Accueil > Actualité > L’Inernational Crisis Group : deux poids, deux (...)
L'Inernational Crisis Group : deux poids, deux mesures.
lundi 30 juillet 2012
par Tamilla
Le 18 juillet dernier l’International Crisis Group a rendu public un rapport intitulé « Mali : éviter l’escalade » dans lequel est décrite la situation actuelle que traverse la région. Ce rapport recommande également un certain nombre de mesures à prendre afin d’éviter l’embrasement dans l’ensemble du territoire sahélien.
Si ce rapport, contrairement à d’autres, a le mérite de soulever des points pertinents dans la crise qui secoue cette région, il reste néanmoins superficiel et assez partial sur la problématique « touarègue ».

En effet, dans son rapport, cette organisation revient sur les raisons de la récurrence des rébellions dans ce qui était jusqu’au 6 avril 2012 le Nord du Mali, c’est-à-dire l’Azawad. On se demande d’ailleurs pourquoi cette organisation continue de considérer cette région comme faisant partie du Mali ? Si la déclaration d’indépendance de l’Azawad y est mentionnée, les rédacteurs feignent bien de l’ignorer tout au long de leur document. Or, comment prétendre objectivement contribuer à l’amélioration de la situation des populations de l’Azawad si on écarte d’emblée la possibilité d’instaurer un État de l’Azawad indépendant ? Et cela alors même que ce rapport ne manque pas de souligner que la première cause de la situation actuelle est « à rechercher du côté des autorités maliennes dans leur mode de gestion du Nord, qui n’a pas répondu aux attentes sécuritaires, économiques et sociales des populations. Ces aspirations insatisfaites sont profondément ancrées dans l’histoire et ont provoqué de multiples cycles de soulèvement armé et de répression au cours du 20ème siècle »(page 2 du rapport) … C’est-à-dire, depuis que la France, ancienne puissance coloniale, a mis ce territoire « sous la tutelle » d’un nouvel État colonial, le Mali.

Il apparait pourtant clair que, dans un tel contexte, seul un État indépendant, celui de l’Azawad, est en mesure d’assurer liberté et dignité aux populations de cette région du monde. C’est en tous cas la conviction profonde du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) qui demeure, malgré les tentatives de l’évincer ou d’amoindrir son rôle en mettant en avant les groupes islamistes, l’acteur central du conflit que vit l’Azawad aujourd’hui.

D’ailleurs, ce rapport ne participe-t-il pas lui-même à cette propagande médiatique occidentale, plus particulièrement française, visant à « couper l’herbe sous le pied » au MNLA ? En accordant un même statut au MNLA et à Ansar-Dine, mouvements radicalement opposés dans leurs objectifs et dans leurs pratiques, l’ICG, à travers sa mesure n°12 (voir le rapport, page iii), contribue immanquablement à brouiller les pistes et à occulter la revendication principale du MNLA : l’irrévocabilité de l’indépendance du territoire de l’Azawad.


Souscrivant au discours ambiant présentant le Mali comme « un des modèles de progrès démocratique en Afrique subsaharienne » (page 19), ou en tout cas considéré comme tel pendant plus de vingt ans, ce rapport se rend complice de la cécité qui frappe la communauté internationale face aux exactions, aux discriminations et à la marginalisation que subissent les Touaregs de la part de l’État malien depuis sa naissance.

En effet, alors même que le rapport signale :

-  l’existence ancienne de problèmes structurels dans ce qui était considéré comme la « société malienne » dus à de profondes divergences entre Nord et Sud de cet État ;

-  que les revendications politiques du Nord ont été sévèrement réprimées par le pouvoir de Bamako à différentes reprises dont « les crimes sont restés impunis, ni même officiellement reconnus du passé. » (page 2) ;

-  et enfin que « les récits de massacres, des empoisonnements de puits et de l’exil forcé de 1963 ou des règlements de compte sanglants perpétrés par les milices pro-gouvernementales contre les civiles touaregs dans les années 1990 sont transmis à chaque nouvelle génération de combattants et façonnent une mémoire collective ponctuées de violences subies et de souffrance » (page 2)

Il est frappant de constater que le rapport recommande néanmoins le soutien à une remise sur pied des institutions politiques au Mali (Sud donc) afin de « reconquérir le Nord » (Cf. entre autres les points 10 et 19 des recommandations). En somme, il faut, nous dit le rapport, aider l’État malien, coupable de ce qu’il convient de qualifier de crimes de guerre, à se remettre sur pied pour poursuivre sa politique d’exactions, de marginalisation et d’anéantissement du peuple touareg !
On marche vraiment sur la tête !!!
On marche d’autant plus sur la tête que, comme le rapport a le mérite de le souligner, les puissances occidentales, dont la France au premier rang, adoptent une position on ne peut plus ambigüe sur la question. Tout en en exprimant la volonté de s’attaquer au terrorisme islamiste, tout en criant au scandale, à travers les médias, lors d’accords avortés entre MNLA et Ansar Dine, la France continue d’ignorer le MNLA. Pis encore, alors qu’Alain Juppé, alors ministre des affaires étrangères, a appelé à une résolution politique de la crise, son remplaçant au Quai d’Orsay, Laurent Fabius, soutient, lui, une intervention militaire contre un peuple déjà meurtri depuis plusieurs décennies.

Pourtant le MNLA ne cesse de rappeler un de ses principes de base : la laïcité, et un de ses objectifs : construire l’État de l’Azawad qui, avec d’autres forces internationales, combattra AQMI et l’éradiquera de son territoire. La position de la France reste en effet incohérente et mérite un éclaircissement.

On se demande d’ailleurs pourquoi le présent rapport "omet" (se garde bien) de mentionner les nombreux évènements organisés dans l’Hexagone, et même au-delà, en faveur du MNLA et de l’Azawad [1] ? Si on pouvait compter sur les médias français pour ne pas faire de bruit autour de telles actions, les rédacteurs du rapport n’ont pas pu ignorer de tels évènements [2]. À moins qu’il y ait, là encore, une volonté d’occulter tout élément rappelant et appuyant la légitimité de la revendication du MNLA d’avoir libéré le territoire de l’Azawad et sa volonté d’y construire un État capable de répondre aux aspirations des populations vivant sur place à mener une existence libre, digne et sereine dans le respect de tous les droits humains.

Ainsi, pour ne pas continuer la politique du « deux poids, deux mesures » [3] concernant le peuple touareg, et pour une réelle stabilité, à long terme, dans cette région du monde, il serait plus judicieux de recommander d’aider les Azawadiens à se doter d’institutions étatiques solides afin d’entamer la construction d’un État dont les bases démocratiques et laïques n’ont jamais cessé d’être revendiquées par le mouvement ayant libéré ce territoire, le MNLA.


Tamilla At Ali

Télécharger le rapport de l’ICG en format PDF


PDF - 2.7 Mo

Résumé du rapport

Notes

[1Voir sur www.tamazgha.fr les comptes rendus (avec vidéo) des rassemblements organisés par l’association Tamazgha à Paris, l’association Zari à Maseille, l’ACBB à Rennes, Coalition amazighe de soutien d’Amérique du Nord, etc.

[2Cf. p 12, notamment la note n°76.

[3On remarquera que les rapports rédigés par les ONG internationales traitent souvent de manière partielle pour ne pas dire partiale la problématique touarègue : Cf. par exemple la recommandation n°12-c portant sur l’injonction au MNLA de collaborer à l’établissement des faits à propos des « exactions d’Aguelhoc et de toutes celles qui ont été perpétrées à l’occasion de la conquête militaire du Nord », alors même qu’aucune référence n’est faite aux exactions et aux pillages subis par la population touarègue vivant à Bamako et alentours à cette même période.

Articles dans la rubrique :

Actualité
09/12/16
0
Le Centre international des cultures populaires (CICP) abritera une journée de solidarité avec (...)

Lire l'article

02/12/16
0
Samedi 3 décembre 2016 à 15h, à Place de la République à Paris. Le Comité international pour la (...)

Lire l'article

26/11/16
0
Rmexzen aɛuṛubi n ccuṛfa di Rbaṭ, i dinni yegga ufṛansis d uṣpanyu, lebda ixes ad yarz tagrawla di (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


7 Messages

  • L’Inernational Crisis Group : deux poids, deux mesures. 30 juillet 2012 20:19, par din qessam
    Tout compte fait le peuple amazigh est unique au monde : il n’a pas d’amis, au contraire tout le monde est contre lui y compris l’ONU, les ONG, les Droits de l’Homme... Par contre ses ennemis sont soutenus par le monde entier, quels que soient leurs crimes envers lui. De deux choses l’une messieurs imazighen : ou bien nous devons quitter cette planète (qui ne cherche que notre anéantissement) pour une autre où il n y aurait pas d’hommes, ou alors rester sur cette planète et défendre nos intérêts sans tenir compte d’aucune loi humaine ou inhumaine, d’aucun avis ou opinion (surtout internationale). Cela suppose que imazighen renoncent à toute religion et construisent eux memes leurs propres lois morales. Tant que nous ne sommes pas indépendants sur ce point-là nous continuerons à disparaître lentement mais sûrement.

    repondre message

    • Mais l’ami, les imazighen le font sciemment, ils n’ont besoin de personne pour leur donner un coup de pied au c..., ils se le donnent volontiers, ils dribblent même... C’est la daâwassou personnifiée ! Il suffit de regarder ce qu’ils ont fait de leur propre village et inutile de dire que c’est la faute de tel ou tel...

      repondre message

    • Azul akkwit s-umata,

      Mais enfin quand allez vous comprendre, que l’on peut créer n’importe quel etat type république arabe sahraouie, en plein coeur de Tamazgha aucun problème, mais des qu’il s’agit de réaliser les aspiration des Imazighen et-ce même en y incluant d’autres populations, alors la on touche à la France-Arabie.

      Dailleurs, revendiquer notre amazighité c’est remettre en cause les frontières, la géopolitique non seulement de la France, mais aussi des U.S.A.

      Bref personne ne lèvera le petit doigt pour nous venir en aide, il appartient aux Imazighen eux même de faire le necessaire afin de retrouver notre indépendance, maintes fois usurpées par des forces occultes.

      Noublions pas que l’islamisme a été crée par les Nazis, ensuite récupérer par les U.S.A via leur service l"acomlib" qui ont trs tôt noyauté les frères musulmans basés au Caire.

      Aujourd’hui l’ont pratiquerai des exactions tels que lapidations d’un couple non marié et-ce jusqu’à ce que mort s’en suit ces jours derniers à Agelhuk près de Kidal, (information à confirmer) mentionnée par SIWEL. Cependant si tel est le cas les méfaits d’Ansar din seront considérés comme crime contre l’Humanité et ceux -ci devront en répondre devant un tribunal humanitaire, bien sûr l’on est pas dupe ces exactions qui pourraient hélas augmenter en horreur ont pour objectif de faire intervenir une force extérieure afin d’anéantir toute vélléité d’indépendance Targui et au delà de tous les Imazighen.

      Car l’Avenir c’est Tamssena, l’immensité du désert avec toute l’énergie solaire que l’on peut en tirer à l’heure où le pétrole commence à tarir, à l’heure où les pays de la péninsule arabique achète à coup de milliard des terres arables afin de s’assurer de s’approprier les réserves alimentaires etc...

      Tamssena, Tiniri, tanezzruft, appartiennent aux Imazihen, et l’Avenir s’y situe de part ces richesses qu’il renferme de part son immensité et aussi de la mence qui pèse sur la planète.

      Maca, tardast, tardast ad nawedh s-angga yeghs w-ul.

      Tanemmirt, azul seg’ul

      AGWZUL

      repondre message

      • Union Africaine, UN, NATO, la France ext... sont qu’un complot pour envahir l’AZAWAD et aneantir le MNLA.
        Ansar Dine , AQMI et tout le reste ont ete mis en place par ces memes nations qui crient au LOUP, pour ainsi duper les imbeciles a croire que c’est l’injustice qui les pousse a reagir et sauver les gens de ce sahara maudit << faute de ce qui est cache dans son sole>>.
        Si vraiment les puissances mondiales sont concernees par l’injustice barbare et ses attrocitees. Pourquoi ne commencent t’elles pas par l’Arabie Saoudite et ses voisins qui decapitent des centaines de victimes chaque annees ?

        http://youtu.be/QSBjClqgEJA

        The moment man was publicly beheaded in a Saudi Arabian car park for being a ’sorcerer’

        44 people have been executed in Saudi Arabia this year
        Alarming rise in killings since end of Ramadan
        Seven killed since Sept 5, when executions restarted
        140 prisoners facing the death penalty

        By Oliver Pickup

        Voir en ligne : L’International Crisis Group:deux poids deux mesures

        repondre message

      • Pourquoi personne ne pose la question du ,pourquoi l’occident et ses affidés d’une manière générale et plus particuliérèment la FRANCE refusent de voir la renaissance d’un état amazigh libre et laïc en Afrique du Nord ?

        si certains le savent parmi Imazighen d’autres certainement pas.

        alors ,que l’on apporte un éclairage...

        repondre message

  • Chère Thamilla, Merci, pour cet article bien écrit et qui explique parfaitement la situation en même temps qu’il interpelle, tous ces pays qui se disent droit de l’homme et autres alors même que les autorités maliennes et leaders d’opinion et religieux confirment avoir donné la main au diable du MUJAO, personne ne crie au scandale, par contre on donne l’accord pour que des drones finisse le génocide entamé depuis 509 ans. Ce qui est sur , c’est que ce ne sont pas les maliens qui tirerons profit des retombées attendus peut être ramasseront-ils les miettes sur les cadavres de leurs frères touaregs ...

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.