Accueil > Actualité > Qui va oser trahir l’Azawad ?
Qui va oser trahir l'Azawad ?
vendredi 10 avril 2015
par Masin
Le 30 mars 2015 nous disions, dans un article que "Sur convocation des autorités algériennes, une délégation de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) s’est rendue à Alger ce lundi 30 mars 2015. Cette délégation serait conduite par Bilal ag Achérif, président du MNLA.". Cette même CMA publie un communiqué le lendemain, 31 mars 2015, par lequel elle a tenu à préciser que "la Coordination des Mouvements de l’Azawad(CMA) a demandé à être reçue par l’Algérie, chef de file de la médiation. C’est dans ce but qu’une délégation de la CMA conduite par Mr Bilal Ag Acherif se rend à partir aujourd’hui 31 mars à Alger.". Ce communiqué a été publié sur le site du MNLA. Alors que la veille, c’est-à-dire le 30 mars 2015, la page Facebook "Dépêches MNLA sur l’Azawad" publie cette information : "Sur invitation de l’Algérie, chef de file de la Médiation internationale, une délégation de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) dirigée par S.E Bilal Ag Acherif se rendra aujourd’hui à Alger".
Or rien ne pouvait justifier ce voyage pour Alger dans la mesure où aucune évolution n’était perceptible. Bien au contraire, l’Etat malien, la médiation menée par Alger ainsi que les Nations Unies avaient fait savoir leur refus de revoir quoi que ce soit dans le texte d’Alger et se sont contenté d’exhorter la CMA à parapher le document sans délais.
Mais le manque de clarté dans la communication de la CMA ne pouvait être qu’un signe des magouilles de certains de ses dirigeants.
A l’issue de cette visite d’Alger, la CMA rend public un communiqué, daté du 5 avril, qui n’apporte aucune véritable information. Au-delà de préciser que "la Coordination des Mouvements de l’Azawad a suggéré des ébauches de solutions pour surmonter les difficultés actuelles", la CMA s’est adonnée, dans le reste du communiqué, à des louanges aux autorités algériennes et leur cher président.

En fait, visite algéroise de la CMA ne pouvait pas ne pas cacher quelque chose. Et Alger complotait déjà depuis un moment pour saboter le projet de l’Azawad. Très vite des rumeurs ont gagné l’Azawad, selon lesquelles Alger allait organiser une cérémonie pour le paraphe de leur document par la CMA le 15 avril 2015 à Alger. Il n’y a pas de fumée sans feu : la rumeur était fondée !

Le 8 avril, le quotidien algérien Elwatan, par ailleurs très bien renseigné sur les questions sensibles pour l’Etat algérien, rapporte dans un article de Nadjia Bouzeghrane, intitulé "Rencontre Lamamra-Fabius : Une relation au beau fixe" que "[…] cet accord, paraphé le 1er mars dernier à Alger, est soutenu par la communauté internationale, par les parties maliennes associées au dialogue, y compris au sein de la Coordination des mouvements de l’Azawad qui n’est pas un ensemble monolithique. En tout état de cause, ceux qui ont bloqué l’Accord d’Alger ne sont pas majoritaires". En effet, le ministre algérien s’était rendu à Paris le 7 avril pour rencontrer son homologue français et il est certain que la question de l’Azawad était au menu.
Le Journal du mali, quant à lui, a été beaucoup plus clair en titrant un article, en date du 9 avril, « La CMA sur le point de signer... ». Le journal cite des sources bien informées et précise que la CMA aurait informé le premier ministre malien qu’elle allait parapher le document d’Alger.

Enfin, une lettre que nous avons pu nous procurer lève tous les doutes et confirme qu’un complot est en cours. Au centre de ce complot les autorités algériennes avec la complicité de certains des dirigeants de la CMA.
En effet, le ministre algérien des affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a adressé une lettre au chef des milices maliennes regroupées dans la « Plateforme d’Alger du 14 juin 2014 » [1], Harouna Touré, par laquelle il lui fait savoir que la CMA lui a adressé une lettre en date du 4 avril par laquelle elle lui "notifié sa décision de procéder au paraphe de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger". Et c’est dans cette même lettre que le ministre algérien informe son "frère" chef de milices maliennes qu’une cérémonie sera organisée à Alger le 15 avril 2015 à l’intention de la CMA en présence des autres parties. Qui a pu bien écrire cette lettre ? A-t-il vraiment engagé la CMA pour le paraphe du document d’Alger ? Si tel n’est pas le cas, la CMA aurait dû réagir en démentant les allégations du ministre algérien. Leur silence ne peut être interprété que comme une approbation des propos du ministre algérien.


Qui aurait bien osé faire ça ? Les populations à travers l’ensemble du territoire de l’Azawad sont remontées et n’arrivent pas à imaginer que cela puisse être possible. Il faudra certainement s’attendre à une expression populaire qui ne saura tarder à se manifester. La population a dit et redit son mot, à plusieurs reprises et sous plusieurs formes. Le 6 avril a été marqué à travers l’ensemble du territoire de l’Azawad où les populations ont réitéré leur attachement à l’indépendance de l’Azawad. Le drapeau du Mali a été même brûlé à Kidal, preuve du refus catégorique de voir les autorités maliennes et leur armée qui ne respecte pas les droits de l’Homme revenir s’attaquer aux civils dans l’Azawad.
Ceux qui sont derrière cette manœuvre porteront une lourde responsabilité et s’exposeront certainement à des sanctions qui, sans doute, ne leur laisseront d’autre choix que celui de se rendre à Bamako et rejoindre les rangs de Gamou et d’autres milices maliennes. Et si les auteurs de cette trahison pensent renouveler les expériences précédentes qui ont vu des mouvements de l’Azawad signer des accords défavorables à l’Azawad, ils se trompent car ils n’ont pas encore compris que le peuple a évolué et les Azawadiennes et Azawadiens ne veulent plus revenir en arrière. Et pour le Mali, ils ont dit NON.

Il est peut-être temps que soit fait un peu de ménage au sein de la CMA, un regroupement qui reste déjà quelque part contrenature dans la mesure où certaines de ses composantes ne sont pas dignes de confiance. Le cas du HCUA qui n’est qu’un recyclage d’Ansar-Dine en est une preuve.

Les femmes, les hommes et les combattants de l’Azawad auront certainement des jours difficiles devant eux dans la mesure où ils devront faire face à la trahison d’hommes à qui ils ont fait confiance pour les représenter. Une pression internationale sera exercée également sur eux. Mais leur détermination ne devra en aucun cas faiblir, car seule la lutte paie.

La Rédaction.

Articles dans la rubrique :

Actualité
02/12/16
0
Samedi 3 décembre 2016 à 15h, à Place de la République à Paris. Le Comité international pour la (...)

Lire l'article

26/11/16
0
Rmexzen aɛuṛubi n ccuṛfa di Rbaṭ, i dinni yegga ufṛansis d uṣpanyu, lebda ixes ad yarz tagrawla di (...)

Lire l'article

11/11/16
0
Le président du MAK, Bouaziz Aït-Chebib, qui devait animer un meeting du MAK à Timizar ce vendredi (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


1 Message

  • Qui va oser trahir l’Azawad ? 10 avril 2015 17:24, par agurzil
    au lieu d’assumer cette trahison de tout un peuple et de plusieures guerres,et surtout de trahir la mémoir de ceux qui sont tombés pour l’independance de l’azawad,mieux vaut pour ces vendus une DEMISSION.

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.