Accueil > Actualité > Une Pensée pour Mohia : un homme, une œuvre.
Une Pensée pour Mohia : un homme, une œuvre.
par Mohand Chérif Bellache.
lundi 8 décembre 2008
par Masin
Cela fait déjà quatre ans que notre regretté Mohia nous a quittés. Cette disparition brutale est venue mettre un terme à la vie d’un homme de grande envergure, un humaniste inclassable, mais aussi à la production théâtrale d’un éminent défenseur de la culture amazighe.

Cette lourde perte est ressentie à travers toute la Kabylie. Aujourd’hui, nous sommes encore en deuil car Mohia fut un grand poète et dramaturge qui a acquis sa notoriété par la qualité de son œuvre et son immense contribution au passage da la langue kabyle de l’oral à l’écrit.

Mohia ciselait les mots avec précision. Amoureux des livres, il ne supportait voir un livre abandonné et jeté dans la rue.

En homme libre et indépendant, durant toute sa vie, il n’a cessé de lutter pour la reconnaissance de l’identité et de la culture amazighes. Jusqu’à son dernier jour, la production théâtrale kabyle fut sa raison d’être. Spécialiste des adaptations ( Luxun, Luigi Pirandello, Samuel Beckett, Molière,…), Mohia tel un grand couturier, il a su broder avec ses mots des pièces de théâtre qui reflètent magnifiquement la société kabyle. Par ses œuvres, sa contribution à la vulgarisation de la culture berbère fut indélébile.

Il fut et il restera pour nous une des figures les plus emblématiques dans l’histoire de la société berbère et même au delà. C’est clair, il a laissé un grand vide.

Aujourd’hui, le peuple kabyle peut s’autoriser à affirmer que Mohia est admis au panthéon des grands penseurs de ce monde : de Victor Hugo à Kateb Yacine.

Ce fut un grand homme, humble et discret mais bosseur et espiègle. Par sa prévenance et son dévouement, il s’attirait la loyauté à vie de ceux qui l’entourait.

Je suis convaincu, que l’histoire retiendra son nom à jamais.

Dans ce sens, je solliciterais avec quelques amis, la municipalité de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), la ville où il a vécu jusqu’à sa mort, afin d’ériger une plaque commémorative en son nom.


Mohand Chérif BELLACHE.

Articles dans la rubrique :

Actualité
22/09/16
0
L’Etat présente son troisième rapport périodique au Comité des droits économiques, sociaux et (...)

Lire l'article

03/09/16
0
Les autorités marocaines viennent, une fois de plus, d’user d’arbitraire à l’égard des militants de (...)

Lire l'article

30/08/16
0
En mars 2016, nous avons publié un article sur notre site pour évoquer le cas de la montagne (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


2 Messages

  • Une Pensée pour Mohia : un homme, une œuvre. 31 décembre 2008 11:16, par Saga des Gémeaux

    La Kabylie prouve une fois de plus qu’elle dispose d’un potentiel culturel très important et que de fait elle participe et donne au monde le meilleur de sa culture. Gageons que lorsque la Kabylie sera indépendante le ministère de la Culture devra faire voter par le Parlement un budget digne de ce nom. Par ailleur est-ce que les oeuvres de Mohia sont t-elles disponibles en France ?

    Saga des Gémeaux.

  • Une Pensée pour Mohia : un homme, une œuvre. 2 janvier 2009 12:46, par masgava
    Azul !!! En lisant votre article chér monsieur,j’avoue que s a ma fait beaucoups de fiérté d’être ce que je suis ,un kabyle du sang et de langue. Je fais parti d’une association culturélle au niveau de Ait Abbas(Béjaïa) et nous travaillons ardement pour achever les piéces de notre maitre dramaturge Mohia.Ses pensées et façons de dire les choses sont trés pérfictionnées et notre devoir et de leur donner une vitalité égale à celle de Mohia. Encore une fois monsieur,je vous remérçis et je vous salut moi ainsi que tout le personnel de notre assocition "TAGRAWLA N Y’EDLES". n Amicalement.