Accueil > Actualité > Course contre la montre pour mettre fin à la folie (...)
Course contre la montre pour mettre fin à la folie meurtrière du tyran de Tripoli.
mardi 1er mars 2011
par Masin

Après plus d’un millier de morts, des milliers de blessés et un drame humanitaire à la frontière tunisienne, la communauté internationale semble se réveiller brusquement et prendre enfin conscience de la folie meurtrière de ce Kadafi bien déterminé à se débarrasser de son peuple par le génocide qu’il a promis à la face du monde.

Ce lundi 28 février 2011, les sanctions se mettent en place et les pressions s’accentuent. Les réunions ONUsiennes se succèdent, les diplomaties s’affolent et se bousculent, chacune y allant de sa déclaration ou sa proposition, qui pour « couper les vivres » au tueur sanguinaire, qui pour intervenir militairement, qui pour organiser l’aide humanitaire massivement…

Concrètement, en fin de journée, seule la résolution adoptée à l’unanimité par le Conseil de Sécurité est applicable.

Pendant ce temps, le plus grand criminel de tous les temps n’en a cure et continue à donner des interviews complètement décalées !

C’est ainsi que dans l’interview qu’il a accordée à la journaliste d’ABC News Christiane Amanpour, il se plaint des Etats-Unis, qui « n’est pas le gendarme international du monde ». La Libye, dit-il, est une alliée dans la lutte contre Al-Qaïda et se sent trahie et abandonnée par l’Occident. « Mon peuple m’adore. Ils seraient prêts à mourir pour me protéger », ajoute-t-il en niant les manifestations dans les rues de Tripoli.

Plus tôt dans l’après-midi, on apprenait (AFP) que les avions de Kadafi ont bombardé un dépôt d’armes à l’Est du pays (Djabiya et Rajma) sans faire de blessés. Les opposants les ont repoussés par des tirs de la DCA.

Parallèlement, la chaîne Al Arabiya divulguait que « des fils de Mouammar Kadhafi ont tenté en vain de convaincre des dignitaires religieux saoudiens de prendre position contre le soulèvement en cours en Libye », tandis la chaîne qatarie Al Jazira indiquait que « le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi aurait chargé le chef de ses services de renseignement d’établir un contact avec les représentants des opposants de l’Est du pays ».

C’est dire que la bête immonde est aux abois et ne reculera pas. Il ne négligera aucune ruse ! Espérons que l’Administration américaine et l’UE ne tomberont pas à nouveau dans le panneau.

On apprend par ailleurs que les comités dirigeant les villes de l’Est libérées ont nommé l’ancien ministre de la justice, Moustafa Abdel-Jalil, à la tête « d ‘un gouvernement provisoire ». L’ambassadeur de Libye aux États-Unis, Ali Aujali, a déclaré que les opposants de Kadhafi s’étaient ralliés à l’initiative de former ce gouvernement provisoire. L’ambassadeur annonce aussi qu’il « apporte son soutien à ce gouvernement provisoire ».

L’Union européenne également « essaie d’établir des contacts avec le Conseil de transition libyen, » a indiqué une porte-parole de la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton.

Ce jour même, le commissaire européen à l’Energie Gunther Oettinger indique que « le régime de Mouammar Kadhafi ne contrôle plus les principaux champs de pétrole de Libye, désormais entre les mains de l’insurrection ».

Les évènements semblent s’accélérer dans la soirée puisque l’intervention de l’OTAN jugée inenvisageable dans un premier temps semble au contraire se préparer activement.

Hillary Clinton déclarait depuis Genève, dans sa conférence de presse, que l’armée américaine repositionnera ses forces navales et aériennes autour de la Libye, à toutes fins utiles…

Alors que tard dans la soirée l’ambassadrice américaine auprès des Nations Unies, Susan Rice, annonce (AFP) que Les Etats-Unis sont en discussion avec les membres de l’OTAN au sujet d’une éventuelle intervention militaire en Libye.

Cependant le chef du gouvernement provisoire précise aux micros de la presse présente à Benghazi qu’il « ne souhaite pas une telle intervention militaire », il demande de l’aide pour l’interdiction de survol de la Libye par les avions de Kadafi, « le reste on s’en charge », a-t-il ajouté.

Les insurgés contrôlent désormais la majeure partie de l’Est de la Libye mais les tueries continuent à Tripoli.

La Rédaction





Fil de l’actualité sur Tamazgha.fr
Suivre l’actualité en Libye









Articles dans la rubrique :

Actualité
22/09/16
1
L’Etat présente son troisième rapport périodique au Comité des droits économiques, sociaux et (...)

Lire l'article

03/09/16
0
Les autorités marocaines viennent, une fois de plus, d’user d’arbitraire à l’égard des militants de (...)

Lire l'article

30/08/16
0
En mars 2016, nous avons publié un article sur notre site pour évoquer le cas de la montagne (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


1 Message

  • - le fils aussi taré que le père :

    "Saif Al-islam Kadhafi, le fils cadet du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, a "nié" que le régime libyen ait attaqué des civils, dans une interview accordée à la chaîne britannique Sky News diffusée mardi. Interrogé sur le fait de savoir s’il démentait que les autorités libyennes s’en soient prises au peuple libyen, Saif al-Islam Kadhafi a répondu : "Oui, nous nions cela".

    "Je mets quiconque au défi de m’apporter la preuve" du contraire, a-t-il ajouté, précisant que les journalistes étaient libres de se déplacer où ils le voulaient dans le pays. Il a en outre reconnu qu’il n’y avait plus d’"armée organisée" dans l’est du pays, mais a rejeté l’idée que le gouvernement ne contrôlait plus cette région. "L’autorité civile est encore là-bas et est en contact avec Tripoli", a-t-il affirmé. (Source : AFP)