Accueil > Autres rubriques > Archives > Actualité-archives > Ferhat Mehenni écrit à Sarkozy :
Réfugiés Kabyles en France
Ferhat Mehenni écrit à Sarkozy :
"Les Kabyles constituent une sorte de communauté apatride que la France devrait traiter en tant que telle."
mercredi 17 septembre 2003
par Masin
Une délégation du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK), conduite par son porte-parole Ferhat Mehenni, a été reçue par les services du Ministre de l’Intérieur français, Nicolas Sarkozy, lundi 15 septembre. L’entretien a porté sur la situation des milliers de Kabyles, arrivés en France notamment depuis 2001, et qui se retrouvent sans aucun statut administratif.

A cette occasion, la délagation du MAK a remis un mémorandum pour "une solution définitive à ce problème".

A propos de ces milliers de Kabyles se retrouvant sans statut en France, le MAK dit dans son mémorandum qu’"en vérité, leur véritable statut, celui dont ils devraient relever est celui de réfugiés de guerre".

En effet, les Kabyles ayant quitté leur pays, la Kabylie, l’ont fait car contraints par le régime arabo-musulman d’Alger dont la politique anti-amazighe a été jusqu’à l’usage d’armes de guerre contre des manifestants pacifiques en Kabylie.

Vu cette réalité, l’on se demande si le seul et véritable statut qui convient à ces Kabyles ne serait pas, naturellement, l’Asile politique ?!

Ci-dessous le Mémorandum présenté par le MAK au Ministre de l’Intérieur français.


TIMANIT I TMURT N IQVAYLIYEN

Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie.

Mémorandum sur les "sans papiers" kabyles

A Monsieur Nicolas SARKOZY,

Ministre de l’Intérieur de la République française.

Monsieur le Ministre,

Le Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie vous remercie de l’audience que vos services lui ont accordée sur le problème des "sans papiers" kabyles. Votre attention et votre écoute qui nous sont précieuses vous honorent et grandissent la France dans nos cœurs. Nous vous en sommes très reconnaissants.

Nous savons combien le problème des "sans papiers" auquel vous êtes confronté de manière générale et que vous désignez sous l’expression "d’immigration clandestine", est complexe et délicat. Notre intention, à travers cette intervention, n’est pas de vous le compliquer davantage mais d’essayer de vous en faciliter la solution, de vous en suggérer une, du moins pour son volet kabyle que nous connaissons dans tous ses détails. Et il est vrai que le cas des Kabyles est assez particulier pour mériter, auprès de vos services, un traitement spécifique. En effet, il se singularise par plusieurs aspects dont les plus importants nous semblent être les suivants :

- 1. Il y a d’abord le nombre. Aucune communauté humaine parmi les "sans papiers" actuellement en France n’a atteint l’ampleur numérique des Kabyles. Ceux-ci seraient actuellement environ 60000 à 80000 personnes. C’est un chiffre qui gonfle chaque jour un peu plus.

- 2. Leur problème n’est pas celui de « l’immigration clandestine », ils entrent tous en France en toute légalité avec des visas et demandent leur installation sur le territoire français dans les délais impartis par la loi. Ils ne sont pas en défaut vis-à-vis de la réglementation de la République.

- 3. Le statut auquel ils aspirent tous, une fois arrivés, est celui de "résident" et non ceux de "l’asile territorial" ou de "réfugié politique" qu’ils justifient par un certain nombre d’arguments et de preuves que l’administration considère discutables. En vérité, leur véritable statut, celui dont ils devraient relever est celui de "réfugiés de guerre". Leur région d’origine est soumise à une violence d’Etat dès l’indépendance de l’Algérie. Depuis avril 2001, elle s’est muée en une violence armée unilatérale exercée par le pouvoir algérien à l’encontre de la Kabylie et dont le nombre de morts est déjà de 123. Beaucoup de blessés faits par les corps de sécurités algériens parmi les Kabyles se font encore soigner en France d’où ils ne repartiront probablement pas dans l’immédiat. Si on y ajoute la violence terroriste que pratiquent les groupes islamistes à travers les "faux barrages" et les incursions dans les villages on peut dire que les Kabyles sont, potentiellement, tous en danger.

- 4. Négocier leur cas avec le gouvernement algérien, dont ils relèvent officiellement, serait une façon de les livrer à leurs bourreaux. Ceux qui les ont chassés de leur pays, qui les ont poussés à l’exil ne sauraient être leurs défenseurs. Les Kabyles constituent une sorte de communauté apatride que la France devrait traiter en tant que telle. Seuls des délégués dûment mandatés par elle pourraient la représenter auprès des autorités françaises. Les Kabyles ont perdu confiance en un pouvoir qui en quarante ans de règne ne les a traités que par le déni en tous genres, le mépris, la suspicion, la matraque, la prison et la mort.

Monsieur le Ministre,

La solution pour cet épineux problème, telle que nous l’envisageons, résiderait dans une démarche concertée au sein d’une commission ad hoc comprenant vos services, des représentants d’organisations humanitaires françaises et ceux d’organisations kabyles existantes en France. Dès lors que vos services se déclarent attachés à une solution qui passe par l’étude du cas par cas, cette commission permettra de débouter toute demande de "régularisation" émanant de personnes incapables d’honorer leur engagement républicain vis-à-vis de votre pays. Il est hors de question pour nous d’exporter nos délinquants vers la France. Nous avons tellement de respect pour ses valeurs et sa générosité que nous ne saurions porter atteinte à sa stabilité à laquelle nous sommes plus qu’attachés.

Monsieur le Ministre,

A travers cet afflux massif de Kabyles vers la France et sur lequel nous sommes disposés à discuter avec Vous pour une solution définitive, nous voudrions souligner tout l’intérêt qu’a la République à les accueillir et à les intégrer. En effet, malgré les risques d’exploitation politicienne de cette perspective par certains de vos adversaires, il y a lieu de noter le fait que l’écrasante majorité des Kabyles en quête d’une carte de résident en France est jeune, instruite, démocrate et laïque. Elle est imprégnée des valeurs, de la langue et de la culture françaises et constituera, à coup sûr, un rempart contre l’intégrisme islamiste qui gangrène certaines banlieues et certaines villes de France.

Le Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie est à Votre disposition pour accompagner l’ensemble de Vos initiatives et leurs étapes dans la voie d’une solution heureuse pour la France comme pour la Kabylie.

Avec notre très haute considération.

Paris, le 15 Septembre 2003.

pour le M.A.K,

Ferhat MEHENNI.

Articles dans la rubrique :

Actualité-archives
02/04/08
0
A l’occasion de la vingt et unième commémoration de l’assassinat d’André Mécili, un recueillement (...)

Lire l'article

17/09/07
2
Le Tribunal administratif de Montpellier a rejeté, lors de l’audience du 17 septembre 2007, la (...)

Lire l'article

15/09/07
3
C’est au centre de rétention de Sète qu’Ali Ouaskou attend la décision du tribunal administratif de (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


6 Messages