Accueil > Actualité > La barbarie malienne ne cesse de frapper
La barbarie malienne ne cesse de frapper
dimanche 26 juillet 2015
par Masin
Que dire si ce n’est que cet énième acte sauvage de l’armée malienne montre la nature d’un Etat créé de toute pièce par une France qui veut absolument le maintenir (et il ne tient que par elle). Si au moins, le sort d’un peuple, le peuple touareg, n’ait pas été mis entre les mains de cet Etat voyou qui n’existe que parce qu’il est supplétif garant des intérêts de ses maîtres.
En effet, les bandes de pillards de l’armée malienne qui s’attaquent plutôt à des civiles sans défense et qui sont incapables d’affronter des hommes en armes, se sont attaqués ce vendredi 24 juillet à des maisons situées dans le site d’Essakane, ancienne oasis, à environ 60 km à l’ouest de Tombouctou. La patrouille de pillards, après avoir accompli sa sale besogne et enlevé deux hommes, est rentrée dans sa caserne à Tombouctou.
Le site d’Essakana est rendu célèbre notamment par le Festival du désert lancé en 2001.

Nous publions ci-après le communiqué de la Coordination des cadres de l’Azawad (CCA) qui dénonce cet acte de l’armée malienne et qui appelle la communauté internationale, partenaire de l’Etat malien, à user de son influence et pouvoir pour que cessent ces tueries qui visent les Touaregs.

La Rédaction.





Coordination des cadres de l’Azawad (CCA)

Appel urgent

Le vendredi 24 juillet 2015, une patrouille de l’armée malienne a investit le site touareg d’Essakane (60 km au nord ouest de Tombouctou) en milieu de journée. Après des tirs nourris sur le site, les soldats maliens ont procédé au pillage systématique de toutes les maisons et se sont retirés en enlevant deux hommes : Mohamed Mossa Ag Mohamed, 40 ans environ, et Mohamedoun Ag Mohamed, 17 ans. La patrouille est rentrée à Tombouctou.

Cet énième acte de violation des droits humains caractéristique de l’armée malienne, en dépit de tout l’accompagnement des partenaires du Mali afin "d’humaniser" ses forces de défense et de sécurité, constitue une provocation ultime et un signe manifeste du rejet par l’Etat de l’accord de paix qu’il a, pourtant signé, en grandes pompes, le 15 mai 2015.

Nous lançons un appel d’urgence afin que la communauté internationale qui a usé de toutes les formes de pression à faire signer un accord de paix s’investisse aussi résolument afin que cessent les tueries, les pillages et les enlèvements de populations civiles sans défense qui sont déjà suffisamment éprouvées par une période de soudure qui perdure.



Nouakchott, le 25 juillet 2015

Ansari Habaye Ag Mohamed
Président

Articles dans la rubrique :

Actualité
02/12/16
0
Samedi 3 décembre 2016 à 15h, à Place de la République à Paris. Le Comité international pour la (...)

Lire l'article

26/11/16
0
Rmexzen aɛuṛubi n ccuṛfa di Rbaṭ, i dinni yegga ufṛansis d uṣpanyu, lebda ixes ad yarz tagrawla di (...)

Lire l'article

11/11/16
0
Le président du MAK, Bouaziz Aït-Chebib, qui devait animer un meeting du MAK à Timizar ce vendredi (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


1 Message

  • La barbarie malienne ne cesse de frapper 27 juillet 2015 21:37, par tallit
    Des femmes ont été violées et leurs bijoux emportés, m^mes ceux qu’elles portaient leurs ont été arrachés. Vraiment si quelqu’un a le pouvoir d’arrêter cette barbarie , il est grand temps !!! où sont les droits de l’homme ? Nous ne les voyons pas ! Ou est la justice, les associations de droits de l’homme.

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.