Accueil > Actualité > Azawad : Les prémices d’un nouveau génocide
Azawad : Les prémices d'un nouveau génocide
mercredi 6 février 2013
par Masin

Dans l’Azawad, tous les ingrédients d’un bon Western Spaghetti sont désormais réunis : un désert aux paysages imposants et sans eau, des shérifs à la gâchette facile, des armes à profusion, des chevaux mécaniques, des hors-la-loi barbus et sanguinaires et un énorme magot énergétique et stratégique. Il ne manquait que les chasseurs de primes et les têtes des "bandits" mises à prix et placardées dans les rues et les saloons. Ce vide vient d’être comblé par "L’Express de Bamako", un journal malien qui a publié une liste comprenant les noms de 31 "vermines" du MNLA à traquer "jusqu’au dernier".

Dans un texte laconique et haineux, ce journal appelle à venger "la mémoire des militaires égorgés, la grandeur de la République et la dignité et l’honneur du peuple malien". Comme tout western sans "Indiens" - souvent achetés avec des bouteilles de Whisky trafiqué- n’en est pas un, dans cette horrible histoire, le journal fait aussi appel aux gentils "Indiens", de préférence "de bonne souche". Le texte est très clair : "C’est la seule manière de débarrasser notre pays pour de bon des vermines de leur espèce pour une bonne collaboration avec nos frères et sœurs Touaregs et Arabes de bonne souche". "Mort ou vif, chaque membre de cette organisation machiavélique tué ou arrêté est une bénédiction pour la Nation", écrit le journal. Quelle Nation !

Dans cette nouvelle tragédie dont les contours se dessinent dans le désert, les gentils maliens, patriotes et irréprochables (qui se comportaient il y a encore quelques semaines comme des moutons soumis face aux islamistes barbares, avant la pénétration de l’armée française) s’opposent aux crasseux Pistoleros touaregs, des bandits sauvages, individualistes, hirsutes et bagarreurs. Le casting est au complet et le scénario est désormais ficelé. Il ne manque plus qu’un réalisateur de la trompe de Quentin Tarantino ou de Sergio Leone pour tourner le massacre.

Tout cela se déroule, bien sûr, sous l’œil bienveillant des shérifs algériens et français qui ne feront certainement rien pour éviter le massacre des populations civiles, pas uniquement touaregs, mais également celles issues des autres ethnies qui s’étaient alliées au MNLA dans sa lutte légitime pour la souveraineté de l’Azawad. Des exactions ont été déjà commises dans plusieurs villes "libérées".

Un remake moderne des génocides qui avaient déjà endeuillé les Kel Tamacheq depuis plus d’un siècle est en train de se préparer dans l’Azawad. L’avenir de notre peuple s’y joue. Il est plus qu’urgent de soutenir le peuple touareg dans sa guerre contre la barbarie des groupes terroristes et celle de l’armée malienne. La rupture avec Bamako est désormais consommée, et la seule solution est de soutenir l’indépendance de ce territoire. Il est temps que les frontières dessinées arbitrairement par la France éclatent et que ce/notre peuple accède à sa souveraineté.

Lhoussain Azergui

br>

La Une de l’Express de Bamako n° 49 (4 février 2013)



L’article incriminé...

La liste des membres du MNLA : Des traitres à abattre pour la République

C’est dans un communiqué comique que les traitres de la République ont procédé à la nomination des membres officiels du Mouvement National pour la Libération de l’Azawad (MNLA). Ces hommes et ces femmes constituent les véritables criminels qui ont lancé les toutes premières attaques contre l’Etat Malien en exécutant des militaires maliens a Aguelhok, Tessalit et les autres localités du Mali occupées par leurs soins.

Pour la mémoire des militaires égorgés, la grandeur de la République et la dignité et l’honneur du peuple Malien, continuons de traquer ces traitres jusqu’au dernier. C’est la seule manière de débarrasser notre pays pour de bon des vermines de leur espèce pour une bonne collaboration avec nos frères et sœurs Touaregs et Arabes de bonne souche.
Mort ou vif, chaque membre de cette organisation machiavélique tué ou arrêté est une bénédiction pour la Nation.

Moussa KONDO

1. Chargé de la Défense et des Relations Militaires : Colonel Mohamed Ag Najim
2. Chargé de la Sécurité Intérieure : Monsieur Sidi Mohamed Ag Saghid
3. Chargé de la Justice : Monsieur Assayid Ben Bella
4. Chargé des Affaires Etrangères : Monsieur Ibrahim Ag Mohamed Assaleh
5. Chargé de l’Administration du Territoire : Monsieur Alla Ag Elmehdi
6. Chargé de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme : Monsieur Mahmoud Ag Aghaly
7. Chargé de l’information et de la Communication : Monsieur Mossa Ag Attaher
8. Chargé de la Santé : Monsieur Abdoul karim Ag Matafa
9. Chargé des Droits de l’Homme : Monsieur Moussa Ag Acharatoumane
10. Chargé de la Prédication et de l’Orientation Islamique : Monsieur Mossa Ag Mohamed
11. Chargé des Anciens Combattants et des Familles des Martyrs : Monsieur Youssouf Ag Acheickh
12. Chargé de l’Energie et des Mines : Monsieur Ahmed Mohamed Ag Aguidy
13. Chargé des Affaires Juridiques : Monsieur Habaye Ag Mohamed
14. Chargé des Finances : Monsieur Altanata Ag Ebalagh
15. Chargée de la Femme, de l’Enfant et de la Famille : Madame Lalla wallet Mohamed
16. Chargé des Transports et des Routes : Monsieur Sidaghmar Ould Ahwaïssine
17. Chargé de l’Elevage et des Ressources Animales : Monsieur Ghabdy Ag Mohamed Ibrahim
18. Chargé de l’Environnement et de la Protection de la Nature : Monsieur Baye Ag Diknane
19. Chargé de la Jeunesse et des Sports : Monsieur Salah Mohamed Ahmed Abba
20. Chargé des télécommunications : Colonel Assalat Ag Haby
21. Chargé de l’Agriculture et des Ressources Piscicoles : Monsieur Abdoulaye Seydou Dicko
22. Chargé des Chefferies Traditionnelles et de l’Autorité Coutumière : Monsieur Mohamed Ousmane Ag Mohamedoune
23. Chargé des Domaines et Biens Publics : Colonel Hassane Ag Fagaga
24. Chargé du Plan et de la Statistique : Monsieur Ambeïry Ag Rhissa
25. Chargé de l’Eau : Monsieur Mohamed Zeyni Aguissa Maïga
26. Chargé du Commerce : Monsieur Akli Iknane Ag Souleymane
27. Chargé de la Cohésion Sociale et de la Réconciliation Nationale : Monsieur Mohamed Ag Intalla
28. Chargée de l’Action Humanitaire et des Réfugiés : Madame Nina Wallet Intalou
29. Chargé de l’Economie : Monsieur Zeïd Ag Kiri
30. Chargé de l’Emploi et de la Formation Professionnelle : Colonel Mohamed Rhissa Ag Mohamed Assaleh
31. Porte-Parole de la Présidence du CTEA : Monsieur Hamma Ag Sidahmad

Article 2 : Le CTEA est l’organe exécutif du MNLA, chargé de la mise en œuvre de la politique intérieure et extérieure de l’Etat de l’Azawad.

Article 3 : En fonction des besoins, le CTEA, peut être élargi à d’autres compétences de l’Azawad pour la prise en charge de certaines préoccupations.
Bilal Ag Acherif, Le Secrétaire Général du MNLA, Président du CTEA



Rassemblement de solidarité avec les Touaregs de l’Azawad

Articles dans la rubrique :

Actualité
09/12/16
0
Le Centre international des cultures populaires (CICP) abritera une journée de solidarité avec (...)

Lire l'article

02/12/16
0
Samedi 3 décembre 2016 à 15h, à Place de la République à Paris. Le Comité international pour la (...)

Lire l'article

26/11/16
0
Rmexzen aɛuṛubi n ccuṛfa di Rbaṭ, i dinni yegga ufṛansis d uṣpanyu, lebda ixes ad yarz tagrawla di (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


3 Messages

  • Azawad : Les prémices d’un nouveau génocide 6 février 2013 20:36, par boycott
    il n’y a point de difference entre l’aqmi,le mujao , ançer din et le pouvoir politicomilitaire de bamako,qui est,il faut le rappeller,un pouvoir illegitime,terroriste et assassin.allie des djihadistes et des neos colonialistes francais.tous ensemble sont passibles de peines de crimes contre l’humanite comme a nurembreg en1945. Ou devant nous comprendre que le cout d’une vie humaine,surtout africaine,se fixe a la bourse de paris ou de wall street ?

    repondre message

  • Azawad : Les prémices d’un nouveau génocide 6 février 2013 21:57, par La Mecreante !

    comment s’appelle le rédac-chef de ce canard nazi ?

    et qu’en dit papa-bouana ?

    repondre message

  • Azawad : Les prémices d’un nouveau génocide 9 février 2013 17:15, par torda
    La divertion est un art bien rodé au Mali ; les milliers de Touaregs exécutés, pillés et torturés de 1960 à aujourd’hui, n’ont mérité aucun acte de la justice du Mali. Pour faire divertion, on publie des liste de gens à abattre, des personnes d’un mouvement indépendantite, comme il y en des dizaine dans ce monde et on les condamne, sans les juger. Pour que d’autres Touaregs n’est pas un esprit de liberté ???? Raté, la France, est une grande Nation, elle verra bientot, tous les mensonges ourdis, visant l’extermnation et le muselement de ce peuple. Nous attendons maintenant et très bientot, que le Mali de lui même livre les dizaines d’officiers, soldats et membres de milices qui ont toujours abattus de sang froid et sans sourciller les pauvres civils Touaregs et maures. Cette composante ethnique est la seule qui dimunue dans les statistiques 10,2 % en 1950, aujourd’hui ils sont 10% nous dit)on, où sont passés les 0,2%(soit 360 000 personnes). Alors que la croissance normale et moyenne de la populaton au Mali est de 4,5%. Elle faisait plus de 50% de la population au Nord (Azawad) et plus de 10% c’est dire plus importante que beaucoup d’ethnies au Mali et on rabache toujours, ils sont minoritaires, dans la volonté de les mettre dans leurs droits, ça c’est Oui. Le langage génocidaire nous l’avions déjà vu dans d’autres contrées du monde. Il est illusoire de dire qu’une composante sont ces citoyen alors que l’on l’est renie et qu’on les considèrent comme ennemis...

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.