Le 22 mai
Evènements de 1980 en Kabylie
jeudi 20 mai 2004
par Masin

Jeudi 22 mai 1980.


On confirme que Ghezali Ahmed Ali joue bien le rôle de super-wali en Kabylie. Par ailleurs, Ferhat, du groupe
Imazighen Imoula et les quatre chanteurs du groupe "Yougourthen" ont été relâchés.

Des rumeurs contradictoires font état de la reprise des cours à Tizi, pour le samedi 24. Par ailleurs, tout le monde pense que, parmi les gens relâchés, figurent des gens "retournés" ou des appâts. On apprend par Algérie-Actualité, qu’en avril 1980, les grossistes avaient tentés d’organiser une grève des commerçants à Oran.

Par rapport aux arrestations, beaucoup de personnes confirment que c’est la police (renseignements généraux) qui a le plus fait subir de civismes corporels (tortures, etc.), la Sécurité militaire aurait utilisé seulement la psychologie et se serait comportée correctement.

Par ailleurs, à la Faculté Centrale d’Alger-Centre, une forte délégation musclée de "frères musulmans" ou de "baasistes" ( ?) a tenté vainement de provoquer les francisants-grévistes. Le groupe minoritaire a promis de revenir en force samedi. La police entourait l’Université, sur un plan général, le pouvoir fait tout un tapage démagogique sur le "programme anti-pénuries" destiné à calmer la population. Des mesures ont été prises en faveur des tarifs de taxis, en faveur des petits commerçants, des cadres, ect. On a même versé certaines primes supplémentaires dans les usines !

On donne aux gens comme Bencherif, Allag, Attaïlia comme les hommes forts du moment. Bélaïd Abdessiam se serait heurté à Taleb et Benhammouda en dénonçant la répression...
En ce qui concerne les heurts à l’Université d’Alger-Centre, les étudiants attendaient vers midi l’intervention du wali d’Alger.

D’autre part, les médecins de l’hôpital Mustapha se seraient mis en grève (les résidents ?) le mercredi 21 aprèsmidi et le jeudi 22. Les médecins réclamaient notamment la libération des médecins de Tizi-Ouzou détenus et la création d’une organisation autonome.

Le matin à la faculté de Droit de Ben-Aknoun, il y a eu d’importantes bagarres entre certains arabisants et certains francisants, alors que la faculté était encerclée par la police .

On note aussi des fouilles de voitures et des relevés d’identités sous prétexte de campagne d’assainissement qui serait réactivée et ce dans tout l’Algérois.

Par ailleurs, sur les murs de la faculté à Alger-Centre, les étudiants ont affiché les biographies de la plupart des vingt-quatre détenus afin d’informer les gens sur les personnes que l’on présente comme de dangereux subversifs !

- 20 et 21 mai 1980
- Du 16 au 19 mai 1980
- Du 5 au 15 mai 1980
- 3 mai 1980
- 1er mai 1980
- Du 21 au 28 avril 1980
- 21, 22, 23 et 24 avril 1980
- Dimanche 20 avril 1980
- Samedi 19 avril 1980
- Vendredi 18 avril 1980
- Jeudi 17 avril 1980
- Mercredi 16 avril 1980
- Mardi 15 avril 1980
- Lundi 14 avril 1980
- Dimanche 13 avril 1980
- Samedi 12 avril 1980
- Vendredi 11 avril 1980
- Jeudi 10 avril 1980
- Mercredi 9 avril 1980
- Mardi 8 avril 1980
- Lundi 7 avril 1980
- Dimanche 6 avril 1980
- 5 avril 1980
- 4 avril 1980
- Du 26 mars au 1er avril 1980
- Du 9 au 25 mars 1980

Articles dans la rubrique :

Chronologie des évènements d'avril 1980 en Kabylie
22/05/04
1
Mardi 27 mai 1980. A Alger, la situation s’est aggravée depuis quelques jours, elle ne fait que (...)

Lire l'article

21/05/04
0
Vendredi 23 mai 1980. Il semble bien que depuis près de deux mois le stade de Tizi-Ouzou n’est (...)

Lire l'article

16/05/04
0
Mardi 20 mai 1980. On apprend en fait que la grève générale en Kabylie a démarré le dimanche (...)

Lire l'article


Rejoignez nous