Accueil > Actualité > La jolie pagaille
La jolie pagaille
lundi 10 janvier 2011
par Masin
A l’occasion des évènements qui se déroulent actuellement à El-Djazaïr, Insi s’est rendu à Alger, dans l’antre du Général Toufik, afin de s’informer quant aux émeutes qui se produisent ici et là sur son territoire puant sa pisse. Il trouva le Général, tel un pacha, affalé sur des coussins aux motifs orientaux, entrain de siroter son thé à la menthe et d’insulter ses collaborateurs. Insi s’est présenté à sa Dominance, et le Général a daigné lui accorder l’entretien que voici.


Casquette du Général dédicacée à Insi




Insi : Heil, mon Général !

G. Toufik : Nique ta race.

Insi : Mon Général !!

G. Toufik : Pose tes bombes.

Insi : Moi je ne pose pas des bombes, mon Général, je pose des questions.

G. Toufik : C’est pareil.

Insi : Qu’est-ce qui se passe en ce moment à travers tes territoires occupés ?

G. Toufik : Rien. Absolument rien.

Insi : Il n’y a pas un soulèvement de jeunes ?

G. Toufik : De jeunes ?

Insi : Oui, de jeunes !

G. Toufik : Nous n’avons pas de jeunes ici. Nous avons plutôt des harragas.

Insi : Je ne comprends pas.

G. Toufik : Dans le dictionnaire du FLN, édition 2011, revue et améliorée, "Harraga" est défini ainsi : « une personne qui n’est pas avancé en âge, ignorante, pas mûre, manipulable à souhait, tube digestif aimant le sucre, qui manque d’expérience et qui casse tout sur son passage. »

Insi : Et qu’est-ce que vous en faites ?

G. Toufik : Nous les manipulons.

Insi : Qui est derrière ces événements ?

G. Toufik : Moi.

Insi : Pourquoi ?

G. Toufik : C’est le moment de l’alternance.

Insi : Démocratique ?

G. Toufik : Non, le pouvoir doit changer de main : il est temps qu’il passe du camp de l’Ouest à celui de l’Est. La bande de l’Ouest n’a que trop duré.

Insi : Et vous appelez cela de l’alternance ?

G. Toufik : Comme aux États-Unis, le pouvoir oscille entre le parti démocrate et le parti républicain ; en France, entre la gauche et la droite ; et chez nous, entre le camp de l’Est te celui de l’Ouest. Chacun pratique l’alternance qu’il peut.

Insi : Et qui nommerez-vous à la place de Boutef ?

G. Toufik : Je ne sais pas encore. En ce moment, je reçois les candidats potentiels et je leur fais subir des entretiens.

Insi : Qui consistent...

G. Toufik : C’est simple, je pratique sur eux le toucher rectal.

Insi : Et...

G. Toufik : Le poste reviendra à celui qui mouillera le plus au contact de mon doigt.

Insi : J’espère que vous le trempez dans la vaseline ?

G. Toufik : Non, je l’imbibe de ma salive.

Insi : Il parait que tous les jeunes voyous que vous aviez utilisés dans le passé contre les mouvements démocrates se retournent aujourd’hui contre vous, est-ce vrai ?

G. Toufik : Tu ne comprends rien à notre politique. Dans ce pays de merde, je suis obligé de tout organiser : les élections bidons, le terrorisme, les fêtes nationales, les manifestations religieuses, les manifestations culturelles, les rixes de fin d’année entre le RCD et Ouyahya au parlement, les bagarres dans les stades de foot entre les voyous d’Algérie et ceux d’Égypte, les manifestations pour la Palestine, les démonstrations saisonnières des Arches, les émeutes... Tout.

Insi : Ces harragas qui cassent sont donc des éléments de vos services ?

G. Toufik : Tu commences à comprendre. Étant donné que ces jeunes travaillent occasionnellement, et comme cela fait longtemps qu’ils sont au chômage, vu la stérilité de l’opposition, nous leur avons conseillé de créer des émeutes, de dresser des barrages, de dépouiller les gens, autrement dit, se faire leurs propres salaires.

Insi : Vous n’avez pas peur que la situation vous échappe ?

G. Toufik : Non, nous avons l’habitude. Le peuple algérien réagit comme le chien de Pavlov. En ce moment, on lui fait entendre la cloche et il salive, en attendant son petit morceau de sucre à bas prix.

Insi : Et la Kabylie dans tout ça ?

G. Toufik : La Kabylie relève désormais du Gouvernement Provisoire Kabyle.

Insi : Vous le reconnaissez ?

G. Toufik : Tant qu’il revendique intérieurement et ne décrète rien extérieurement, oui.

Insi : Ah oui !

G. Toufik : Je trouve la situation des Kabyles un peu absurde. Ils ont un gouvernement, mais ils continuent de re-formuler éternellement des revendications auprès du nôtre. Moi, je souhaite que les Kabyles demandent ce qu’ils veulent à leur gouvernement, et ce dernier fera suivre ces revendications, par messagerie électronique en format PDF, à l’adresse de nos services.

Insi : Et ensuite ?

G. Toufik : Ensuite, on leur fera passer l’envie de revendiquer.

Insi : Pensez-vous que les Kabyles finiront par rejoindre vos émeutiers ?

G. Toufik : D’après le rapport de nos services, à Akbou, samedi dernier, il y avait deux groupes. D’un côté, nos voyous qui cassaient et de l’autre, des jeunes kabyles qui se sont pris à nos voyous. Tout cela, ce beau spectacle, s’est passé sous le regard lointain de nos forces de l’ordre.

Insi : Êtes-vous toujours Kabyle ?

G. Toufik : Non ! Je suis Général.

Insi : Connaissez-vous Rachid Ali-Yahia ?

G. Toufik : Il est chez Aboute Arezki, dit Boulkerch, et Mohamed Ben Abdellah.

Insi : Le prohète ?

G. Toufik : Non, je voulais dire Aït-Abdellah.

Insi : Un petit mot pour les jeunes, pardon pour les harragas.

G. Toufik : Qu’ils aillent se faire pendre, mais ailleurs, pas sur mes territoires.

Insi : Dites-moi Général, comment se fait-il que vous soyez au thé à la menthe ?

G. Toufik : Il y a des moments où l’on doit rester lucides. A propos de lucidité, dégage !

Sur ce, Insi salue le Général et dégage le plancher savonné par le Général et compagnie.

Articles dans la rubrique :

Actualité
22/09/16
0
L’Etat présente son troisième rapport périodique au Comité des droits économiques, sociaux et (...)

Lire l'article

03/09/16
0
Les autorités marocaines viennent, une fois de plus, d’user d’arbitraire à l’égard des militants de (...)

Lire l'article

30/08/16
0
En mars 2016, nous avons publié un article sur notre site pour évoquer le cas de la montagne (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


2 Messages

  • La jolie pagaille 11 janvier 2011 11:28, par yidir
    Azul insi tu as survécu à ce voyage chez les généraux ? c’est la seule question que je me pose encore en lien avec ce fichu asile...
  • La pagaille à deux balles 11 janvier 2011 17:16, par La Mécréante !

    alors là, Der Führer Khénéral, tu te l’ai joué à la petite semaine ! Tu te fais vieux ou tu te fais con ? un vieux-con quoi ! oui ou non ?

    Heil mon bras d’honneur, Khénéral patte-folle ! Tes voyous n’ont pas fait le poids à Tizi Hi Hi Hi !!! C’est même ton canard préféré qui le dit Hi Hi Hi !!!