Accueil > Actualité > La production littéraire amazighe nécessite un coup de (...)
La production littéraire amazighe nécessite un coup de tamis critique
samedi 7 décembre 2013
par Yafelman
Omar Derouich est un poète et nouvelliste amazigh. Il a publié "Anfara", "Taskiwin" et "Ha-yi g ubrid", trois recueils de poèmes en langue amazighe. Il vient de sortir un recueil de nouvelles intitulé "Taseggawert n ugdal inzan" (Tranchée du terrain privé vendu) aux Editions Berbères (Paris). Ce recueil, pour rappel, est dédié à Muhand Saïdi Amezian, l’artiste qui a réalisé les illustrations de ce livre.
A cette occasion, nous avons souhaité donner la parole à l’écrivain qui nous a accordé cet entretien.


Omar Derouich




Tamazgha.fr : La littérature amazighe moderne a connu un essor considérable ces dernières années et vous en êtes l’un des pionniers. Quel regard portez-vous sur cette littérature ?

Omar Derouich : La littérature amazighe moderne a connu certainement un essor mais pas considérable, car il s’agit surtout de productions poétiques qui nécessitent un coup de tamis critique. Pour essayer d’être assez précis, je crois que la qualité des œuvres amazighes produites au Maroc laisse à désirer ; il faut dire qu’il y a des milieux qui, d’une manière délibérée, financent des productions qui s’illustrent par leur médiocrité. Ils ont même tendance à "inonder" le marché par de telles publications dans le but de noyer le peu de publications de qualité, une qualité qui se fait de plus en plus rare. Les œuvres de référence restent du côté amazigh de Kabylie. C’est bien entendu la région pionnière dans l’édition de qualité comme c’était le cas de la chanson et de la musique. Il est d’ailleurs regrettable de constater une certaine kabylophobie cultivée par certains milieux
"amazighs" rétrogrades marocains. Ils omettent peut-être que les Kabyles sont aussi des Amazighs. L’expérience kabyle, dans la production artistique, littéraire ou scientifique amazighs, est à revisiter et à reprendre.


Quels sont les problèmes qui empêchent cette jeune littérature de se développer ?

Les problèmes de développement de cette jeune littérature amazighe sont variés : le désintérêt du Mouvement Culturel Amazigh à l’écrit en général et de l’amazigh en particulier. La rareté, pour ne pas dire l’absence, des activités traitant les œuvres écrites en amazigh. L’indifférence des critiques littéraires vis-à-vis de ce qui s’édite.
La lecture qui n’intéresse que très peu d’amazighophone, etc.


Pensez-vous que le problème de la graphie (tifinagh ou
latin) a une quelconque influence (négative ou positive) sur cette
production ?


La question des caractères d’écriture vient compliquer les choses : le fait d’écrire des textes amazighs en caractères tifinagh fait fuir le peu de lecteurs et de lectrices de notre langue. Les caractères latins, auxquels j’ai opté depuis des années, restent les mieux adaptés à l’écriture des œuvres et des longs textes. Au Maroc où l’on a opté pour les caractères tifinagh, l’on remarque que la majorité des livres littéraires amazighs comprennent la version des textes transcrits en caractères latins. C’est un indice qui met en valeur les caractères latins adaptés à l’amazigh.


Quel est le rôle que doit remplir, selon vous, un auteur en
langue amazighe ?


Un auteur amazigh et amazighophone doit produire des œuvres de qualité qui ne seront jamais oubliées. De même, il doit s’associer avec des associations et des cercles littéraires militants qui permettront la diffusion des productions ainsi que la "conscientisation" du public.


Propos recueillis par
A. Azergui

Articles dans la rubrique :

Actualité
22/09/16
1
L’Etat présente son troisième rapport périodique au Comité des droits économiques, sociaux et (...)

Lire l'article

03/09/16
0
Les autorités marocaines viennent, une fois de plus, d’user d’arbitraire à l’égard des militants de (...)

Lire l'article

30/08/16
0
En mars 2016, nous avons publié un article sur notre site pour évoquer le cas de la montagne (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


7 Messages

  • un coup de tamis critique par des Amazighs compétents 7 décembre 2013 16:06, par kabylien
    Omar Derouich doit continuer à produire. Il fera partie de ces gens "qu’on n’oublie pas". L’amazighité a besoin d’honnêteté, de sincérité, tout autant que de talent.

    repondre message

  • Sacré Lghaci, continue cher ami, tu fais un travail énorme pour tamazight

    repondre message

  • AZUL. j ai déjà lu les premiers écrits de Taous publiés dans la revue Tifawt et autres journaux. J apprécie le souci de la qualité. mais dire que seul les kabyles ont de la qualité !!! c’est encore un autre signe du complexe de vénération du "kabyle" voué par les militants du sud est !!!! je vois même des étudiants imiter l’accent et la langue kabyle !!!! je suis sûr que M Taous ignore combien de recueils poétique =s ou de nouvelles, de roman et de pièces de théâtre publiées jusqu à maintenant au Maroc, en tachlhit et en tarifit !!!!

    repondre message

    • 1- l’Interview a été accordé à Tamazgha.fr par Derouich, non pas pas Taous.

      2- C’est ridicule de dire ceci : "je vois même des étudiants imiter l’accent et la langue kabyle". tout le monde sait que les étudiants amazighs de la région sont ouvert sur tous les autres parlers. Ils parlent presque tous Tarifit ou le Kabyle sans problème. Ils sont très ouverts d’esprit.

      3- Quand au nombre de "recueils poétiques ou de nouvelles, de roman et de pièces de théâtre publiées jusqu à maintenant au Maroc, en tachlhit et en tarifit", je suis sûr que tu ne le sais même pas toi aussi. en fin de compte, à quoi bon ? Une chose est sûr. Derouich parle tous les parlers du Maroc et même de Kabylie. Il a lu et à écrit plus que vous dans sa langue maternelle.

      4- Oui, les oeuvres de référence sont toujours du côté kabyle, au moins pour le moment. la littérature amazigh au Maroc est trop jeune par rapport à la Kabylie. les ouvrages de qualité sont rares. Et seule la critique peut démêler tout ca.

      repondre message

  • Un grand poète qui a consacrer toute sa vie pour l’innovation de la poésie et la littérature Amazigh.Tanemmiret mas Lghaci

    repondre message

  • C’est quoi la langue amazighe ou l’amazighe ? Pourquoi pas simplement tamazight. Pourtant au Maroc, il y a déjà le dialecte tamazight. Les Chleuhs et les rifains sont-ils jaloux ? Franchement on n’arrête pas de noyer le poisson.

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.