Accueil > Actualité > Tafsut n Imazighen : de commémoration en commémoration…
Tafsut n Imazighen : de commémoration en commémoration…
par Mesṭafa G’Idir
dimanche 19 avril 2015
par Masin

20 avril 1980 – 20 avril 2015 : trente-cinq ans de commémorations, de marches, de conférences et d’activités diverses… et nous en sommes toujours au même point. Qu’avons-nous dit aux jeunes générations ? Que leur avons-nous enseigné ? Nos conférences ressemblaient plutôt à des épitaphes annuelles sur la pierre tombale de Tafusut n Imaziγen. Nous avons hélas choisi de nous en prendre à nous-mêmes et nous en sommes sortis cabossés et cassés. Nous avons, trente-cinq ans durant, entretenu un rapport particulier avec le pouvoir central : il tolérait nos marches sur notre propre Terre, il répondait avec sarcasme à notre indignité, mais lorsque nous élevons le ton il nous tabasse et n’hésite pas à faire usage de ses armes de guerre et ses balles explosives.

Et entre temps, nous, nous avons oublié qu’avril 80 est un symbole, un grand symbole démocratique, une belle fenêtre pour tous les peuples opprimés et surtout de l’oxygène pour nos frères Amazighs à travers l’ensemble de Tamazgha (Azawad, Tamazgha occidentale, Libye,…) qui se battent pour leur liberté et leur identité.

Le comble de l’histoire, c’est que nous sommes en train de perdre un combat, pour le moins inattendu. Il s’agit du combat des symboles. Une fois ce combat perdu, nous n’aurions plus à avoir peur de l’autre, du différent mais de nous-mêmes, de notre semblable. Car nous aurions, déjà, perdu l’usage de nos valeurs ancestrales communes.
Mesṭafa G’idir nous a soumis un texte, que nous publions ci-après. Un texte qui est tout simplement une page blanche. Il l’a voulu ainsi pour ne pas, à juste titre, se retrouver dans une écriture funéraire, car, à ses yeux, Avril 80 est quelque chose de très important.

La Rédaction.




Articles dans la rubrique :

Actualité
02/12/16
0
Samedi 3 décembre 2016 à 15h, à Place de la République à Paris. Le Comité international pour la (...)

Lire l'article

26/11/16
0
Rmexzen aɛuṛubi n ccuṛfa di Rbaṭ, i dinni yegga ufṛansis d uṣpanyu, lebda ixes ad yarz tagrawla di (...)

Lire l'article

11/11/16
0
Le président du MAK, Bouaziz Aït-Chebib, qui devait animer un meeting du MAK à Timizar ce vendredi (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


9 Messages

  • LE BLOCAGE EST D’ORDRE POLITIQUE, ALORS QUE LA RECHERCHE ET LA PRISE DE CONSCIENCE AVANCENT….

    Et il faut commencer par cette note positive, et dire que la recherche en Tamazight avance à grands pas dans les domaines linguistiques, éducatifs, culturels, historiques et autres. Elle avancerait encore beaucoup plus s’il n’y a pas tous ces blocages d’ordre « politique », la question amazigh étant intimement liée à la question du pouvoir, donc à la lutte pour le changement radical, qui veut dire « le combat pour la démocratie et l’Etat de droit ». Sachant que, d’abord (1) les Régimes dictatoriaux, militaire en Algérie, royaliste au Maroc... font obstruction, jouent le pourrissement et l’exacerbation des conflits et problèmes, et (2) que certaines « élites » se revendiquant amazighistes, (autonomistes, indépendantistes, patriotistes, etc.) sont majoritairement parrainées et sponsorisées par les Pouvoirs autoritaires régnants. D’où la désaffection de la population (attachée à la question sociale, économique et politique, car appauvrie et exclue), le désengagement militant, la dispersion et l’effritement des organisations (…). Or, il faut un " véritable rapport de force politique " pour arracher Tamazight -La liberté. L’histoire l’a certifié, et le présent l’atteste : « la liberté s’arrache, et ne se donne pas. » D’où la nécessité de fonder des vrais mouvements « véritablement oppositionnels », oppositionnels (anti-collaborationnistes), donc crédibles, donc légitimes, donc capables de susciter l’adhésion populaire, comme naguère le MCB (unitaire, fédérateur et rassembleur « mis à mort » par les criminels et mafieux de la SM - Sécurité militaire), avec leurs valets et ponce-pilâtes que sont tous ces faux-opposants et pseudo-démocrates, leurs partis étant tous foutus, neutralisés par ladite Police politique secrète
    Tamazight (la liberté) ne pourra vraiment s’épanouir que sous un Régime de démocratie et l’Etat de droit moderniste, progressiste, pluraliste, laïc, pluraliste, unitaire.... Pas sous la dictature !

    SEUL UN « VERITABLE RAPPORTDE FORCE POLITIQUE » !

    Sans « rapport de force politique », ces Régime dictatoriaux, ultra-autoritaires, criminels et mafieux, ne cèderont sur rien. Ce qui veut dire que tant que ces Dictatures sont là, président aux destinées de ces pays (Tamazgha, Afrique du Nord), ça restera ainsi, aucun résultat concret, probant, mais uniquement des petites miettes....L’on comprend alors que l’on ne peut escamoter ou éluder la question principale, capitale, essentielle, cardinale.....qu’est la « question du pouvoir, de la nature du pouvoir, de la légitimité du pouvoir », une question en suspens depuis les indépendances. Car les pouvoirs régnants sont installés par la force, et règnent par la force : la domination, la répression, l’oppression, la prédation, le mépris de l’individu et de la collectivité, la négation des droits (...), violence et la terreur d’Etat.....
    Or un « rapport de force politique » pacifique, ne peut être construit que par des élites et des mouvements vraiment oppositionnels, farouchement et frontalement opposés aux Dictatures régnantes : c’est la condition sine qua none de leur crédibilité, donc de leur légitimité. Donc de vrais « opposants politiques », et non des « agitateurs extrémistes » (aux discours culturalistes, différentialistes, essentialistes, racistes, xénophobes) qui ne font que « diviser, séparer, isoler, délégitimer (discréditer) politiquement ».....au profit des Pouvoirs dictatoriaux en place ! Et pas du tout pour Tamazight ou l’autonomie des régions amazighs (une revendication juste, légitime, judicieuse et pertinente) !

    ....ET DE COMPROMISSIONS EN COMPROMISSIONS !

    On ne peut ne pas parler des compromissions de certains " leaders " sponsorisés et propulsés au devant de la scène par l’aile dure du Régime militaire : ceux qui ont, sur ordre de la SM (Clan Belkheir-Ayyat-& cie), cassé le grand et très " fédérateur et rassembleur (les 2 choses dont les Généraux ont craint), et fondé un parti-officine (le RCD)à la faveur de " l’ouverture contrôlée " de 1989 : les Sadi, Ferhat, Khalida, Benyounès, les Lounaouci, Khalidal et leurs acolytes, achéts par le Régime militaire, et " allés très loin dans la compromission avec les Généraux " e raison des avantages matériels, financiers, immobiliers, des bourses, des aides pour s’installer à l’étranger, etc. etc., et qu’ils sont de plus impliqués dans des affaires de manipulations, provocations, de crimes, de créations de milices, etc. etc.

    Ce qui a démobilisé le mouvement amazigh et provoqué un reflux, voire un fléchissement grave....

    repondre message

    • —correctif—

      ...." le très fédérateur et rassembleur " MCB :

      c’est du MCB qu’il s’agit. " Mis à mot " sur ordre de la SM. Parce que c’est un mouvement " rassembleur / fédérateur, et oppositionnel ", les deux caractéristiques d’un mouvement dont le Régime militaire craint vraiment.

      Merci vivement.

      Cordialement.

      repondre message

    • Tafsut n Imazighen : de commémoration en commémoration… 21 avril 2015 08:49, par Bellachehab

      Le problème est plus global que la question linguistique, c’est surtout celui d’un modèle politique et économique rentier, jacobin, et sur lequel nous n’avons aucun contrôle.

      Et pourquoi pas des revendications d’autogestion comme celles du mouvement zapatiste au Mexique ou des kurdes de Syrie ?

      repondre message

    • "que certaines « élites » se revendiquant amazighistes, (autonomistes, indépendantistes, patriotistes, etc.) sont majoritairement parrainées et sponsorisées par les Pouvoirs autoritaires régnants". Je ne suis pas d’accord avec vous pour ce qui concerne les autonomistes et indépendantistes.Ce sont le seuls vrais opposant ,vouloir les réduire au ffs rcd fln rnd c’est injuste et malhonête. Jstement ce sont eux qui’l faut soutenir pour sauver la kabylie.Ne ps le faire c’est admettre la forfaiture. Au lieu de chercher à créer des partis sans lendemain.Adhérer à ceux qui se battent sur le terrain .

      repondre message

  • J’apprécie cette démarche symbolique. Refuser de sombrer dans le commémorationnisme à la soviétique ou dans l’esprit de novembre pendants que nous perdons chaque jour un pan de notre existence, nous affrontons la récupération et l’instrumentalisation de Tafsut. Que reste -t-il auj 21 avril des manifs, des posts sur les réseaux sociaux, des articles lapidaires et consolateurs de la presse algérienne. Il restera la folklorisation, les festivals creux avec des commissaires corrompus, des militants dispersés, une langue en déperdition, des médias médiocres et un enseignement qui ressemble plus à une farce qu’à une opération réelle de réabilitation et de promotion. .......merci pour cette non-contribution mr Guidir !

    repondre message

    • Oui en effet, nous perdons chaque jour un pan de notre existence. C’est terrible de faire un tel constat.... regardez, écoutez et analysez le monde kabyle comment il s’effrite .... où sont les valeurs kabyles ? Elle partent comme "l’eau de la neige" car nous manquons de confiance en nous même, cette brèche ouverte, les intégristes de tous poils s’engouffrent et on voit l’effet. Sinon la kabylie des années 70 est-elle moins musulmane ? Mais on veut pas qu’elle soit ainsi, on la veut irrémédiablement islamiste et intégriste, l’état algérien est alors à l’assaut via ses snipers islamistes : l’incitation au hidjab, le choix du vocabulaire arabo-musulman comme gage de bonne conduite, ou ces donneurs de leçons (manipulés) qui n’hésitent pas à influencer les gens et la société (allez voir comment se font les enterrements en kabylie, ou ces drapeaux où la couleur verte se mêle à une écriture coranique....)... Ce refus d’écrire sur les cendres de Tafsut est une bonne idée, et vous avez raison de le souligner OUIZA car c’est se mentir, c’est refuser de voir la réalité en face.... on tire pas les leçons des expériences catalane, basque ou corse... nous sommes inhibé par le principe du pacifisme alors que les autres , ceux d’en face, eux, n’hésitent pas à nous écraser et à étouffer notre voix par tous les moyens. On est donc dans une sorte d’aboiement dont la fréquence est marquée par le 20 avril, ensuite circulez il n y a rien à voir.... cela date depuis 1948 ! il faut avoir les couilles de dire Basta ! quant à ceux qui se préparent à chaque veille de 20 avril d’aller voir s’ils sont invités pour "témoigner" , il faut qu’ils sachent qu’ils sont sur les traces et les schémas des pseudo maquisards FLN atteints de Témoignagite ... L’état algérien n a rien prévu pour eux, même pas un nom de place dans un aguddu ... quant aux kabyles, ils ont ral la casquette des ces témoignages, stérils et stérilisants, ils veulent du concret : arrêter la saignée économique de la région, le développement, la culture, l’école, leur langue....il y a beaucoup d’amertume . Je soutien de tout cœur l’initiative de non contribution, une façon intelligente de dire non à cet état de fait

      repondre message

    • Tafsut n Imazighen : de commémoration en commémoration… 25 avril 2015 22:51, par aman idurar
      Azul. Ihi kan continuez de militer en silence comme ça vous allez laisser le terrain et l’espace pour ceux qui vont planter leurs idées malsaines.si même dans ces moments de commémoration on ne parle pas de ce qui concerne imazi&en alors quand est ce qu’il faut le faire alors.

      repondre message

  • Tafsut n Imazighen : de commémoration en commémoration… 22 avril 2015 15:29, par aman idurar
    azul ihi kan ça fait la kabylie ne fait pas partie de la tamazgha cette année. nagh vous faites comme le ffs qui a laché le combat de tamazight pour rejoindre le combat de la palestine. La liberté et la dignité de la kabylie n’est pas negociable.

    repondre message

    • Tafsut n Imazighen : de commémoration en commémoration… 29 avril 2015 07:09, par La Mécréante !

      salut,

      le FFS n’a jamais été kabyle. Le FFS est une formation arabo-islamo-algériano-maghrébine-FLNiste. Ils sont restés scotchés, comme des abrutis qu’ils sont, à l’appel des djihadistes de 1954.

      après avoir égorgé des kabyles par centaines, ces tordus de la cervelle se sont exterminés entre eux. bon débarras !

      repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.