Accueil > Actualité > Le MNLA prévient quant à un risque d’embrasement de la (...)
Le MNLA prévient quant à un risque d'embrasement de la rgion Sahel.
Déclaration de Bilal ag Aherif, Secrétaire Général du MNLA
mercredi 14 novembre 2012
par Masin
Par la voix de son Secrétaire Général, Bilal ag Acherif, le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) vient de rendre public une déclaration par laquelle il donne son appréciation de la situation dans l’Azawad, et, surtout, il suggère la voie pour la résolution du conflit qui oppose le Mali et le MNLA. Encore une fois, il lance un ultimatum aux groupes terroristes islamistes étrangers à l’Azawad de quitter sans délai le pays. Il déplore également l’attitude de la Communauté internationale qui notamment devant les exactions commises par l’armée malienne sur les populations civiles de l’Azawad.
Le MNLA estime que l’intervention militaire telle que voulue par la CEDEA sera source d’embrasement de toute la région.
Nous publions ci-après l’intégralité de la déclaration du MNLA.

La Rédaction.





Déclaration du Secrétaire Général du MNLA

Considérant les principes généraux contenus dans la plateforme politique du MNLA pour le règlement définitif du conflit qui oppose l’Azawad au Mali,

Considérant les conclusions, résultats et décisions des différentes missions et rencontres organisées et suivies sur le territoire de l’Azawad,

Considérant la vision, les orientations et les propositions des chefs coutumiers, leaders religieux et communautaires, des personnes ressources, des cadres et notabilités de l’Azawad,

Considérant la restructuration des forces armées de l’Azawad par la mise en place d’un commandement militaire capable de mener efficacement les missions des forces armées et de sécurité de l’Azawad,

Considérant les différents contacts et discutions entamés avec les acteurs internationaux,

Considérant les conclusions et décisions issues des rencontres des membres du CTEA, tenues à Ménaka et à Ouagadougou, respectivement les 05 et 12 Novembre 2012,

Considérant les conclusions de la Session Extraordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) tenue le 11 Novembre 2012 à Abuja, République Fédérale du Nigeria,

Appelle la communauté internationale à engager avec le MNLA des concertations directes pour la recherche d’une solution durable au problème de l’Azawad, dans l’optique de garantir au peuple de l’Azawad son droit à l’autodétermination ;

Appelle tous les fils de l’Azawad à l’unité et à la cohésion pour la recherche de la paix et de la stabilité dans l’Azawad ;

Demeure conscient qu’une intervention militaire de la communauté internationale telle que conçue par la CEDEAO, constitue une source d’inquiétude car ne correspondant pas à la vison et à la volonté des populations de l’Azawad qui en seront sans nul doute les premières victimes innocentes ;

Reste convaincu que le recours à la force ne contribuera qu’à embraser toute la région et ne saurait apporter une solution au problème de l’Azawad ;

Estime que l’ouverture au dialogue entre les parties en conflit constitue la seule voie de règlement politique définitif de la question de l’Azawad, surtout avec la disponibilité des Azawadiens au règlement politique et pacifique de la crise ;

Déplore le discours actuel du Mali et ceux qui le partagent tendant au recouvrement du territoire de l’Azawad au profit du Mali. Ceci est contraire à la vision et aux attentes des Azawadiens exprimées depuis plus de cinquante ans et matérialisées par d’énormes sacrifices. Le Mali profite de la guerre contre le terrorisme au Sahel pour faire l’impasse sur la solution politique du conflit qui prévaut dans l’Azawad depuis plus d’un demi siècle et contraire à la résolution 2071 du Conseil de Sécurité de l’ONU qui privilégie un règlement par la négociation avec le MNLA. Le discours du Mali remet en cause tout effort de règlement pacifique et politique du conflit et constitue une entrave à l’action de la communauté internationale ;

Rejette, une fois encore, toute présence de groupes extrémistes étrangers et de narcotrafiquants sur le territoire de l’Azawad et les appelle, à nouveau, à quitter sans délai l’Azawad, le cas échéant le recours à la force devient nécessaire ; la présence de ces groupes constituent une réelle menace et une source d’insécurité pour les populations de l’Azawad ;

Condamne avec la dernière vigueur les multiples exactions commises par l’armée malienne sur les populations de l’Azawad ainsi que les enlèvements et détentions arbitraires de personnes en raison de leur appartenance ethnique et tribale ; à cet effet, le MNLA invite le médiateur de la CEDEAO, les organisations de défense des droits de l’homme à réagir et à condamner ces pratiques qui constituent une menace du cessez le feu décidé unilatéralement par le MNLA ;

Déplore l’attitude de la communauté internationale et des organisations de défense des droits de l’homme qui sont restées silencieuses et passives sur les récents massacres commis par l’armée malienne sur des personnes civiles touarègues innocentes, notamment à Diabali (région de Ségou) ;

Appelle les Organisations Non Gouvernementales (ONG) à apporter une réponse aux problèmes liés à la situation humanitaire désastreuse des populations de l’Azawad de l’intérieur et celles réfugiées dans des pays voisins, prioritairement dans les domaines scolaire, sanitaire, alimentaire et d’accès à l’eau ;

Reste disponible aux échanges avec les représentants désignés par la communauté internationale, notamment l’envoyé spécial du Secrétaire Général de l’ONU pour le Mali et le Sahel, le Haut Représentant de l’Union Africaine pour le Mali, l’envoyé spécial de la France pour le Sahel et l’envoyé spécial de la Grande Bretagne pour le sahel en vue de partager la vision et les pistes de sortie de crise ;

Enfin, au nom du peuple de l’Azawad, appelle le peuple malien à admettre que le dialogue demeure la seule issue pour le règlement définitif du conflit afin de mettre fin aux souffrances de nos populations respectives car la solution militaire qui a été utilisée depuis plus de 52 ans a montré ses limites.

Ouagadougou, le 13 novembre 2012


Le Secrétaire Général du MNLA
Bilal Ag ACHERIF

Articles dans la rubrique :

Actualité
02/12/16
0
Samedi 3 décembre 2016 à 15h, à Place de la République à Paris. Le Comité international pour la (...)

Lire l'article

26/11/16
0
Rmexzen aɛuṛubi n ccuṛfa di Rbaṭ, i dinni yegga ufṛansis d uṣpanyu, lebda ixes ad yarz tagrawla di (...)

Lire l'article

11/11/16
0
Le président du MAK, Bouaziz Aït-Chebib, qui devait animer un meeting du MAK à Timizar ce vendredi (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


12 Messages

  • - « Demeure conscient qu’une intervention militaire de la communauté internationale telle que conçue par la CEDEAO (...) »

    La vérité est que les armées dépenaillées de la CEDEAO ne seront que le paravent de la technologie sophistiquée des armées ultra-sophistiquées des impérialistes de toujours, accrochés comme des sangsues à "la proie Afrique".

    Oui, toute la région flambera car toute la région est pourrie d’égorgeurs salafistes et l’algérie récoltera ce qu’elle a semé.

    Dans cette affaire, François Hollande démarre comme un bolide il finira en trottinette.

    repondre message

  • Azul akwit s-umata, azul i w atmaten
    ennegh Imajjegen.

    Je pense que le concept est tronqué, car enfin la terre des Imajjeghen n’est pas seulement localisée que dans l’Azawad ?? Certe c’st un début, cependant il s’agit de crever l’abcès à savoir la création d’un Véritable ETAT Amazigh des Imajjeghen qui englobe l’Algérie, le Nger, l’Azawad en gros de Tamenghast jusqu’à tin-besktaw etc ...

    Voilà à quand une véritable nation Targuie, qui engloberai cet immense trritoire qui recèle d’immenses richesses dont pourront bénéficier réellement les populations qu’ellesz quelle soient.

    Tanemmirt

    AGWZUL

    repondre message

    • - « à quand une véritable nation Targuie, qui engloberai cet immense trritoire qui recèle d’immenses richesses dont pourront bénéficier réellement les populations qu’ellesz quelle soient. »

      à quand ? JAMAIS !

      jamais, tant qu’elle ne retrouvera pas ses vraies origines qui ne passent pas par l’islamo-araberie égorgeuse.

      je ne verse même pas une larme de croco.

      Azul

      repondre message

  • Comme on voit dans cet article paru dans le journal Liberation. Les Habitants originaires de l’AZAWAD ne sont ni mentionnes ni consultes et meme pas consideres par les pays Occidentaux et les pays etrangers << Cedeao >> d’Afrique noire.
    D’apres cet articles, les pays etrangers << l’Occident et Cedeao >> le MNLA ne represente rien et le peuple d’AZAWAD n’existe pas. Pourtant ce peuple AZAWADI est bien le vrai citoyen se ce pays << AZAWAD >> que les etrangers se dispute et veulent regler a des termes qui les convient.
    Sur ce meme article, on voit que les pays les plus consultes sont ceux qui sont le plus loin et n’ont rien de commun avec le Sahara << Appart l’interet >> L’allemagne, la France, l’Italie, Polonde, et l’Espagne. Les autres cinque, ( Algerie, Maroc, Algerie, Tunisie, Lybie et Egypte qui sont plus commun a ceux de << l’AZAWAD >> meme races, meme couleurs, meme religion, meme langue et histoire ne sont pas mentionnes ni consultes de la decision prise d’envahir le Sahara par les Occidents et les pays noirs.
    Ces envahisseurs parlent que des Islamistes et terrosistes pour se justifier,comme si les vrais citoyens du Sahara et leur representant MNLA n’existent pas et leur futur est sans importance.
    Nous qui pensent que le Colonialisme existe que dans le passe.

    Les pays africains veulent « aller vite » sur le Mali, selon Le Drian
    13 novembre 2012 à 11:37
    Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian à Paris, le 11 juillet 2012.

    Le ministre de la Défense n’a toutefois pas donné d’échéance pour le début de l’opération prévue contre les islamistes dans le nord du Mali.

    Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a affirmé mardi que les pays de l’Ouest africain voulaient « aller vite » pour aider l’armée malienne à chasser les groupes islamistes qui occupent le nord du Mali. « Je constate qu’il y a beaucoup de demandes publiques de chefs d’Etat africains pour aller vite », a-t-il déclaré devant le European American Press Club.

    Interrogé sur les délais dans lesquels pourrait être lancée une opération militaire africaine, soutenue par les Européens, contre les djihadistes, il a jugé « souhaitable que l’on puisse aller dans des délais qui permettent l’action de manière rapide ». « L’intérêt d’une pression » exercée sur les islamistes, « c’est que ça provoque quelques perturbations dans les groupes concernés », a souligné le ministre.

    « L’Europe sera en soutien pour une réponse globale », politique, humanitaire, militaire au problème malien, a-t-il déclaré, en réaffirmant qu’il n’y aura « pas d’intervention au sol » des soldats français qui pourraient être mobilisés pour entraîner cette force africaine. Jean-Yves Le Drian a également écarté l’éventualité de frappes aériennes : « Quand je dis pas de troupes au sol, ça veut aussi dire pas de troupes en l’air », a-t-il résumé. « Que nous puissions apporter du renseignement, c’est autre chose », a-t-il ajouté.

    Un sommet de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) élargi à d’autres pays africains a approuvé dimanche l’envoi de 3 300 militaires pour aider l’armée malienne à reconquérir le nord du Mali. Jeudi, les ministres concernés de cinq pays européens (France, Allemagne, Pologne, Espagne, Italie) discuteront à Paris d’une mission européenne d’entraînement des forces africaines, qui pourrait mobiliser 200 militaires, encadrés par des « éléments de protection ».

    Cette mission aurait deux objectifs, a souligné Jean-Yves Le Drian : « la reconstitution de l’armée malienne et l’accompagnement des forces africaines ». Interrogé sur la possibilité d’engager des discussions avec certains groupes présents au nord Mali, comme le MNLA, il a estimé qu’il fallait « une clarification » préalable avec le mouvement touareg.

    « Il faut avoir une clarification avec le MNLA, qui passe par un renoncement à la dislocation de l’Etat malien (...) Si l’obstacle est levé », le dialogue serait possible, a-t-il dit, soulignant que le sujet central « c’est l’intégrité du Mali ».

    (AFP)

    Voir en ligne : Le MNLA previent quand a un risque d’embrasement de la region

    repondre message

    • Algerie, Maroc, Algerie, Tunisie, Lybie et Egypte"

      Les peuples Songhois et Hal Puhlaar n’ont strictement rien à voir avec les pays que tu as mentionnés ci dessus.
      Et après les massacres en Libye de tout ce qui était trop foncer,ces peuples ne vont pas se lancer dans une aventure où ils seront à la merci des peuples que tu mentionnes.
      L’Afrique noire leur est préférable.
      Les touaregs massacrés en masse aussi en Libye par les miliciens de Benghazi et de Misrata doivent penser la même chose.
      L’Azawad ne se détachera jamais de sa partie subsaharienne sauf dans un bain de sang.

      repondre message

  • azul

    Le MNLA est dans une situation de guerre contre deux front,un front des narco-islamo-arabo-terroristes de boutef et de l’armée algerienne heritiere de l’ALN et un autre front la coallision internationale à sa tête la FRANCE socialiste heritire de la france coloniale et son machin la cedeao" dans l’histoire elle avait toujours taper sur des africains en utilisant d’autres africains,donc c’est toujours la meme histoire".

    Il arrivera le moment oû le peuple de l’azawad choisira et s’allier avec l’un des ces fronts. il ne peut que s’allier avec les narco-islamo-terroristes qui sont déjà pres de lui et forcement ce peuple va rejeter la coallision internationale qui veut livrer le peuple de l’AZAWAD entre les mains de leur ennemis et assassins le mali. Cette strategie est naturelle,l’azawad va combattre pour sa liberté.il vaut mieux mourrir que de vivre sous la domination du mali.mais les islamistes ,le peuple de l’azawad peut esperer qu’il va se liberer d’eux au plus vite car l’algerie n’est pas comparable à la france.En appellant juste leurs freres touaregs de tamanerast,l’algerie va reculer .attention il ya aussi des touaregs au neger et en lybie et tous les touaregs ont des liens sociaux et des liens familiaux de mariages .la dignité des touaregs n’accepte d’assister sans rien faire à la mort de ses freres.

    alors bonne chance et bonne guerre pour les touaregs.

    repondre message

  • L’Etat français est malheureusement toujours imprégné de l’esprit colonial et il ne peut s’en libérer qu’en reconnaissant progressivement,les erreurs et les massacres qu’il a commis à travers ses différentes occupations. Le Mali est une création de l’Etat colonial français ;En ignorant le peuple Touareg,ce peuple ancestral amazigh à la peau claire, le Mali est devenu après 50 ans un Etat délabré et sans autorité,où le peuple se permet même de frapper son propre président . la France, de part son experience du passé colonial,semble ignorer qu’un mariage forcée, nourri de violence et de massacres ne peut accoucher que de Monstres.

    repondre message

    • - « la France, de part son experience du passé colonial, »

      pourquoi parler de "passé colonial" ???

      de Gaulle qui ne voulait plus entendre parler de "colonies" a imposé ses conditions partout. son découpage de cartes partout. ses gardes chiourmes partout.

      Le tout au vu et su de toute la planète. Que voulez-vous que "la France reconnaisse" !?...

      Tout est toujours en place. La France respecte le contrat passé avec chacun de ses gardes-chiourmes. Si les populaces sont connes au point d’avaler l’enseignement de leurs écoles koranico-misérabilistes, la France n’y est pour rien.

      repondre message

      • Azul, Ce n’est pas en versant dans le pessimisme que les choses changeront. La connaissance de son passé aussi tragique qu’il soit, peut faire évoluer et faire naître des actions positives. Les formes dans lesquelles le peuple Amazigh est moulé, finiront par éclater,de par leur usure et le besoin croissant d’un retour aux sources.La revendication de l’identité Amazigh se développe partout en Afrique du Nord, elle a abouti récemment, jusqu’à SIWA en Egypte.Au vue des bouleversements qui feront que le Pétrole ne couvrira plus la mauvaise gestion des Etats Dictateurs, le retour et la mise en valeur de soi-même est de rigueur. Tanemmirt . HMED

        repondre message

        • - « La connaissance de son passé aussi tragique qu’il soit, peut faire évoluer et faire naître des actions positives. »

          cher ami HMED,

          c’est justement ce que n’enseigne pas l’école karanico-misérabiliste : "la connaissance de son passé".

          les muZlimo-madrasas fabriquent des abrutis inaptes à réfléchir.

          PS : oui, je sais ce qui se passe à SIWA. Mais je sais surtout ce qui s’y est passé il y a quelques siècles.

          là où domine la doctrine mahométane le désert ne refleurit plus.

          Azulations.

          repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.