Accueil > Actualité > Hajer Barbana, l’initiatrice du mouvement des jeunes (...)
Hajer Barbana, l'initiatrice du mouvement des jeunes amazighs en Tunisie
Parcours d’une blogueuse qui, pour Tamazight, a affronté les despotes tunisiens…
dimanche 9 août 2015
par Masin
Hajer Barbana, surnommé par ses camarades du Mouvement amazigh tunisien "la sage". Il le doit à son sérieux et son engagement exceptionnel pour la promotion de la culture amazighe.


Hajer Barbana


C’est en 2004 que Hajer a inauguré le débat sur l’identité de la Tunisie sur la toile Internet avec le blog "Werghemi-werghemi pour la culture amazighe" dans laquelle elle a publié des recherches sur l’histoire des Amazighs en invitant les internautes tunisiens à mener une réflexion et s’interroger sur leur Histoire.
Werghemi s’adressait à un large public. Avec son ouverture et son style, Haajer a su, à travers cette tribune, contribué à bouleverser les pensée de plusieurs jeunes convaincus qu’ils étaient Arabes, certains jusqu’à croire que leurs ancêtres viennent vraiment d’Arabie Saoudite…

Lorsque le blog a commencé à susciter des débats constructifs sur l’Amazigité de la Tunisie, la police du régime de Ben Ali est intervenue pour censurer le blog. Il est ainsi interdit de penser sur Tamazgha et l’identité de l’Afrique du nord au temps du règne du despote connu chez les Arabes par "Zayn el arab" (= le meilleur des Arabes).
Malgré cet arbitraire, Hajer ne baisse pas les bras et met en place le blog "Om Hanani" qui ne tarda pas à être, à son tour, censuré pour les mêmes raisons : le débat sur l’identité amazighe de la Tunisie qu’il suscite. Juste avant la censure de ce deuxième blog, Hajer a déclaré, pour la première fois, que "Bourguiba, le père de la nation tunisienne et le libérateur de la femme, est un berbère d’origine du Misurata Son ouverture d’esprit est l’héritage de son background culturel amazigh d’essence matriarcal".

De censure en censure, la plume de Hajer ne se plie pas et poursuit son action, n’en déplaise aux agents du système panarabiste tunisien, en faveur de l’Amazighité et les Amazighs à travers le monde.
En 2008, elle participe au dialogue des jeunes lancé par Ben. Dans cette tribune virtuelle, lancée par le ministère des jeunes, Hajer a contribué, avec son esprit critique et audacieux, à faire réfléchir sur l’histoire, les coutumes et l’identité des Tunisiens. Des valeurs, selon elle, enracinées dans l’histoire de l’humanité mais marginalisées par programmes scolaires de la Tunisie.

Vu sa contribution active à ce débat, Sadok Chaabane l’a invitée pour lui rendre hommage en lui remettre un cadeau au nom du ministère en guise de reconnaissance pour son travail de sensibilisation des jeunes à leur Histoire. Amazighe et rebelle qu’elle est, Hajer n’a pas répondu à l’invitation du ministre : elle ne pouvait pas croire que le système de Ben Ali allait honorer la bloggeuse amazighe qu’elle était et la laisser dénoncer l’arabisation de la Tunisie. Tenant à son indépendance, elle a préféré continuer son combat loin des cercles officiels en saisissant toute opportunité de débat qui se présente à elle pour faire vibrer les âmes de ses compatriotes et attire leur attention sur l’héritage de leur passé glorieux qui risque l’oubli et la marginalisation, lequel héritage, selon elle, est menacé par le fanatisme alimenté essentiellement par l’idéologie qui vient des Etats du Golf.

La plume de Hajer n’avait pas de limites. Il lui est arrivé d’aller sur un site saoudien nommé "Histoire" et s’est lancée dans un débat visant à montrer aux internautes des pays du Golf et d’Arabie Saoudite la vraie histoire de l’Afrique du nord qui n’a jamais été arabe. Elle renouvèle la même expérience avec le Club de la pensée arabe et leur site "La Tempête".
En 2009, Hajer s’est orientée vers Facebook. Ce réseau social l’a beaucoup aidé à constituer une communauté de jeunes intellectuels tunisiens qui s’interrogent sur Tamazight.

Deux ans durant, notre Bloggeuse a su former et mobiliser plusieurs jeunes internautes tunisiens. Et pour la première fois dans l’histoire de la Tunisie, des défenseurs de l’Amazighité mènent des débats avec les marxistes, les islamistes et les féministes pour soutenir et défendre l’esprit progressiste de la société amazighe tout au long des siècles.

Le militantisme de Hajer a quitté le monde virtuel en 2011, après la révolution. Lors des manifestations qui avaient marqué cette révolution, elle était la première à porter le drapeau amazigh scandant " oui je suis Tunisienne, je suis la sœur des Touaregs, je suis la fille de l’Afrique et je suis Amazighe avec toutes ses couleurs !".

Elle se lance ainsi dans le combat pour la reconnaissance de Tamazight, elle collabore avec les militantes de Tamazgha pour échanger les expériences, et elle contribue à la fondation de la première association amazighe en Tunisie : "Association tunisienne de la culture amazighe" (ATCA). Elle affronte les fanatiques islamistes, elle mène les débats avec les nationalistes arabes, elle se met au service des chercheurs, des universitaires qui souhaitent effectuer des recherches sur la culture amazighe,…

Sayed Chtioui, un chercheur en anthropologie, a écrit un jour ceci : "je suis l’élève de Hajer Barbana, cette jeune fille m’a instruit". Beaucoup de jeunes activistes, chercheurs, journalistes reconnaissent le rôle déterminant de Hajer Barbana dans l’action qui a éveillé les consciences, notamment au sein de la jeunesse, en Tunisie sur l’Amazighité et ne manquent pas de lui témoigner respect et reconnaissance.


JPEG - 8 ko

Maha Salem Jouini

Articles dans la rubrique :

Actualité
09/12/16
0
Le Centre international des cultures populaires (CICP) abritera une journée de solidarité avec (...)

Lire l'article

02/12/16
0
Samedi 3 décembre 2016 à 15h, à Place de la République à Paris. Le Comité international pour la (...)

Lire l'article

26/11/16
0
Rmexzen aɛuṛubi n ccuṛfa di Rbaṭ, i dinni yegga ufṛansis d uṣpanyu, lebda ixes ad yarz tagrawla di (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


2 Messages

  • Azul c’est un plaisir de voir l’éveil de mes sœurs Et frères Amazigh tu as Espoir est de redonner à l’Afrique du nord son identité Amazigh Par l’’ensemble de ces peuple L’Union Nord Africaine Berbère A fin de supprimer union maghreb arabe Ont est pas des koriches

    repondre message

  • afous deg fous 8 octobre 2015 13:00, par tayeb
    par ce message je tiens à te rendre hommage et à rendre hommage à touts les militants amazigh tunisiens, mais aussi à rendre un vibrant hommage à toutes les mères amazigh qui ont su comment transmettre la langue et la culture berbère à leur progéniture. par cette article aussi je tiens à t’exprimer notre solidarité et notre fierté par rapport à tous ce que vous fêtes pour la promotion de la culture berbère. enfin je vous souhaite bon courage et surtout ne vous laissez pas décourager par les manœuvres des systèmes politiques des pays du Maghreb. seul la persévérance et la foie en notre cause paye. bon courage

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.