Accueil > Actualité > Moha Abbazi : Personne ne peut arrêter la marche des (...)
Moha Abbazi : Personne ne peut arrêter la marche des hommes libres
Son film en langue amazighe Itto Titrit sera projeté samedi 7 mai 2011 au cinéma de l’Ecran à Saint-Denis, en région parisienne.
jeudi 28 avril 2011
par Masin
Après 40 ans d’expérience dans le cinéma international, Moha Abbazi, réalisateur amazigh originaire de Tamazgha Occidentale, décide de tourner dans sa langue maternelle. Son premier film Itto Titrit sera projeté samedi 7 mai 2011 à 20h au cinéma de l’Ecran à Saint-Denis. Rencontre.



Pour Moha Abbazi, tourner en langue amazighe a été un rêve qui a beaucoup tardé à se réaliser. C’est "depuis 1967 à ma sortie de UCLA FILM SCHOOL en Californie que je bataille pour réaliser en Tamazight". Réaction des autorités : "blocage et silence".
Plus de quarante ans après, en 1997, il relance l’idée de réaliser un long-métrage en langue amazighe. "Les trésors de l’Atlas", une histoire qui se déroule en plein Tafilalet et Moyen-Atlas au 18ème siècle ne verra pas le jour. Le projet finira par tomber à l’eau. "Même refus". "Les gens là-haut n’aimeraient pas cela", lui a-t-on dit.

Abbazi ne baisse pas les bras. En 2009, il réalise Itto Titrit. Ce film est né "grâce aux efforts d’artistes et de techniciens de toutes les générations parlant tamazight ou l’ayant perdu." Déterminé après des décennies de multiples refus et entraves, Abbazi a réussi à arriver au bout de son rêve, mais pas sans sacrifices. "J’avais vendu un lot de terrain gardé pour ma retraite et hypothéqué ma maison construite après quarante années de cavalcade au service des productions internationales ". "Je peux tout perdre mais Tamazight survivra, une langue qui m’a bercé, fait rêver et inculqué amour, tolérance et respect pour toutes les ethnies, religions et athées".
Pour lui, "l’éclosion d’une génération consciente de valeurs que véhicule tamazight est de bonne augure. Je plains ceux qui l’ont perdu et ceux qui la combattent et mon conseil pour eux est de réapprendre tamazight à leurs enfants pour ne pas finir comme des paumés (…) Un cinéma professionnel amazigh demande la conjugaison d’efforts d’écrivains, comédiens et de financiers". 
 
La réalisation de ce film a été aussi une occasion pour lui de découvrir que la haine de tout ce qui est amazigh est toujours vivace. "Elle m’a fait découvrir que des éléments maléfiques se conjuguent en permanence pour tuer le film. Mais l’amour du cinéma, des idéaux de liberté, justice et compassion les ont terrassés. Personne ne peut arrêter la marche des hommes libres."


 
Entretien réalisé par Lhoussain Azergui



Comment se rendre au cinéma L’Ecran ?
Le cinéma est sur la place du Caquet, entre l’Hôtel de Ville, services municipaux et le magasin Carrefour, proche de la Basilique.

En métro :
Ligne 13 arrêt "Basilique de Saint Denis."
Le cinéma l’Ecran est juste à la sortie du métro.

En voiture
Périphérique, sortie "Porte de la Chapelle", puis prendre l’autoroute A1 direction "Lille", et sortir à la première sortie : "Saint-Denis" (même sortie que celle du Grand Stade).
Puis direction "Saint-Denis Centre" (plusieurs parkings sont à votre disposition, le plus proche du cinéma est le parking "Saint-Denis Basilique").

Articles dans la rubrique :

Actualité
02/12/16
0
Samedi 3 décembre 2016 à 15h, à Place de la République à Paris. Le Comité international pour la (...)

Lire l'article

26/11/16
0
Rmexzen aɛuṛubi n ccuṛfa di Rbaṭ, i dinni yegga ufṛansis d uṣpanyu, lebda ixes ad yarz tagrawla di (...)

Lire l'article

11/11/16
0
Le président du MAK, Bouaziz Aït-Chebib, qui devait animer un meeting du MAK à Timizar ce vendredi (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


2 Messages