Accueil > Actualité > Solidarité avec Baba Nedjar
Solidarité avec Baba Nedjar
Ses jours sont en danger dans les prisons algériennes...
vendredi 3 novembre 2017
par Masin
Un homme victime d’injustice condamné à perpétuité lance un appel aux épris de justice. Sa santé est sérieusement dégradée suite à la grève de la faim qu’il observe depuis le 17 septembre. Actuellement il se trouve à l’hôpital de Blida où ils est transféré suite à des problèmes cardiaques.


Baba Nedjar, un amazigh du Mzab, détenu arbitrairement dans les prisons algériennes depuis 2005 est dans un état où sa vie est sérieusement menacée suite à la grève de la faim qu’il a entamée le 17 septembre 2017. Sa situation est critique et sa famille ainsi que son avocat appellent à la solidarité.

En 2011 déjà son avocat de l’époque, Mokrane Aït-Larbi, avait rendu publique un communiqué par lequel il explique que "depuis la décision de la Cour suprême qui a cassé le jugement sans renvoi, l’intéressé demande avec insistance la révision de son procès. Pour appuyer sa demande, il a observé plusieurs grèves de la faim qu’il a cessées suite à des promesses verbales non tenues". Baba Nedjar a une seule revendication : permettre la révision de son procès. En 2011, 653 citoyens de Ghardaïa avaient signé une pétition appuyant cette demande.

Aujourd’hui, ce sont tous les militants des droits de l’homme ainsi que les ONG de défense des droits qui sont appelés à lui venir en aide et à soutenir sa demande.

L’affaire remonte au 20 octobre 2005, lorsque Baba Nedjar a été arrêté pour assassinat d’un jeune brûlé vif par deux personnes encagoulées. Il a alors subi une véritable torture psychologique et physique. Les policiers ont exercé sur lui un chantage consistant à le faire libérer s’il accepte d’accuser des leaders mouvement de protestation de Tagherdayt (Ghardaïa) de ce meurtre, ce qu’il a, bien entendu, refusé.
Le 5 janvier 2011, dans une lettre distribuée à Alger par un groupe de défenseurs de droits de l’Homme, Baba Nedjar écrit : "Je m’adresse à vous, honorables personnes, pour me sauver de cette injustice dont je souffre depuis mon incarcération arbitraire en 2005 pour homicide volontaire avec préméditation sur une personne que je ne connais ni de près ni de loin, laissant en liberté les véritables coupables".

Condamné initialement à la peine capitale en 2006, la cour d’appel le condamne à perpétuité en 2009. La Cour Suprême refuse la cassation.

Aujourd’hui, Baba Nedjar fait les frais de la politique anti-mozabite de l’Etat algérien qui le punit car ne voulant pas collaborer pour permettre au système de mettre en œuvre l’un de ses plans macabres en pays mozabites.

La Rédaction de Tamazgha veut, à travers ce article, donner écho à l’appel d’un homme victime d’injustice condamné à passer sa "vie" en prison.

Pour exprimer votre solidarité avec Baba Nedjar, vous pouvez, par exemple adresser un courrier aux différents organismes de défense des droits de l’Homme ; vous pouvez vous adresser également à son actuel avocat, Salah Dabouz (sdabouz gmail.com).

La Rédaction.

Haut commissariat des droits de l’Homme (Nations Unies)
infodesk ohchr.org
Groupe de détentions arbitraires :
wgad ohchr.org
spbintren14 ohchr.org
Comité contre la torture :
cat ohchr.org
tb-petitions ohchr.org.

Human Rights watch (HRW) :
hrwpress hrw.org

Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH) :
mali fidh.org

Articles dans la rubrique :

Actualité
10/11/17
0
A l’initiative du Collectif de solidarité avec le peuple catalan, une réunion publique s’est tenue (...)

Lire l'article

09/11/17
0
Face à la complicité des Etats de l’Union européenne dans le projet de répression espagnole en (...)

Lire l'article

03/11/17
0
Di tegnitt-agi anida Kaṭalunya tettnaɣ ɣef tlelli-ynes mgal adabu n Ṣbenyul ixsen ad tt-irkeḍ yerna (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.