Accueil > Actualité > L’impérialisme islamique sévit en Kabylie...
L'impérialisme islamique sévit en Kabylie...
dimanche 29 juillet 2012
par Masin
Quoi de plus attendu d’un État qui fait de l’islam sa religion officielle qui réprime celles et ceux qui ne respectent pas les règles édictées par cette religion ? Nous le voyons au quotidien : intolérance inquisitoire ! Et l’État algérien est désormais sur les “apostats” religieux.
C’est ainsi qu’un jeune homme d’At-Douala, Slimane Rebaine, surpris par la police entrain de se rafraichir [1]en plein jour, a été arrêté et passé à tabac par les policiers. Des médias algériens font également état de l’arrestation de trois jeunes de la région de Boumerdès par des policiers le 27 juillet. Les trois jeunes ont été surpris en train de fumer dans une maison abandonnée dans un village des Issers. Ils ont été conduits au commissariat avant d’être présentés devant le procureur général qui a ordonné leur détention provisoire.


Et lorsqu’on voit certaines organisations de droits de l’Homme dénoncer des atteintes à la liberté individuelle, il y a de quoi se poser des questions... C’est le cas de la Maison des droits et du citoyen de Tizi-Ouzou (MDHC-TO), filiale de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme, qui dénonce l’agression par la police du jeune kabyle d’At-Douala [2]. Et si la MDHC-TO dénonce cet acte de la police algérienne, c’est parce que, dit cette organisation, "la liberté de culte et la liberté de conscience sont des droits garantis par la constitution algérienne et par les Pactes Internationaux relatifs aux droits de l’homme que l’Algérie a ratifiés". Doit-on comprendre que si la constitution algérienne ne garantissait pas cette liberté de conscience, l’attitude de la police algérienne aurait été considérée normale ?
Et comme si la discrimination religieuse était un fait nouveau avec cet État !

La discrimination religieuse, ou plutôt l’impérialisme islamique de l’État algérien, est institutionnelle et constitutionnelle. L’on se demande d’ailleurs pourquoi ces organisations de défense de droits de l’Homme n’osent pas dénoncer cet impérialisme.
Ces organisations ne peuvent pas ignorer, par exemple, que la loi algérienne n’autorise pas un non-musulman à avoir la tutelle légale d’un enfant ? Ainsi, la personne qui souhaite accueillir (adopter) un enfant mineur et qui n’est pas de religion musulmane, ou qui n’a pas du tout de religion, se voit refuser, par la loi, ce droit. Cette condition d’appartenance à la confession musulmane pour pouvoir accueillir un enfant abandonné est dictée par la loi n° 84-11 du 9 juin 1984 portant code de la famille.
Ces organisations ne peuvent pas ignorer que la loi algérienne ne permet pas aux femmes de nationalité algérienne, considérées systématiquement musulmanes, d’épouser des non-musulmans. Ce qui contraint le fiancé qui tient absolument à épouser sa bien-aimée de se convertir à l’islam. La réglementation va encore plus loin : elle exige de cet étranger candidat au mariage avec une Algérienne, et qui accepte de se convertir à l’islam, la preuve de son acte de conversion par la constitution d’un dossier qui comprend un certain nombre de pièces dont un certificat médical prouvant sa circoncision. Et beaucoup, malheureusement, acceptent cette humiliation.

Et pour revenir à ce mois de la privation de nourriture que s’imposent les musulmans, les restaurants et cafés sont fermés par décrets officiels. C’est la dictature islamique imposée par l’État lui-même. Ces organisations des droits de l’Homme et de défense des libertés individuelles ne doivent-elles pas dénoncer des mesures pareilles ?
C’est dire que la violation des droits est une pratique au quotidien et inscrite dans les textes de l’État. Et l’arrestation par la police de l’État algérien d’un individu qui mange pendant que les musulmans observent le jeûne, n’est qu’une manifestation logique et tout à fait normale de cet impérialisme islamique qui est l’un des fondements de l’État algérien.

Bien sûr qu’il faut dénoncer ce qui est arrivé à Slimane Rebaine et aux trois jeunes de Boumerdès, et il ne doivent pas être les seuls à subir l’humiliation de la police algérienne. Bien sûr qu’il faut leur exprimer soutien et solidarité et ne pas les laisser seuls face à une administration raciste et arbitraire. Mais il est encore mieux de dénoncer et combattre ce qui permet à cette administration, qui en réalité ne fait que faire observer la légalité (apparemment chère à nos amis de la MDHC-TO !), de porter atteinte aux libertés individuelles et collectives.

Ce ne sont donc pas les chantiers qui manquent à ces organisations en matière de défense de droits de l’Homme menacés par l’État algérien. Et elles ne doivent pas attendre qu’un citoyen soit agressé par la police pour réagir... Elles doivent dénoncer partout les lois racistes et discriminatoires de cet État...

Mais en réalité, le véritable chantier, et le seul chantier qui a un sens, est celui qui consiste à démanteler cet État voyou pour bâtir un État (ou des États) débarrassé(s) de ces pratiques moyenâgeuses et qui aura pour fondement la liberté. Et que l’impérialisme arabo-musulman disparaisse à jamais sur cette Terre qui a tant souffert de ce fléau qui ne cesse de prendre de l’ampleur et qui devient une sérieuse menace à notre existence et à nos libertés.

Ci-après la déclaration de la Maison des Droits de l’Homme et du Citoyen de Tizi-Ouzou.

Masin Ferkal


Déclaration


Une fois de plus, mais également une fois de trop, des policiers se sont érigés en "pourfendeurs du vice et en gardiens de la vertu" dans la wilaya de Tizi-Ouzou.
En effet, en ce jour du 26 juillet 2012, des policiers de Beni Douala ont violenté Mr. Rebaine Slimane, 36 ans, pour avoir été surpris en train de boire de l’eau.
Rappelant que la liberté de culte et la liberté de conscience sont des droits garantis par la constitution algérienne et par les Pactes Internationaux relatifs aux droits de l’homme que l’Algérie a ratifiés, la Maison des Droits de l’Homme et du Citoyen de Tizi-Ouzou (MDHC-TO), structure légale de la Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH) :
Dénonce l’interpellation et le passage à tabac du citoyen Rebaine Slimane,
Assure la victime de son soutien,
Et appelle toutes celles et tous ceux qui refusent de voir l’Algérie sombrer dans l’inquisition à rester vigilant(e)s et mobilisé(e)s.



Tizi-Ouzou, le 27 juillet 2012,
P/ la MDHC–Tizi-Ouzou
Le Coordinateur.
Arezki Abboute.



Pour avoir une idée des discriminations pratiquées par l’État algérien, lire le rapport de Tamazgha au Comité des droits économiques, sociaux et culturels, des Nations Unies, en 2010 : Cliquer ici

Court témoignage de Slimane RebaIne

Notes

[1Certains disent qu’il a été surpris entrain de manger, d’autres précisent même qu’il l’a fait discrètement dans un coin, comme si ce n’était pas normal de le faire publiquement !

[2Il est déplorable que des organisations kabyles, ou du moins basées en Kabylie, fassent usage de toponymes arabisés. C’est le cas de cette MDHC-TO qui parle de "Beni Douala" au lieu d’"At-Douala".

Articles dans la rubrique :

Actualité
09/12/16
0
Le Centre international des cultures populaires (CICP) abritera une journée de solidarité avec (...)

Lire l'article

02/12/16
0
Samedi 3 décembre 2016 à 15h, à Place de la République à Paris. Le Comité international pour la (...)

Lire l'article

26/11/16
0
Rmexzen aɛuṛubi n ccuṛfa di Rbaṭ, i dinni yegga ufṛansis d uṣpanyu, lebda ixes ad yarz tagrawla di (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


10 Messages

  • L’impérialisme islamique sévit en Kabylie... 29 juillet 2012 06:00, par La Mecreante !

    -  « Quoi de plus attendu d’un État qui fait de l’islam sa religion officielle qui réprime celles et ceux qui ne respectent pas les règles édictées par cette religion ? »

    cela s’appelle un État islamiste dont la charia est à la fois "le Code Civil" et "le Code Pénal".

    il n’y a rien d’autre à parlementer sur ce trou-du-cul-du monde.

    repondre message

  • L’impérialisme islamique sévit en Kabylie... 29 juillet 2012 09:58, par AGWZUL

    Azul akkwit,

    Il faut cesser de tourner autour du pot, les Imazighen doivent rejetter à tout jamais cet obscurantisme, et opter pour la laïcité, et se tourner résolument vers l’Avenir.

    Mais ceci restera qu’un voeu pieux tant que le necessaire ne sera pas entrepris.

    Tanemmirt.

    AGWZUL

    repondre message

  • L’impérialisme islamique sévit en Kabylie... 29 juillet 2012 10:26, par Sonia

    "la liberté de culte et la liberté de conscience sont des droits garantis par la constitution algérienne et par les Pactes Internationaux relatifs aux droits de l’homme que l’Algérie a ratifiés".
    Sauf qu’on nous rétorque que ces droits et cette ratification ne valent que pour la communauté étrangère en Algérie. Ils ont ratifié le pacte international des droits de l’homme non pas pour les 37,1 millions d’Algériens, mais pour une toute petite minorité d’étrangers !
    Selon la religion musulmane, nous sommes inéluctablement nés musulmans. Cette inexorable fatalité va au-delà de toute liberté individuelle et de tout droit de l’homme.

    En France, au Canada, en Kabylie ou ailleurs, en guise de solidarité aux dé-jeûneurs violentés et de résistance à l’inquisition islamo-étatique, il faudrait qu’on organise un pique-nique géant pendant le ramadan !

    iɣi ttraǧun…
    http://www.dreuz.info/2012/07/la-sharia-arrive-en-france-une-femme-est-rouee-de-coups-par-7-musulmans-parce-quelle-ne-respecte-pas-assez-le-ramadan/

    Voir en ligne : La Sharia arrive en France : une femme est rouée de coups par 7 musulmans parce qu’elle ne respecte pas assez le ramadan

    repondre message

    • L’impérialisme islamique sévit en Kabylie... 30 juillet 2012 13:51, par AGWZUL

      Azul akkwit s-umata,

      Il paraitrait info via SIWEL qu’hier à KIDAL l’on a lâchement assassiné un couple non marié on leur a fait subir la charia en les enterrant jusqu’au cou et en les lapidant jusqu’à ce que mort s’en suit.

      Voilà où nous ménent les musulmans g’izzan... Ay Imazighen s-umata akkwit dat-ma ad igmmedh w -akud !!

      AGWZUL

      repondre message

  • L’impérialisme islamique sévit en Kabylie... 29 juillet 2012 16:34, par ekker
    tamenddawt n’tmurt d’agudu i leqmen wat iccumer s tenslemt e taervuvt.tilleli d izerfan n umdan ur llin deg tiddeologit n’sen.wid yeselmaden i ugdud"yif taxert a tudert,pendant que arraw n’sen s¥arayenten di marican d l’europe si issurddiyen n leggaz d lpitrol.

    repondre message

  • L’impérialisme islamique sévit en Kabylie... 2 août 2012 02:54, par La Mecreante !

    - « Il est déplorable que des organisations kabyles, ou du moins basées en Kabylie, fassent usage de toponymes arabisés. C’est le cas de cette MDHC-TO qui parle de "Beni Douala" au lieu d’"At-Douala". »

    .la kabylité les a désertés à la naissance.
    .ils ont été instruits dans les madrasas.
    .l’araberie leur colle à la peau.
    . à l’âge adulte ils deviennent schizo.

    Fatiguant !

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.