Accueil > Actualité > Des femmes marchent contre le mépris de la monarchie (...)
Des femmes marchent contre le mépris de la monarchie alaouite
Les femmes des villages de la région de Tadla-Azilal dans le Grand Atlas expriment leur colère.
dimanche 17 janvier 2010
par Masin

Depuis déjà des mois, ces femmes ne désarment pas. Elles n’arrêtent pas de manifester et de crier leur ras-le-bol malgré la menace de la répression des autorités marocaines. Alors que le monde amazigh fête le nouvel an - le 12 janvier -, ces femmes ont choisi d’organiser, le même jour, une marche vers Tizi n Isli pour protester contre leurs conditions de vie très difficiles. Elles réclamaient le désenclavement de leurs villages - coupés du monde à cause de la neige - des produits alimentaires, des ambulances et des chasse-neiges. En gros, des conditions d’une vie digne.

La plupart des villages situés dans la région de Tadla-Azilal, dont Tingarf, Boutferda et Tihouna sont coupés du reste du monde depuis des mois. Face à l’indifférence des autorités, les femmes ont choisi de marcher. Elles continuent de le faire depuis mars 2009. Les hommes, quant à eux, résignés, ils ont baissé les bras depuis des années.

Les habitants de ces régions montagneuses vivent dans l’indifférence totale. Cette triste situation nous rappelle celle qui prévalait et qui prévaut toujours à Anefgou et Tounfiyt dans le Moyen Atlas où plusieurs dizaines de bébés avaient trouvé la mort suite à la vague de froid en 2007.


La Rédaction.

Articles dans la rubrique :

Actualité
22/09/16
1
L’Etat présente son troisième rapport périodique au Comité des droits économiques, sociaux et (...)

Lire l'article

03/09/16
0
Les autorités marocaines viennent, une fois de plus, d’user d’arbitraire à l’égard des militants de (...)

Lire l'article

30/08/16
0
En mars 2016, nous avons publié un article sur notre site pour évoquer le cas de la montagne (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


15 Messages

  • Seule l’autonomie des peuples amazighs en Afrique du nord mettra fin au colonialisme mahométan dans les pays de Tamazgha. Les amazighs sont maintenant conscients de leur statut de colonisés et doivent donc se prendre en main en dehors de la sphère arabo islamo fasciste. L’autonomie est un droit international reconnu et auquel les amazighs ont droit.
    • en attendant cette autonomie chimerique combien de bébés, homme ou femmes berberes mourront encore ? En attendant cette autonomie rêvée et surtout chimérique la réalité est cruelle : des berbères avec des discours saturniens et idéalistes que la fumée des cigarettes dans emporte loin et d’autres berbères qui souffrent au quotidien. Ces femmes attendent de nous de la solidarité, de penser à leur enfants a leur mari. Faisons des chaines de solidarités : collectons du matériel pour le leur envoyer, contactons des ONG, faisons de vrais réseaux et du lobbying, agissons concrètement au lieu de nous servir des discours creux et bidon comme le font ceux que nous critiquons… que faisons nous concrètement pour ces gens ? que fait tamazgha.fr et ses grands militants ? si c’est du blabla arrêtez svp..
    • Des femmes marchent contre le mépris de la monarchie alaouite 21 janvier 2010 04:40, par La Mécréante !

      Aksil, lorsque tu dis ça : « L’autonomie est un droit international reconnu et auquel les amazighs ont droit », tu te trompes de planète.

      les imazighen ont les droits que leur ouma leur concède, c’est à dire de marcher courbés, de la fermer et crever la gueule ouverte.

      "autonomie" ne veut rien dire en soi si ce n’est une bâtardise politique.

      ces femmes marchent « contre le mépris de la monarchie alaouite », nous dit l’article. En bon français cela veut dire qu’elles veulent être intégrées dans l’arabo-islamerie du Makhzen.

      quand les imazighen (y compris les kabyles) se décideront à reconnaître qu’ils doivent sortir de la ouma-islamyia pour respirer autrement, on en reparlera.

      Si M-6 commence à envisager une autonomie régionale de son morceau de ouma, ce n’est pas pour faire un puzzle de son royaume arabe. dans "fédération" il y a le mot "fédérer". cela ressemble étrangement à "soumission" qui est la base de la muslimerie.

      • chère mécréante tout le monde sait que l’islam est un poison dont il est très difficile de se relever. C’est une arme de destruction massive avec ses mosquées, sa langue, sa philosophie,son terrorisme... Les amazighs n’ont jamais accepté la soumission par plaisir , les exactions subies et les génocides barbares subies de la part des arabo islamo fascistes sont pires que ceux subis par les arméniens ou les Kurdes. C’est un miracle que la Kabylie existe encore avec sa langue et sa culture. Le combat de Dihiya et d’Aksil n’est pas fini alors ne soyez pas défaitiste ou fataliste comme ça cher mécréante. Rendons hommage à non ancêtres et chassons la vermine de l’arabo-islamerie comme vous la définissez si bien.Amicalement
        • marche toujours... c’est bon pour les muscles 21 janvier 2010 13:05, par La Mécréante !

          Aksil,

          « chassons la vermine... etc », dis-tu. Mais à qui t’adresses-tu ? certainement pas à moi que cette "vermine" n’a jamais approché. Peut-être que tu peux en dire autant à moins que tu sois arrivé à t’en défaire, auquel cas bravissimo !

          mais va dire ça à ceux et celles qui "marchent" et s’arrêtent de "marcher" parce qu’il est l’heure d’aller lever leur cul (entre 1 et 5 fois/jour).

          je te répète, Aksil : ni défaitisme, ni surtout fatalisme (le fatalisme est une notion islamo-arabe). seulement réaliste !

          Dihiya, Aksil, et toute la bande, sont rentrés dans la légende. Ce ne sont plus que des légendes amazighes comme Tseriel et Lunja pour les kabyles. contrairement à Okba que les égorgeurs de leur allah maintiennent en alerte H/24 depuis des siècles.

          prends l’affaire sous n’importe quel angle, rien ne libérera la Kabylie (seule contrée qui m’intéresse) tant qu’il y aura une majorité de cul-en-l’air.

          azulations et désolations.

  • asnemmer 30 janvier 2010 15:02, par aqbayli
    dans toutes les luttes qu’on a connu en afrique du nord la femme a tjrs ete un element fondamental elle est le symbole de la dignite amazighe ... vive tamazgha libre et laique
    • asnemmer 1er février 2010 07:30, par La Mécréante !

      certes, Aqvayli. Mais c’était une autre époque. d’autres époques. Les descendantes de ces femmes-là sont aujourd’hui entchadorées, leurs mecs sont enturbannés, ils et elles (très vendredistes) n’ont d’oreille que pour la venimeuse parole qu’ils et elles avalent comme du miel.

      "Tamazgha libre et laïque" doit d’abord trouver un petit territoire sur Mars pour s’établir. La lune est trop près de la terre outre qu’elle régente la vie muslimiste.

  • Il y’a à peine une semaine, j’ai sillonné cette partie de Tamazgha (Itzer, Tounfit, Anfgou, Imilchil, Aghbala etc.)
    Des paysages tantôt spectaculaires, tantôt désolants. Des hameaux et des villages enfouis dans la neige et la boue, coupés du monde. Des femmes, des enfants et des hommes enveloppés dans leurs djellabas ou ponchos de fortune ; exposés aux rayons du soleil pour se réchauffer la journée et le soir autour d’un feu de bois (quand il y en a).

    Hormis les bergers et les quelques hommes qui essayent d’arracher à la terre un peu de nourriture, et des femmes qui s’affairent à longueur de journées pour constituer, bricoler ou faire un repas ; tout le restant de ces pauvres Amazighs est sans emploi.

    Des antennes paraboliques et des mosquées à hauts parleurs polluent leurs environnement sans leur apporter concrètement la bonne solution. Certains perdent le contact avec la réalité ou se replient sur eux-mêmes, d’autres deviennent abrutis aux regards vides, et les plus solides -heureusement nombreux- restent dignes et gardent leur fierté amazighe. Mais jusqu’à quand ?

    Seuls les ONG et les associations non makhzéniennes pourraient venir à leur secours, surtout pour leur apporter un soutien psychologique et les sortir du silence et de la soumission imposées par la doctrine arabo-islamique.

    • Des femmes des hommes et des enfants 31 janvier 2010 11:13, par La Mécréante !

      Ton récit est pathétique, Moha. Tu décris le quotidien des damnés de la terre. Ils sont très nombreux en terre mahométane. Pas seulement au Maroc. Même les enfants y compris bébés son des crevards en puissance. C’est aussi ça le mahométisme.

      trouvent-ils au moins quelque soulagement à leur faim dans ces mosquées gueulardes ? Ils y cherchent quoi au juste ? le mektoub qui remplira l’assiette de leurs gosses ?

      bref, on tourne en rond. La mendicité au coin de la rue ou la mendicité organisée via les actions des organisations caritatives déguisées sous des sigles à la con (ONG, associations, etc) ne changeront rien à la perversité et à la cupidité internationale.

      Ce que tu as vu ressemble à ce qu’était la paysannerie française et les manants au début du IXe. Comment s’en sont-ils sortis ?...

      les siècles s’écoulent et s’écouleront encore longtemps sur les mahométans miséreux. Ils sont mektoubistes. De ce fait ils ne font rien. Ils n’attendent rien de particulier. Ils traversent leur vie entre mosquée et mektoub.

      Désolée. Je ne verse pas une seule larme.

      • Des femmes des hommes et des enfants 1er février 2010 07:20, par La Mécréante !

        hello Moha !

        je voulais dire "début du XIXe (et non IXe). sorry.

      • Des femmes des hommes et des enfants 1er février 2010 07:44, par boul3wari@gmail.com

        Tout à fait d’accord avec toi La Mécréante, néanmoins tu m’interpelles sur une chose que j’ai omis d’écrire. Quand j’ai dis que "les plus solides -heureusement nombreux- restent dignes et gardent leur fierté amazighe. Mais jusqu’à quand ?"

        Et bien il n’y a pas de jusqu’à quand et comme tu l’as si bien dit, ils vivent avec le mektoub car ils sont à la fois bien embobinés par la religion et contrôlés par son pouvoir.

        Je tiens à dire que dans cette région de Tamazgha, en particulier aux environs d’Imilchil, il fût un temps où les Hommes Libres de "Aït H’diddou" tenaient tête à tout pouvoir répressifs et colonial pour défendre leur liberté et leur tradition. Aujourd’hui, ils sont comme en léthargie, vaincus laissant leur sort au "mektoub". A noter tout de même qu’ils ne font pas courbette comme tous ceux intégrés dans le systèmes ainsi que la majorité des citadins arabisés.

        • Des femmes des hommes et des enfants 7 février 2010 03:38, par La Mécréante !

          cher Moha,

          quelqu’un qui "laisse son sort au mektoub" n’est plus qu’une loque humaine irrécupérable, qui ne suscite aucun intérêt. Que "mektoub" s’en démerde et en fasse son affaire ! Même un moineau avec sa petite cervelle de pois chiche sait qu’il doit ramer pour becter, c’est sa mère qui le lui a appris...

          ce sont les parents mahométans qui "embobinent" leurs mioches dès le berceau, lesquels embobineront à leur tour. l’idéal de ces parents-là n’est pas de faire des hommes et des femmes de leurs enfants, mais des blattes de mosquées.

          Même le KGB n’a pas su faire ça.

  • Des femmes marchent contre le mépris de la monarchie alaouite 1er février 2010 09:32, par boul3wari@gmail.com
    L’homme ne serait jamais libre sans la liberté de la femme !
    • Des femmes marchent contre le mépris de la monarchie alaouite 7 février 2010 09:02, par La Mécréante !

      salut Boul3wari,

      si tu parles de "l’homme" et de "la femme" chez les mahométans, tu peux tirer un trait pour l’éternité sur le mot "liberté". Ces hommes sont des quadrupèdes. ces femmes sont des femelles donc quadrupèdes également. Pour y mettre de l’orde (à défaut de liberté), il faut un sorte de zoo et un dompteur qui ne lâche jamais sa cravache. le saoud et le perse font cela très bien.

      c’est quand ils cesseront d’empoisonner les enfants avec les conneries mecquoises et saoudites qu’une petite lueur pourrait commencer à poindre. c’est pour quand ? Jamais !

      je ne cesse de le claironner : la muslimerie est comme le rétrovirus que personne ne peut éradiquer à ce jour. la muslimerie colonise les gènes des mahométans,
      seule la mort peut y mettre fin.

      la muslimerie inculquée aux enfants leur devient une maladie auto-immune. Ils s’auto-détruisent après avoir essaimé à leur tour le gène de la mort violente, de la tuerie sauvage.

      en bref, "Liberté" et "islam", sont deux concepts anti-nommiques.

  • Je fais appel à toute personne et associations pouvant emporter des vêtements aux villages concernés. J’ai quelques vêtements pour bébé et pour adultes que je souhaite donner. Je laisse sur ce site mon adresse mail pour que l’on me contacte. Il faut juste des personnes de confiance, honnêtes et sincères. Tamccict. ferna laposte.net .