Accueil > Actualité > Maksen : un prénom amazigh indésirable à la mairie de (...)
Kabylie
Maksen : un prénom amazigh indésirable à la mairie de Tizi-Ouzou
lundi 14 mars 2011
par Masin
Un bébé né le 4 novembre 2010, petit fils de Saïd Doumane, militant du mouvement culturel berbère depuis les années 1970, n’est toujours pas inscrit sur le registre d’état civil. Il porte un prénom amazigh, MAKSEN, que la mairie de Tizi-Ouzou refuse d’inscrire.
Après quelques années où les prénoms amazighs furent tolérés, les vieux démons anti-amazighs sont de retour.

Nous publions ci-après un article* de Saïd Doumane, paru dans l’édition du 13 mars 2011 du quotidien algérien Le Soir d’Algérie, article dans lequel il dénonce un déni identitaire persistant.

La Rédaction.




Saïd Doumane


Mairie de Tizi-ouzou : haine de soi ou voix de son maître ?

Tel le phénix renaissant de ses cendres, le déni identitaire dans notre pays refait régulièrement surface. La berbérophobie ancrée dans les mentalités et certaines institutions officielles n’a pas pris fin en 2002 avec la reconnaissance constitutionnelle du fait amazigh. Le décor constitutionnel est loin d’avoir arrêté le processus d’extinction programmé de l’identité berbère. Etait-ce son objectif ?

Ainsi en 2011, trois décennies après le "printemps berbère" de 1980, donner un prénom berbère à un nouveau né à Tizi-Ouzou relève encore du parcours du combattant. Voilà plus de quatre mois que bébé Maksen, comme l’appellent affectueusement ses cousins, est venu au monde sans avoir encore d’existence officielle : non inscrit sur le registre d’état civil de la mairie de Tizi-Ouzou. Ainsi en ont décidé les responsables de cette institution dirigée par une "assemblée populaire", décision entérinée par un magistrat de la même cité, au motif que le prénom Maksen ne figure pas sur la liste du ministère de l’intérieur. Même en présentant les preuves historiques et scientifiques de ce prénom (dictionnaires des prénoms élaborés par des universitaires dont celui de Kamal Nait Zerrad, professeur de linguistique berbère à l’INALCO à Paris), les dites autorités s’en sont tenues à leur liste "sacrée". Nous sommes ainsi contraints de tenter de justifier de notre existence millénaire pour être admis dans l’Algérie d’aujourd’hui !

Retour du refoulé, persistance des "vielles lunes" anti-berbères, inculture de certaines autorités, décision discriminatoire ou raciste délibérée, l’acte est d’une extrême gravité parce que commis au nom de l’Etat algérien.
Qu’un officier d’état civil ou un président d’APC aux ordres ou ignorant l’histoire et la culture de leur pays se conduisent de la sorte, passe encore car monnaie courante dans notre pays, mais qu’un magistrat censé protéger les citoyens des inepties et des abus de l’administration leur emboîte le pas, ça devient intolérable et ça pousse à la révolte. Quand on sait que des prénoms saoudiens, égyptiens, afghans etc. sont entrés allègrement dans la nomenclature des prénoms de notre administration, tandis que les prénoms authentiquement algériens sont soumis au bon vouloir de certaines autorités ! Cela s’apparente à du racisme officiel.

Je m’insurge contre cette injustice et j’introduirai une plainte auprès des instances nationales et internationales de défense des droits humains et culturels.

Faut-il rappeler à ces messieurs, préposés à l’identité nationale, que les années de plomb où l’identité amazighe était considérée comme une tare nationale sont derrière nous. Des hommes et des femmes fiers de leur algérianité, qui ne se cherchent pas des origines dans les tribus d’Arabie se sont dressés contre le génocide programmé de leur histoire millénaire.

La mère du nourrisson brimé dés sa naissance s’appelle Kahina ; elle est fière de porter le nom d’une femme qui a défendu sa terre et l’honneur des siens. Ses sœurs s’appellent Tin-Hinan et Dassine, prénoms puisés dans le stock vernaculaire touareg, donc amazigh et algérien.

Il y a plus de vingt ans, j’ai livré bataille pour inscrire ces filles à l’état civil de Tizi-Ouzou, aujourd’hui encore je dois mener un nouveau combat pour inscrire mon petit fils. Quelle tragédie pour l’Algérie et ses enfants !

Au 21ème siècle, il y a encore en Algérie des "responsables", incultes, soumis à leurs parrains idéologiques ou abusant de l’autorité que leur confèrent leurs postes pour tenter de bloquer la réhabilitation de notre patrimoine onomastique, archéologique et linguistique. Ces prédispositions mentales et politiques relèvent d’un pourrissement culturel et politique induit par une déculturation profonde, touchant des pans entiers de nos instituions. Les psychologues appellent cela la haine de soi. Haine de soi érigée en principe de gestion étatique puisque le déni identitaire est poussé jusqu’à l’importation des prénoms et des ancêtres. Sinon comment appeler cette disposition mentale qui incite à renier ses origines, ses patronymes, sa langue etc. pour adopter une patrie de rechange ?

Ne vous en déplaise, messieurs les préposés à l’identité nationale frelatée et d’importation, le petit Maksen est algérien et berbère, il est de la tribu des lions (les Ait Yiraten). De son berceau, il clame son algérianité et son amazighité, à l’instar de son grand-père qui depuis les années 1970 a subi la prison, la torture, les brimades policières et administratives, à l’instar aussi de sa mère qui, à l’âge de six ans, s’est vue refoulée de l’aéroport parce que son père était fiché.

Quand Maksen grandira, on lui racontera que son prénom a porté atteinte à la "sûreté identitaire" de l’Etat comme son grand-père en 1985 pour avoir assumé publiquement sa berbérité.


Saïd DOUMANE,
ancien détenu politique.

P.-S.

(*) Article publié avec l’accord de l’auteur.

Articles dans la rubrique :

Actualité
22/09/16
0
L’Etat présente son troisième rapport périodique au Comité des droits économiques, sociaux et (...)

Lire l'article

03/09/16
0
Les autorités marocaines viennent, une fois de plus, d’user d’arbitraire à l’égard des militants de (...)

Lire l'article

30/08/16
0
En mars 2016, nous avons publié un article sur notre site pour évoquer le cas de la montagne (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


18 Messages

  • Ils attendent encore que la mairie soit incendiée pour enfin dénier l’inscrire.
    • le même souci se pose dans villes des Aurès. Mazigh, Donat, Gaya sont entre autre les prénoms prhibés, contrairment à OUSSAMA...bilal .seig el islam etc. s’il faut bruler la mairie, alors il faut passer à l’acte.
      • C’est la définition même du génocide culturel, priver un peuple de son identité. Les prénoms Mohamed et les Ben machin, BEN Truc… Sont sensé être l’identité du peuple AMAZIGH. Le plus grave dans cette histoire c’est que ça se passe à TIZI OUZOU, dans une willaya ou le maire, ainsi que les représentants de l’état civil sont kabyle ! Une vraie honte. Certain kabyles sont de véritable pourriture sans aucune fierté, j’espère vraiment qu’aucun kabyle n’aura dans les décennies à venir un rôle majeur dans le gouvernement, car dés qu’un kabyle a un titre il est le 1er à opprimer son frère y’a qu’a voir le port de bougie, que des kabyles, et que des merdes !!, le commissariat de tizi ouzou tous des kabyles et tous pourris Je crois que dés qu’un kabyle entre dans l’administration il devient une ordure a croire que la maladie est transmissible
    • En ouvrant mon ordinateur et en passent sur les rubriques News, je tombe sur ce que normalement n’aurait du jamais éxisté la déscrémination total du droit de l’homme kabyles. Poser une préssion tel que celle ci de ne pas accordé le prénom amazigh pour son bébé c’est tout simplement que le peuple du haut de la de la nation Kabyle veulent toujours par petites raisons de montrés leurs autorités et leurs savoir faire qui aboutissent toujour par un échèque de révolte du peuple Kabyle amener à s’auto détruire. Et vous allez pas me dire qu’ils attendent de nous que nous soyons devant eux ! Alors réstant férme sur nos propos et avançant dans la démocratie du peuple Kabyle, dans l’indépendance et dans une nation Kabyle libre.
  • Maksen : un prénom amazigh indésirable à la mairie de Tizi-Ouzou 15 mars 2011 14:14, par Une militant Amazigh
    C’est révoltant, écurant... c’est inadmissible !!!!! Cet événement est , à mes yeux, une véritable raison pour que le peuple Kabyle se révolte, Nous devons sortir dans la rue, nous devons aller fermer, bloquer l’APC de Tizi Ouzou... Au risque de paraître extrémiste, je suggère la prise en otage du "président" de lAPC jusqu’à l’inscription de ce bébé sur le registre !!!!
    • Voila une bonne reponse. Cet act est une atteinte meurtriere a la dignite Kabyle, sa culture, son histoire, son existence. C’est du Nazzisme pur et simple. Nous devons a tout prix IMPOSER nos noms Amazigh - a tout prix !
    • Azul la militante amzigh,

      ton idée de prendre en otage le "président de l’APC" est une excellente idée. Comme tu le sais sûrement la Kabylie est toujours sous domination étrangère. Le fait même de ne pas inscrire le joli nom de Maksen signifie que le colonialisme algérois ne veut pas entendre parler d’amazighité qui le saôule depuis la fameuse "indépendance" de 1962 (Pour la Kabylie un nouveau colonialisme après les 105 ans de colonialisme français). Puisque l’état-civil à la solde des algérois refuse d’inscrire le nom de Maksen, pourquoi ne pas créer un état-civil parallèle ? Nous n’appartenons pas la création coloniale française nommée "Algérie" mais à la République Kabyle (dont le but est d’en rétablir la souveraineté et ses droits bafoués en 1857 par un franc-maçon français).

      Saga des Gémeaux

  • Monsieur Doumane lance un cri de douleur dans un océan de contradictions.

    -  « les vieux démons anti-amazighs sont de retour. »

    Mais non Monsieur ! Ils ne sont jamais partis depuis l’épopée ottomane et ses hordes de janissaires. Si, comme moi, et tous les kabyles de Kabylie n’avez jamais appris (au berceau via nos parents) que "l’arabe est l’envahisseur" et que "il ne faut même pas lui parler"...

    Voilà donc pourquoi vous en êtes encore à dire : « le petit Maksen est algérien et berbère » .

    Ben non Monsieur. Ce bébé est soit kabyle, soit arabe. c’est tout. « "algérien et berbère" » cela n’existe pas.

    la chimère Algérie est islamique, l’islam est "religion de l’État". Tout le monde doit s’appeler "mohamed" ou "aïcha".

    "la glorieuse révolution" vous a dit : « viens mourir pour faire un pays arabe dans les principes islamiques" ». Les kabyles ont répondu "OUI". et voilà. La boucle est bouclée...

    Vous vous êtes battus pour ça et vous encaissez le résultat.

    Sauf votre respect, un proverbe illustre bien une telle situation, le voici : « à s’assoir le cul entre deux chaise on finit toujours par tomber... »

    Ce pauvre bébé est déjà marqué du sceau de l’antagonisme.

    Que tous les dieux de l’Olympe lui viennent en aide...

    Azulations.

    • Non, quand on s’asseoit entre deux chaises, on finit toujours par chier dans le vide. C’est ce que nous faisons, taratara du matin au soir, sans jamais y arriver : guemya uraâbane iwarghyul (ils étaient cent sans jamais parvenir à emballer un âne).
  • quand je lis ca ...jai envis de voumir....laisser les gens s’appelaient comme ils veulent. On est en 2011...et pas en 1200. Khelna tranquille ya l’djouhal. Chacun á le droit de sàppelais comme il veut.Wach dekhelkomm ya l’etat de con.
  • je pense qu’il serait utile de creer des régistres d’ etat civil villageois,qui seront gerer par les comités,ou les naissances devront d’abord etres inscrites sur les régistres des villages, et un acte de naissance citoyen rédigé en kabyle sera délivré aux parents ;"a l’heure de l’informatique,ce n’est pas aussi difficile.,avant que le comité n’accompagne les parents a la mairie en cas de refus d’inscription de la part de l’administration coloniale arabomusulmane,ca nous permettra en plus d’avoir notre propre recensement.
    • Si non faites comme moi : Garderz ce prénom même s’il n’est pas officiel.Dans le pire des cas il ne sera pas scolarisé (tant mieux apprendre l’arabe est inutile),votre éducation suffira.Le bonus est qu’il ne sera pas incorporé dans l’armée car non inscrit.pendant ce temps (pérdu) il a largement le...temps d’aprendre sa langue:TAMAZIGHT.
      • bonjour est ce que vous connaissez la signification de ce prénom ? svp cela fait 4 mois que je la cherche je trouve rien sur le net, comme je ne suis pas en Kabylie j’ai du mal à accéder à une documentation la dessus !! merci par avance