Accueil > Actualité > Le procès des Chrétiens de Larbaâ Nath Iraten renvoyé.
Le procès des Chrétiens de Larbaâ Nath Iraten renvoyé.
mercredi 13 octobre 2010
par Masin

"C’est parceque nous sommes chrétiens que nous sommes trainés dans la boue et montrés à la vindicte populaire", tels sont les propos de Mahmoud Yahou, un des inculpés dans l’affaire des chrétiens de Fort National (Larbâa nat Yiraten).

Le président du tribunal de Larbaâ nat Yiraten a renvoyé le procès des jeunes chrétiens d’Aït Atteli au 28 novembre 2010 pour absence de témoins. A rappeler que le procès a déjà fait l’objet d’un premier renvoi au 5 novembre 2010.

A leur sortie du tribunal, Mahmoud Yahou, Idir Houdj, Nacer Mokrani et Abdenour Rayid, les inculpés dans cette affaire de constitution d’un lieu de culte non autorisé, n’ont pas contenu leur consternation. Leurs avocats, en l’occurrence Me Rahmani, Me Ben Belkacem et Me Aït Larbi, quant à eux, estiment que ce renvoi intervient dans le respect de la procédure et que le président est dans son droit de renvoyer l’affaire vu que les témoins ne se sont pas présentés.

Cette affaire qui défraye l’actualité remonte au mois d’août dernier lorsque le maire de la localité avait mis en demeure par écrit le propriétaire d’une maison dans laquelle se déroulent périodiquement des messes chrétiennes. Le Maire justifie sa mise en demeure par des plaintes de citoyens "lésés" qui sont venus le saisir. Selon le maire "ce rappel à l’ordre, légal, a pour but notamment de désamorcer un conflit grandissant qui risque de dégénérer en un conflit incontrôlable". S’appuyant sur cette mise en demeure du maire, le procureur s’est "auto-saisi" de la question.

Selon les inculpés rencontrés à la sortie du tribunal, ce second renvoi "dénote la faiblesse du dossier ainsi que l’aspect politique qui mine cette affaire. Si le juge est amené à nous condamner parce que nous sommes chrétiens et que nous pratiquons notre confession dans nos propre maisons, cela risque de basculer toute notre région dans une brouille infernale. S’il y a renvoi, c’est parce que nous sommes régis par une justice aux ordres et que les magistrats du tribunal de Larbaâ Nath Irathen doivent céder aux ordres qui leurs viendraient d’en haut. C’est aberrant !".

Il est par ailleurs important de signaler la forte présence des jeunes chrétiens venus de partout pour soutenir les leurs par des cantiques en kabyle qu’ils chantent de vives voix face au tribunal.

Des militants formations politiques (RCD, FFS, MAK, MSD, …) ainsi que des organisations de défense des droits de l’homme et des libertés, comme "SOS-Libertés", étaient présents devant le tribunal de Larbaa nat Yiraten pour témoigner leur désarroi face au régime liberticide l’Etat algérien, actuellement représenté par Bouteflika.

Abbuh ! est bien le mot ultime, chargé de sens et de discernement avec lequel nous concluons cet épisode d’un procès houleux que la Kabylie vivra dans les prochains jours.


Hocine REDJALA

Articles dans la rubrique :

Actualité
22/09/16
0
L’Etat présente son troisième rapport périodique au Comité des droits économiques, sociaux et (...)

Lire l'article

03/09/16
0
Les autorités marocaines viennent, une fois de plus, d’user d’arbitraire à l’égard des militants de (...)

Lire l'article

30/08/16
0
En mars 2016, nous avons publié un article sur notre site pour évoquer le cas de la montagne (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


2 Messages

  • Le procès des Chrétiens de Larbaâ Nath Iraten renvoyé. 15 octobre 2010 11:00, par Saga des Gémeaux

    Y-a-t-il une place dans notre Kabylie occupée par un Etat colonialiste pour les chrétiens, les agnostiques, les athées, les boudhistes, les rationalistes ou les juifs ? La réponse est malheureusement non. Non car tant que l’Etat algérois continuera de nous oppripmer il n’y aura aucune place pour les non-musulmans de Kabylie occupée. Puisque la "justice" aux ordres d’Alger et de Ryad, commençons par boycotter les mosquées et leurs imams pédophiles à l’instar de momo, ne plus donner de prénoms arabes à nos enfants, ne plus fréquenter "l’école" des arabes et enfin commencer à se dire kabyle au lieu "d’algérien".
    Devons nous encore subir ce régime colonialiste qui empêche de citoyens de notre patrie de pratiquer leur confession ? Devons nous encore nous dire "musulman" ou devrai-je dire ESCLAVE d’un dieu sans nom qui n’est pas le nôtre. Devons tolérer que Saïd Sadi ose dire qu’il veut défendre "l’islam de ses ancêtres) ? Défendons plutôt l’animisme, le judaïsme et le christianisme de nos ancêtres et qui sont les religions traditionnelles de Kabylie. Si le boudhisme veut venir chez nous il sera le bienvenu car sa doctrine est fondée sur la non-violence et qu’il respecte les peuples.

    Saga des Gémeaux

    • Le procès des Chrétiens de Larbaâ Nath Iraten renvoyé. 18 octobre 2010 03:10, par Mohand Ouidir

      Il y a des milliers de musulmans imazighen qui luttent au quotdien pour leur langue et culture.
      La religion n’est pas un problème. Ce sont Nos ancêtres, pourtant musulmans pratiquants qui nous ont fait parvenir le flambeau de l’amazighité. La liberté de conscience est un droit fondamental mais l’instrumentaliser pour dénigrer et combattre l’Islam est un crime crapuleux monsieur le faux sage.

      Mohand Ouidir