Accueil > Actualité > Algérie 1963 : une défaite kabyle
Algérie 1963 : une défaite kabyle
Par Gérard Lamari
jeudi 12 décembre 2013
par Masin
Constitué en 1963, i.e. au lendemain de « l’indépendance » de l’Algérie, le front des forces socialistes (FFS) s’est inscrit dans l’opposition radicale vis à vis de la nouvelle autorité en place. D’essence pacifique dans un premier temps, il a fortement fait pression sur l’exécutif pour que celui-ci concède le multipartisme et ouvre les portes régaliennes à la société civile (notamment). L’intransigeance de la tête de l’exécutif sur ce dernier point a rapidement conduit le FFS à prendre les armes. Les militants sont ainsi remontés dans les maquis kabyles d’où ils étaient à peine revenus. Cet épisode a déclenché une vaste répression en Kabylie, laissant des meurtrissures profondes : des centaines de morts et près de 3 000 détenus rien que dans les rangs du FFS. Cette nouvelle défaite vint s’ajouter au traumatisme de 1871, qui, lui-même fut précédé par celui de 1857, qui fit perdre sa souveraineté à la Kabylie.

Coincés entre l’enclume du leurre de la fraternité extrarégionale et le marteau de l’événementiel, les militants kabyles (FFS ou autre) ont toujours porté en eux cet aspect d’inachèvement, d’incomplétude. Mais la « psychasthénie » trouve sa genèse dans le mouvement dit « national »…
A travers le fil rouge conducteur, on l’observe dans tous les sursauts qui ont suivi la crise berbériste de l’hivers 1948 : l’avènement du FFS, l’académie berbère, le printemps 1980, et plus particulièrement celui de 2001.




Des enjeux de pouvoir…

Généralement issus de l’Organisation Spéciale (OS) du nationalisme algérien, les promoteurs du FLN se sont livrés dès le début à des luttes intestines pour le contrôle du pouvoir. Les luttes de fractions qui ont jalonné l’historicité du mouvement ont souvent trouvé leur issue par l’exclusion des uns et l’élimination physique des autres.
Comme culture politique, les frères avaient comme règle de ne point tolérer les jumeaux différents.
Les berbéristes qui avaient le double « défaut » d’être démocrates et kabyles en payèrent le prix fort. Les liquidations des Amar Aït Hamouda, Embarek Aït Menguellat et autre Bennaï Ouali anéantiront l’idée d’une élite politique berbère.

A l’orée de l’indépendance, l’armée des frontières prit le domaine politique en main poussant ainsi le GPRA à n’avoir plus qu’un rôle de façade. La toute puissante Fédération de France elle-même fut, dans un premier, temps domestiquée avant sa mutation en « Amicale des Algériens ».

L’Algérie ne pouvait donc entamer son indépendance que de façon calamiteuse.


…aux lendemains qui déchantent


Lé départ des colons a permis de lever le voile sur les inégalités importantes entre les différentes classes du pays. Le « vide » brutal qu’ils laissèrent fut immédiatement comblé par les clients serviles du nouveau pouvoir. La grande masse des déshérités demeura donc dégarnie.
Au moment où fermes et entreprises furent abandonnées par leurs propriétaires européens, des comités de travailleurs se sont mobilisés pour stopper l’extension du mouvement d’appropriation par les apparatchiks. Pour permettre la continuité de la production, ils s’octroyèrent collectivement les moyens de production. C’est ce qui fut appelé plus tard l’autogestion. Ce mouvement fut rapidement assujetti à l’Etat, puis, à terme, phagocyté. Quant aux moyens de production, ils furent dilapidés par la corruption naissante...
Mais de nombreuses grèves éclatent par-ci par-là suite aux mesures d’austérité imposées au début de 1963. Le « travailler plus et consommer moins » du ministre des finances de Ben Bella est ressenti comme une gifle. Les grèves passent aux manifestations spontanées et les premières répressions dues à des mécontentements économiques commencent à voir le jour.

Sur le plan purement politique, les premières actions des nouveaux maitres furent de torpiller les institutions encore fragiles.
L’Assemblée Nationale Constituante (ANC), issue de la crise de l’été 1962, est imposée d’en haut. Elle est d’ailleurs plus désignée qu’élue (20 septembre 1962). La légitimité des députés est franchement douteuse et l’assemblée croupion qu’ils incarnent est aux ordres. Elle devait pourtant être perçue insuffisamment docile car le projet de constitution fut adopté en catimini dans une salle de cinéma !
Aït Ahmed y tentera une expérience de député (qui lui sera reprochée plus tard) puis claquera la porte en juillet 1963 avant de lancer le FFS en septembre de la même année.

Après avoir acculé ses adversaires politiques à se réfugier dans la clandestinité (PRS) et forcé d’autres à la soumission (PCA), le pouvoir incarné par Ben Bella se tourne désormais vers les organisations syndicales. Sa cible principale est l’UGTA (Union générale des travailleurs algériens) à qui il reproche son autonomie. Son organe « l’Ouvrier algérien  », disparu depuis, est retiré de la vente dès que celui-ci ne convient pas. L’UGTA finira à son tour par être phagocytée par le FLN…

En Kabylie, la situation économique est désastreuse. Le nombre de martyrs est très élevé et certains villages ne sont plus habités que par leurs fantômes. Les hommes encore en vie sont au chômage ou s’occupent de leurs maigres parcelles. Cette région berbère qui s’est d’emblée opposée au groupe d’Oujda le paye à petit feu.
Un nouvel exode humiliant s’amorce vers l’ancienne métropole…


La naissance du FFS

L’avènement du Front des Forces Socialistes (FFS) en septembre 1963 est l’ultime péripétie de la crise de l’été 1962. Le FFS, dirigé par Aït Ahmed, s’est essentiellement créé comme contre-pouvoir au régime totalitaire qu’était entrain d’instaurer Ben Bella. Tout comme le PRS (Parti révolutionnaire socialiste), il est davantage une partie qui s’est détachée du FLN - qui entra dans l’opposition ouverte -, qu’un un parti « externe » proposant une politique économique originale. Dans ses statuts, il se présente d’ailleurs comme une « organisation d’avant-garde » dont l’objectif visé est essentiellement :

- d’opérer le redressement de la révolution algérienne
- d’en assurer la continuité en vue d’instaurer un socialisme fondé sur l’adhésion populaire qui seule est garante de justice sociale et de liberté

On ne peut donc, en la matière, qualifier le FFS de scission du FLN suite à un désaccord programmatique ; mais plutôt comme la continuité de ce dernier suite à sa déviation totalitaire. En réalité, cette « déviation » du FLN – ainsi que l’arrivisme, la cupidité et la corruption de ses cadres – était inhérente à sa culture politique. Rien donc de surprenant.

En préambule, le FFS se veut un rassemblement – d’où l’appellation de front – de tous ceux qui sont mécontents de l’arbitraire du régime.
En ce sens, durant la période de son soulèvement (63-65), il ressemble davantage à un mouvement assez bien organisé – qui a pris les armes – qu’à un parti « d’avant-garde » compartimenté. Certes, les attributions des uns et des autres sont clairement définies, mais ses prolongements au sein de la population (kabyle) ont d’une certaine manière décloisonné l’organique.
C’est probablement cet aspect qui fait que les militants kabyles d’hier et d’aujourd’hui ont toujours eu un peu de FFS en eux : une amère défaite pour les uns, une résistance héroïque pour les autres…
Par ailleurs, composé, à son corps défendant, quasi-exclusivement de militants kabyles, il s’insurgera contre l’accusation sécessionniste. [Cette « accusation » sera reprise par le pouvoir à l’encontre du printemps amazigh de 1980].

Mais cette volonté de regrouper les sociaux-démocrates à travers un vaste front sans réelle base idéologique sera à l’origine de confusions quant à la mise en œuvre de ses objectifs. Voilà pourquoi le FFS s’avérera être, dans ses soubresauts internes, un grand « concasseur » de cadres…

Bien que sensible à l’identité berbère, Aït Ahmed reste avant tout profondément ultra algérianiste, quitte à mettre sous le boisseau la revendication kabyle. La question berbère ne sera intégrée dans la plateforme du FFS qu’à partir de 1979 (avec l’adhésion des membres du Groupe d’Etudes Berbères de Vincennes). Mise à part l’Académie Berbère, cette formation deviendra cependant la première organisation politique à assumer clairement tamazight.


La double-guerre

Le FFS fut lancé officiellement lors du fameux meeting du 29 septembre 1963 à Tizi-Ouzou. Aït Ahmed -accompagné notamment de l’amghar (ancien) colonel Mohand Oulhadj, chef de la septième région militaire (Kabylie), fustige le pouvoir dans un violent discours. Au même moment, la proclamation sanctionnant la naissance du FFS est rendue publique dans la Mitidja.
La ville de Tizi-Ouzou fut probablement choisie car la Kabylie était le fief de la contestation ; et la déclaration est diffusée dans l’Ouest pour donner au FFS un cachet national.

C’est peut-être ce moment précis qui occasionna les conséquences dramatiques qu’a connues la Kabylie par la suite. Il est très rare que l’Histoire suive un cours inattendu suite à un quiproquo entre deux hommes.

Expliquons nous.
Pour le politique Hocine Aït Ahmed, fort du soutien d’une importante région militaire, il est désormais possible de faire valoir ses exigences. Il s’agit notamment de :
- former un nouveau gouvernement sans Houari Boumedienne, alors conjointement ministre de la défense et chef d’Etat Major ;
- libérer les détenus politiques (Boudiaf en faisait partie. Arrêté le 23 juin, il sera libéré le 16 novembre 1963) ;
- préparer un congrès démocratique.

Pour le militaire et ex-maquisard Mohand Oulhadj, sa motivation essentielle se résume au sort des familles des martyrs qui vivaient dans des conditions misérables et qui ne bénéficiaient d’aucun soutien.

Le pouvoir semblait disposé à satisfaire les exigences « mineures » telle que la libération des détenus, mais il était hors de question de remanier fondamentalement l’exécutif. Il eut été en effet suicidaire – pour Ben Bella – de remercier un Boumédienne qui, en tant que chef de l’armée, détenait les clés du pouvoir.

Le rapport des forces, couplé de positions inconciliables, ne pouvait amener qu’à une nouvelle guerre. L’aile armée du FFS, peu désireuse d’un conflit armé, semblait vouloir en rester à la seule démonstration de force. En effet, la majorité des officiers étaient partagés entre le choix d’entamer une carrière militaire et le risque de passer de nouvelles années dans les maquis.
Le 11 octobre 1963, Aït Ahmed annonça pourtant dans un nouveau meeting la décision du FFS d’engager le combat !
S’agit-il d’une erreur d’appréciation, ou plus grave encore d’une erreur de discernement ? Il appartient aux membres de la direction du FFS de l’époque d’en apporter un éclaircissement.

A ce conflit algéro-algérien vient se greffer un conflit de voisinage. Le Maroc exprime la volonté de récupérer les régions de Tindouf et de Béchar. Une succession d’incidents frontaliers finissent par déclencher la « guerre des sables » qui durera trois semaines. Le 8 octobre, l’armée marocaine franchit alors le pas et pénétra profondément dans le territoire algérien. L’avance marocaine est arrêtée le 29 octobre 1963, date du début des pourparlers.

Afin d’isoler l’opposition, le pouvoir algérien exploite au maximum le conflit algéro-marocain. A tel point qu’il amalgame les événements de Kabylie à l’agression chérifienne. La frange militaire du FFS, par naïveté ou par calcul, saisit ici l’occasion pour voler au secours de la « patrie en danger ». Un mois plus tard le colonel Mohand Oulhadj se recycla…
Ayant perdu le gros de sa branche armée, il ne restait plus au FFS que ses militants aguerris pour tenir les maquis.


La répression et le prologue…

Cette tâche est confiée au ténébreux Houari Boumedienne. Ayant encerclé la Kabylie, l’ANP (Armée nationale populaire) ne fit pas dans la dentelle. Les exécutions sommaires étaient monnaie courante et les tortures systématiques. Aucun détenu FFS n’y échappa. Leurs témoignages affirment que les tortionnaires de l’Algérie « indépendante » étaient d’une cruauté rare. Pourtant certains d’entre eux, lors de la guerre de « libération », avaient déjà subi la torture sous les sinistres généraux Massu et Aussaresses.
Les nouveaux tortionnaires surpassèrent leurs prédécesseurs. L’armée coloniale utilisait la gégène – c’est à dire un courant atténué afin que le cœur ne lâche pas – tandis que les sbires de Boumedienne leur faisaient subir des décharges de 220 volts à même le corps. Et ce régime durait des jours et des jours… Les femmes elles-mêmes n’étaient pas épargnées et les demeures des familles étaient fracassées.

Traqués durant seize mois, les militants purent, tant bien que mal, maintenir une présence oppositionnelle. Mais pour le pouvoir, la situation perdurait trop.
Contraint d’y mettre fin, Ben Bella accepta de négocier avec le FFS. Les tractations commencèrent au début de l’année 1965, puis reprirent en juin. Le 16 juin, le FFS est reconnu comme parti d’opposition. Trois jours plus tard (le 19 juin 1965), le coup d’Etat perpétré par Houari Boumedienne met fin à l’amorce du pluralisme. La junte militaire appellera ce coup putsch : Redressement révolutionnaire !

En guise de prologue :
Arrêté en octobre 1964, Aït Ahmed est condamné à mort puis gracié. Le 1er mai 1966, il « s’évadera » de prison (évasion réelle ou arrangement occulte ?). Et se réfugiera en Suisse.
Etonnamment, aucune activité du FFS n’est relevée de mai 1966 à mars 1979. Le colonel Boumedienne meurt de « maladie » le 27 décembre 1978. Trois mois plus tard, Aït Ahmed et le FFS réapparaissent en produisant leur brochure rouge « Alternative Démocratique à la Catastrophe Nationale ».


Gérard Lamari

Les sigles utilisés :
ANC : Assemblée Nationale Constituante
ANP : Armée Nationale Populaire
FFS : Front des Forces Socialistes
FLN : Front de Libération Nationale
PCA : Parti Communiste Algérien
PRS : Parti de la Révolution Socialiste
UGTA : Union Générale des Travailleurs Algériens



Pour évoquer l’épisode 1963 en Kabylie, Tamazgha organise une rencontre-débat à Paris le samedi 14 décembre à 14h30.
Pour plus d’informations, cliquer ici



Articles dans la rubrique :

Actualité
22/09/16
0
L’Etat présente son troisième rapport périodique au Comité des droits économiques, sociaux et (...)

Lire l'article

03/09/16
0
Les autorités marocaines viennent, une fois de plus, d’user d’arbitraire à l’égard des militants de (...)

Lire l'article

30/08/16
0
En mars 2016, nous avons publié un article sur notre site pour évoquer le cas de la montagne (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


2 Messages

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.