Accueil > Actualité > L’insoutenable pesanteur de l’être...
L'insoutenable pesanteur de l'être...
mardi 11 novembre 2014
par Masin
Têtes nues, sourire aux lèvres, la lumière déambulant le long de leurs jolies frimousses, deux fillettes, respirant la joie et la légèreté étaient sur le chemin de leur école. Une certaine légèreté semblable à la rosée du matin ayant, paradoxalement, le pouvoir de peser sur la vie des gens moroses ! Soudain, nos deux adolescentes se sont faites accostées par deux individus que le microphone et la caméra tenus dans les mains leur procuraient l’allure de journalistes. Waw ! Quoi de plus beau pour elles que de leur donner la parole pour s’exprimer, rire en toute liberté, se taire quand le verbe manque à la parole, jouer les stars comme aimeraient le faire beaucoup de filles de leur âge ! Jusque-là tout paraissait normal, l’interlocuteur prenant des airs sympathiques afin de gagner la confiance des écolières, leur posait des questions que l’on croirait banales touchant à leur culture musicale et cinématographique ! Les réponses ne se faisant pas attendre, étaient bizarrement censurées par une sorte de bip sonore les rendant inaudibles ! Une coupure volontaire afin de laisser place à une question "scolaire" qui a transformé le reportage en un médiocre produit télévisuel. Dépêché spécialement à Bougie par la chaîne de télé arabophone "El Chourouk", l’envoyé-spécial s’adressant aux deux mômes, leur demandait de citer les cinq piliers de l’Islam espérant ainsi évaluer leurs connaissances religieuses et leur niveau en "arabe littéraire". L’effet de surprise avait plongé les jeunes filles dans une situation embarrassante : "Que fait cette question piège à l’extérieur de l’école ?" semblaient-elles se dire en énonçant d’innocentes inconstances linguistiques. Il a suffi de poser cette question pour que l’on passe d’un registre linguistique familier à un autre registre plus formel sans trace de ladite spontanéité. Un exercice drastique que celui de jouer l’élève "algérien" à l’extérieur de l’école ! En plus de l’effort fourni pour s’exprimer dans une langue "scolaire", il fallait se remémorer un cours d’éducation islamique !


Il est scandaleux de voir filmer des enfants sans l’obtention d’une autorisation parentale et sans avoir la prudence de flouter les visages afin de préserver leurs identités. C’est ce qu’on appelle une atteinte à la vie privée d’une personne, en l’occurrence des mineures. Il est ensuite indéniable que ce pseudo-journaliste usant de stratagème envers deux vulnérables collégiennes avait comme seul objectif de tourner en dérision leurs réponses. Ainsi, la vidéo postée sur YouTube le 6 juillet 2014 et relayée sur les réseaux sociaux provoquant un acharnement lapidaire par certains internautes, est en soi une insulte aux règles déontologiques du journalisme et constitue un délit juridiquement condamnable !

En se déplaçant dans une ville kabyle et en abordant des fillettes à l’allure décontractée, l’homme-au-micro voulait, non sans sarcasme, d’une part dresser l’image d’une Kabylie frivole et libertine et d’une autre part tacler un mode de vie "à la française" de certains jeunes kabyles. En intitulant son émission "la meilleure des nations" en arabe "niâma ouma", ce reportage à ras-de-pâquerettes fustige l’éducation plutôt laïque de certains parents kabyles laissant leur filles écouter de la musique, s’exprimer dans une langue étrangère, sans se voiler la face et surtout sans avoir appris les cinq piliers de l’Islam ; critère de surcroît pour garantir la réussite scolaire !… quoi de plus insultant pour un amateur du dogme religieux ?

Monsieur, la joie que vous nous avez offerte est indescriptible ! Aussi basses que soient vos méthodes d’investigation, vous nous avez calmé les ardeurs en nous montrant l’image d’une enfance (Oui ça reste des enfants !) joyeuse, insouciante, ouverte d’esprit, loin de vos regards sombres et arides ! Les balbutiements de ces fillettes ridiculisent en vous le raisonnement et nous offre la douce image de l’échec de la politique linguistique adoptée par l’Etat algérien dans les écoles. Nos enfants échappent à l’endoctrinement pratiqué par une institution sensée inculquer chez eux le savoir, l’amour de la paix, l’ouverture sur le monde, la liberté de choisir leur langue, leur culte, leur avenir… !! S’il suffisait d’un simple item scolaire à connotation religieuse pour mesurer l’intelligence humaine, il faudra transformer toutes les écoles du monde en de séniles endroits pour diffuser vos idées ecclésiastiques. Il fut un temps, bien des écrivains avaient pris la plume pour dénoncer le joug colonial dans une langue que feu Matoub qualifiait d’"empruntée", aujourd’hui, nos enfants osent répondre à vos questions dans cette même langue devenue intime au même titre que leur langue maternelle à force de vouloir la marginaliser.

Et vous, chères enfants, jamais vous ne serez la risée des autres, vous êtes belles comme l’espoir qui point à l’horizon, vous êtes le fleuron du monde et le fronton de l’édifice. On vous reproche une certaine légèreté, soyez-en fières car elle seule vous donnera des ailes ! Combien bas vous paraîtra ce monde quand dans le ciel vous voleriez !


Rasha Erick.

Articles dans la rubrique :

Actualité
02/12/16
0
Samedi 3 décembre 2016 à 15h, à Place de la République à Paris. Le Comité international pour la (...)

Lire l'article

26/11/16
0
Rmexzen aɛuṛubi n ccuṛfa di Rbaṭ, i dinni yegga ufṛansis d uṣpanyu, lebda ixes ad yarz tagrawla di (...)

Lire l'article

11/11/16
0
Le président du MAK, Bouaziz Aït-Chebib, qui devait animer un meeting du MAK à Timizar ce vendredi (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


3 Messages

  • L’insoutenable pesanteur de l’être... 12 novembre 2014 19:06, par Tilleli
    C est une honte, les parents devraient porter plainte, il ne faut pas laisser faire ça à des enfants ! Tamazgha vaincra. Tilleli

    repondre message

    • L’insoutenable pesanteur de l’être... 13 novembre 2014 08:36, par Lwennas Uberber
      Porter plainte anda ? Anda akken tghiled ad afed lehna ara tafed lehwa tekkat !!! nek ad inigh k´il faut chasser cette tv de la KAbylie imi tugar azejjid. ihi i kenwi a y iqbayliyen sbeddet lqec nwen ! Sufghet echourouk tv deg yexxamen nwen , di tudrin nwen, di tmurt taqbaylit , syen Amzun akken nekkes-d tughmest igh iqerhen, dacu ma nerna-d ennahar tv dighen ad yehlu ifeddix :)

      repondre message

  • L’insoutenable pesanteur de l’être... 19 novembre 2014 15:13, par La Mecreante !

    encore une histoire d’islamo-araberie qui pourrit la Kabylie partout où ça s’infiltre !

    il n’y a pas à "porter plainte"... il y a juste à foutre des coups de lattes dans le cul !

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.