Accueil > Actualité > La voix de l’Azawad a de nouveau retenti à Paris.
La voix de l'Azawad a de nouveau retenti à Paris.
lundi 17 décembre 2012
par Masin
Toujours déterminés, les soutiens et amis de l’Azawad étaient, une nouvelle fois, au rendez-vous ce 15 décembre à Paris malgré le froid et la pluie, répondant à l’appel de Tamazgha. Et malgré toutes les attaques et les tentatives de déstabilisation qui la visent, Tamazgha est revenue dans la rue pour réitérer son implication dans le combat pour l’indépendance de l’Azawad et pour exprimer sa détermination inébranlable à aller jusqu’au bout de ce combat de libération nationale aux côtés des femmes et des hommes de l’Azawad décidés à en finir avec le néocolonialisme malien et toutes les forces obscurantistes qui sévissent dans l’Azawad.



Et c’est pour répondre à la propagande qui veut faire croire que le MNLA a renoncé à son projet indépendantiste que Tamazgha a voulu ce rassemblement en faveur de l’indépendance de l’Azawad.

Plusieurs personnes sont venues, parfois de loin, pour exprimer leur solidarité avec l’Azawad et le Mouvement national pour la libération de l’Azawad MNLA qui se bat tout seul face à une alliance internationale, menée principalement par la France, hostile à l’indépendance de l’Azawad.

Les participants ont marqué par leur présence leur détermination à faire face, aux côtés des militants de Tamazgha, à la campagne de désinformation dont fait l’objet le MNLA depuis près d’un an. Cette campagne orchestrée au premier rang par l’AFP vise d’une part à tromper l’opinion publique française, mais aussi l’opinion internationale, et à légitimer à ses yeux un engagement de la France dans une intervention qui servirait à reconquérir l’Azawad par un État malien en déroute. Elle vise aussi à faire croire que le MNLA aurait renoncé à sa raison d’être : l’indépendance de l’Azawad. Après plusieurs tentatives visant à discréditer le MNLA, c’est donc la dernière trouvaille des "journalistes" pour tenter de venir à bout de la détermination de ses combattants et de leurs soutiens.

Ce rassemblement était ainsi une nouvelle occasion pour dire à ceux qui tentent de déstabiliser le MNLA que nous ne baisserons pas les bras face à leur mensonges et que leur propagande sera combattue. C’était également une occasion de rappeler que les Azawadiennes et les Azawadiens qui se battent pour leurs liberté et dignité ne sont pas seuls et ne seront pas abandonnés.

"Nos frères de l’Azawad subissent une grande souffrance aujourd’hui. C’est pourquoi nous ne pouvons les abandonner dans d’aussi difficiles moments. Au-delà de nos racines communes qui remontent à des millénaires, aujourd’hui nous partageons leur souffrance. Il est vrai que ce sont eux qui souffrent davantage que nous, mais il va de soi que nous avons le devoir de leur dire que nous sommes avec eux, près d’eux. Et si sur cette place de l’Assemblée nationale où nous sommes rassemblés aujourd’hui, nous disons merci à cette France qui nous nous ouvre ses bras, nous souhaitons aussi qu’elle fasse preuve de bon sens pour ne pas laisser tomber les Azawadiennes et Azawadiens." C’est par ces mots que Nafaa Moualek, comédien kabyle, a ouvert les prises de paroles lors du rassemblement.

Yuba ag Achamad, représentant de l’association Athama (Espoir), basée à Angers, a lancé un appel à la solidarité avec notamment les réfugiés de l’Azawad éparpillés à travers plusieurs pays qui ont plus que jamais besoin d’aide.

Hamid Salmi, , Chercheur en Ethnopsychiatrie à l’Université Paris 8, a, lui, rappelé comment les Touaregs ont, très tôt, alimenté le sentiment d’appartenance nationale à une nation amazighe séparée par les politiques des États en place, chez les jeunes kabyles dont il faisait partie. Il a insisté sur l’espoir que redonne le MNLA à l’ensemble des Amazighs en se battant pour qu’émerge l’État de l’Azawad et sur la nécessité pour tous de les soutenir par tous les moyens.

Meryem Demnati, militante de l’Observatoire des droits et libertés à Rabat (OADL), de passage à Paris, a tenu à être présente au rassemblement et exprimer sa solidarité avec l’Azawad ; pour elle, le combat du MNLA pour la libération de l’Azawad est un combat qui porte haut et fort les valeurs amazighes de laïcité, de démocratie, de justice et d’égalité. Les combattants du MNLA sont, rappelle Meryem Demnati, ceux qui portent aujourd’hui le flambeau de la liberté amazighe, d’où le devoir de les soutenir.

Hacène Hirèche, enseignant à l’Université Paris 8, a également rappelé la nécessité d’apporter un soutien aux populations de l’Azawad qui se battent contre plusieurs forces en présence dans ce territoire. Entre un État malien déliquescent et des groupes terroristes islamistes aux pratiques d’un autre âge, il est honteux de voir la France s’engager contre le seul mouvement décidé à libérer l’Azawad de cette situation, sous prétexte de différents enjeux avec d’autres États dans cette région, dira Hacène Hirèche qui précise que seul le MNLA et son projet de construire un État de l’Azawad peut mettre fin à des décennies d’injustice et de pratiques "inhumaines". ET il reste convaincu que pour cela, il doit être aidé et nous nous devons de nous mobiliser à ses côtés.


L’association ACAL (Action culturelle amazighe laïque), récemment créée, est venue apporter son soutien à l’Azawad. Sa représente, Aïcha El Hassani, a tenu à dire aux Azawadiens tout le soutien et toute la solidarité que leur apporte la jeune association.


Lors du rassemblement, il a été donné lecture à un message adressé aux manifestants par deux membres du bureau politique du MNLA, Ansari Habaye Ag Mohamed et Magdi Boukhada. Après les salutations et remerciements adressés aux personnes qui se sont déplacées au rassemblement, les signataires du message ont tenu à remercier Tamazgha pour son engagement aux côtés du MNLA dans d’aussi difficiles moments. Ils ont tenu à rassurer les soutiens de l’Azawad et du MNLA de leur engagement dans le combat contre le néo-colonialisme malien et contre toutes les formes d’obscurantisme. Ils ont également réaffirmé leur confiance à Tamazgha dans son action pour contribuer à faire aboutir la lutte du peuple de l’Azawad.


Masin Ferkal, qui a pris la parole au nom de Tamazgha, a tenu à réitérer la détermination de Tamazgha à poursuivre le combat aux côtés des Touaregs qui ont choisi de se battre pour recouvrer leur dignité et se débarrasser d’un colonialisme qui n’a que trop duré. Il a tenu à insister sur la détermination et la persévérance dans l’action de solidarité avec l’Azawad quelles que soient les difficultés et attaques rencontrées sur le chemin. Cette fois-ci aussi, il a tenu à dénoncer la position de l’État français qui le met sur le banc des ennemis des Imazighen et des forces hostiles à leur liberté et leur indépendance. Enfin, il a tenu à rendre hommage à Antonio Cubillo, indépendantiste canarien, décédé le 10 décembre à Tenerife aux Iles Canaries ainsi qu’à Mano Dayak disparu dans un mystérieux accident d’avion le 15 décembre 1995 dans le Ténéré.

Avant de clôturer les prises de paroles, Tamazgha a appelé les personnes présentes à redoubler d’efforts pour poursuivre leurs actions de soutien et de solidarité avec l’Azawad et les a appelés à se préparer à d’autres actions à venir dans les prochaines semaines.


La Rédaction.



Résumé du rassemblement en vidéo...





Quelques photos du rassemblement




















Articles dans la rubrique :

Actualité
22/09/16
1
L’Etat présente son troisième rapport périodique au Comité des droits économiques, sociaux et (...)

Lire l'article

03/09/16
0
Les autorités marocaines viennent, une fois de plus, d’user d’arbitraire à l’égard des militants de (...)

Lire l'article

30/08/16
0
En mars 2016, nous avons publié un article sur notre site pour évoquer le cas de la montagne (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


1 Message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.