique :

BIYA
11/11/16
0
Après une semaine de répit, mais aussi de travail, la rue a été de nouveau investie à Biya (...)

Lire l'article

11/11/16
0
Deux semaines après le cruel assassina de Mohcine Fekri à Biya (Housayma) sur ordre d’un officier (...)

Lire l'article

07/11/16
0
Quelques milliers de manifestants ont manifesté dimanche 6 novembre 2016 à Rabat en solidarité (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


4 Messages

  • Azawad : rudes combats autour de Ménaka 20 novembre 2012 09:44, par lurcher
    Les medias comme France24 mentionne le MNLA que pour le diminuer dans l’evincement et defaites par les terroristes Islamistes. Ces mediats pouries n’annoncent jamais les efforts ni progres du MNLA. Le MNLA combat a lui tout seul sans aucune aide materiel militaire ni assistance d’aucun autre genre. Alors que cela fait des mois que toute l’Afrique noire et l’Occident se mobilisent pour sois disant organiser l’intervention pour liberer l’AZAWAD de la terreure Islamiste/ terroriste. La verite ces nations sont plus interessees de voir le MNLA vaincu et detruit,car la preuve est claire les mediats n’arretent pas de faire l’eloge aux MUJAO et autres organisations terroristes tous mobilises contre le MNLA. Nous, citoyens ordinaires pourons nous vraiment faire confiance et prendre au serieux ces mediats qui ne cessent de nous bombarder de mensonges ? Les seules mediats qui jusqu’a present on annonce les succes du MNLA contre les terroristes MUJAO, AQMI et BOKO HARAM, sont les mediats Algeriennes. Les mediats Africaines noires et France 24 nous annoncent que la defaite et les pertes que subit le MNLA, comme si les combatants Touaregs partent a la guerre avec les mains liees et les yeux fermes. Vive l’AZAWAD et vive le MNLA

    Voir en ligne : AZWAD : rude combats autour de Menaka

    repondre message

  • Azawad : rudes combats autour de Ménaka 21 novembre 2012 13:57, par lurcher

    Oui c’est correct et vrai, c’est les journaux Algeriens qui cette fois-ci mentionnent et annoncent <> les succes des combattants du MNLA et les pertes en vies et de materiaux subits par les terroristes/ Islamistes etrangers en AZAWAD.
    Source : El Watan

    A la une International

    Le MNLA lance une offensive pour libérer Gao et Tombouctou
    de lourdes pertes dans les rangs d’AQMI et du Mujao

    De violents combats opposaient, hier durant toute la journée, les rebelles du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA)aux éléments d’Aqmi et du Mujao, au sud de Kidal, non loin de la frontière avec le Niger. Des sources locales parlent de nombreux morts dans les rangs des terroristes, de blessés et de prisonniers.

    http://www.elwatan.com/international/de-lourdes-pertes-dans-les-rangs-d-aqmi-et-du-mujao-17-11-2012-192543_112.php

    Voir en ligne : Azawd:rudes combats autour de Menaka

    repondre message

    • Azawad : rudes combats autour de Ménaka 23 novembre 2012 23:19, par FARA

      La France demande au MNLA de renoncer à l’indépendance et à l’autodétermination vis-à-vis du Mali

      La France a demandé jeudi aux représentants du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) de renoncer de manière explicite, sans équivoque et sans ambiguïté, à leurs revendications à l’indépendance et à l’ autodétermination vis-à-vis du Mali, lors d’une rencontre à Paris entre l’ambassadeur de France pour le Sahel, Jean-Félix Paganon, et une délégation du MNLA, a déclaré vendredi le porte-parole du Quai d’Orsay, Philippe Lalliot.
      C’est ainsi que le MNLA pourra être considéré comme un interlocuteur légitime, a ajouté Philippe Lalliot.
      Le MNLA est un groupe, qui a vu le jour le 16 octobre 2011 suite à la fusion de plusieurs mouvements touaregs, réclamant l’ indépendance du territoire de l’Azawad - qui recouvre les trois gouvernorats de Tombouctou, Gao et Kidal (Nord du Mali).
      La réunion de jeudi a notamment permis à la France de rappeler aux représentants du MNLA la position française, qui est dérivée directement des termes de la résolution 2071 du conseil de sécurité des Nations unies, a indiqué Philippe Lalliot.
      Pour la France, le traitement de cette crise doit comprendre les trois volets politiques, sécuritaire et de développement. Le volet politique est très important et essentiel. On a souvent tendance à réduire cette crise malienne à sa seule dimension sécuritaire, et notamment à sa seule dimension d’éradication du terrorisme Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) au nord-Mali, a-t- il dit.
      L’objectif de ce dialogue politique, c’est un Mali réunifié et dont l’intégrité territoriale sera garantie, réconcilié dans ses différentes composantes, et débarrassé du terrorisme pour l’ instant installé au nord du pays. Ce dialogue politique doit se nouer entre les autorités maliennes et, pour reprendre les termes exacts de la résolution 2071, les groupes rebelles non terroristes. C’est-à-dire, ceux qui renoncent à la violence et qui reconnaissent l’unité et l’intégrité territoriale du Mali.
      La France peut jouer un rôle de facilitateur dans le dialogue politique malien, mais la responsabilité première de ce dialogue politique pèse sur les Maliens eux-mêmes, les autorités maliennes et ces groupes rebelles non terroristes.
      Concernant la liste des groupes rebelles non terroristes, la liste est le MNLA pour l’instant, selon le porte-parole.
      La France avait estimé, le 15 novembre, insuffisantes les concessions faites la veille par l’un des groupes islamistes occupant le nord du Mali, Ansar Eddine, tout en déclarant prendre note de ces déclarations.
      "Nous prenons note des signaux de ces derniers jours, y compris les déclarations faites par le groupe Ansar Eddine. Ce que nous voulons, c’est que les déclarations soient suivies d’effets, que la vie des populations sur le terrain s’améliore et que les exactions cessent", a affirmé le porte-parole du Quai d’Orsay, Philippe Lalliot.
      Un représentant du mouvement Ansar Eddine a indiqué le 15 novembre "renoncer à l’application de la charia sur toute l’étendue du territoire malien", à l’exception de la région de Kidal (nord-est), qui se trouve sous le contrôle de milices islamistes depuis plusieurs mois.
      Le gouvernement malien et les pays africains préparent actuellement une intervention militaire au nord du Mali afin de chasser les islamistes radicaux, qui occupent ses parties septentrionales.
      La France a promis de fournir un soutien "logistique" à une intervention militaire africaine au Mali, tout en excluant de déployer des soldats français au Mali. Les partenaires de la France au sein de l’UE ont également promis de former les troupes maliennes et de fournir un soutien logistique.
      Les groupes d’islamistes radicaux au Sahel ont alors menacé de tuer les six otages français qu’ils détiennent.

      http://french.cri.cn/621/2012/11/24/442s303543.htm

      repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.